L'élite

L'élite

au firmament
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Monday Night Meredith!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syd Filmore
Star
avatar

Nombre de messages : 704
Age : 23
Date d'inscription : 17/11/2013

MessageSujet: Monday Night Meredith!   Lun 3 Mar - 19:13

AVERTISSEMENT : Le divertissement suivant est un produit brisant le kayfabe. A ce titre, les lutteurs invités s'expriment parfois en dehors de leurs personnages, dès lors, je demande aux autres joueurs de ne pas utiliser ce qui est dit comme arguments dans une rivalité. L'émission est destinée à comprendre mieux le lutteur derrière le personnage... On rentre dans le RP pour le plaisir. Merci de votre compréhension et bonne lecture!
Monday Night Meredith


Meredith Filmore : Internautes, bonsoir! Vous êtes les bienvenus dans ma nouvelle émission, Monday Night Meredith. Je vous offre la possibilité d'entendre les lutteurs parler sincéremment, sans détours, sans mensonges, sans langues de bois. Ici, on sort de l'industrie habituelle, vous entendrez les lutteurs s'exprimer en tant que personne. Mon premier invité à avoir accepter de se plier au jeu est mon demi-frère, star montante de la FGB, ancien champion du monde RLF et ex-champion par équipe de la SoW, Syd Filmore!

| Trouble Seeker resonne sur le petit plateau de MNM, alors que Syd entre pour saluer sa soeur, Meredith. Une accolade plus tard et voilà Mr. Mayhem assis confortablement dans un canapé aux côtés de sa soeur. Ambiance familliale ce soir à la FGB |

Meredith : Syd, j'ai pleins de questions à te poser, tout d'abord, c'est le concept de l'émission... Promets-tu de tout nous livrer? De sortir des secrets de l'industrie pour donner aux fans la vérité?

Syd Filmore : Promesse faite, petite soeur!

Meredith : Commençons alors! Depuis ton retour à la FGB on ne t'as vu dans aucuns médias, nous savons pourtant que tu as reçu de nombreuses invitations... Pourquoi cette absence médiatique?

Syd Filmore : Pendant mon retrait du monde de la lutte, je me suis recentré sur mes priorités, dès lors l'utilité d'aller sur des plateaux a été difficile à dicerner pour moi. Beaucoup interprètent ça comme un manque d'engagement, mais c'est pas le cas, je travaille toujours avec des jeunes lutteurs, je m'entraine, mais les plateaux ne m'intéressent plus. Je sais que Ruquier voudrait m'accueillir à nouveau, mais je passe peu de temps à Paris, donc je n'ai pas encore accepté l'invitation.

Meredith : Puisque tu en parles, tu ne restes jamais en France, pourquoi?

Syd Filmore : J'ai le mal du pays! Ma vie est à Chicago et nous n'avons pas encore trouvé de maison en France avec Sarah. On cherche, néanmoins, ça devient fatiguant de faire les trajets, se prendre le décallage horaire. On enregistre un à deux shows par semaine, on apparait de temps à autres dans des promos ou des segments, parfois on enregistre les segments avant le show. Bref, c'est une organisation complexe pour nous et avec la signature imminente de Sarah, nous allons certainement nous poser ici.  

Meredith : Sarah va signer?

Syd Filmore : On a pas abordé le sujet, mais c'est très vraisemblable.

Meredith : Tu as occupé de bonnes fonctions à la SoW, ce que peu de fans savent c'est que tu faisais partie de l'organisation de la fédération, pas seulement du roster... Aujourd'hui, tout le monde veut savoir... Pourquoi les choses se sont déroulés ainsi? On sait que la SoW a fermé et tu as lancé des piques à l'égard de la fédération...

Syd Filmore : Avec le recul je dois t'avouer que je me rends compte de l'erreur qu'a été mon départ de la RLF. J'avais une carrière là bas, un statut, une importance. J'étais booker avec Hannigan, tout allait bien. J'avais une certaine liberté. Enfait, tout a commencé à déconner quand Sarah et moi avons commencé à se fréquenter. Hannigan ne voyait pas ça d'un bon oeil parce que c'était moins vendeur pour Sarah. Les fans commençaient à savoir que la relation était réelle et ce n'était pas dans les plans d'Hannigan. J'ai été absent quelques semaines, le temps que tout se calme, et lorsque je suis revenu, Hannigan m'avait remplacé par mon très bon ami M Cube. Dès lors je suis parti, et mon départ in-storyline est devenu réel, bluffant tout le monde. Sarah a quitté en même temps et Pétale nous a proposé de rejoindre la SoW. Du coup, on l'a fait, avec la promesse d'avoir de belles carrières là-bas. Je ne te le cache pas, j'accorde de l'importance à ma carrière, à mes titres, à mes storylines. Je ne veux pas être un lutteur lambda. Mais c'est pas un caprice de diva. J'ai bossé dur pour arriver là où j'en suis et je veux être respecté. D'un autre côté, la SOW m'a offert plus d'argent que la RLF, du coup j'ai eu la tête qui tournait.

Au début on a été bien traité, mais le public n'a pas accroché. On était revenu gentils et ça n'a pas marché, le challenge de la gentillesse ça passait pas, c'était pas honnête. Puis au fil du temps, je me suis senti de moins en moins bien. Les gens sont très égocentrique là bas,c'était dur pour moi de me donner dans mes matchs et de pas recevoir une petite tape dans le dos de temps à autres.La personne qui se préoccupait le plus des autres dans cette fédération, c'est El Verdugo. On se croise régulièrement et c'est toujours aussi bon de travailler avec lui. C'est un excellent lutteur et une personne attentive aux besoins des autres. Mais à un moment donné, la SoW ça ne marchait plus pour moi. Je souhaitais atteindre le titre mondial et je me suis rendu compte que c'était toujours les même qui tournaient autour. Les storys étaient bancales. Pourtant j'étais là pour la fédération, mais il y avait une instabilité totale en coulisse. Avec Sarah on a eu le titre Tag Team pour nous contenter plus ou moins. La décision était prise que je quitterais la fédération. J'ai rien dit à personne et à la fin de mon contrat je n'ai pas renégocié.

Ici à la FGB, je me sens bien. Avant les shows, tout le monde est un peu dans son coin mais pendant les shows y'a une vraie magie, c'est très famillial et le public français est excellent.

Meredith :
Tu es moins payé pourtant, non?

Syd Filmore : La FGB ne rivalise pas avec mon salaire canadien, mais d'un autre côté les storylines sont d'une autre qualitée, ils prennent bien plus à coeur les contrastes entre les personnalités. On travaille pas de la même manière, ici je suis détendu. Avec Tigerclaw par exemple, c'est que du bonheur. Pourtant il n'y a pas de titres à l'horizons, et ça ne m'inquiète pas! Je me sens bien. Pour notre street match, il m'a offert quelques spots, il m'a permis d'être bien vus par les fans. Bien évidemment, il a eu la victoire, mais ça ne m'a pas gêné, le PPV a été énorme et on a vendu un match de qualité. La preuve, à l'heure actuelle il est en lice dans les meilleurs matchs de l'année...

Meredith : Si tu devais prendre ta retraite maintenant, t'aurais des regrets?

Syd Filmore : Je ne m'imagine pas vraiment arrêter... Ca viendra, c'est évident, parce que la roue tourne et que la vie avance, mais il me reste beaucoup à faire! J'aimerais affronter mon ami M Cube, par exemple! Du coup si la direction voit cette interview... Je voudrais toucher l'or à la FGB aussi, bref, pleins de projets!

Meredith : Devenir un gentil un jour, ça te tente?

Syd Filmore : J'en suis incapable, à vrai dire! Je me suis rendu compte que c'était plus dur d'être aimé par la foule que détesté... Pour être détesté suffit de les insulter, les aimer c'est beaucoup plus dur. J'aime mon métier mais je suis pas de ces lutteurs qui bossent comme des acharnés. Prends Booya par exemple, ce mec est un passionné, il mérite tous les titres du monde. Techniquement c'est pas le plus grand des lutteurs, mais il a un coeur gros comme le monde et il se donne à 150% dans ce qu'il fait, en plus de soutenir de nombreux autres lutteurs. Moi j'ai un horaire allegé à la FGB, donc les fans me voient peut être plus comme un profiteur. Mais ça ne m'embête pas, je n'ai plus envie d'être sur la route tous les jours. Je le referais surement, si je suis champion du monde un jour, mais en attendant, venir aux enregistrements et s'entrainer le reste, c'est bien!

Meredith : C'est bon de t'entendre sans le masque que tu mets d'habitude, Syd...

Syd Filmore : C'est le principe de l'émission, non? Tout ça ne sera pas exploité dans l'industrie.J'ai justement accepté pour jouer franc-jeu avec les fans. Je sais que ça choquera surement, mais je me vois comme un acteur, du coup ça me dérange pas d'ôter le costume de Mr. Mayhem pour être Syd, le vrai. Tout ce qu'on fait c'est du show, du divertissement, rien de plus.  

Meredith : Tu reviendras un jour comme "The Joker"? On a pas parlé de ton run à la WWA...

Syd Filmore : C'était très drôle! La période la plus intense de ma carrière... Je terminais un main event à la RLF, j'emballais mon titre et avec Sarah on prenait l'avion pour le Crossroad tournament, c'était énorme. On a appris qu'on gagnerait et j'ai signé une entente avec la WWA pour un match contre Art Alexander Anderson, qui est excellent. J'ai vraiment adoré. Pour le Joker, j'étais obligé, questions de droits avec la RLF qui avait un contrat d'exclusivité. Hannigan n'avait pas laché le morceau et j'avais été obligé de trouver une alternative. Au final ça a bien marché et c'était vraiment du bonheur!

Meredith : Alors, quel est ton avenir à la FGB?

Syd Filmore : Si tout se passe comme je le veux, il y aura un TLC contre Tigerclaw. Ensuite je ne sais pas trop, soit on continue, soit une rivalité contre M Cube... Les dirigeants ne m'ont pas informés, mais ils ont toutes ma confiance. Quand je lis les scripts des shows j'ai toujours un grand sourire parce que contrairement à la SoW, ils m'utilisent bien, ça m'épanouit!

Meredith : Merci pour ton honneteté Syd! A bientôt autour d'un bon repas de famille, mes amitiés à Sarah!

Syd Filmore : Merci pour ton invitation, petite soeur! C'est bon de te retrouver comme journaliste!

Meredith : C'est tout pour le premier numéro de Monday Night Meredith! C'était Meredith Filmore pour FGB Web! A bientôt!

@FGB WEB PROD 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Filmore
Star
avatar

Nombre de messages : 704
Age : 23
Date d'inscription : 17/11/2013

MessageSujet: Re: Monday Night Meredith!   Mar 8 Avr - 21:18

AVERTISSEMENT : Le divertissement suivant est un produit brisant le kayfabe. A ce titre, les lutteurs invités s'expriment parfois en dehors de leurs personnages, dès lors, je demande aux autres joueurs de ne pas utiliser ce qui est dit comme arguments dans une rivalité. L'émission est destinée à comprendre mieux le lutteur derrière le personnage... On rentre dans le RP pour le plaisir. Merci de votre compréhension et bonne lecture!

Episode 2 - Avec Azrael
Meredith Filmore : Internautes, bonsoir! Vous êtes les bienvenus dans ma seconde édition du Monday Night Meredith. Il y a quelques semaines, nous avions commencé en beauté avec mon demi-frère, Syd Filmore. Au lendemain d'un PPV riche en rebondissement, j'ai le plaisir d'accueillir aujourd'hui un homme ayant eu du succès à la SOW, FGB,WWA ainsi que la XWF. Il a été connu comme étant le premier Gamegenie ainsi que le Bouffon Noir, Azrael à la FGB. Mesdames et messieurs, veuillez accueillir le désormais ancien champion Bloody, Julio Angelo alias Azrael.

Clown de Korn résonne sur le plateau et le lutteur connu sur le nom d'Azrael, vient sans son déguisement. Il est habillé d'une chemise avec des motifs ainsi qu'une paire de jeans délavés. Meredith l'invite à s'asseoir et Julio fait la fameuse salutation d'embrasser les demoiselle sur les joues à la demi-soeur de Syd.


Meredith Filmore : Merci d'avoir accepté mon invitation, Julio

Julio Angelo : Tout le plaisir est pour moi.

| Ambiance détendue et amicale entre les deux, alors que Julio semble être comme dans son propre salon. |

Meredith Filmore : Commençons par le début! C'est votre deuxième run à la FGB si je ne me trompe pas, la première fois vous étiez Gamegénie. Pourriez-vous me parler de cette expérience?

Julio Angelo : Eh! Bien pour tout vous dire, je n'ai pas fait long feu. C'était pour moi un test, si cela passe ou ça casse.  Je n'avais aucun problème avec les autres mais malheureusement, Kronos n'avait pas grand chose à offrir afin de faire évoluer mon perso. Ce qui explique pourquoi je n'ai pas fait long feu à ma première rencontre. C'est dommage, mais c'est les risques du métier lorsque qu'on est lutteur.

Meredith Filmore : Et lorsque vous étiez inactif dans les bookings, que faisiez-vous?

| Le lutteur humoriste affiche un demi-sourire mitigé. |

Julio Angelo : Eh! Bien, je participais souvent dans les promos de Methodcobra en tant que Gamegenie ou je faisais des sketchs humoristiques dans ses promos. Vous, vous souvenez de la fois que je me suis déguisé en Darkside en protestant dans les rues de Montréal?

Meredith Filmore:Je suis désolé, je n'ai pas vu cette séquence, bien que j'en ai l'envie maintenant!

Julio Angelo : C'était l'un de mes sketchs qui m'ont poussé à ne pas avoir peur de l'extrême ainsi que le ridicule. Je me rappelle avoir eu des problèmes avec la SPVM ( police de Montréal) car j'avais eu une altercation avec clochard religieux . Heureusement pour moi, rien de grave ne m'est arrivé.

Meredith Filmore : Avez vous fait autres choses mise à part d'être le bouffon personnel de votre mentor et grand ami,Methodcobra?

Julio Angelo : Je faisais des show humoristiques dans des bars, je luttais dans des fédération indy afin de gagner ma vie et j'ai aussi été un entraîneur dans une école de lutte où Methodcobra est le fondateur.

Meredith Filmore : Oui! Nous avions appris que Methocobra avait ouvert deux écoles. J'imagine que vous étiez dans l'un de ces deux endroits?

Julio Angelo : Cela pouvait m'arriver que je le remplace à Montréal mais je m'occupais souvent à enseigner cette art  à Toronto.On compte plus de 200 gradués qui ont fait leurs chemin, en Europe, au Japon et dans plusieurs autres endroits. Puisque  MC et moi sommes occupés, c'est maintenant Marcus Augustin qui est en charge de nos deux écoles de luttes.

Meredith Filmore : Je vois que comme mon demi-frère, le Joker vous a servi d'inspiration afin de personnifier Azrael, je me trompe?

Julio Angelo : C'est vrai que nous sommes tout les deux fans de ce magnifique personnage de DC comics mais nous avons tout les deux un style différent. Syd s'inspire plus du Joker, Heath Ledger alors que moi, il y a du Mark Hammil, Jack Nicholson et un peu de Deadpool même si cela paraît pas vraiment que je brise le quatrième mûr. D'ailleurs j'ai un peu exploité ce style, dans mes promos de Gamegenie à la XWF.

Meredith Filmore : Si un jour Syd revenait avec sa version du Joker, vous le défieriez?

Julio Angelo : Cela va dépendre de lui ainsi que les dirigeants de la FGB...ha ha!  Mais s'il veut faire ceci, ma porte est ouvert pour cette idée.

Meredith Filmore : Je leur soufflerais! Vous avez énormément travaillé avec M Cube ces derniers temps...Qu'est-ce cela fait de travailler avec lui?

Julio Angelo : Eh! Bien, Cube et moi, sommes des amis dans la vrai vie. Ce qui facilite la chimie ainsi que les coordination sur le ring. Mathew Duke, c'est l'un des lutteurs avec qui j'ai eu le plus de plaisir à travailler. Je me souviendrais toujours lorsqu'on travaillait sur notre projet « Gamecube » qui consistait à faire des Let's play avec nos commentaires comique, on s'amusait énormément. Il est d'ailleurs revenu dernièrement avec l'idée de les reprendre, mais nous n'avons encore rien préparé.

Meredith Filmore : Le passage de flambeau n'est donc pas trop difficile pour vous...Je sais que vous n'aviez pas beaucoup de temps à me consacrer alors... Pour finir, quels sont vos projets?

Julio Angelo : Je vais me commencer par faire un nom avec Azrael, à la FGB et l'avenir nous le dira s'il y aura le retour de Gamegenie ou si Azrael est fait pour rester.

Meredith Filmore : Je vous remercie d'avoir été des nôtres Julio Angelo et je vous souhaite bon succès à la FGB!

Julio Angelo : Cela m'a fait plaisir d'avoir un peu partager mon histoire. J'espère vraiment que cela continuer. Car je suis fan de votre série ha ha!

Meredith Filmore : Le troisième épisode est prévu en tout cas!

| Meredith regarde la caméra avec son regard tendre pour cloturer l'émission. |

Meredith Filmore : Merci d'avoir suivi ce second numéro de MNM,c'était Meredith Filmore pour FGB web! À bientôt!

@FGB WEB PROD 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Filmore
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 20/04/2014

MessageSujet: Re: Monday Night Meredith!   Jeu 24 Avr - 22:02

AVERTISSEMENT : Le divertissement suivant est un produit brisant le kayfabe. A ce titre, les lutteurs invités s'expriment parfois en dehors de leurs personnages, dès lors, je demande aux autres joueurs de ne pas utiliser ce qui est dit comme arguments dans une rivalité. L'émission est destinée à comprendre mieux le lutteur derrière le personnage... On rentre dans le RP pour le plaisir. Merci de votre compréhension et bonne lecture!

Monday Night Meredith
Episode 3-Smiling Booya


Meredith : Bonsoir à tous, merci de vous connecter ce soir pour le troisième épisode de Monday Night Meredith. Il est vrai qu'on respecte pas du tout le lundi, il est vrai qu'on est pas toujours à l'heure, mais il est important pour nous d'être honnêtes avec le public. Nous n'avons pas envie de faire des montages rapides, nous prenons le temps. Ce soir j'accueille sur le plateau quelqu'un qui est mon ami dans la vie, quelqu'un que j'ai cotoyé dans les backstages de plusieurs fédérations. Un homme au grand coeur, un lutteur qui se donne du mal pour être dans le coeur de tous, un homme prêt à tout pour décrocher un sourire. Nous avons commencé à préparer cette entrevue il y a plusieurs semaines, nous y voilà, j'accueille ce soir Flying Booya!

| Meredith va à la rencontrer de son invité qui entre en plateau, les deux se font une accolade, contents de se retrouver. |

Meredith : Pas trop stressé, Booya?

Booya : Pas du tout! On s'habitue d'être devant des si grandes foules. J'aimerais tout d'abord te remercier de m'avoir invité sur le plateau en tout cas.

Meredith : Le plaisir est pour moi! Promets-tu de nous dire toute la vérité, nous parler du business de façon honnête et intègre comme le veux le concept de Monday Night Meredith?

Booya : Qu'on m'amène une bible!

| Un technicien lui lance une petit bible de poche après sa demande que le représentant du peuple attrape maladroitement. |

Booya : Je certifie comme dans les interogatoires ou dans les tribunaux que je vais que la vérité tout au long du Monday Night Meredith peu importe les questions.

Meredith : Pour t'accueillir dans l'émission, j'ia mené pas mal de recherches, j'ai découvert un peu plus ce que je savais déjà : tu es animé par la passion de ce métier, prêt à tout donner. Tu as eu pourtant des débuts difficiles, non? Comment tout a commencé en tant que lutteur, en tant que personne?

Booya : Mes débuts chez les professionnels se sont fait comme un étudiant passant du niveau secondaire à universitaire. C'était très difficile puisque je ne connaissais pas encore la nouvelle charge de travail immense qui venait de tomber sur moi surtout que j'ai fièrement représenté les couleurs du comedy wrestling lors des débuts de ma carrière. C'est difficile de représenter quelque chose de nouveau pour soit et aussi subjectif puisque l'humour n'est pas la même chose pour tout le monde. Personellement, enfin tu le sais, mais je suis quelqu'un qui va rire à pratiquemment tout. Mon humour est parfois bizarre, alors c'est difficile de plaire à tout le monde. C'est en partie pour cette raison que j'ai eu beaucoup de difficultés au début de ma carrière, mais aussi puisque la critique me faisait paniquer pour améliorer ma personnalité, ainsi voir ce que le changement allait donner. Enfin, j'ai du vraiment travaillé très fort pour mériter ce qui allait m'arriver après avoir reçu plusieurs encouragements de m'améliorer. J'aurais probablement jamais rester très longtemps au départ si je n'aurais pas eu le petit push que j'ai eu, ainsi que toute l'aide qu'on m'a offert. Après tout, c'est la soirée avant de me présenter pour mon entrevue avec Kronos et l'ancien Fouk que j'ai décidé de nommer ma gimmick Flying Booya. En plus d'amener toutes les idées comiques qui ont suivit durant le début de ma carrière.

Meredith : Ca a été dur de te trouver une identité?

Booya : Je vais être honnête. Au départ, je croyais tout savoir et j'ai rapidement vu que mon niveau était inférieur à la moyenne. L'aide qui m'a été offerte de la part de plusieurs personnes m'a vraiment fait ouvrir les yeux. J'apprends toujours aujourd'hui et j'ajoute encore à ma personnalité, mais pour répondre à ta question. J'ai vraiment trouvé mon identité à la RLF où on s'est rencontré pour la première fois après avoir affronter Matthew Duke, maintenant M Cube. C'est à ce moment là que je me suis dis que faire le clown n'était pas assez. La défense gagne des championnats, mais dans ce cas-ci il manquait d'attaque. Je ne pouvais pas répondre correctement à un adversaire pour lui relancer la balle dans son camps. Je ne voulais pas être critiquer et j'avais peur de l'insuccès, alors je faisais des changements très fréquent pour tenter de créer du positif. Je me cherchais quoi... Je n'avais aucune confiance en moi et j'avais pratiquement honte de ce que je faisais. À la RLF, j'ai commencé avec succès en me combattant la Crusade et je gagnais un titre par équipe à la FGB. Je commençais à prendre confiance en mes moyens. Aujourd'hui je crois avoir trouver clairement qui j'étais et j'ai plus honte de ce que j'ai fait et je vais faire. J'ai finalement trouvé ma voix dans cette industrie.

Meredith : On s'est connu à la RLF... Comment as-tu vécu cette expérience de l'intérieur?

Booya : La Red Line Federation était probablement l'endroit où ma carrière professionelle a vraiment commencé. C'est à cet endroit que j'ai eu mes premiers succès, mon premier titre solo et où j'ai rencontré mes plus grands amis. Tu en fais partie et chacun des moments passés avec toi en Angleterre aura toujours été amusant. C'est rare qu'on ne s'amuse pas lorsqu'on est en ta présence, mais j'ai aussi fait conaissance de Pétale, Methocobra, Cube et plusieurs autres. Ma première chance de représenter une fédération avec une ceinture et j'en serai toujours reconaissant. Le titre knight que j'ai jamais perdu restera dans mon coeur jusqu'à la fin de ma vie. Cette fédération était remplit de talent, la meilleure division par équipe de toutes les fédérations, une division mondiale différentes et méritantes, ainsi qu'une mid card originale qui pourrait devenir facilement main eventer dans n'importe quel autre fédération.

Meredith : C'était juste avant de passer à la SoW?

Booya : En effet, je suis partie au sanctuaire simplement puisqu'il me semblait la meilleure option à ce moment là. Je connaissais plusieurs noms et d'autres grands noms avaient passé par là, alors j'ai essayé de faire ma marque là-bas. J'ai pu me lier d'amitié avec un grand ami maintenant qui est M Cube. J'ai aussi pu prendre de l'expérience du côté administratif dans les storylines, mais malheureusement ce rôle me limitait énormément. Je ne voulais pas proposer des idées pour moi-même puisque je ne voulais pas être reconnu comme plusieurs personnes dans le passé qui ont profité de leur pouvoir pour voler la lumière à d'autres lutteurs. C'est dommage, mais cette fédération m'a fait douter souvent ma présence dans leur ring, mais bon présentement je ne suis que lutteur et ce n'est plus si mal que ça. Je m'accroche pour garder l'intérêt des fans là-bas.

Meredith : Récemment tu as marqué ton grand retour ici à la FGB... Raconte nous les coulisses! Qui t'as contacté? Comment ça s'est passé ensuite?

Booya : C'était tellement facile pour moi de penser à mon retour ici. J'ai commencé à la FGB et j'aimerais finir ici. C'est une fédération qui m'a vu grandir tout au long de ma carrière peu importe les phases que j'ai eu. C'est moi qui a contacté Kronos et les autres dirrigeants de la fédération pour faire mon retour. On m'a accepté comme de rien était... Enfin de ce que j'ai pu voir et attendre, mon retour c'est bien passé sur le ring de la FGB.

Meredith : Intéressant... J'ai discerné un deuxième volet à attaquer avec toi...

Booya : Ha?!

Meredith : Tu as un lien très particulier avec les fans, tu leurs accorde beaucoup de temps... Pourquoi?

Booya : Tu réponds toute seule à la question. C'est simple je tiens une relation avec les fans parce que c'est grâce à eux que je suis ici. J'ai eu de l'aide pour trouver ma personnalité, mais c'est eux qui m'ont permit de trouver mon identité. J'ai toujours adoré et voulu plaire à chacun des spectateurs à chacun de mes matchs ou promos. Je ne veux pas qu'ils se sentent insatisfait d'un spectacle sinon je me sens coupable. Pourrait-on dire que c'est un peu grâce à mon attention aux petits détails? Je travaille à chaque jour pour devenir meilleur que la journée précédente. Il y a toujours quelque chose qu'on peut améliorer pour offrir un meilleur divertissement dans le ring. J'ai souvent voulu être innovateur dans le ring comme à l'extérieur c'est en grande partie grâce à leur encouragement et leur énergie débordante qui me pousse à faire le saut dans le vide litéralement parfois. Depuis le début de ma carrière j'ai réalisé mon rêve c'est-à-dire voyager autour du monde que ce soit pour des shows de chaque fédérations dont j'ai performé, pour des entrevues, des évènements ou simplement voir ma petite famille. Ma fille est tellement précieuse pour moi parce qu'elle a changé ma vie. Elle m'a donné de la maturité et aujourd'hui j'ai évolué à ce que je suis face à Tragico ou contre chacun de mes adversaires dans les autres fédérations. Je suis tellement fier d'être père, mais je n'aurais jamais rencontré Fatale sans ses fans qui me poussaient d'aller plus loin dans ma carrière. Je dois toute ma vie à chacune des personnes qui m'ont regardé depuis le début. Sans eux et sans la lutte, je serais absolument rien. Je serais peut-être un simple travailleur dans la main d'oeuvre faisant sa part pour aider l'économie de mon pays, mais j'ai pu réaliser mon rêve grâce à leur encouragement. C'est pour cette raison que je leur dois tout.

Meredith : Et en backstage avec les autres lutteurs?

Booya : Comme je l'ai dit plusieurs personnes m'ont encouragé et aidé parmi les bons et les mauvais moments. Les fans ont été incroyable, mais les autres lutteurs ont enduré parfois des petites sautes d'humeur du à de la frustration. Je suis quelqu'un de compétitif et travaillant, donc si je travaille extrêmement fort et que personne me dit mes erreurs pour qu'au final on me dit... Tu es un super membre pour notre fédération, mais ton niveau n'est pas assez fort pour jouer avec les grands. Plusieurs fois j'ai vu des gens de niveau inférieur à moi surtout dans une autre fédération qui ont remporté des titres grâce à leur effort devant la caméra et je me demandais pourquoi eux peuvent réussir, mais pas moi... Une attitude que j'ai changé dernièrement puisque sinon j'allais surement faire une dépression nerveuse pour ce qui est un simple loisir pour certain. Un sport c'est compétitif, alors j'aime gagné comme tout le monde. Heureusement certains lutteurs peuvent comprendre et restent à mes côtés pratiquement tous les jours. Je suis toujours heureux de voyager avec des lutteurs comme M Cube, Azrael, Methodcobra et dans le passé Pétale Orientale.

Meredith : Tu as donc des amis lutteurs? De qui peux-tu nous parler?

Booya : J'en ai beaucoup en effet... Je pourrais parler de toi surtout à la RLF puisque tu as été une merveilleuse amie pour sortir autant dans les boites de nuit en groupe ou simplement faire des conneries en coulisse. Cette dame est très drôle si vous apprenez à la connaitre plus en profondeur vous verrez vous même. Pétale est définitivement chanceuse de l'avoir comme gardienne pour Laurence. Parlant de Pétale, elle aura été là aussi dans certains moments difficiles et d'autres plus drôle en coulisse. Elle a un côté pervers le saviez-vous?

| Il ricane comme si c'était une nouvelle d'actualité. |

Booya : Fatale depuis que je l'ai vu à ses débuts... C'était étrange... Je sentais bien la ressemblance entre nous deux, mais je l'ai surtout vu lorsqu'elle est devenu ma manageuse où on s'est fréquenté encore plus. On est devenu inséparable et elle m'a offerte la plus belle chose de ma vie, la petite Audrey. Ces deux femmes là tiennent vraiment plus que tout pour moi et je voudrais jamais les lâcher. Malheureusement l'horaire est difficile à gérer entre plusieurs fédérations, mais je continue de vivre dans l'espoir qu'elles soient fières de moi dans le futur. C'est une grande cause de mon évolution, mais ce n'est pas la seule. M Cube ou Matthew Duke autant en rival qu'en grand ami a été une grande source d'inspiration pour moi. À la WWA, la rivalité face à Duke et toute l'adversité que j'ai du passé à travers a été bénéfique pour moi. J'ai été à RLF pour mettre en pratique cette croissance et on a rapidement vue je pouvais m'améliorer. Il est aujourd'hui un conseiller et un ami que j'espère toujours garder. Kronos et Lily Blood n'oubliont les pas. Ce sont deux personnes qui m'auront énormément aider au départ à la FGB dans toutes les facettes de l'industrie. Ils sont tout aussi responsable de mon développement. Finalement Miles Turner, mon mentor, celui qui m'a pris sous son aile à la WWA pour m'aider à prendre mon envol dans le futur. Je n'ai malheureusement pas vraiment garder contact avec lui, mais j'aimerais bien qu'il sache que je le remercie énormément pour son aide au début de ma carrière. J'ai été chanceux d'être aussi bien entourer par des gens merveilleux dans cette industrie.

Meredith : Comment sont ces gens là au quotidien?

Booya : Comme je l'ai dit... Ce sont des gens tellement généreux et ils sont prêt à aider n'importe qui veut faire l'effort pour s'améliorer. Ils vont jamais fuire une petite partie de rigolade et certains sont même bien spécial aussi. Ils sont unique et attentif, mais c'est certain que je les remercie absolument tous pour le temps qu'ils m'ont offert.

Meredith : Enfin, le temps nous est compté... Quels sont tes projets en dehors de la lutte?

Booya : J'en ai plusieurs, mais en gros... Des plans d'émission apparemment avec d'autres lutteurs en cours de discussion... Le Booya Magazine pourrait ressortir une édition bientôt. Le CD de rap va être disponible aussitôt que toutes les chansons soient disponibles sur i tunes. Gardez vos yeux ouverts puisqu'il y a 7 chansons sur l'album. Sinon le Booya Movie est en cours de planification et devrait sortir d'ici la fin de l'été dans son intégralité dans le FGB Shop et le FWE Shop uniquement.

Meredith : Un dernier mot pour les fans?

Booya : MERCI! Puis vous méritez absolument tout ce qu'il y a de bon dans ce monde. YES WE CAN!

Meredith : Merci à toi d'avoir accepté mon invitation pour ce troisième numéro de Monday Night Meredith, merci à vous de nous suivre de plus en plus nombreux! N'oubliez pas tous les nouveaux rendez vous quotidien sur mon blog FGB!

@FGB WEB PROD 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Filmore
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 20/04/2014

MessageSujet: Re: Monday Night Meredith!   Lun 16 Fév - 15:48

AVERTISSEMENT : Le divertissement suivant est un produit brisant le kayfabe. A ce titre, les lutteurs invités s'expriment parfois en dehors de leurs personnages, dès lors, je demande aux autres joueurs de ne pas utiliser ce qui est dit comme arguments dans une rivalité. L'émission est destinée à comprendre mieux le lutteur derrière le personnage... On rentre dans le RP pour le plaisir. Merci de votre compréhension et bonne lecture!

Episode 4 - Dance with the devil


Meredith Filmore : Il y a des épisodes qu'on a du mal à sortir, à réaliser. L'invité de ce soir, il nous a attendu, il nous a donné sa confiance, et, même si l'enregistrement date de plusieurs mois, j'ai l'espoir de ne pas avoir trahi sa parole. J'attends depuis des mois de pouvoir vous le dire à nouveau, d'apparaître dans la petite lucarne que vous regardez en ce moment... Bienvenu dans ce premier épisode de Monday Night Meredith pour 2015 ! Mon invité ce soir est légendaire, influent mais détesté de tous... Il est notre champion mondial... Kronos !

| La caméra recule du gros plan sur Meredith et montre Kronos, assis sur le canapé à côté de la jolie blonde. |

Meredith Filmore : Personnage légendaire, perdurant dans l'industrie depuis longtemps, on semble souvent oublier d'où vous venez, Kronos... Racontez-nous.

Kronos : Il y a plus de 20 ans, alors qu'on avait que la WWF à s'offrir en France, on a été un petit nombre de potes à vouloir faire la même chose. C'est une pratique qui est devenu courante, avec tout les dangers que cela occasionne. Disons qu'on était jeune, qu'il n'y avait pas encore toute cette politique visant à prévenir des risques du backyard. Pour être franc, je ne me rapelle pas comment cela s'appelait mais au bout de deux ans, c'est devenu la SPW, Sinister Pro Wrestling, me retrouvant le seul de ses créateurs à rester et à booker. Il y a eu pas mal de monde qui ont tourné, un match de lutte étant un bon moyen pour se défouler. Pour la plupart, cela revenait à cela. Pour d'autres, c'était un moyen de se perfectionner. C'est ainsi que la SPW a vu pas mal de lutteurs qui ont permis les débuts de la FGB, comme Crimson, Mordred, Vileny ou encore l'Immortel.


Kronos n'était pas encore Kronos à l'époque. J'étais un mec sympa, un babyface comme on dit. On m'appelait Kink Emperor. Oui, Kink et non King. Le K était déjà important ( rires ). J'ai grandi, j'ai mûri l'adolescence et tout ça. Mon personnage, déjà mégalo mais mégalo sympa, est devenu conquérant, sous le nom de Master Quorthon, en hommage au groupe Bathory, puis Mr. Sinistre. Pour prévenir tout problème de droits, on ne sait jamais de quoi l'avenir est fait, il m'a fallu un prénom... Allez savoir, c'est Kronos que j'ai choisi. Kronos Sinistre... Cela sonnait bizarre, comme si il manquait quelque chose. Macabra a été rajouté. En réalité, les noms sortent comme cela et n'ont pas forcément de sens. Du moins, tant qu'on analyse pas trop ce qui sort du subconscient. Il est vrai qu'en y réfléchissant, j'ai toujours été obsédé par le temps... ( rires )


Meredith Filmore : Quels sont les moments que vous voudriez retenir?

Kronos : Pfff... J'avoue n'avoir guère de mémoire de ce genre de chose. Je ne sais pas trop ce que l'on peut qualifier de meilleurs moments. Les plus récents sont surtout les promos que j'ai pu faire avec l'Institute, à l'époque de la FNNF. Avec Pegase, on a fait entre autre 12 promos chacun sur le modèle de la série 24H Chrono. Ou bien le jour où j'ai volé le voleur, à savoir Sharpy, en faisant disparaître par magie sa loge. C'était tout simplement ridicule. Mais nous, ça nous a bien fait marrer.


Maintenant, pour ce qui est des titres, c'est des moments, quand on les gagne, qui dépendent aussi pas mal du contexte, de l'ambiance des lieux, et donc il y a trop de facteurs qui entrent en compte avec mon esprit tordu pour que j'apprécie simplement le moment comme il le faut. Mais vaincre The Xtrem à la barbe et au nez de ses potes de l'UCW, c'était assez jouissant.


Meredith Filmore : Vous avez un réel amour de l'industrie, de tous ces aspects... Que préférez vous?

Kronos : En tant que booker et storyliner en chef, je peux faire ce que je veux quand je veux. Le plaisir que je peux avoir à la FGB est nettement différent du plaisir - éphémère trop souvent - que je peux avoir dans d'autres fédérations. Mon dernier passage à la SOW c'est fait dans l'indifférence général par exemple, j'ai compris que rester ou non était la même chose de toute façon. Quelque soit la féd ou j'allait, j'entendais toujours les mêmes discours: on a des plans. Mais au bout de six mois, je ne voyais rien arriver. Je suis devenu champion par équipe à l'UCW histoire de me donner quelque chose parce qu'on ne savait pas quoi faire avec moi. Je suis devenu le premier triple crown à la SOW mais cela n'a rien voulu dire de toute façon. Déjà à la FNNF, on nous crachait à la gueule d'autant plus que Sharpy et moi étions les seuls en équipe à valoir le coup, puisque nous battions tout le monde aussi bien dans un ring qu'en terme de promo. Ils nous ont donné les titres seulement parce qu'ils n'avaient plus personne.
Donc... si il y a quelque chose que j'apprécie dans cette industrie c'est que si cela ne vous plait pas, pour pouvez créer votre propre fédération. Il suffit ensuite de bosser, beaucoup. On n'a rien sans rien.

Meredith Filmore : Et au contraire, ce que vous méprisez ?

Kronos :
Les gens qui se disent être des vrais de vrais dans ce milieu et se permettent de vous dire ce que vous pouvez faire ou non. Combien de fois on a dénigré la FGB pour des raisons ma foi somme toute ridicules. La FGB ce n'est pas de la lutte, c'est de la comédie, c'est de l'absurde, on se moque de ce sport. Quand FireFighter a chuté de l'échelle de pompier à cause de Legion en direct, personne n'avait pourtant envie de rire. Quand il y a un Deadly Battle, un match où on doit littéralement tuer son adversaire, personne n'a envie de rire.


Il y a aussi le fait que la FGB est une fédération qui est française et surtout qui existe depuis aout 2007 sans interrumption, malgré nos problèmes avec les chaines de télévision. Certains s'imaginent qu'en tant que français, on ne comprend rien à la culture catchesque. Ne me demandez pas de l'expliquer, cela me parait tellement insensé que je ne comprend même pas leurs arguments...


Meredith Filmore : La FGB est impressionante par sa longévité... En 2015, vous voudriez changer quoi?

Kronos : La dernière chose en ce moment que je veux changer à la FGB c'est le format des shows. Amenez des nouveautés. C'est plus facile à dire qu'à faire. Je pense que Gigablast devrait, du moins pour ses premières émissions, ressemblez à ce que présentait Countdown. J'espère juste qu'on trouvera de quoi proposer de l'inédit.


Meredith Filmore : Il y a quelques semaines, vous êtes devenus le nouveau champion suprême... Quel est votre ressenti à ce tégard?

Kronos : Je te l'ai déjà dit tout à l'heure Mérédith, :mais j'ai vraiment adoré prendre ce titre en me foutant de la gueule des anciens de l'UCW. Maintenant, la seule envie que j'ai en ayant un treizième titre mondial c'est de le défendre un bon moment. Là, ça serait inédit. Parce que si on regarde bien, et qu'on enlève mes 9 règnes de champion du monde à la SPW, ce n'est que mon quatrième titre mondial depuis ces huit dernières années et on ne peut pas dire qu'ils laissent un souvenir impérissables, la faute au fait qu'on ne m'a jamais laissé vraiment le temps de prouver ce que je valais en tant que champion. J'ai été le premier champion poids lourds de la SOW et après un match, une défense contre Sharpy, la direction s'est servi de Darkside pour m'enlever le titre. Je n'ai pas eu le temps de vraiment régner... mais ce fut mon règne le plus long. A la WWA, j'ai conservé mon titre que quelques minutes à peine. Et à la FGB, j'ai pris le titre pour le ramener à la FGB après son vol par Tigerclaw qui représentait alors la WWA. Mais après, il y a bien fallu que je laisse la jeune génération le reprendre. Maintenant, je suis champion suprême à nouveau. C'est une chance que je ne vais pas laisser passer. N'en déplaiser à la jeunesse ou aux moins jeunes qui auraient aimé être à ma place. Je le leur dit: vous n'y arrivez pas de sitôt, à me délogez du haut de l'échelle.


Meredith Filmore : L'avenir pour vous, il est comment?

Kronos : En tant que champion ? Bah la réponse est dans la question. En tant que lutteur... Ah ah... Dire que tout cela est la faute de Kurt Copain. Quand j'ai pris ma retraite, je ne devais pas revenir la dessus. Hors, il y a eu un vice de procédure. J'aurais pu néanmoins rester chez moi mais j'avais souffert de pas mal de blessures au cou et au dos. Malgré le fait que je ne serais plus à 100%, cela va mieux, comme j'ai pu le prouver l'autre jour face à The Xtrem. Pour la FGB... l'avenir... Il semble que cela s'éclaircisse puisque Gigablast devrait nous arriver dans un mois ou début mars. Mais rien n'est acquis. Il faut continuer à travailler.
... En fait, j'évite de trop penser à l'avenir en ce qui me concerne. J'ai trop à penser avec la FGB. Pour le reste, on voit comment les choses arrivent et on agit en conséquence.


Meredith Filmore : Vous êtes le personnage le plus important de la fédération... Que pouvez vous raconter aux dans à propos de votre période comme boss de la FGB ?

Kronos : En fait, cela s'est fait naturellement puisque en tant que créateur de la FGB, la plupart avait du mal à ne pas me voir autrement que boss de la fédération. Maintenant, cela veut dire aussi se prendre les critiques en pleine tronche. Généralement, des critiques non justifiées, mais ça fait parti du boulôt. Le problème c'est qu'au bout d'un moment, vous êtes plus boss que lutteur, l'important alors fut de séparer ces deux entités. Maintenant j'ai plus de plaisir à être seulement lutteur. Cela me permet de prendre des vacances dans les stories, et ça fait taire le premier qui voudrait dire que je me met en avant dans ma fédération. J'aime faire taire les mauvaises langues. C'est typique de l'Institute: tout pour faire chier.


Meredith Filmore :
Les fans se demandent souvent aussi d'où sort votre gimmick?

Kronos : Mérédith... Vous connaissez ma gimmick ? Je n'ai pas vraiment de gimmick. Je suis le manipulateur né simplement parce que j'ai toujours eu en moi cette façon d'essayer de penser à tout, de m'attendre à tout. A force de regarder Mission Impossible il y a trente ans, pour dire la vérité. Il y a cette manie dans cette série où toute action est toujours voulu par les protagonistes. Ils pensent toujours à tout. Cela m'a appris à agir de la même façon, même si c'est impossible. De là, j'ai évolué dans la vie ainsi, et le personnage de Kronos du coup à suivi la même voie. Il faut savoir que quand je sors de l'Arena Macabra, je reste Kronos. Quand je rentre chez moi, je suis Kronos. Les repas de familles se font avec Kronos. Dans les chiottes... non, je ne vais jamais aux WC, je suis une princesse. ( rires )

Meredith Filmore : Etre un face, un gentil, ça vous traverse parfois l'esprit?

Kronos : Mmmm, je suis pas ce qu'on peut appeler un heel. J'ai déjà été catalogué face plusieurs fois, entre autre contre Balthazar et contre la guerre de la FGB contre la Horde de Legion. Contre Armada aussi. Mais je ne suis pas heel ou face. Je suis simplement un être avec ses humeurs. Comme n'importe qui j'agis bien ou mal selon les évènements. Mais bien ou mal, contrairement aux humains, je dois dire que j'agis tout de même mieux.

Meredith Filmore : On manque presque de temps... Quels sont les lutteurs que vous souhaiteriez affronter?

Kronos : Je ne vois pas... Il y en a tellement que j'ai affronté qui ne valait rien malgré ce qu'ils prétendaient être... Sharpy pourrait en parler puisqu'à l'époque de la FNNF, on en a détruit justement pas mal. Quand je dis détruit, je dis détruit. Ces équipes, comme les Leducs, ou l'Alpha-Omega, ne se sont jamais relevés de leurs défaite contre nous. Alors je ne crois pas que m'affronter soit une chance pour les autres. D'ailleurs généralement quand on leur pose la question, mon nom ne ressors jamais. Bah c'est pareil de mon côté. J'affronte qui se trouve devant moi, qui que ce soit. A mes débuts à la FNNF, j'ai voulu confronter Philo. Il a toujours refusé, et je ne parle pas de son personnage, mais bel et bien de la personne derrière, simplement car il valait mieux que ça, que je n'étais personne et que je n'avais aucun intêrêt. Bon aujourd'hui, Kronos est là. J'ai créer la FGB. Elle existe toujours. Philo lui... M'enfin.. tout ça pour dire que si on ne veut pas m'affronter, c'est bon, c'est pas moi qui vais demander. On prend les choses telles qu'elles sont. Le fait est que moi, je n'ai jamais refuser un match à quiconque. Ah si... à une nana qui est venu à la FGB plusieurs fois mais là c'est parce qu'elle n'est là que pour faire du mal à la fédération et donc elle a été viré à vie, donc ça ne compte pas. Na !

Meredith Filmore : Enfin, votre école de lutte... En êtes vous fier? Fier de vos poulains?

Kronos : Non, quand je vois Camus, Hurt, Lily Blood ou Kate, je fais la gueule. J'ai trop la honte. ( rires ). Bien sûr que je suis fier d'eux. Et fier aussi de ceux qui en sont sortis mais qui n'ont pas rejoint la FGB. Et de ceux qui y sont toujours. Camus a été le premier champion Lynx de la WWA. Lily Blood a eu le titre de vice-championne et a été la seule à pouvoir s'introduire dans le clan des Beastlords et à faire éléver le clan en véritable menace dans le monde de la lutte. Tout le monde aime Kate, sauf The Xtrem mais bon il n'a aucun goût. Quand à Hurt, il a subit un mauvais booking à la FGB. Tout comme Mad Mad Crazy. Tout ne fonctionne pas toujours comme on veut, mais je n'ai jamais eu à me plaindre d'eux. Ce sont des pros. Ils sont sortis de l'Ecole Sinistre en tant que pro et ils ont prouvé qu'on l'était vraiment en sortant de cette école.

Meredith Filmore : Merci d'être passé sur le plateau de MNM, Kronos! Merci à tous les téléspectateurs... Et à très vite! C'était Meredith Filmore pour Filmore Production.

@FGB WEB PROD 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Monday Night Meredith!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Monday Night Meredith!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shadow Night
» Fight Night Round 4
» Armée du chaos, Night Lord
» Le Golem dans Night slashers ?
» Castlevania: Symphony of the Night [Psone-Saturn-XLA]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'élite :: En coulisse-
Répondre au sujetSauter vers: