L'élite

L'élite

au firmament
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 les trépidantes aventures de Kate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: les trépidantes aventures de Kate    Lun 2 Juin - 16:36

"- Kate! Kate! Kate ! Mais où as tu donc la tête ma pauvre enfant! Bouge donc ce gros cul, mollassonne ! "

Voici donc un petit aperçu de mon cours de gymnastique, avec Miss Peag... Cette femme, c'est ma bête noire. Je ne suis pas la reine de la grâce et de la délicatesse, et elle se charge chaque jour de me le rappeler. Bon, pendant que je finis ma séance, je vais vous raconter comment tout a commencé.

Je crois que j'ai été mordu à l'âge de 9 ans. Pas par un clebs, hein, mais par l'amour de la lutte. Un vrai coup de foudre. Un après midi, alors que j'errais dans les rayons du plus grand Kronosmarket du pays, j'avais dû perdre ma mère au rayon lessive, j'ai été comme attiré par la plus belle tête de gondole (autrement dit tête de rayon) que j'ai jamais vu. Juste devant le rayon jouet, les figurines officielles de la FGB, classés du plus petit jobber au plus grand, l'unique, le seul, mon héro : Kronos! Mais bien entendu, il était perché tout là-haut, et moi avec mes 1,40m, il allait falloir que je grimpe.... Prenant mon courage à deux mains, je commençais à escalader la TG, quand soudain je sentis que quelque chose clochait. Mais têtue comme une mule, je continuais à m'accrocher et montais un étage de plus. Et là, je sentis qu'il n'était qu'à quelques centimètres de mes doigts. Mais j'allais devoir lâcher ma main droite pour l'attraper.... et puis soudain, je sentis que je perdais pieds. Mes ongles crissèrent sur la tablette métallique, et dans ma chute, j'embarquais la totalité des figurines, immanquablement suivies par les étagères. Je m'étalais de tout mon poids sur le carrelage du magasin, et devenait la cible des petits hommes en argent, qui semblait doués d'une vie propre, et choisissaient soigneusement l'endroit le plus douloureux pour tomber. Un seul ne me fit aucun mal. Avant de perdre connaissance, je vis vaguement une main d'homme me tendre la figurine majestueuse de Kronos. Je me cassais trois côtes dans cette aventure, et je gardais les cicatrices des figurines pendant un long moment. Mais dans la poche de mon jean's troué, il y avait toujours mon Dieu, mon héros pour veiller sur moi.

Et il s'employait à la tâche, je dois dire, comme il le faisait à la télévision. Pas un seul jour sans qu'il ne m'arrive une merde. le café renversé, les flaques d'eau qui t'arrivent aux genoux, les situations les plus grotesques qui te font penser qu'un jour, tu as du faire une énorme connerie pour que Dieu t'en veuille autant!

Toujours est-il, que dans mon existence médiocre, avec mon petit job à mi-temps de secrétaire dans une énorme société de finances, je faisais mon maximum pour raser les murs et éviter le pire. Mais croyez moi, il y a toujours pire!

Donc un matin, alors que je profitais de ma journée de congé pour faire mes courses dans le fameux Kronosmarket, j'étais accroupie pour attraper le paquet de cacahuètes premier prix, quand je m'aperçus qu'un nain habillé en costume vert à paillettes façon fièvre du samedi matin me fixait bizarrement. Je ne lui prêtais pas vraiment attention, il devait y avoir une animation quelque part dans le magasin. Je jetais mon paquet de cahuétes en me relevant et poussait mon cadis vers les fruits et légumes. C'est là que je vis un deuxième nain. Tout à fait identique au premier, si ce n'était la couleur du costume, rouge à paillettes. L'étudiant plus en détail, je remarquais qu'il portait une grosse barbe. Je ne sais pas pourquoi, il me fit penser à Randy Madness. Je souris à cette idée, j'avais sa tête de pervers sur mon slip favori. Plus je m'approchais, et plus il me dévisageait. J'étais intriguée. Cependant, en passant à côté de lui, il ne me dit rien. Il se contentait de me regarder. Je haussais les épaules et continuais mon chemin. Alors que je saisissais un sac plastique pour y fourrer quelques poires, je sentis une petite main se poser sans ménagement sur ma fesse gauche. Un cri de surprise s'échappa de ma bouche, mais avant que j'ai le temps de voir qui était l'immonde cochon qui s'était permis une telle familiarité, j'entendis un petit rire et vis un costume jaune à paillettes s'enfuir. Contrariée, mais pas décidée à me ridiculiser en public, je pris sur moi et finis de choisir mes fruits et mes légumes avant de sortir du rayon. Et là, pile devant moi, un nouveau nain, tout de blanc vêtu, éclata de rire devant mes yeux furibonds! C'est alors que je sentis de nouveau non plus une mais deux petites mains de nain me peloter le cul en plein milieu du rayon charcuterie! Cette fois ma dignité passa en second. Je saisis d'une main mon sac à main, de l'autre le pack de lait, et les collaient dans la tronche des ignobles petits gnomes qui m'avaient outrageusement manqué de respect. Sous l'impact, le pack se brisa et plusieurs litres éclatèrent sur le nain. L'autre me piqua mon sac à main. La honte internationale. Je partis à la poursuite du gnome jaune voleur de sac. Je passe les détails de cette course poursuite, en tailleur et talons hauts, les chaussures mouillées par le lait qui glissent sur le carrelage et les gamelles qui vont avec, sans compter le rire des passants. Je croisais les sosies de St Galaad et Grandgousier au rayon fromage, un promo sur le Munster et la Tartiflette, et enfin je le poursuivis jusqu'aux pâtisseries. Et là je le vis, mon idole, occupé à remplir le bac réfrigéré des gâteaux. Mon Kronos, beau, le sourire éclatant. Dans ma contemplation, je ratais le virage et embrassais le chariot à pain. Etalée dans les miches du jour, les joues pleine de larmes, je vis sa main se tendre vers moi.


- ça va ma p'tite dame?

- K... K.... K....

- Vous vous êtes payée une belle gamelle! Dommage que les journaleux sont pas encore là, on filme les animations que cet aprem...

- Les ani.... mations?

- Ben ouais! Z'avez pas remarqué qu'on est tous déguisé en stars de la lutte? Il est réussi hein mon costume? Parait que je lui ressemble en plus!

- Ah .... c'est pas vous alors... Kronos.

- Ben non. Vous croyez quand même pas qu'il se casserait le cul à remplir les rayons, ni même que Madness viendrait avec ses frères s'occuper du stand charcuterie! Si vous voulez croiser une star de la lutte, faut aller la chercher dans l'arena ma p'tite dame!

Voyant mon regard triste, il me fit un clin d'oeil.

- Faut croire en vous m'dame, on dit qu'il ramasse n'importe qui, même les clodos ont leur chance! Tenez - il me tendit une carte de visite toute abimée- j'ai une cousine qui bosse là-bas, elle s'occupe des costumes. Dites lui que vous appelez de ma part, j'm'appelle Gustave! On sait jamais, y aura peut être un job pour vous... sortir des clebs ou faire l'inventaire du frigo, qu'est ce que j'en sais! Allez j'vous laisse faut que j'aille réparer tout ça. Hep, au fait, la note, j'la fais envoyer à quelle adresse?

Tandis que je me relevais péniblement et murmurais mon adresse au faux Kronos, je me frottais l'arrière du crâne en réfléchissant à mes chances d'obtenir un boulot à la FGB. Je rajustais ma jupe de tailleur et remettais de l'ordre dans mes cheveux, puis m'avançais avec le peu de dignité qui me restait vers mon caddy. C'est là que je vis le nain jaune voleur jeter mon sac à l'intérieur. Avant que je puisse le rattraper, il avait disparu. J'ouvris mon sac: comme je m'en doutais, il m'avait taxé ma carte de crédit et mon porte monnaie. Mais au moins il m'avait laissé mes papiers et mon portable. J'appelais aussitôt ma banque pour faire opposition puis j'abandonnais mon caddy sans même lui jeter un dernier regard. Ma journée était foutue, je n'avais plus qu'une envie, me coucher et dormir. Oublier ce désastre. Une fois dehors, je vis un clodo tendre une pancarte devant lui. "SAISIS TA CHANCE". Dans ma tête, je lui dis "pauvre con". J'étais blasée. Je gagnais ma voiture et remarquais un petit message sous mon essuie glace ... cassé. Putain, quelle poisse! J'allais enlever le message, l'essuie glace me resta dans les mains. Je lus les quelques mots : "REJOINS NOUS A LA FGB- RAYON CHARCUTERIE". Je jetais le mot par terre après l'avoir froissé et grimpais dans ma voiture. Quand je mis le contact, j'entendis quelqu'un frapper au carreau, et regardais avec dépit le gendarme qui désignait le petit papier par terre. 20 euros d'amende. Chiotte. Je reculais avec précaution, parano, puis rentrais à deux à l'heure chez moi. Je m'enfermais à double tour. Qu'est ce qui pouvait m'arriver de pire aujourd'hui. Mon frigo était vide à cause de ce putain de nain, j'avais mal à la tête, et au cul, mes bas étaient filés, mon honneur depuis longtemps bafoué, et je n'arrivais pas à m'enlever cette idée farfelue de la tête. Pourquoi ne pas essayer d'entrer à la FGB? J'allumais la télévision et me gavais de tout ce qui passait, pour finir sur la chaîne la plus intéressante. On rediffusait les plus grands matchs du PPV. Après avoir sifflé la moitié d'un litre de GET 27, à 15 h30 précises, je m'enfonçais dans un bain tiède bien mousseux. Sur la tablette du lavabo, la petite statuette de Kronos m'observait. Après quelques caresses érotiques solitaires, je jouissais avec extase puis me laissait gagner par une torpeur délicieuse. Je m'éveillais une trentaine de minutes plus tard, l'eau était froide et ma peau moite. Mais je sentais bon et un instant je crus que j'étais heureuse. Cela ne dura pas longtemps. Je glissais sur une flaque d'eau en sortant du bain et me cognais la tête contre le rebord de la baignoire. Des étoiles dansèrent devant mes yeux. En fait non. C'était les minis Madness qui dansaient devant mes yeux. Je touchais mon crâne et regardais mes doigts couverts de sang. Je manquais de tourner de l'oeil.

- PUTAIN DE BORDEL! J'EN AI PLEIN LE CUL DE CETTE VIE DE MERDE!

Je ne saurais dire ce qui déclencha cette crise de folie: le coup à la tête? L'alcool? La goutte d'eau qui faisait déborder le vase? Toujours est-il que je gagnais ma chambre, enfilais ma culotte Randy Madness, sautais dans mon jean's fétiche dans lequel je glissais ma statuette, et passais mon t-shirt, "FGB, forever". Tout d'abord, je voulais me venger de l'épisode du magasin. Je montais dans ma caisse et fonçais à vive allure. Je me garais comme une merde, devant la porte. Renafoutre! Je passais les portiques et me dirigeais vers le rayon enfants. Je saisis les deux plus gros pistolets, ouvris les boites et remplissais les chargeurs et mon sac à rabord. Puis direction le rayon charcuterie. Mes nains étaient là, tout sourire. Ils me reconnaissaient. Ils avaient l'air si innocents. Je sortis les énormes pistolets de derrière moi, et sans tir de sommation, je les dézinguais. Je visais le visage, et surtout les couilles. Sans m'en rendre compte, je riais comme une folle. Ils gisaient au sol, et moi je continuais à décharger mes armes sur eux. Quand mes chargeurs et mes réserves furent vides, je m'aperçus qu'ils pleuraient. Et moi aussi. Les gens étaient figés autour de nous. Les caméras ne perdaient rien du spectacle. Je tombais à genoux, comme au ralenti. Alors que les agents de sécurité s'avançaient vers moi pour m'attraper, un des nains se releva, le petit jaune. Il s'approcha de moi avec pitié et m'observa un moment. Tout le monde était suspendu à ses lèvres. J'attendais un geste, une parole de bonté, de pardon. Il me colla son poing dans la gueule.

Moralité, quoique tu penses, il y a toujours pire. Mais la vie n'est pas toujours aussi pourrie. Le soir même, les images de cette histoire rocambolesque furent diffusées à travers tout le pays. Et le lendemain, l'affaire avait pris une autre tournure. Les nains étaient en fait une bande de cambrioleurs qui avaient prévu de braquer la banque située à côté du Kronosmarket. Mon intervention avait attiré le regard des autorités, et après avoir été placé en garde à vue, les nains furent confondus et incarcérés. Soudain je devenais l'héroïne du jour. Mon aventure tournait à mon avantage. Et lorsque je fus contactée par la compagnie pour obtenir un bon d'achat en guise de récompense, je refusais poliment et demandais un rendez vous avec le service de recrutement de la FGB. On me dit qu'on me rappellerait. J'avais déjà entendu ça, je n'y pensais déjà plus en raccrochant. Ma vie les jours suivants changea un peu, on me reconnaissait dans la rue. Je signais quelques autographes. Et puis un jour, en sortant du travail, une limousine d'un blanc étincelant s'arrêta devant l'immeuble où je travaillais. Un homme noir très grand et fort se dirigea vers moi et m'offrit de me raccompagner. Je refusais poliment, persuadée que c'était un traquenard. Mais il insista. Son patron n'était autre que mon patron, et il souhaitait me voir. Monsieur Murray avait des choses intéressantes à me dire. Finalement je cédais, j'avais le vent en poupe, et puis j'étais curieuse de savoir ce qu'un milliardaire mettait dans les coffres de sa limousine. Pas vous ?


A suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mar 3 Juin - 21:58

SUITE...

- Kate, attentionnnnnnnnnnnnn

Trop tard ! A peine étais je sortie de mes songes que je me prenais un coup de savate en pleine tronche. K.O. Il me fallut deux bonnes heures avant d'émerger complétement. Et durant tout ce temps, j'entendis des brides de conversation entre Madame Peag et Howard, mon boss, celui qui avait misé sur moi. Ou peut être avais je rêvé toute cette histoire, jusqu'à cette sordide histoire de statuette. Je ne savais plus qui j'étais, ni ce que je faisais là. Il paraît que c'est normal quand on prend un KO. Je n'en savais rien non plus, c'était mon premier et probablement pas le dernier. J'essayais de chercher dans ma mémoire pourquoi je suivais depuis quelques mois cette foutue formation de lutte, moi qui n'avais jamais foulé un ring jusqu'ici, et qui évitais toute altercation musclée. Certes mes idoles m'avaient toujours fortement impressionnées, inspirées, mais de là à passer de l'autre côté de la barrière, il fallait sans doute être folle.

J'entendis dans ma tête les rires de mes collègues de bureau... qui ricanaient dans mon dos lorsque j'allais me chercher un café au distributeur, bizarrement en panne quand j'en avais besoin. Malgré mes violents coups de pieds – inoffensifs pour l'appareil- je repartais chaque fois bredouille, avec des bleus plein les jambes et l'honneur bafoué.... quoique celui-ci m'avait déjà quitté depuis bien longtemps. « pauvre fille ! » , « complètement tarée ! », « loser ».... Je soupirais. Folle je l'étais certainement. Lasse de tout ce tapage dans ma tête, je me relevais en prenant celle ci dans mes mains. Je sentis une énorme paume se poser sur mon épaule et une voix grave me prévenir : « doucement, mademoiselle Smith. Doucement ». La douceur de cette voix me surprit, et en relevant la tête je reconnus le chauffeur/garde du corps de Monsieur Murray. Il était gigantesque, et dans ma tête je lui trouvais une ressemblance avec cet acteur qui jouait dans la ligne verte et armageddon... zut, comment s'appelait il … ah oui ! Michael Duncan... ouais, c'est vrai qu'il y avait un air... bref, Murray finit d'invectiver Mme Peag et fit signe à son homme de main qu'il en avait fini. Aussitôt, deux bras me soulevèrent du tapis de gymnastique et m'emmenèrent vers la sortie. J'eus beau protester, rien n'y fit.


- Je sais marcher !

- Je n'en doute pas.

- Vous n'avez pas le droit !

- Bien sur que si !

- Déposez moi tout de suite ou bien... ou bien …

- Ou bien quoi ?

Il me fit les gros yeux et je fermais ma grande bouche, mais croisais obstinément les bras en signe de protestation. Son rire sonore s'éleva dans les airs. Je ne voyais pas le boss, mais je savais qu'il était là, derrière nous. Je sentais sa présence, il ouvrit même la porte de la limousine. Le géant me jeta manu militari à l'intérieur, sans un égard de plus pour moi. Mon cri fut étouffé par la banquette en cuir fauve. Consciente de la vue que mon boss devait avoir de moi, à me regarder vautrée comme un sac de pomme de terre, en leggings moulant rose bonbon et t-shirt taille 5XL, je me redressais en feignant l'outrage et retapais ma coiffure. Murray s'installa en face de moi, son élégance et sa virilité m'éclaboussant au passage.

- C'est la troisième fois que Madame Peag me fait venir, Kate.

Je distinguais un mélange de reproche et de lassitude dans sa voix. Il se frotta la machoire et je remarquais seulement sa mine fatiguée. Il avait surement d'autres choses beaucoup plus urgentes à gérer. Même les autres lutteurs dont ils s'occupaient lui faisaient moins de soucis... Je baissais la tête et murmurais de vagues excuses.

- Je suis navrée... je vous avais dit que j'étais nulle avant même de répondre à votre offre... si vous voulez qu'on arrête, je comprendrais.

Je fixais obstinément mes pieds. Je sentis sa main sous mon menton, il m'invitait à relever la tête.

- Kate, tu vas réussir. Tu as juste besoin d'un peu plus d'entraînement que les autres. Tu n'es pas mauvaise, Madame Peag dit que tu te débrouilles très bien, mais tu es... comment dire...

- Maladroite ?

- Oui, c'est cela! Tu es  maladroite. Et assez étourdie. On se demande si tu as jamais vu un match de lutte de ta vie... Mais je connais bien des personnes qui réussissent dans le milieu malgré cela.

- Ah oui ? Qui ça ?

Il chercha quelques instants, mais finalement abandonna.

- Peu importe! A la FGB, tout est possible! Je suis certain que tu as une chance de réussir là bas!

- Monsieur Murray ?

- Allons, appelle moi Howard.

- Euh... Monsieur Howard, pourquoi moi ?

Il resta silencieux un moment, puis détourna son regard vers l'extérieur. Quand il tourna à nouveau son visage vers moi, je lus une telle sincérité que je restais sans voix.

- Parce que tu ne ressembles à personne d'autre, Kate. Tu es unique : naïve, pétillante, un peu gauche et pourtant tellement attachante. Le public va t'adorer, il va s'identifier à toi. Les lutteurs d'aujourd'hui, surtout ceux qui jouissent d'un statut quasi légendaire, sont complètement déconnectés de la réalité. C'est malheureux, mais même les plus altruistes finissent fatalement par ne plus voir que le bout de leur nez. Le succès, la gloire changent les gens, Kate. Mais toi, avec ton physique banal, ta cellulite et tes maladresses, tu n'oublieras jamais d'où tu viens, tu te souviendras toujours de tes blessures, tu seras à jamais la brave fille, la bonne copine, l'épaule sur laquelle tout le monde peut compter.

Je fus partagée entre l'envie de me pendre et celle de sourire. Etait-ce un compliment ?

- euh... merci.

- Ne me remercie pas. Tu n'es qu'au début du parcours, et très bientôt tu débuteras à la FGB. Tu souffriras comme personne n'a jamais souffert, tu seras méprisée, humiliée, tu vas te faire piétiner comme une merde. Mais à chaque fois, tu te relèveras et tu poursuivras ton chemin.

- Pourquoi ?

- Parce que c'est la voie que tu as choisi, ma petite. Et puis aussi pour l'argent, faut pas se cacher la vérité, c'est un boulot qui paye bien. Même avec les 60% que je vais prélever sur tes cachets, tu en auras encore bien assez pour te payer des fringues dignes de ce nom. Mais pas trop souvent quand même, hein, faut en mettre un peu de côté aussi, au cas où...

Je baissais les yeux sur l'horrible tenue de sport. De vieux habits récupérés aux puces.... Lui portait un costume de chez Armani. Brusquement sans prévenir, la limousine pila net, projetant Monsieur Murray sur moi. J'étais écrasée sous son corps musclé et parfumé. Son eau de parfum devait lui avoir couté un bras. Malgré moi j'avais passé mes mains autour de sa taille, par réflexe. Il pesta contre le chauffeur mais ne se dégagea pas tout de suite. Les yeux écarquillés, je retenais mon souffle... Bon Dieu, ça faisait combien de temps que je n'avais pas fait l'amour avec un homme ? Mon cœur battait la chamade. Mon dieu mais pourquoi je pensais à des trucs pareil moi? Aucune chance que ce mec ait la moindre envie de me culbuter dans sa limousine! Sa dernière conquête était un top model super célèbre et franchement, sans ce reportage grotesque au Kronosmarket, il n'aurait jamais posé les yeux sur moi. Je sentis qu'il gigotait contre moi et finit par regarder ce qu'il faisait. Non mais il n'était quand même pas en train de se frotter le sexe contre mon épaule? Avec une grimace de dégout, je tournais la tête et compris finalement que sa cravate s'était coincée derrière mon siège. Ouf! J'essayais de l'aider, mais je ne fis que l'énerver un peu plus. Quand finalement il se dégagea en crachant des jurons que je ne connaissais même pas, il me fustigea d'un regard noir qui fit retomber ma poussée d'hormones jusqu'au fin fond de mon utérus.

- Bon ! Toujours est-il que les cours en groupe ne seront pas suffisants, tu vas devoir suivre un entrainement intensif avec des professionnels en plus. Dorénavant, mon chauffeur viendra te chercher tous les soirs à 19 heures.

- Mais monsieur, je vais être épuisée pour mon travail...

- Pas grave, de toute façon, c'est pas comme si tu servais à grand chose là-bas. (il renifla bruyamment) Tu n'as pas besoin d'avoir l'esprit clair pour faire des photocopies !

La brutalité de sa remarque me heurta de plein fouet. Je chassais les larmes qui menaçaient de s'écouler de mes yeux et tournais la tête vers l'extérieur. Certes il avait raison, mon boulot n'était pas à proprement parler un sacerdoce. Le silence régna jusqu'à ce que la voiture s'arrête devant l'immeuble où j'habitais. Alors que j'allais sortir du véhicule, il m'attrapa le poignet et lança sur un ton qui se voulait un peu plus chaleureux : « bonne chance, Kate. Ne te décourage pas. »

Dans cette phrase, je n'entendais que la mise en garde dissimulée: « ne me déçois plus maintenant ». Je lui fis un signe de tête et sortit aussi vite que possible. D'ailleurs je remontais les huit étages sans ascenseur d'une seule traite en courant, la honte me serrant l'estomac. Je vomis ce qui me restait de mon déjeuner, puis me glissais sous la douche. Je restais là un long moment, toute habillée, sous le jet d'eau tiède, à sangloter comme une pauvre malheureuse, assise dans ma douche pas italienne. La tristesse de ma vie m'apparut dans toute sa laideur : alors que j'étais sur le point de franchir un nouveau cap, alors que n'importe qui aurait saisi cette opportunité à bras le corps et en aurait éprouvé de la joie, l'averse continuait s'abattre sur moi. Je criais pathétiquement:


- POURQUOI ?! POURQUOI ?!

Quand le ballon d'eau chaude fut vide et que je commençais à me geler les miches, je sortis et m'essuyais avant de m'envelopper dans un énorme peignoir de bain. Je pris la télécommande et m'abrutis la tête de séries débiles, avant de m'endormir, épuisée. Mais une voix me sortit de mon sommeil. SA voix! Je me redressais tellement vivement que je me coinçais les cervicales. En grimaçant sous la douleur, je m'agenouillais et commençais à prier. J'ignorais pourquoi je faisais cela. C'était comme un rituel. Jusqu'à ce qu'il disparaisse de l'écran, je ne cessais de le supplier de m'aider à me surpasser, pour enfin, enfin être digne de fouler les marches qu'il empruntait. Avant d'aller me recoucher, cette fois dans mon lit, je reposais avec précaution ma statuette fétiche sur ma table de chevet et ne le quittait pas des yeux.

Les semaines qui suivirent changèrent ma vie. Mme Peag en fut la première surprise. Howard, enfin Monsieur Murray, m'avait dégoté un coach à la Cris Powell et en à peine quelques semaines, non seulement ma silhouette avait radicalement changé, mais en plus j'étais une élève appliquée et même si ma technique était encore rudimentaire, j'étais désormais capable de faire mon entrée dans le grand monde. Et je n'allais pas tarder à comprendre que finalement, même si ma vie changeait, la poisse, elle, était toujours là. Mais j'approchais de mon rêve, il était là, à portée de mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mer 18 Juin - 13:27

DING DONG !

Qui peut bien venir me casser les bonbons à cette heure-ci… d’ailleurs quelle heure est-il ? Un bref coup d’œil à mon réveil me fait comprendre qu’il est temps que je me lève. Aïe ! Quel mal de tête ! La tête posée sur l’arrière de mon crâne, je traîne les pieds jusqu’à la cuisine. Un bon café me fera du bien. Heureusement ma cafetière est programmable, le café est donc déjà prêt…

DING DONG !

La tasse à la main je vais ouvrir au malotru qui devrait déjà savoir qu’il dérange… ou pas. Debout face à la porte, Howard Murray me dévisage avec une mine des mauvais jours… Merde. Ouvrant la porte toute grande, je le laisse entrer et referme derrière lui.

Murray : ça fait une heure que j’essaie de te joindre ! Tu crois que je n’ai que ça à faire de venir chez toi pour débriefer ?

Kate : rien ne vous y oblige.

Voilà c’est dit, je suis de mauvais poil et je n’ai pas envie du tout de faire mon mea culpa.

Murray : Qui de nous deux a 1, rater son premier match et 2, s’est fait défoncer par une bande de parasites ?

Oulla, j’vais te le foutre dehors par la peau des fesses moi !

Kate : qui de nous deux n’a 1, pas combattu ce soir-là et 2, a peut être mis la barre trop haut ?

Murray : hey oh ! C’est toi qui voulais faire ce match, moi j’étais pour trouver un arrangement avec le boss pour t’éviter exactement ce qui est arrivé ! C’est pas étonnant que des lâches s’en prennent à vous, débutants, pour se faire remarquer et essayer d’obtenir une place dans le prochain PPV. Ce qui en revanche est étonnant, c’est que vous vous soyez laissés écraser comme des insectes ! Bordel ! Vous croyiez quoi en arrivant à la FGB ? Que vous alliez glander en attendant qu’on vous donne votre chance ? Faut vous sortir les doigts du cul et foncer dans le tas !

Très franchement, ma carrière ne dépendrait pas de lui à cet instant, je lui aurais balancé mon café à travers la tronche. ZENNNNNNNNNNNN!!!!

Kate : qu’est ce que vous vouliez que je fasse ! On a été surpris, et on sortait d’un match assez compliqué… que je n'ai peut être pas gagné mais pas perdu non plus ! J’ai fait ce que j’ai pu, et surtout j’ai compris qu’on ne pouvait faire confiance à personne. Que ce soit nos partenaires ou nos adversaires. Y aura toujours quelqu'un dans le coin pour saboter un match ou casser du bleu!

Murray me sourit soudain.

Howard : bien ! Tu auras au moins appris ta première leçon. Et sans doute une des plus essentielles. Pour arriver au niveau des plus grands lutteurs de cette fédération, il est nécessaire de se montrer méfiant et surtout pragmatique. Tu dois apprendre à connaître les codes du métier, et il n’y a que la pratique qui va t’enseigner ceux-ci. Maintenant, observe, écoute, et analyse les choses. Avec le recul, d’ici à ton prochain combat, tu vas comprendre tes erreurs et t’appliquer à ne plus les reproduire. Et surtout, tu as maintenant des noms à mettre sur ta liste.

Kate : des noms ? Une liste? Quelle liste?!

Murray : oui, Kate. Les premiers noms des lutteurs que tu ne rateras pas la prochaine fois. Je t’ai apporté un cadeau.

Il sort de sa poche un petit carnet qu'il me tend.

Murray : tiens, c’est pour toi. Sur ce carnet, tu noteras tous ceux qui saboteront tes combats, tous ceux qui te mettront des bâtons dans les roues, tous ceux qui te toiseront d’un regard méprisant, tous ceux qui te battront.

Kate : il me reste un peu de cervelle, je crois pouvoir la faire fonctionner assez pour me souvenir de leurs noms.

Murray : non, Kate, tu as tort. Regarde ce qui se passe aujourd’hui. Beaucoup de lutteurs qui se prétendent amis se tournent le dos. Ceux qui ont un jour aimé leur public le dénigrent à présent, ceux qui se sont déclarés la guerre se retrouvent et s’allient. C’est la vie. MAIS! jamais tu ne dois oublier qui tu es en ce moment, jamais tu ne dois oublier ce que tu as accompli pour y arriver. Dans quelques semaines, déjà tu seras plus forte, plus expérimentée. Et dans quelques mois, tu seras plus forte encore, peut-être même auras-tu des opportunités pour accéder à un titre. A ce moment-là, tu auras besoin de ce carnet, pour te retrouver, te recentrer sur toi-même et sur tes objectifs. Grâce à lui tu garderas les pieds sur terre et tu pourras remporter un titre.

En prenant le petit carnet, je reste un moment silencieuse. Je sais qu’il a raison, mais entre nous, ça m’écorchait la gueule de le lui dire. Il regarde sa montre et me tape doucement l’épaule.

Murray : habille-toi, je t’emmène à l’entraînement.

Sans dire un mot, je file à la douche et après m’être déshabillée, savoure l’eau tiède qui déferle sur moi. Jusqu’au moment où il n’y a plus que de l’eau froide.

Murray retient son rire en entendant la jeune femme jurer sous la douche. Impossible de s’ennuyer avec cette fille, même pour des gestes anodins de la vie courante, il lui arrive toujours une tuile ! Pourvu que ce ne soit pas contagieux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Dim 29 Juin - 18:08

Kate était en train de danser comme une fofolle dans son salon, t-shirt blanc moulant sans soutif et culotte randymadness, en écoutant une playlist de Beyoncé. Elle est seule dans son appart, à part le chat qui dort sur la chaise en la regardant avec dédain.

Quand soudain quelqu'un sonne à la porte. Kate saute dans son shorty ultra court en jean et va ouvrir. Gloups ! C'est Mister Murray qui lui rend une petite visite surprise. Bon pas grave, elle est vraiment de bonne humeur, faudrait y aller pour changer ça !

Murray entre et observe le petit désordre ambiant, rien de méchant, quelques fringues par-ci par-là, des godasses pas très rangées et une tasse de thé froid qui traîne sur la table basse. Sans compter la chaîne hifi qui hurle de la musique de gonzesses.


Howard : j'te dérange ?

Kate : non pas vraiment. C'est mon jour de repos aujourd'hui, alors j'en profitais pour me détendre un peu.

Howard : je ne savais pas qu'il y avait des jours de repos à la FGB....

Kate : et bien maintenant vous le savez !

Elle lui tend un sourire qu'elle espère communicatif. C'est un début de sourire qu'elle voit là ? Presque !

Kate : j'vous offre quelque chose à boire ? Un thé ? Café peut être ? Une bière ?

Howard la regarde bizarrement. Ah, c'est vrai... elle n'a pas de soutien-gorge, et ça ne lui a pas échappé. C'est vrai que ces petits seins soient vraiment très mignons sous le fin tissu blanc...C'est sûrement ce qu'il est en train de penser !Il met les mains dans les poches (un truc de mec pour ne pas que ça se remarque ?)

Howard : un thé, ce sera très bien.

Il s'approche de la baie vitrée, cet appartement est décidément bien mieux que l'ancien. Une chance qu'un ami notaire le lui ait trouvé pour un prix défiant toute concurrence. En plein cœur de Manhattan, une affaire comme celle-là, il ne fallait pas la rater ! Et comme il voulait récompenser sa petite protégée, ça tombait au bon moment.

Howard : l'appartement te plaît ?

Kate : HEIN?

De la cuisine, elle n'entendait pas bien, et avec la musique et la bouilloire qui commençait à chanter...

Howard : je dis : 'L'APPARTEMENT TE PLAIT ?

Kate : OH ! OUI BEAUCOUP !

Elle termine de préparer et rapporte un plateau avec la bouilloire, le thé, une tasse, du sucre... bref tout ce qu'il faut pour se faire un thé, quoi !

Howard s'installe sur le canapé, après avoir poussé une chemise blanche froissée et un soutien gorge en dentelle. Elle s'empresse d'enlever tout ça et jette tout sur le lit dans sa chambre, avant de fermer la porte et de revenir. Elle s'installe en face de lui sur un fauteuil avec sa propre tasse. Le liquide froid lui tire une grimace, mais elle n'a pas envie de retourner dans la cuisine la vider. Elle veut savoir ce qu'il est venu lui dire.

Howard : tu m'as beaucoup surprit l'autre jour face à Richard Vault. C'était … insensé, dangereux... et …

Kate : audacieux ?

Howard : en effet. Tu sais à qui tu as à faire au moins ?

Kate : non. Et je m'en fous. C'est rien qu'un type qui se cache derrière ses gardes du corps et qui nous attaquent par derrière. Ce genre de type, ça ne mérite pas qu'on les craigne. Moi il ne me fait pas peur ! J'ai appris à me défendre, vous savez?

Howard : bien sur, c'est moi qui paye... je ne parle pas des attaques en backstage ni sur le ring, Kate. Ce mec est probablement capable de s'en prendre à toi à l'extérieur aussi.

Kate : c'est illégal, et c'est puni par la loi.

Howard se met à rire.

Howard : tu es si innocente, Kate ! J'adore ça ! Cela dit, personne à la FGB n'est innocent. Chacun d'entre eux est prêt à tout pour gagner ou simplement marquer des points pour obtenir les ceintures. Quite à écraser les autres. Je ne veux pas que tu te berces d'illusion. Price ne vaut pas mieux, tu sais. T'impliquer pour lui ou pour tout autre mec qui a l'air un peu sympa est un risque que tu payeras plus tard. Je ne veux pas que tu grilles ta carrière pour quelqu'un qui te tournera le dos quand tu auras besoin d'aide.

Kate : Je suis peut être une bleue, mais j'ai l'oeil d'un aigle ! Je n'ai peur de personne. Surtout pas de ce Vault. D'ailleurs, vous avez vu ? Je l'ai frappé, et je suis toujours là. Je suis sure qu'il a aimé ça en plus. Vous savez, les gros durs, ils aiment ça quand on leur rentre dedans ! Ils n'y sont pas habitués, d'habitude tout le monde leur mange dans la main, tout le monde leur fait des courbettes. Avec moi, ce sera pas comme ça. Ce sera claque dans la face et coup de pied au cul !

Howard se met à rire, ce qui déçoit un peu la jeune femme.

Kate : vous ne me croyez pas, n'est ce pas ? Je ne peux pas vous en vouloir, je suis nouvelle et mon ambition peut paraître un peu... bizarre.

Howard : non ce n'est pas ça, Kate. C'est ton insouciance qui est tellement... rafraîchissante ! Je sais que tu es capable de rivaliser avec certains lutteurs, ne t’inquiète pas de ce que les autres pensent. Ce qui compte, c'est le résultat du match.

Kate : ouais mais pour l'instant, y a pas de match. Et pas de match, pas de carrière.

Howard : ça va venir. Ne t'en fais pas.

Kate : J'espère.

Howard repose sa tasse et se lève, la jeune femme l'imite, sachant que cela signifie son départ.

Howard : réfléchis à ce que je t'ai dit à propos de Price et des autres personnes « sympas ». Je t'assure que ça ne vaut pas la peine.

Kate met ses mains sur ses hanches et le regarde avec l'air le plus sérieux qu'elle n'ait jamais eu.

Kate : Monsieur Howard ! Peut être qu'ils n'en valent pas la peine, peut être que je me ferais avoir, peut être qu'ils me planteront un poignard dans le dos un jour … mais pour l'instant, je fais ce que mon instinct me souffle ! Chaque fois que ce « Vault » ou qui que ce soit d'autre s'en prendra à des gens devant moi, des gens innocents, je ne pourrais pas m'empêcher d'intervenir ! C'est dans mon caractère, vous comprenez ? C'est peut être bête, c'est peut être risqué pour ma carrière, mais je ne peux pas faire autrement ! C'est moi ! C'est comme de tomber d'un arbre en allant sauver un petit chaton et de se faire griffer en prime ! C'est comme de laisser sa place à une vieille dame et de s'apercevoir qu'elle vous a piqué votre porte feuille ! Ces trucs arrivent et on ne peut pas les empêcher. Ma grand mère me disait toujours : « Katie, la peur n'évite pas le danger ! ». J'en ai tellement pris plein la gueule dans ma vie, en pensant que c'était ma faute, que je le méritais ! Aujourd'hui je crève d'envie de redresser la tête et d'affronter mes peurs, je veux réinventer ma vie, je veux être quelqu'un de bien, quelqu'un qui agit dans l'intérêt de tous.

Howard l'observe sans dire un mot. Puis il tourne les talons. Avant de quitter l'appartement, il lui lance simplement, avec un sourire sincère :

Howard : c'est pour cela que je t'ai choisi. Toi et Carrie, vous êtes les personnes les plus fortes que j'ai rencontré dans ma vie. Continue ainsi, tu peux compter sur moi pour te soutenir.

Il sort une petite carte blanche de sa poche et la pose sur le petit meuble de l'entrée.

Howard : c'est mon numéro personnel. Si tu as besoin de quoi que ce soit, à n'importe quel heure, appelle moi.

Puis après avoir échangé un long regard avec la petite blonde, il tourne les talons.

Kate court voir la carte. Effectivement, il y a griffonné son numéro de portable. Son cœur bat très fort dans sa poitrine pendant un moment, durant lequel elle s'observe dans un miroir carré. Est ce que c'est elle qu'elle voit là, en face ? Cette jeune femme au regard déterminé, les joues toutes roses ? Elle se sourit et se décide à bouger ses fesses de là. Elle attrape son sac de piscine et coupe la musique avant de sortir à son tour de l'appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Jeu 10 Juil - 13:12

Kate se tient assise sur le banc de l’infirmerie, un sac de glace sur le front qu’elle maintient fermement. Son agent, Howard Murray est à ses côtés, il semble contrarié.

Kate : vous m’en voulez n’est-ce pas ?

Howard : mais non ! Quelle idée !

La jeune femme sanglote. Super, manquait plus que ça, voilà qu’elle chiale maintenant !

Kate : vous savez, j’ai fait tout ce que j’ai pu, vraiment tout ! Mais ce Casimir, il m’a attrapé la jambe, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour m’accrocher, mais mes mains ont glissé… je suis tellement déçue, si vous saviez !

Howard rumine quelque chose d’incompréhensible, mais de toute façon elle ne l’écoute pas. Elle est encore dans le match, à repenser à ce qu’elle aurait pu faire pour éviter ça.

Kate : pourquoi lui ?

Howard : parce qu’il s’est montré plus futé, c’est tout. Tu aurais dû être plus concentrée, plus sournoise. Avec des adversaires comme ça, tu dois user de toutes les combines. Mais je constate que tu as fait des progrès : tu as renoncé à aider ton prochain – du moins pendant les combats – et ça a porté ses fruits. En plus de ça Richard Vault commence à perdre la confiance de ses hommes de main. Et crois-moi, quand un vautour comme ça se retrouve tout seul dans son slip, ça sent le sapin.

Ah ça va…. Si c’est que le sapin…Kate a fini de sangloter. Elle relève ses yeux de biche vers son agent et quémande un autre mouchoir de sa main libre. Murray lui tend le paquet.

Kate : de toute façon, il n’a même pas gagné le Only one !

Howard : ça, c’est la cerise sur le gâteau ! Lord Zodiac champion Suprême !

Kate se remet à pleurer à chaudes larmes.

Kate : c’est trop injuste !

Howard lui tapote l’épaule d’un geste qui se veut réconfortant.

Howard : il y aura d’autres occasions Kate, remets toi. Tout le monde nous regarde !

Euh… Y a juste personne aux alentours mais bon !

Howard : tout n’est pas si noir, Booya est toujours vice-champion !

Le flot de larmes redouble d’intensité. C’est le déluge !

Kate : c’lui’là je ne peux pas l’encadrer !

Murray commence à s’impatienter.

Howard : écoute, y a quand même de bons côtés ! Regarde, durant ton match, tu as approché de tout près Kronos. Ça ne t’a pas fait plaisir ?

Elle renifle bruyamment.

Kate : si bien sur…

Tout à coup, elle semble inquiète, presque paniquée.

Kate : Kronos… Sharpy… il l’a menacé ! Il veut lui faire du mal !

Howard la regarde avec dépit.

Howard : c’est pas vrai….(il soupire). Oui, Sharpy a menacé Kronos, c’est normal, ça fait partie du jeu !

Kate : NON ! Il y a plus que cela. Il est méchant, il veut vraiment lui faire du mal !

Howard : écoute, oublie tout de suite cette idée. Laisse-les régler leur conflit comme des hommes. Quand les femmes s’en mêlent, en général c’est pire après !

Oh l’autre hey ! C’est quoi ces idées misogynes de merde !

Kate : et ce pauvre Stanley, roulé dans la boue par son meilleur ami ! Et le public qui ne le croit pas! C'est tellement injuste, tellement triste! Moi je le crois!

Howard lève les bras en l’air, comme s’il voulait arrêter un train en marche.

Howard : STOOOOOOOOOOP ! Kate ! Je t’en supplie, arrête de ruminer ces pensées stupides et contente toi de répondre présente quand on t’appelle ! Ne fais rien de stupide, tu me promets ?

Kate se mouche en faisant un bruit de trompettes puis cherche une poubelle des yeux. Bien évidemment, il n’y en a pas…

Kate : oui, oui… je vous promets que je ne ferai rien de stupide !

Pas très rassuré, Howard l’observe un moment avant que l’infirmière vienne chercher sa protégée. Avant de partir, il lui tend la main. A défaut de poubelle, la jeune fille pose son mouchoir usagé dans sa paume. Murray est profondément écœuré, et cherche lui aussi une poubelle pour jeter cette horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mar 15 Juil - 14:20

C'est dans une église que nous retrouvons Kate pour une fois. Une jolie petite église protestante, avec une vingtaine de bancs, un grand orgue, un autel, bref, tout ce qu'on trouve habituellement dans ce genre de lieux. La jeune femme semble attendre quelqu'un, elle est tellement nerveuse qu'elle se ronge les ongles compulsivement. Quelques minutes plus tard, un pasteur s'approche d'elle. Il est très grand et plutôt jeune, la trentaine maxi. Il est aussi d'une beauté singulière, avec ses cheveux blonds coupés courts et ses yeux bleus. De sorte que lorsque Kate lève les yeux vers lui, elle sent son petit coeur de midinette accélérer ses pulsions.

Le jeune pasteur : je peux faire quelque chose pour vous mademoiselle?

Kate: euh... j'espérais parler au père Valentin. Il n'est pas là?

Le jeune pasteur: il est en rendez vous actuellement. Je peux peut être le remplacer...

Quelle est douce sa voix! On dirait un ange. Avec un léger accent... britannique. Oui c'est ça, britannique. Il s'assoie à côté d'elle, pour la mettre en confiance sans doute.

Le jeune pasteur: j'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part. Vous venez souvent?

Kate est gênée. Comment lui dire qu'elle ne met jamais les pieds ici, et que le père Valentin est surtout un ami de son père. Elle ne l'a pas vu depuis au moins cinq ans, et c'est bien son père qui a insisté pour qu'elle passe le voir au moins une fois tous les deux mois. Histoire de voir si toute cette histoire ne lui montait pas trop à la tête...

Kate : pas vraiment. Le père Valentin est un ami de la famille, je lui rendais une petite visite de courtoisie.

Le jeune pasteur eut un très joli sourire.

Le jeune pasteur: ah! Dommage, je pensais que vous étiez une de nos fidèles pratiquantes. Ces derniers temps, l'affluence des jeunes femmes s'est considérablement accentuée. Je ne comprends pas pourquoi, mais les voix du Seigneur sont impénétrables!

Kate le regarde avec de grands yeux tout ronds en se disant "pas les miennes!". Se raclant la gorge, la jeune femme préfère changer de sujet.

Kate: vous êtes nouveau? Je ne vous ai jamais vu...

Le jeune pasteur: je suis arrivé ici il y a six mois. Vous êtes sûre qu'on ne s'est jamais rencontré? Je n'oublie jamais un visage, et le vôtre m'est vraiment familier.

Kate se sent rougir jusqu'aux oreilles.

Kate : il se pourrait.... que vous m'ayez entraperçu à la télévision ces derniers temps.

Le jeune pasteur hausse les sourcils.

Le jeune pasteur: ah oui? Dans quelle émission?

Kate est encore plus gênée.

Kate: je suis... employée par la Fédération de la Grosse Baston. Je suis lutteuse. Enfin, j'essaye.

Le sourire du jeune homme s'élargit.

Le jeune pasteur: lutteuse? vous n'êtes pas trop jeune pour faire ce métier? c'est un peu ... dangereux!

Kate lui sourit timidement.

Kate: j'ai 24 ans tout de même, et nous sommes bien entraînés. Rien n'est laissé au hasard.

Le jeune pasteur: je l'espère. Je serai désolé d'apprendre qu'il vous arrive quelque chose.

Toujours ce même sourire. Seigneur, est ce qu'il est en train de... Soudain un homme assez âgé sort d'un bureau accompagné d'un groupe d'enfants. Ces derniers le saluent chaleureusement avant de rejoindre leurs parents restés à l'extérieur dans un joyeux brouhaha. Le vieil homme s'approche en écartant les bras et en s'exclamant d'une grosse voix "Kate!".

Il l'embrasse sur les deux joues bruyamment en l'étouffant dans ses grands bras. Il faut dire que l'homme est imposant, avec son mètre quatre vingt dix et sa forte corpulence. Mais son visage est lumineux et son sourire sincère. Tout le monde adore le père Valentin. Même Kate.

Le père Valentin: je vois que tu as fait connaissance avec Tom, notre nouveau pasteur. Tom, je te présente Kate Smith, elle est la fille de mon ami d'enfance, Nathanael. Kate est notre petite célébrité locale! Cela fait combien de temps que tu as été engagé?

Il se tourne vers la petite blonde qui ne sait plus où se mettre.

Kate: quelques semaines. Mais je ne suis pas une célébrité, j'ai juste passé à la télévision deux ou trois fois et ...

Le vieil homme la coupe.

Le père Valentin: ne sois pas si modeste ma petite! Tu as tout pour devenir une star, n'est ce pas Tom? Ses grands yeux bleus, ce joli sourire, et puis tu es une fille plutôt maline et courageuse. Allons Kate, je parie que d'ici la fin de l'année, tu auras fait ton trou, peut être même avec une jolie ceinture autour de la taille!

Kate: vous me flattez père Valentin, mais j'ai encore du chemin à faire. Et il y a beaucoup de concurrence là-bas. Et ils auraient bien besoin d'un pasteur pour se confesser! J'entends et je vois beaucoup de choses qui m'attristent vous savez. Surtout quand le champion, Lord Zodiac, veut faire régner le chaos et la terreur sur la fédération. Elle a déjà été sauvé une fois des griffes de Légion, elle n'a pas besoin d'un nouveau tyran.

A sa grande surprise, Tom renchérit : l'avantage quand on est champion, c'est que cela suscite beaucoup de convoitise. Il y a déjà du monde qui revendique le titre de challenger n°1. Alors ne vous inquiétez pas trop, bientôt tout cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

Kate: vous suivez notre chaîne?

Tom: je ne manquerais ça pour rien au monde!

Le père Valentin : le père Tom est un fervent fan de lutte. D'ailleurs il a pratiqué la discipline durant un bon bout de temps. Il lui arrive même de faire attendre un peu ses fidèles quelques minutes si le programme n'est pas terminé!

Tom: si rarement!

Ils rient de bon coeur tous les deux. Kate est effarée. Avec sa taille longiligne, le père Tom n'a pas vraiment la carrure d'un lutteur, mais il faut se méfier des apparences. Il n'était pas bien gros, certes, mais elle devinait avec aisance les muscles sous le costume noir qui lui allait à merveille.

Le vieux Valentin: Tiens j'ai une idée, si tu venais dîner à la maison un soir, Kate, cela fera plaisir à ma femme de te revoir. Et toi Tom, tu es de la partie bien évidemment!

Kate: euh... je suis très prise en ce moment... je ne sais pas si je serais libre...

Valentin : ne te fais pas prier! Demain soir, 20H! Je vais appeler Simone pour la prévenir. Elle déteste que je la prévienne à la dernière minute... ah les sacrés bonnes femmes !

Le vieil homme s'éloigne en rigolant, laissant les deux jeunes gens le sourire aux lèvres. Puis Tom se tourne vers elle et lui tend la main.

Tom: bien, ravi d'avoir fait votre connaissance, Kate. A demain.

Gardant sa main un peu plus longtemps que nécessaire, il la couve de son regard clair en lui souriant, dévoilant ses dents blanches et parfaitement alignées.

Kate: oui. A demain, Tom.

Un peu gênée par cette proximité qu'elle qualifierait de "bizarre" et de "putain qu'est ce qu'il est sexy" - ah merde c'est un homme d'église, ça se dit pas... si? - la jeune femme retire sa main et s'en va un peu trop hativement, sous les yeux amusés du jeune pasteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mer 30 Juil - 23:21

Kate entre en furie dans le bureau d'Howard. Celui-ci est accompagné par un homme assez grand et particulièrement bodybuildé, la peau brune et les yeux marrons. Mais la blonde ne lui prête aucune attention, elle a l'air très remonté.

Kate: Monsieur Howard! Il faut que je vous cause! Je veux un match contre cette pimbêche de Madrianna Williams!

Howard: tiens, mais c'est notre très chère Kate...

Il n'a pas le temps de finir sa phrase qu'elle tape son petit poing sur la table (en se faisant mal et en grimaçant) .

Kate: aïe! Je veux ce match!

Murray la regarde avec des yeux tout ronds (bizarre comme expression, comment peut on faire des yeux tout ronds?). Ainsi que l'individu qui l'accompagne, et qui a croisé les bras sur son torse - gigantesque - avec un sourire narquois ou ironique. Enfin démerdez vous avec votre dico.

Kate: pourquoi vous me regardez comme ça?

Howard: pour rien, pour rien... donc tu veux un match contre Madrianna. Pourquoi donc, tu es vexée qu'elle ne veuille pas être ton amie?

Kate fait une petite moue, un peu déstabilisée d'avoir été démasquée aussi facilement.

Kate: mais qu'est ce qu'elle a contre moi cette fille? Je lui propose mon aide, je lui file un coup de main pour son match, et voilà comment elle me remercie! En me foutant sur la tronche! C'est comme ça qu'on communique chez les Williams? Et bien moi j'vais lui montrer comment on communique chez les Smith !

Howard se retient à grand peine d'éclater de rire, conscient de l'énorme différence de niveau entre la jeune lutteuse et Madrianna, bien que sa pouliche se soit montrée très combative et tout à fait prédisposée à une carrière de haut niveau. Il se racle la gorge avant d'essayer de la raisonner.

Howard: écoute, Kate, faut que tu comprennes que les filles ici, elles sont pas là pour copiner, mais pour faire du business, exactement comme les mecs. Tu vois des boutiques autour de nous? Des salons de thé? Non. C'est bien parce qu'il y a une raison. Ici, c'est un monde de tarés égoïstes et violents. Un monde sans pitié. Faut que tu t'endurcisses et que tu te conduises comme elle. J'sais pas, essaye de prendre exemple sur elle et sur les autres filles du roster.

Kate: pour devenir une poupée siliconée cruelle et agressive? Pas question! Je ne me suis pas engagée pour devenir une pouffiasse!

L'inconnu manque de s'étrangler de rire mais son poing devant sa bouche étouffe - à peine - son rire.  Kate se retourne une seconde vers lui, le visage sévère et les sourcils toujours froncés. C'est qu'elle est craquante et distrayante quand elle est en colère!

Howard: bon écoute, calme toi je vais voir ce que je peux faire avec la direction.

Kate : je veux ce match et je le veux maintenant!

Howard: maintenant ça va pas être possible. Va falloir attendre le prochain show. Et pis vu comment c'est parti, peut être même que ça va être digne d'un match de PPV.

Kate : vous me prenez vraiment tous pour une quiche ici! Tout le monde se fout de ma gueule! Vous croyez que j'entends rien? Que je vois pas ce qui se passe? On me sous estime! On m'exploite! On me vends au rabais!

S'en est trop pour l'inconnu qui part d'un énorme éclat de rire, entraînant dans son délire le pour tant très sérieux Howard Murray. La pauvre Kate est déconcertée, et surtout calmée. Elle les regarde tour à tour avant de bredouiller.

Kate: j'vois vraiment pas pourquoi ça vous fait rire... c'est vrai tout ce que je dis!

Nouveau rire. Une fois qu'ils sont calmés, Howard vient prendre Kate par les épaules et la conduit devant l'inconnu. Qui la domine d'au moins une bonne tête et demi, avec un sourire jusqu'aux oreilles.

Howard: excuse moi, je manque à tous mes devoirs. Je te présente Rocky l'indigène. Rapport à ses racines indigènes. Mais on l'appelle aussi le chinois. Rapport à sa mère qui est chinoise. Enfin je crois. C'est ça Rocky?

Le mec observe l'agent du coin de l'oeil avec un air super sérieux, puis hoche la tête.

Rocky: en fait, c'est Rocky le maori. Rapport à ma mère qu'est de là-bas.

Howard: Rocky va te suivre quelques temps partout où tu iras. Ce sera ton garde du corps.

Kate: j'ai pas besoin de garde du corps, m'sieur Howard! J'suis pas en danger!

Les deux hommes se regardent avant de regarder Kate.

Howard: pas encore, mais au train où tu y vas, ça va pas tarder! Et puis Rocky est une nouvelle recrue. Dans un premier temps, il sera là pour assurer tes arrières et puis après, il volera de ses propres ailes. A moins que vous ne montiez votre équipe tous les deux!

Kate : j'suis pas trop rassurée de le savoir derrière moi!

Rocky lève les mains en l'air pour montrer qu'il est aussi innocent qu'un agneau qui vient de naître.

Kate: en plus il a pas l'air très bavard!

Howard fait un facepalm.

Howard: Kate, tout va bien se passer. Rocky est un mec charmant et surtout très protecteur. C'est l'ancien garde du corps de Britney Spears!

Kate: pourquoi il a arrêté?

Howard: il l'a .... euh comment dire?

Rocky - avec une grosse voix grave - : j'l'ai sauté.

Kate : QUOI?!

Rocky: j'lui ai défoncé la ...

Howard bouscule du coude le mastodonte et celui ci s'arrête aussitôt de parler.

Kate: c'est ça que vous voulez me coller comme gardien? Pourquoi pas Randy Darkmadness tant que vous y êtes?

Rocky: hey p'tite! Un peu de respect s'te plait! Moi au moins avant j'lubrifie !

Kate reste sans voix la bouche grande ouverte. Rocky prend un stylo, signe une feuille sur le bureau  et revient se poster devant Kate qui n'a pas bougé.

Rocky: désolé si mes propos peuvent te paraître un peu... cru. C'est que j'ai eu une enfance difficile, j'suis pas resté très longtemps à l'école. Ma vie, j'l'ai construit à la sueur de mon front et avec mes pectoraux. J'ai commencé dans l'bâtiment. J'vivais d'pas grand chose. Et pis un jour, alors que j'faisais un peu de grabuge dans un bar avec des potes, y a un mec qui m'a proposé d'faire du catch. J'ai dit banco. Pis d'fil en anguilles ...

Kate: en aiguilles

Rocky: hein?

Kate : de fil en aiguille on dit.

Rocky: ouais, d'fil en aiguille j'suis d'venu catcheur pro. Mais ça a pas trop marché. Faut dire que j'ai fait pas mal de conneries à l'époque.

Kate : ah?

Rocky: ouais. J'ai fait un peu de tôle deux/trois ans. Mais Rocky il aime pas être enfermé. Alors quand j'suis sorti, j'me suis rangé. J'ai pris ce job de garde du corps, et maintenant j'vis peinard. Plus d'embrouilles, plus de casse, plus de deal. Maintenant, j'veux donner l'bon exemple à la jeunesse défavorisée. Leur montrer qu'on peut s'en sortir. Et t'en ai la preuve vivante.

Kate: j'ai jamais été défavorisé... mes parents sont profs à l'université!

Rocky: ah, c'est pour ça qu'tu dis des mots que j'comprends pas des fois!

Kate: la vache!

Howard qui s'était éloigné pour chercher une bouteille de champagne pour fêter ça, revient vers eux avec un bar très chic sur roulettes, il remplit trois coupes et tend à chacun la sienne.

Howard : à notre collaboration !

Kate: euh oui... à l'avenir !

Rocky: ouais !

Ils trinquent ensemble et dégustent le champagne dans le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Jeu 7 Aoû - 14:19

DOOMSDAY VII

Match de la recrue de l'année !

Toby Megatohn

Syd Filmore

Taxman

Lemmy Killkiller

Madriana Williams

Fulken

Kate

Qui sera le gagnant ou la gagnante de ce match? Réponse le 19 aout 2014 !



Howard coupe la télévision à l'aide de la télécommande et la pose sur son bureau en le contournant, pour s'asseoir sur son grand fauteuil.

Howard: Kate! Satisfaite de ta position dans la carte de Doomsday? J'ai du batailler dur pour t'obtenir cette position tu sais?

Kate soulève les deux sourcils en même temps (étonnement).

Kate : ah oui? J'croyais avoir prouvé de quoi j'étais capable sur le ring, quand même.

Il fait un geste évasif de la main (grand geste circulaire).

Howard: ça aide, mais tu sais le plus important c'est ce qui se passe en coulisse, après toi tu fais le spectacle, c'est ton job ... un verre?

Kate: non merci.

Il se lève et va se servir un verre de bourbon (whisky super super sec)

Howard: Rocky n'est pas trop envahissant? Je lui ai dit de garder un oeil sur toi, mais il a tendance parfois à en faire un peu trop. N'hésite pas à me faire remonter tout phénomène qui te paraîtrait suspect.

Kate se remémore le moment où elle s'est retrouvée face à lui en sortant de la douche dans sa loge. La fois où elle l'a vu mettre une main aux fesses de la serveuse en lui faisant un clin d'oeil. La fois où elle l'a trouvé à moitié nue dans son canapé en train de regarder un match de foot. La fois où il l'a suivi toute la journée alors qu'elle ne travaillait pas. Non, rectification, il fait ça tous les jours depuis son arrivée. Elle a fini par penser que c'était normal.

Kate fait un petit sourire forcé.

Kate: non, ça va aller, je gère.

Howard: bien, un problème de réglé, avec lui tu es en sécurité.

Kate jette un oeil par la fenêtre et voit Rocky faire une démonstration de catch à la secrétaire... avec un client. Elle se tourne de l'autre côté pour ne pas voir ça, effarée (en faisant une tête genre "oh my god!)

Howard: le plus important maintenant c'est de te concentrer sur Doomsday. Ce match ne va pas être une partie de plaisir. Vous êtes tous des jeunes recrues, mais certains d'entre vous ont un sacré palmarès avant la FGB. Et font des Main Event régulièrement. Syd Filmore part favori dans ce combat. Va falloir te montrer plus futée que lui, et plus rapide.

Kate: Syd est un sérieux client, en effet. Je sais que je joue gros, Monsieur Howard. C'est le moment où jamais de montrer que je peux lutter contre n'importe qui, même s'il est le meilleur.

Howard: c'est bien d'être réaliste Kate. D'autres ne sont pas aussi modestes que toi. J'espère simplement que tu ne vas pas te focaliser sur Madriana.

Kate : ne vous inquiétez pas. Je suis déçue qu'elle n'ait pas saisi l'opportunité d'être mon amie, mais puisqu'elle a choisi de m'ignorer, je la traiterai comme tous les autres. Ce sera oeil pour oeil, dent pour dent!

Howard: bonne philosophie.

Le téléphone sonne.

Howard: oui?

La secrétaire: monsieur, votre rendez vous de 11 heures est arrivé.

Howard: j'en ai bientôt fini.

Puis il raccroche et s'adresse à Kate:

Howard: tu aimes le cinéma?

Kate fronce les sourcils (surprise)

Kate: euh... oui, pourquoi?

Howard: j'avais acheté des places pour emmener ma nouvelle épouse, mais j'ai un empêchement. Si ça te dit, elles sont à toi.

Kate: c'est quoi comme film?

Howard: un film de guerre je crois. J'sais pas trop, c'est elle qui a choisi.

Kate: d'accord.

Howard: emmène Rocky avec toi. C'est important de créer des liens dans une équipe. Tu verras que ça fera toute la différence avec le temps.

Kate: ok. Bonne journée.

Elle sort du bureau et croise un homme en vrac, complètement décoiffé, les vêtements à moitié arrachés. Et Rocky accoudé au comptoir de la secrétaire, qui le regarde avec des yeux de biche. Dès que Kate arrive à côté de lui, il délaisse totalement sa groupie, avec juste un petit signe de la main en guise d'au revoir. Très poliment, il lui ouvre les portes quitte à pousser ceux qui voulaient passer.

C'est ce qui s'appelle faire place nette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Ven 29 Aoû - 1:29

Kate est dans un bureau en train de tourner en rond. Rocky se tient adossé au mur, visiblement contrarié de la voir tourner ainsi. Arrivé au 47ème tour, il l'attrape par les épaules et plante ses yeux noisettes dans les siens.

Rocky: si tu fais encore un pas je pense que je vais t'assommer. Arrête!

Kate: je n'y peux rien. Je suis stressée. Et quand je suis stressée, j'ai deux solutions: soit je tourne en rond à réfléchir, soit je parle.

Rocky: alors parlons!

Kate: de quoi?

Rocky: j'en sais rien. Parle moi... de grisette!

Kate : ma chatte?

Rocky: oui, ta chatte. Pourquoi pas! ça te détendra!

Kate: tu veux que je te parle de ma chatte?

Rocky: oui, elle est mignonne, toute douce, toute rousse... comme..

Kate: Madriana Williams!!!

Rocky: euh. Oui. Mais moins farouche quand même.

Howard rentre à ce moment là.

Howard : qu'est ce que vous foutez dans mon bureau à cette heure ci?

Rocky: on parle de sa chatte.

Howard est effaré.

Howard: pardon????

Kate ne sait plus où se mettre.

Rocky: on disait qu'elle était plus douce que celle de Madriana. Enfin je suppose. Je ne sais même pas si elle a une chatte. Elle est bien trop coincée pour aimer les animaux. Hein Kate?

Howard comprend enfin de quoi il s'agit et soupire avant de s'installer dans son fauteuil.

Howard: alors Kate, contente d'avoir enfin ton match? C'était pas simple crois moi! Maintenant, va falloir montrer que tu peux assurer face à des adversaires un petit peu plus solides que ce que tu fais d'habitude. Et en solo qui plus est. Tu sais ce que tu as à faire?

Kate: oui, M'sieur Howard. Concentration, entraînement, repas équilibré. Et pas d'excès la veille du match.

Howard: exact. Dis moi, tout va bien en ce moment... ça donne quoi avec ton curé?

Kate: euh rien. Il m'a jamais rappelé.

Howard: aw! Zut, faudrait pas que t'aies le moral dans les baskets. Faut que tu sortes un peu, que tu t'amuses. C'est bien de prendre ton métier au sérieux, mais faut t'éclates aussi. Rocky, emmène dîner Kate ce soir. Et danser aussi. Mais avant ça, tu iras chez le coiffeur et faire un peu les boutiques. Tes tenues, c'est pas vraiment ça.

Rocky regarde son t-shirt et fronce ses sourcils.

Rocky: je viens de l'acheter, il est pourtant pas mal mon t-shirt, boss.

Howard: pas toi, Kate.

Kate: d'accord. C'est vrai qu'un peu de shopping me ferait pas de mal. ça m'empêchera de penser à l'autre.

Howard: qui ça?

Kate et Rocky: Madriana Williams!!!

Howard: ah! Non mais t’inquiète pas pour ça. T'as largement le potentiel pour la battre. Avec tous les derniers événements, plus Doomsday où tu lui as montré que tu n'avais pas peur d'elle, tu pars déjà avec pas mal d'avantages. Sans compter le mental. C'est important le mental. C'est pour ça que ce soir, je veux que tu profites, que tu te fasses belle, que tu danses, et surtout que tu te détendes. Okay?

Kate: d'accord, M'sieur Howard.

Howard: Rocky?

Rocky: oui, Boss?

Howard: ça vaut aussi pour toi. Passez une bonne soirée.

Rocky: merci Boss. Vous voulez pas vous joindre à nous?

Howard: non, merci. Une autre fois.

Rocky: d'accord. Bonne soirée.

Rocky ouvre la porte à Kate et la laisse sortir avant de la refermer derrière lui. Les deux jeunes gens semblent mieux s'entendre qu'à leur début. Le Maori est aux petits soins, tandis que la jeune blonde lui prête un peu plus d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mer 3 Sep - 13:34


Et voilà, vous oubliez un tout petit détail et tout le monde vous prend pour une débile…



Retour en arrière.

Kate : Hier soir, Rocky a réservé une table dans un restaurant assez sympa. Tapas et ribs au menu, on s’est régalé. Sauf qu’avec ça, on a bu un verre ou deux. Et puis on a continué avec de la téquila. Sauf que moi je n’ai pas trop l’habitude de l’alcool, à vrai dire. Je ne sais pas comment ça nous est venu, mais on a poursuivi la soirée à se lancer des paris débiles, du style cap ou pas cap.

Et oui, vous avez compris maintenant d’où proviennent ces images. Je crois que le pari c’était « cap ou pas cap de débarquer dans une soirée branchée en bunny rose bonbon ». Forcément, avec trois grammes j’ai du répondre « CAP ! ». Et me voilà à une heure du matin dans une réception tout ce qu’il y a de plus chic organisée par… Monsieur Howard… la honte internationale ! Oh mais sur le coup, croyez moi, j’me suis rendue compte de rien. Rocky non plus d’ailleurs, qui s’occupait de casser les mains baladeuses ! Mais on s’est vite ennuyé. Et puis Howard était déjà parti, c’était pas drôle. Alors on est rentré à la maison, et on a revisionné le match contre Madriana. J’suis pas peu fière, c’est clair. Je l’ai battu. Je l’ai battu, et je suis la première à lui avoir rivé les épaules au sol ! C’est vrai, qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas, c’est pas n’importe qui quand même. Et moi, malgré tous mes efforts, j’suis juste au début de ma carrière. Si j’arrive à la battre, y a pas 36 explications : soit c’est parce qu’elle s’est ramollie, mais franchement ce n’est pas ce que j’ai vu sur le ring, soit c’est parce que je suis plus forte qu’elle. Et si c’est ça, tous les espoirs sont permis.

C’est vrai, regardez Kronos, mon idole, où il est arrivé à cette heure-ci ? Malgré son âge il est encore au top du top, challenger numéro 1 au titre suprême. Ok parfois ses méthodes ne sont pas très conventionnelles. Limite critiquables. Mais le résultat est là. Il a bossé (triché ???) dur pour arriver là, et il est un exemple pour nous tous. Je suivrai ses traces avec conviction et optimisme ! Et surtout…

Rocky : tu arrêtes la téquila ?

Rocky est rentré doucement dans la pièce et se rapproche.

Kate : oui, aussi.

Rocky montre la télé du doigt qui diffuse en boucle cette photo compromettante.

Rocky : ça te va bien le costume de bunny quand même.

Regard noir de Kate envers son collègue. Celui-ci comprend que cette image la perturbe et la prend dans ses bras pour lui faire un calin. Kate disparait dans ses gros bras.

Rocky : allez, t’en fais pas ! D’ici peu tout le monde aura oublié.

Kate marmonne contre le torse de Rocky, mais le son de sa voix en est étouffé.

Kate : moui mais du gombrends ze viens de remborder une bigdoire imbordande ! Et za donne l’imbrezion que ze zuis pas zérieuse !

Rocky fronce les sourcils, pas sur d’avoir bien tout compris. Faut dire qu’en même temps, il tient une belle blondinette dans ses bras, et son anatomie commence à se réveiller. Et pour couronner le tout, il aime bien Kate. Enfin, voilà, il l’apprécie beaucoup. Vraiment beaucoup. C'est une chouette fille, le cœur sur la main. Le genre de filles qu'on croise pas à tous les coins de rue, surtout dans ce métier.

Kate : don délévone me vait mal.

Rocky : pardon ?

Kate : don délévone gui est dans da boche de bandalon. Il m’abbuie zur les gôdes, ch’ai un bleu et za me vait mal.

Rocky s’écarte en se disant qu’il n’a pas pris son téléphone avec lui. Kate plonge ses petits yeux bleus dans ses grands yeux noisette.

Kate : si seulement on pouvait revenir en arrière ! Que personne n’ait vu cette maudite photo!

Rocky, qui s’est éloigné derrière le canapé histoire de camoufler son érection, se passe la main sur le crâne.

Rocky : Howard a fait le nécessaire. Mais il pense qu’il ne faut pas porter plainte pour étouffer au plus vite cette affaire. De toute façon, maintenant que tu as vaincu la rouquine, tu vas avoir d’autres adversaires plus intéressants et puis il y a le tournoi. Ne pense plus à cette image et concentre toi sur l’essentiel.


Kate se rapproche et le serre dans ses bras. (Oui, ils sont très calins. En même temps ils passent toutes leurs journées ensemble à s’entraîner.)

Kate : merci Rocky. Tu es trop gentil avec moi.

Phase critique de l’entrevue… Rocky va-t-il tenter quelque chose ? Ou Kate, en quête d’affection et de réconfort ? On ne sait pas, on ne sait plus, cette putain de caméra vient de couper au moment où le plan se resserrait sur les fesses de la blondinette ! Chiotte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mar 16 Sep - 13:28

Rocky: je croyais que vous deviez régler ça au plus vite!

Rocky est au téléphone avec Howard Murray semble-t-il, et le moins qu'on puisse dire c'est que le garde du corps de Kate n'y va pas par quatre chemins.

Rocky: elle est complétement bouleversée! Elle n'est pas sortie de sa chambre depuis la fin du show! Même pas pour s'alimenter ou pour prendre une douche!

Oulla ça craint quand même, on va pas tarder à se plaindre de l'odeur dans les appartements les plus proches si ça continue !

Rocky: je m'en fous pas mal que vous soyez très occupé, ou en négociation avec la direction! Je veux qu'on arrête de la persécuter, ou bien j'retourne tous les bureaux de la FGB!!!!

Doucement, calme toi Rocky tu vas faire exploser les grosses veines de tes tempes! D'ailleurs le lutteur est tout rouge, prêt à balancer le téléphone ...

Rocky : j'me calme si je veux! Si jamais je mets la main sur celui ou celle qui fait ça j'm'en occupe personnellement c'est compris????!!!!

Il raccroche furieusement et prend quelques minutes pour se calmer. La colère le fait transpirer à grosses gouttes, il rentre dans la salle de bain pour se passer un peu d'eau sur le visage avant d'aller toquer à la porte de la jeune femme.

Rocky: Kate...

Kate (en pleurs) : laisse moi !

Rocky: je ne veux pas te laisser toute seule dans cet état là. Viens au moins manger quelque chose.

Kate: j'ai pas faim!

Rocky: j'ai préparé ton plat préféré...

Kate: tu sais même pas c'est quoi!

Rocky sourit devant la porte fermée.

Rocky: escalope milanaise faite maison avec une belle salade de roquettes. Et en dessert, un tiramisu au café.

Silence derrière la porte. Bruit d'habillage. Bruit de pas. La porte s'entrouvre et le petit visage triste de Kate apparait. Rocky se dit qu'elle est vraiment toute mimi comme ça, dans son vieux pyjama tout moche, mal coiffée et pas maquillée. Elle a l'air si fragile alors que sur le ring elle est étonnement agressive et forte. Une femme enfant. Exactement ce qu'il aime. HUM! Reprenons nous.

Kate: fait maison le tiramisu?

Rocky: oui. J'avoue que ce n'est pas moi qui l'ait préparé. C'est ma soeur, Miami.

Kate: tu as été jusque Miami pour le chercher?

Rocky: non, c'est ma soeur.

Kate: c'est elle qui est allée le chercher ? ça fait vachement loin pour un tiramisu...

Rocky soupire.

Rocky: non, ma soeur s'appelle Miami. Elle habite à quelques rues d'ici.

Kate: ahhhhhhhhhhh

Rocky: alors, tu as faim maintenant?

Kate: un peu...

Rocky ne dit rien et retourne à la cuisine pour dresser une table pour deux et apporte les plats. La jeune femme s'installe et se jette presque sur la nourriture. Il l'observe en souriant et tente de revenir sur le show.

Rocky: tu sais, faut pas que tu te mettes dans des états pareils. ça fait partie du métier ce genre d'embrouilles. Y aura toujours quelqu'un pour te faire des coups tordus, surtout à la FGB. C'est presque un sport national dans cette féd.

Kate (la bouche pleine): ça va trop loin. Celui ou celle qui a fait ça devrait s'occuper de son cul au lieu de montrer le mien à tout le monde.

Rocky: il a sans doute de bonne raison de ne pas le faire. Peut être que le sien est beaucoup moins mignon.

Un ange passe ... Kate reste interdite sur ces dernières paroles. Rocky tente de se rattraper.

Rocky: enfin je veux dire qu'il est peut être moche comme un poux, gras comme un Grandgousier... peut être qu'il .. ou elle d'ailleurs, et jaloux parce que tu es plus jolie, enfin moins moche, enfin plus douée...

Kate: tu crois que c'est pour ça? ça me parait un peu excessif.

Rocky: pas tant que ça si tu réfléchis bien, beaucoup de rivalités ont commencé ainsi. La jalousie n'est peut être pas que physique. Tu as fait pas mal de chemin déjà pour une débutante, tu as surpris beaucoup de gens, et peut être que parmi eux, il y a quelqu'un qui voit cela comme une menace. Quelqu'un de faible, de fade, qui se dit que tu prends trop d'importance et qui n'est pas assez courageux pour venir t'affronter sur le ring.

Kate: c'est vrai que ça m'a tout l'air d'être ça. Mais ça pourrait aussi être une vengeance.

Rocky: pour ça il faudrait que tu aies fait du mal à quelqu'un, Kate, et il n'y a pas plus gentille et douce que toi. Sauf sur le ring bien sur.

Kate rougit sous le compliment et finit son assiette. Rocky se lève un peu trop brusquement et va chercher le dessert.

Rocky: tu m'en diras des nouvelles, ma soeur est vraiment très douée pour les desserts.

Kate goute et se régale.

Kate: wouahhhhhhhhh c'est une tuerie ce dessert! Trop bon!

Rocky: ça te plait?

Kate: et comment! T'es un mec en or !

Le téléphone sonne et Kate se lève pour décrocher. C'est sa mère.

Kate: je crois que je vais en avoir pour un moment, si je ne réponds pas elle est capable de débarquer et alors là, on est pas prêt de s'en débarrasser!

Rocky: je vais te laisser alors.

Il sourit gentiment, débarrasse la table et met en route le lave vaisselle. Il récupére sa veste et juste avant de partir, dépose sur son front un baiser furtif. Kate en perd le fil de la conversation et bredouille un vague "oui" à sa mère.

Sa mère: oui quoi?

Kate: hein? qu'est ce que tu disais?

Sa mère : je demandais si tu avais choisi entre la robe verte et la bleue pour le mariage de ta cousine samedi prochain?

Kate: quoi c'est déjà samedi?

Sa mère: bien sur! mais à quoi tu penses donc! Tête de linotte! déjà quand tu étais petite....

Kate ne l'écoute pas tandis que Rocky sort de l'appartement. Et si elle l'invitait à l'accompagner au mariage? Non c'est peut être pas une bonne idée. Ils ne sortent pas ensemble, et puis peut être qu'il n'aime pas les mariages... Sa mère la rappelle de nouveau à l'ordre en évoquant la mère de Randy Madness et sa mauvaise façon d'élever son fils...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Mar 30 Sep - 13:25

Gros plan sur une Kate énervée, debout en plein milieu du ring. Elle a mis les peintures de guerre des ancêtres de Rocky pour l'occasion, et tient une batte de base ball sur son épaule droite. Et tout un tas d'artillerie bien plus lourdes sont entassé par terre à ses pieds.

Kate: OKAY DAVEY! Okay j'suis prête, viens! Viens avec tes photos, viens avec ta grande gueule, viens avec Madriana, même à deux j'vous prends où et quand vous voulez!

Elle fait un geste comme pour taper quelqu'un devant elle, malheureusement la batte lui échappe des mains et on entend un "aîe" devant elle, tandis que la caméra s'écroule au sol en même temps que celui qui la tient.

Kate : oups merde, pardon Joe!

Elle est très gênée et va vérifier si le caméraman va bien.

Joe: oh putain .... j'crois que tu m'as castré!

Elle s'agenouille devant lui sans savoir comment le soulager. Elle est vraiment ennuyée, mais au fur et à mesure son visage redevient dur.

Kate: Regarde ce que tu me fais faire Cruz! A cause de toi Joe ne pourra peut être jamais avoir d'enfant, peut être même qu'il ne bandera plus jamais le pauvre!

Joe: laisse moi juste le temps de me remettre...

Kate ignore sa remarque et continue.

Kate: y en a marre de tout ça Cruz! Y en a marre que tu fasses tout ton possible pour trafiquer la vérité! Alors okay peut être qu'on a fait des photos à mon insu et que j'ai de quoi en rougir, mais je ne te laisserais plus te mettre en travers de mon chemin! Quoique j'ai pu faire, ça ne justifie pas qu'on mente au public! Je ne me laisserai pas manipuler par toi et Madriana!

Elle aide Joe à se relever en lui tenant la main et lui sourit gentiment.

Kate: tu es sur que ça ira?

Joe: ... ça va déjà beaucoup mieux argh...

Kate: Maintenant je vais te dire ce qui va se passer à Final Stand. J'vais pas me coucher devant ta p'tite protégée! J'vais même lui mettre la râclée de sa vie. Et c'est tant mieux que tu aies mis sa carrière en jeu, parce que comme ça on va pouvoir en finir définitivement. Non t'as pas rêvé, j'ai bien battu Madriana, j'ai bien été la première à lui river les épaules au sol. Mais ça n'a aucune importance. Ce qui compte, c'est que cette défaite n'est que la première d'une longue série à venir. Alors je vois d'ici ton plan B. T'es tellement pas sur de toi que t'as préparé le terrain. Si ta greluche se fait à nouveau battre, t'as préparé ta porte de sortie!

Après ce combat, tu n'auras pas d'autre choix que de fuir sous les huées du public. Vous allez fuir la honte aux culs, vous allez fuir et vous allez enfin me foutre la paix! J'ai encore plein de choses à accomplir ici moi, alors merde, cassez vous et laissez la place aux jeunes qui en veulent !

Joe lui montre son pouce pour lui montrer qu'il est d'accord et qu'il va couper la caméra. Elle lui fait un clin d'oeil et se retourne pour s'en aller. Mais il la rappelle.

Joe: merde t'as oublié de parler de Randy !

Kate: Randy? Ah oui c'est vrai. Randy, tu t'es fait avoir. Rocky m'a tout avoué. Il a trafiqué les vraies photos pour que personne ne les voit. Celles que tu as sont des fausses, c'est pas mon corps qu'il y a là dessus. Et pour te le prouver, regarde bien la fesse droite. Sur la photo, y a un petit lapin rose. Sur ma fesse, c'est pas un lapin.

Elle fait un clin d'oeil plein de défi à la caméra et s'en va vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Lun 20 Oct - 21:25

Howard, Rocky et Kate sont en train de fêter la victoire de cette dernière dans une boîte super branchée. Le champagne coule à flôts et Kate commence à être un peu.. pompette. Howard, qui lui possède encore tous ses moyens, la félicite pour sa victoire contre Madriana, et l'encourage à aller de l'avant. Après avoir bu deux petites coupes, et pas une de plus - il pilote son propre hélicoptère- Howard se retire et les laisse seuls. Kate ayant un peu trop bu, manque de s'étaler en se retournant entre deux banquettes pas tout à fait clean de la boite de nuit.

Réflexes obligent, Rocky la rattrape dans un sursaut d'héroïsme (ou de chance pour les sceptiques) et dans une réplique quasiment parfaite d'un film d'amour dégoulinant de romantisme, l'embrasse sur les lèvres !

La lutteuse en est tellement stupéfaite qu'elle reste inerte dans ses bras, partagée entre l'envie de vomir dûe à l'excès de champagne, et l'excitation de partager un baiser langoureux avec son bel indigène.

Rocky n'est pas un indigène ! Ta gueule c'est moi qui commente, je dis ce que je veux! Okay?

Il la relève et la tient contre lui, si bien qu'elle est à 30 cm minimum du sol. Les yeus dans les yeux, Kate et Rocky s'observent durant environ ... 30 secondes. Avant que Kate ne l'embrasse à son tour à pleine bouche!

La scène qui suivit étant tellement inexploitable par les caméras que le propriétaire du night club préféra couper toute connexion, et interdire l'accès aux deux lutteurs de la FGB. Il ne manqua pas également d'envoyer la facture du nettoyage du carré VIP à Howard Murray....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Lun 10 Nov - 11:38

Kate est au téléphone avec Howard, son agent. Ils échangent quelques banalités, jusqu'à ce que celle ci demande des nouvelles de Rocky, affirmant ne pas arriver à le joindre à l'hopital. Howard un peu géné lui avoue que celui ci est sorti il y a déjà quelques jours. Gros blanc... Finalement Kate change de sujet et aborde le problème Davey Cruz.

Kate: j'en ai vraiment ma claque de ce connard. Faudrait qu'il arrête de me poursuivre comme ça, j'ai besoin de passer à autre chose, d'en finir avec lui une bonne fois pour toute.

Howard: j'y travaille Kate, nous sommes sur le point de conclure un accord.

Kate: j'veux pas d'accord, je veux un match, un seul et dernier match contre Cruz, que je lui démonte la gueule en bonne et due forme.

Howard: c'est de cela que je parle. Ecoute, c'est un peu compliqué ici en ce moment, je ne peux pas suivre ta tournée, avec le mariage de Carrie et Lee j'ai pas mal de trucs à gérer... écoute, fais gaffe à toi d'accord, ça m'ennuierait qu'il t'arrive quelque chose.

Kate a l'air soudain très en colère.

Kate: parfait, j'vois que je peux compter sur le soutien de mes proches! Merci!

Elle raccroche furieusement et appelle sur le portable de Rocky. Celui-ci décroche;

Rocky: Kate!... quelle surprise! J'm'attendais pas à avoir de tes nouvelles d'aussi loin...

Kate: tu comptais me le dire quand que tu étais sorti? Tu vas mieux?

Rocky: euh oui, ça va mieux, j'ai commencé la rééducation et ça se passe pas trop mal..

Voix féminine: Rocky,? Tu parles tout seul?

Rocky se met à chuchoter.

Rocky: je vais devoir te laisser, ma kiné est un peu tatillon, pas de portable pendant les séances...

Voix féminine: chéri?

Kate: ta kiné t'appelle chéri?

Rocky: oui, c'est un surnom comme un autre, elle appelle tout le monde chéri, même son chien s'appelle chéri...

Kate: t'es vraiment qu'un gros connard! Va te faire foutre toi et ta kiné! Non, allez tous vous faire foutre!

Elle raccroche et balance le téléphone contre le mur, puis enfile un jogging et des baskets et sort pour courir, son casque de mp3 sur ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Lun 24 Nov - 14:33

Gros plan sur le visage de Kate, grand sourire, les yeux pétillants de malice.

Kate: nous y voilà Cruz, toi, moi, un contre un sur un putain de ring. L'heure de la revanche a sonné! Tu vas enfin savoir ce que c'est de souffrir, et je peux te dire que tout ce que j'ai appris ces dernières années, et en particuliers ces dernières semaines, je vais l'utiliser contre toi. Tes jeux sournois n'ont fait que renforcer ma détermination. Bien loin de me donner envie d'abandonner, je suis encore plus motivée à t'écraser comme le sale cloporte que tu es !

Son portable émet un bip. Elle regarde et lit le message suivant: "attention, vous venez d'insulter les cloportes. Présentez des excuses."

Kate: oh pardon amis cloportes, il est vrai que vous valez dix fois mieux que ce sale rat de Cruz.

Le portable rebip.

Kate : quoi encore?!

Message: attention, vous venez d'insulter une race de rongeurs. Présentez excuses.

Kate: qu'est ce que c'est que cette application de merde!

Elle éteint le portable et reprend.

Kate: Pardon pour cet incident. Il vaut mieux que je l'éteigne, parce que Cruz est tout simplement en dessous de toutes les races de nuisibles qui existent sur cette planète, et probablement de la galaxie. Et le pire, c'est qu'il y a des gens assez bêtes, comme Madriana, ou Crimson, pour le suivre dans ses plans suicidaires.

Cruz, si tu veux continuer à t'en prendre à Rocky, tu ne vas faire qu'augmenter le mépris que je te porte. S'attaquer à une personne déjà blessée, c'est petit. C'est bas, très bas, et ça ne fait pas de toi quelqu'un de meilleur que moi. Sauf si tu vises un prix pour ta lâcheté et ta sournoiserie, peut être que tu aurais une chance. Encore que, si vraiment il faut jouer à ce jeu là, je pourrais bien me révéler une adversaire des plus redoutables également. Vois tu mon cher ennemi, tu as l'air d'oublier que mes idoles dans cette fédération sont Kronos et Randy Madness. Deux personnages qui sont mondialement connus pour leur opportunisme et leurs facultés à tourner les pires situations à leur avantage! Et une chose que j'ai appris d'eux, c'est justement que dans les pires cas, il est parfois utile de jouer avec les armes de ses adversaires! Et je t'ai déjà surpassé dans ce domaine! A toutes tes tentatives de manipulation j'ai résisté à ma manière. J'ai battu ta protégée Madriana Williams de la pire des manières en réalisant ce que personne avant n'avait réussi à lui faire, réduisant son palmarès à cette seule mention: "Kate est la première à avoir rivé les épaules au sol de Williams! Et comme si l'humiliation n'était pas assez grande, j'ai fait virer cette fille de la fédération! Tout ce dont on se souviendra désormais d'elle c'est qu'elle s'est fait physiquement massacrer, et médiatiquement assassiner par Kate Middleston! Tu l'as remplacé pour un autre pion, Crimson, mais lui non plus ne peut pas m'arrêter. Gagner un match en trichant n'a jamais été une vraie victoire, je considère ça plutôt comme un match préparatoire, un avant goût de ce qui nous attend tous les deux. Je sais à quoi m'attendre avec toi, de la sournoiserie, des techniques d'intimidation et de manipulation, tout ton panel habituel. Un package d'embrouilles et de mesquineries. Cependant rien de cela ne ralentit ma détermination.

Rocky est costaud, il s'en remettra. Et comme moi, il va en faire une affaire personnelle. Dès qu'il sera sur pied, il va te traquer, te poursuivre dans tous tes déplacements et il t'aura. Oh oui il t'aura, au moment où tu t'y attendras le moins, dans un parking sous terrain ou en sortant d'un restau. Quand tu liras ton journal favori ou quand tu monteras dans ta bagnole. A n'importe quel moment, tout pourra basculer. Et je ne ferai rien, strictement rien pour l'en empêcher. Je vais mettre un terme à ta carrière comme je l'ai fait pour Madriana, et Rocky se chargera de te mettre à l'ombre pendant un long, très long moment. Peut être même que plus personne n'entendra jamais plus parler de toi, et ce sera pas une grande perte.

Prépare toi à faire tes adieux aux médias Cruz, ce match sera ton dernier passage, le dernier souvenir que tu laisseras au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate
Star
avatar

Nombre de messages : 522
Age : 37
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    Dim 18 Jan - 22:38

Gros plan sur une Kate en tenue de combat dans les backstage de votre fédération de lutte préférée. Et la jeune femme semble attendre quelque chose, ou quelqu'un. Elle soupire et tape du pied, pose ses mains sur ses hanches puis les croise sous sa poitrine, etc etc... bref, elle s'impatiente. Tout à coup Rocky fait irruption devant elle comme un diable bondissant d'une boite, tenant dans ses bras bodybuildés une pile de dossiers.

Rocky: voilà! Les dossiers complets de la team Generation Clash !

Kate le regarde, effarée, et lève les bras en l'air.

Kate: putain mais c'est pas vrai! Faut croire que dès que tu veux te renseigner sur quelqu'un ici t'es limite obligé d'engager un biographe pour qu'il te résume sa vie!

Rocky a l'air un peu surpris, il croyait bien faire.

Rocky: bah.... j'peux essayer si tu veux. En gros c'est une bande de meufs, le genre bad girl tu sais, des rebelles qui ne se laissent impressionner par personne.

Kate: merci, je connais un minimum, Rocky. La Génération Clash c'est du vu et revu, donc bon. Je cherchais quelque chose d'un peu plus.. croustillant. Mais laisse tomber. De toute façon, j't'ai envoyé là bas pour que t'arrête de mater dans les douches des filles quand j'y suis. Et quand j'y suis pas non plus.

Rocky se passe la main derrière la tête.

Kate: comme si j'avais pu ne pas remarquer... pfff! Heureusement que sur le ring tu me sers à quelque chose, je ne sais pas à quoi Murray pensait en te mettant dans mes jambes, mais je me demande vraiment pourquoi je continue à te supporter!

Rocky lui fait son sourire le plus charmeur et gonfle ses pectoraux.

Rocky: tu ne peux pas résister à mon charme irrésistible... ni à mon humour décapant.

Kate tape du pied et lui envoie un coup de poing dans l'estomac, lui coupant le souffle.

Kate: c'est ça ouais. Cherche encore.

Puis elle lui sourit malicieusement et attrape son sac de sport.

Kate: allons diner, ça creuse le sport !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les trépidantes aventures de Kate    

Revenir en haut Aller en bas
 
les trépidantes aventures de Kate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» [BD] Les aventures palpitantes de Skalf le Gnoblar (blabla)
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» Nakajima B5N (Kate pour les alliés)
» [D&D4] Les aventures du Meujeu Yannosh

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'élite :: En coulisse-
Répondre au sujetSauter vers: