L'élite

L'élite

au firmament
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pépin Leroy, dit Pépin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 11 Mai - 13:37

Le bar est noir de monde en ce milieu de semaine. Etonnant ? Pas vraiment, Le Queen est le seul bar gay autorisé en Kronosie. C’est aussi le seul endroit où tu as peu de chance de te faire casser la gueule, car toute violence y est fermement proscrite. Par conséquent, il est également interdit de parler et de regarder les gens dans les yeux. Du coup, malgré le monde on peut entendre la télévision et le gars qui pisse dans les toilettes au fond à droite.

Tout le monde se promène avec son carnet et son stylo rose bonbon et tente de communiquer avec les moyens du bord. Un homme à l’allure Pat Hibulaire entre dans le bar et se dirige droit vers un des piliers de bar. Il tape sur l’épaule de Pépin Leroy, jeune trouduc de 21 ans, visiblement saoul et prêt à dégobiller sur ses godasses.

- Hey, p’tit gars, c’est toi Pépin Leroy ?

Le jeune homme se tourne lentement vers lui et pointe son doigt sur le bout du nez du mec qui vient de l’interpeler.

- Nan ! L’pépin il est plus là ! L’pépin il a rangé son tablier ! Il est plus rien l’pépin ! Tiens, faut qu’j’aille pisser.

Il commence à se déshabiller sous le regard médusé de tout le monde. C’est la panique dans les yeux du serveur, si son boss revient et qu’il voit ses règles ainsi bafouées, il va faire sa cricrise ! Il grifouille en vitesse sur un tableau veleda : SILENCE ! Pépin le regarde en rigolant et lui fait un vrai doigt d’honneur, c’est un rebelle, faut pas l’emmerder.

Le vieux se met à chuchoter en le suivant.

- J’ai un plan en or à te proposer. Si tu signes, t’auras ton premier disque d’or dans moins d’un mois, c’est garanti !

- Fous moi la paix, merde où qu’c’est qu’j’l’ai mise !

Pépin semble avoir perdu quelque chose et fouille dans son pantalon, avant de le faire tomber jusqu’à ses chevilles.

- Ah, la v’là ! AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Une fois son affaire faite, Pépin se rhabille comme il peut et retourne au bar. Ouais, il s’est pas lavé les mains, c’est un rebelle j’te dis.

- Garçonne, un p’tit con !

Le serveur le sert et lui remontre son tableau. Pépin fronce les sourcils, attrape le tableau et le lui colle dans la tronche. Puis il sort un billet et le lui enfonce dans la bouche. Le pauvre est à deux doigts de rendre son déjeuner.

- Bon, oublie le contrat pour la musique, j’ai autre chose de plus fun à te proposer.

- Mais t’es encore là toi ? J’veux plus jamais te parler, c’est ta faute si l’groupe s’est séparé, et maintenant j’suis tout seul, m’ont tous abandonné bande d’encu...

Il n’a pas le temps de finir qu’une jeune femme habillée en jogging fushia de la tête au pied lui tape sur l’épaule.

- Ohhhhhhh Bubble, c’est toi ! Comme tu es ... rose aujourd’hui !

La jolie brune lui sourit, et sort la batte de base ball qu’elle tenait cachée dans son dos.

- Pépin, je croyais t’avoir dit que je ne voulais plus te voir bourré dans mon bar, tu te rappelles ?

- Ah mais j’suis pas bourré, tiens, en plus je travaille, on discute aaaaaaaaaffffffffffaire avec mon manager.

- Ton manager est un escroc, et lui aussi il est interdit de séjour dans mon bar. Vous avez deux secondes pour dégager avant que je vous explose la tronche à coup de batte.

- Elle est pas sérieuse la p’tite dame ?

Pépin finit d’une traite son picon bière et dégage le plancher, suivit par son manager.

- Attends ! Tu m’as pas dit pour le contrat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 17 Mai - 13:11

La scène se passe dans le noir complet.

- Allo, maman? ça va? oui, ça va.. tu m'as vu alors? Non? Comment ça t'étais partie aux toilettes? Nan mais je t'ai déjà dit de prendre tes précautions avant maman, du coup t'as tout raté!!! Pff... T'as plus qu'à regarder en replay! Non... en replay maman. Non cherche pas la touche replay sur la télécommande! Ah la barbe! Demande à Kevin! Hein?! Comment ça il est au PMU? il est 8 h du matin il devrait être à l'école! Pour accompagner papa? Oui je sais qu'il a besoin d'une canne pour rentrer à midi et demi, mais Kevin n'a que 9 ans, il doit aller à l'école! Pourquoi t'envoie pas Dylan ou Jason? Ou Brenda? ... Comment ça tu sais pas où ils sont?... Mais ils devraient être en cours bordel de chiotte à cul!

Silence

- Oui pardon maman, je sais bien que tu fais ce que tu peux... oui je sais c'est pas facile maintenant que je suis plus là.... non maman je ne crois pas que je vais revenir bientôt, je vais avoir mon premier match la semaine prochaine, je suis super content! Y en a qui ont attendu des mois, voir des années! Ben je sais pas, c'était un type sympa que j'ai croisé dans le couloir, il avait l'air de savoir de quoi il parlait, pis sa tête me disait quelque chose, ça devait être le général manager ou un truc comme ça... ben je sais pas trop, ils disent beaucoup de choses que je comprends pas... comme le match qu'ils ont annoncé... Bah j'ai demandé, mais tu sais, les gens sont plutôt ... méfiants ici!... Hein... qu'est ce que tu dis, je t'entends mal! Bubble est passée à la maison pour prendre de mes nouvelles? Pourquoi tu lui as pas donné mon numéro!!! J't'ai laissé tous les numéros importants dans le répertoire à côté de la télé... Kelly a fait de la peinture dessus? Pu... zut! Bon je vais te laisser maman j'entends quelqu'un qui arrive et j'ai un petit souci, mais rien de grave. Oui moi aussi je t'aime maman! Je t'appelle demain. Bisous!

Silence. Bruits de pas qui s'approchent.

- Hey oh! Y a quelqu'un? J'suis enfermé dans le placard, s'il vous plait quelqu'un peut m'aider?

Rires étouffés. Bruits de pas qui s'éloignent.

- Ah la poisse!

La caméra filme des vestiaires en métal, dont l'un est complètement recouvert de scotch ultra résistant gris, sur lequel quelqu'un a écrit au marker "LOUSEUR"...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 20 Mai - 13:41

Pépin se trouve dans une pièce miteuse dans laquelle sont entassés quelques sacs de sport, un vieux matelas à même le sol, et une télé tout droit sorti des années 80. Quelqu'un frappe à la porte, il se lève et va ouvrir. (c'est bon, jusqu'ici, tout le monde suit?ok!)

Pépin découvre un petit gamin de 9 ans et des poussières, les cheveux en vrac, la dégaine un peu crados, et un restant de ravioli sur la frimousse, qui se jette dans ses bras dès que la porte s'ouvre.


- Pépin!

- Kévin? Mais qu'est ce que tu fais là? T'es quand même pas venu tout seul?!!!

- Bah si, t'sais bien qu'le vieux il a plus le permis, rapport à sa cuite d'y a un mois. Le juge y dit qu'il a un problème avec la boisson et y veut pas lui rendre. Toute manière, l'vieux il a r'vendu la caisse, pa'c'qui doit des sous au gros Gino, tu sais, l'patron du PMU. Y dit qu's'il lui donne pas 5000 boules avant la fin du mois, il lui cassera les deux bras. Mais l'vieux y croit qui bluffe, pis y croit qu'y va s'refaire... Y m'fait pitié... m'man m'a dit que si tu passes à la télé, tu dois avoir un peu d'pognon à nous donner, t'sais, c'est pas facile d'puis qu't'es parti, la mère elle pleure toute la journée...

Vous l'avez d'viné, le Kevin n'est pas venu prendre des nouvelles de son frangin, mais juste lui taper quelques billets. Mais Pépin est trop bon (et surement trop con) pour refuser d'aider sa tribu de morpions. Il sort de la poche arrière de son jeans un billet de cinquante Kronos, qu'il tend à son frère.

- Je devrais gagner un peu plus la prochaine fois, pour l'instant c'est tout ce que j'ai, j'voulais mettre un peu d'argent de côté pour aller chez le coiffeur.  

- Mais comment tu vas faire pour manger?

- Y a un resto à quelques rues d'ici, j'y passe tous les soirs en rentrant de l'entraînement. J'lui fais un peu de bricoles, et pis je fais la plonge, je sors les poubelles... en échange, il me donne les restes du services, tu sais, ce que les gens n'ont pas mangé. C'est pas grand chose mais ça remplit l'estomac.

- Putain ça craint la vie de stars en fait!

- J'suis pas une star tu sais Kévin. C'est pas parce qu'on passe à la télé qu'on est quelqu'un d'important. Tiens, regarde les mecs avec qui je bosse, et ben à force de passer à la télé, ils se prennent pour des divinités et ça les rend un peu zinzin... Tiens par exemple,  tu vois M Cube, ben au début de sa carrière déjà il se prenait pour Dieu, on le voyait partout à la télé. Regarde ce qu'il est devenu? Maintenant il se prend pour satan, il est persuadé d'avoir des fans à travers le monde entier et d'être un personnage emblématique de la FGB.

- Bah techniquement, s'il fait le main event avec Kronos, c'est que c'est quelqu'un d'important quand même, il affronte pas n'importe qui Kronos.

- C'est là que tu te plantes Kevin. Kronos va lui mettre une grosse branlée, histoire de bien rappeler à tout le monde qui commande en Kronosie. Comme tout guide suprême se doit de se faire respecter dans son royaume. Et puis, ce serait conjurer le sort, parce qu'en général, quand Cube se pointe dans une fed, ça sent le sapin. Tandis que s'il lui tord le coup dès le départ, ça va inverser la prophétie et la FGB connaîtra encore une longue et belle vie.

- Oula, je crois que t'as passé un peu trop de temps à t'entraîner là-bas toi, tu commences à délirer comme Bill Random.

- Ah mince, j'avais presque réussi à oublier ça... la poisse, c'était pas un cauchemar alors?

- T'inquiéte pas frangin, c'est juste Bill Random, tu sais c'est un peu comme le cube, sauf que lui il fait partie des murs ici. C'est un peu comme la première marche du perron, une fois franchie tu te sentiras mieux. Dis toi que c'est une étape nécessaire à ta carrière, tôt ou tard, pour se faire une place à la FGB, il faut avoir marché sur le dos de Bill Random. ça fait partie du bizutage.

- Ahhhhhhhhhhhhhh d'accord. J'voyais pas ça comme ça moi.

- Bah si. Tu verras, c'est pas si difficile que ça en a l'air, d'autres avant toi sont passés dessus, d'ailleurs ils ne s'en souviennent peut être même plus, mais tout le monde un jour s'est déjà fait Bill Random.

- Ah bon. Bah j'suis rassuré alors. J'croyais que j'allais me faire massacrer, qu'on allait encore m'enfermer dans les vestiaires pendant deux jours...

- ça, j'peux rien te promettre, si l'gars est cap' d'acheter un bar juste pour faire une promo, il est cap' aussi d'payer des gars pour te briser les os avant le combat, ou de glisser de la drogue dans ta bouffe pour que tu déclares forfait, on est à l'abri de rien avec ce genre de mecs. Par contre, si j'peux te donner un conseil, évite d'aller à la cantoche de la fed. En ce moment, ça craint un max, parait que les Crocks montent la garde autour du buffet de charcuterie!

- oh tu sais, ça risque rien, j'ai pas les moyens de manger à la cantine de la fed, j'ai encore deux ou trois barres de céréales que j'ai piqué à la supérette avant de partir de chez nous.

- ah ouais? P'tain ça tombe bien, j'ai pas gouté. T'en aurais pas une pour moi.

Rien qu'à l'évocation de sa seule collation de midi, le ventre de Pépin se met à gargouiller.

- Si, tiens.

- Pis une pour mon copain Joe, tu sais, c'est le voisin du quatrième. On fait la manche ensemble de temps en temps devant la boulangerie de la mère Huguette.

- Bientôt, mon frère, t'auras plus besoin de faire la manche, j'te promets!

- Ouais, c'est sur, tu vas être un champion, comme ça on pourra tous venir vivre ici avec toi, dans une super baraque, et tu pourras m'acheter les dernières baskets Krodidas, elles sont trop cools, tous mes potes en ont à l'école, tiens ça me fait penser, faut qu'j'aille pointer, sinon la mère elle va encore se faire convoquer chez l'dirlo! Allez, salut frangin!

- Fais attention à toi! Tu veux pas que j'te raccompagne?

- Nan c'est bon, j'ai piqué un vélo, ça va aller! Ciao!

Pépin reste seul dans sa piaule, sa dernière barre de céréales dans la main, à regarder sa vieille télé toute pourrie. Il la range soigneusement dans sa poche en se disant que la semaine prochaine, peut être qu'il pourra manger à sa faim après son match contre Bill Random...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 25 Mai - 13:31

Cher Bill Random,


Je tiens à vous remercier pour le soutien que vous m'apportez. Qu'il est agréable de trouver encore des personnes charitables dans ce monde de brutes! Par exemple, pourquoi Wes est-il venu troubler notre combat? Pour des fins personnelles, peut être même politique? Est ce un acte terroriste envers la suisse? C'est idiot, ce pays est connu pour esquiver tous les conflits mondiaux. Quelles sont ses revendications? Il veut juste de la reconnaissance, une meilleure place à la cafétéria ou juste ne plus payer d'impôts? Il n'a peut être aucune raison, après tout, ou c'est peut être juste quelqu'un qui le pousse à agir ainsi, comme il le dit. Dommage, moi, j'avais quelque chose à prouver ce soir, et du coup c'est reporté à la semaine prochaine. Je n'ai toujours pas de quoi manger ni payer mon logement, ce qui commence à irriter la propriétaire, qui menace de me jeter dehors.

Les temps sont durs, mais j'ai connu pire. Wes...s'il voulait affronter Mark pourquoi ne pas tout simplement le lui demander? Et s'il refuse, trouver un autre adversaire qui sera plus coopératif? Ce ne sont pas les collègues qui manquent, et tous sont prêts à le combattre, moi y compris. Je sais que je viens d'arriver, mais je connais quelques prises maintenant. J'arriverai bien à placer une ou deux soumissions, peut être aussi un coup de la corde à linge. Et si tout cela échoue, je tenterai un roll up, après tout, c'est assez joli à regarder, et tout le monde en est capable. Qui sait ce qu'un idiot comme moi peut réaliser sous le coup de la peur et de l'adrénaline? On sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher... Enfin, j'espère...

J'ai hâte d'avoir un combat digne de ce nom, avec un adversaire qui restera concentré et qui ne quittera pas les lieux dès qu'il verra passer un appât. Mon avenir en dépend. J'imagine que mon premier match sera décisif. Au moins, je garde les pieds sur terre! Il le faut bien, je viens d'apprendre que ma mère est enceinte pour la 7ème fois. La famille s'agrandit, et il faut bien que quelqu'un nourrisse toute la tribu. Si ça ne marche pas en tant que lutteur à l'arena macabra, il faudra que je trouve autre chose. J'ai vu qu'il cherchait du monde à la cantine pour préparer les plats et faire la plonge. J'ai déjà envoyé mon cv et ma lettre de motivation. J'imagine que le fait que je travaille déjà pour eux sera un plus pour le recrutement... et puis comme ça je pourrais peut être cumuler les deux emplois, du moins au début.

Cher Bill Random, il est temps pour moi de vous quitter. Ne trouvez pas étonnant que cette enveloppe fabriquée avec les moyens du bord ne soit pas timbrée. Je l'ai déposé dans votre boite aux lettres personnellement, car les timbres sont rares et donc hors de prix en Kronosie.

Votre dévoué,

Pépin.

P.S. : si besoin, n'hésitez pas à m'appeler pour tondre votre pelouse, ou faire quelques travaux de bricolage, ou bien encore pour vider votre fosse septique, je peux vous proposer un forfait défiant toute concurrence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 31 Mai - 13:56

Pépin se trouve dans un magasin (n°1 des chaines de distribution discount). Alors qu'il hésite entre deux paquets de nouilles chinoises (une au boeuf et l'autre au poulet), il surprend la conversation de deux personnes se trouvant dans le rayon de derrière.

- Quel dommage que le petit Pépin n'ait pas pu lutter quand même!

- ah ben ça, tant qu'l'autre y s'ra pas décidé à l'faire monter su'l'ring, y va servir de bouffon plutôt qu'aut'chose heing!

- ah mais m'sieur Random y doit savoir s'qui fait hein, c'est pas n'importe qui quand même... Nan moi ça m'chagrine qu'il ait rien à manger quand même... à son âge c'est important d'prend'des forces! Il est d'jà tout rachitique le gamin! T'sais c'qu'on va faire? On va lui faire un p'tit panier pour qu'il meurt pas d'faim...

Pépin se sent mal à l'aise. Ces gens n'ont déjà pas trop de moyens et ils s'inquiètent pour lui. Il doit leur dire qu'il a reçu dix kronos pour la semaine, et que c'est bien assez pour lui tout seul.

- Excusez moi...

- Oh vain de diou c'est fou c'qu'il ressemble au ptit Pépin dit'donc!

- Ah ouais!

- C'est assez normal, puisque c'est moi, Pépin.

- Ah mais ça mon gars ça m'étonnerait. Le vrai Pépin y doit être occupé entre l'entraînement, les médias, les fans et tout ça, il a surement pas le temps d'aller faire ses courses chez lidl ! Fais attention m'gars! C'est pas bien de jouer les usurpatiteurs!

- Les usurpateurs vous voulez dire?

- C'est qu'ils nous insultent le jeune voyou!

- Non, excusez moi, je voulais juste ...

- Ah ces jeunes y s'croient tout permis! Si Pépin était là, il te chopperait ça par la peau du fion et hop, dehors! Nan mais!

Pépin est prêt à dire qu'ils se trompent, qu'il s'agit d'un malentendu et qu'il est bien le vrai Pépin. Mais ce serait comme parler à un mur... Sans rien ajouter, Pépin s'éloigne et finit ses courses en vitesse, en évitant de recroiser les deux vieux dans les rayons.

Lorsqu'il arrive à la caisse, Pépin tombe sur une jolie hôtesse qui lui sourit.


- Oh, vous ressemblez vraiment à ce jeune lutteur qui vient d'arriver... comment il s'appelle déjà?

- Pépin?

- Nannnnn... attendez, ça va me revenir.... ah oui : WES! Qu'est ce qu'il est sexy!

Pépin la regarde avec de grands yeux tout ronds de surprise. Après tout, tous les gouts sont dans la nature. Pépin paye et s'en va. Il se dit que décidément, c'est un jour bizarre, comme tous les autres d'ailleurs.

Arrivé devant la boulangerie où il achète son pain, il manque de se faire renverser par un transpalette. Fort heureusement celui-ci est conduit par un professionnel. Il rentre dans le petit commerce et la vendeuse lui dit:


- Tiens c'est marrant, vous ressemblez à un mec que j'ai vu à la télé, comment il s'appelait déjà ? ....

Pépin la regarde un moment sans rien dire avant d'enchaîner.

- J'en sais rien, j'ai pas la télé. Ce sera une baguette s'il vous plait.

La vendeuse le regarde de travers et va chercher la baguette, avant de la poser brusquement devant elle.

- ça f'ra un Kronos!

Pépin paye et sort avec sa baguette après un bref au revoir. Alors qu'il marche dans la rue pour rentrer chez lui, il se fait prendre à partie par une bande de jeunes qui lui reprochent d'avoir causé la défaite de leur favori Galaad. Pépin au début ne répond pas, puis finit par dire qu'il n'y est pour rien, qu'il était juste là pour regarder et que sans son intervention, l'arbitre aurait manqué le moment le plus important du match. Pépin ajoute que Galaad est assez grand pour surveiller ses arrières et que chacun doit assumer ses erreurs. Les gamins ne l'entendent pas de cette oreille et se jettent sur lui pour venger leur pote, et par la même occasion pour lui piquer son sac de courses et son argent de poche.

Pépin est énervé, dépité, triste et en même temps heureux, parce qu'il pense qu'il en a frôlé un avec son poing. Il y était presque.

C'est alors qu'une superbe Jaguar s'arrête devant lui. Une belle brune en sort et l'aide à se relever. Il la reconnait, elle aussi a travaillé à la FGB, elle a même été championne bloody. Et elle a fait partie d'un clan terrifiant. Et il sait que, comme Defattaque, elle possède une école de lutte et entraîne des jeunes. Pépin aimerait bien dire quelque chose, mais il reste là, choqué par la surprise (expression sous copyright) à regarder bêtement cette femme superbe. Son regard bleu azur se plante dans le sien et découpe son coeur en morceaux. ça veut rien dire, mais c'est un peu l'image qu'il a de ce moment.


- C'est toi Pépin Leroy?

Pépin hésite. Jusque là, être Pépin Leroy, c'est plutôt pourri. Mais qu'est ce qui pourrait bien arriver de pire?

- euh... oui???

- monte, j'ai quelque chose à te proposer.

Pépin se dit qu'il n'aura jamais une autre occasion, à la fois de monter dans une jaguar, d'approcher une femme aussi jolie, et surtout d'aller quelque part avec la voiture et la femme. Pépin monte côté passager.

- on va où?

- On va manger. J'ai faim, pas toi?

Rien qu'à l'évocation de la nourriture son ventre se met à gargouiller bruyamment.

- si, un peu.

Elle lui sourit et démarre en trombes. Pépin est subjugué. Et en même temps il est terrifié, parce qu'il trouve qu'elle roule trop vite et qu'il a toujours eu peur en voiture. C'est pour ça qu'il prend les transports en commun. Après quelques longues minutes à zigzaguer entre les files, la voiture finit par entrer dans le parking d'un immeuble, le portail s'ouvre instantanément sur son passage. Ils se garent sur une place privée.

- Suis moi.

Pépin la suit. Il est allé trop loin pour faire demi tour maintenant. Finalement, ils empruntent une porte à côté de l'ascenseur et débouchent dans une cuisine de restaurant très chic. Le chef vient directement à leur rencontre et échange une accolade avec Elle. Il serre la main à Pépin et les accompagne en salle. Celle-ci est moderne et très spacieuse, une grande baie vitrée donne une vue époustouflante sur la ville.

- Installez vous ici et commandez ce que vous voulez, c'est la maison qui régale.

Il leur fait un clin d'oeil et les laisse choisir sur la carte. Pépin est presque effondré. Autant de nourriture alors qu'il y a quelques minutes, il se disait qu'il devrait finir la semaine avec une vieille baguette rassie.

- Je pense que tu devrais prendre la suggestion du chef. Gérard est un grand chef étoilé, mais il travaille aussi pour des sportifs. En ce qui me concerne, c'est lui qui prépare mon planning nutritionnel lorsque je suis en compétition. Bien manger, c'est important dans notre métier. C'est même primordial. Bien manger, bien dormir, bien s'entraîner.

- Monsieur Random ne m'a pas parlé de ça.

- Monsieur Random n'est pas exactement un manager. Il n'est pas non plus un entraîneur. Cependant j'imagine qu'il a du déceler quelque chose chez toi qui le pousse à croire que t'encadrer un moment va finir par lui être profitable.

- Il ne se sert pas de moi vous savez, on a pas signé de contrat ni parlé d'avenir.

Elle rit.

- Bien entendu, Random n'est pas aussi con. Dans ce milieu, le b.a.ba de la manipulation c'est de ne jamais laisser la moindre trace de ses méfaits. Mais bref, l'idée n'est pas de t'empêcher de servir d'appât ou de tremplin pour cet abruti. J'ai toujours pensé que découvrir le goût de la trahison par soi-même était bien plus formateur que toutes les mises en garde du monde. Tu es jeune, tu es en Kronosie et tu viens d'entrer dans l'aréna macabra. Les coups de putes ici, c'est la routine. Bienvenue à la FGB.

- Excusez moi pour ma franchise, mais pourquoi êtes vous venue me parler?

Pépin se dit que la réponse ne lui sera peut être pas agréable, mais son sourire était à tomber. Un serveur vient prendre leur commande et s'éclipse.

- J'aime bien aider mon prochain.

Pépin plisse les yeux. Elle, elle les roule.

- Pourquoi tout le monde a l'air surpris quand je dis ça?

- Parce que vous êtes une démone machiavélique?

- ça, c'était avant. Laisse tomber la gimmick du démon et de l'elfe, personne n'y comprend rien et j'avoue que le simple rôle de coach me convient tout à fait. Si tu le souhaites, je vais t'entraîner un peu plus efficacement que Bill Random.

- Mais... je n'ai pas d'argent pour vous payer.

- Je ne fais pas ça pour l'argent. Je le fais pour le challenge. Entraîner un gringalet comme toi et lui faire grimper les échelons jusqu'au sommet, ça c'est jouissif! Je veux être ton coach et je ne te demande rien en échange, sauf de te donner à fond.

- Elle est où l'arnaque? Vous avez dit que se faire mettre était une routine ici?

- ah ça, l'arnaque, c'est la cerise sur le gâteau. Attends d'être en haut du podium, à ce moment là Kronos se chargera de t'apprendre ce que tu dois savoir sur son business.

Les deux plats arrivent, Pépin passe sa langue sur ses lèvres, sous le regard amusé de la femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 3 Juin - 13:09

Pépin reçoit ses anciens amis de son ancien groupe dans son appartement pourri. Après les plaisanteries habituelles entre potes, la conversation dérive sur ses débuts à la FGB. Pépin raconte un peu ses galères à son arrivée, sa rencontre avec Bill Random qui est en quelque sorte devenu son "manager".

- C'est cool, Random dit qu'il va m'apprendre toutes les ficelles sur le terrain. C'est une vraie chance pour moi! Quand je pense qu'il y a des centaines de gars qui aimeraient être à ma place! Tiens, comme ce Jay par exemple. Mais c'est une chose d'en rêver, s'en est une autre d'aller jusqu'au bout de ses rêves.

- Ouais, en tout cas c'est toujours mieux que l'école de Deffattaque, ce type va finir par tuer quelqu'un et aller en prison.

- Carrie dit que tous les professeurs ont leur truc pour enseigner. Mais c'est vrai qu'il y va fort, y a qu'à voir le ballet des ambulances qui défilent dans sa rue...

- Moi j'ai lu sur un site sadomasochiste que c'est le lieu idéal pour prendre son pied et faire de nouvelles connaissances...

- Qu'est ce que tu foutais sur un site sadomasochiste?

- Bah rien, j'm'emmerdais alors j'ai surfé sur le net et j'suis tombé dessus par hasard...

- Ouais...

- Tu vas t'entraîner dans le centre de Carrie alors?

- Je sais pas, je réfléchis encore. J'ai peur que Random le prenne mal, même si ça ne changerait rien dans nos relations. Après tout, elle a juste dit qu'elle voulait m'entraîner un peu. Et c'est aussi une grande opportunité... arf! C'est compliqué!

- Ecoute, je crois que tu te montes le bourrichon un peu vite, après tout, si Carrie t'entraîne et que Random te manage, on peut dire que c'est tout bénéf pour lui... ça lui fait moins de boulot, et on est tous d'accord que faire de toi un vrai lutteur nécessite bien au moins 2 coachs!

- bah merci!

- Nan mais autant être honnête, tu crois vraiment que suivre Random comme un toutou durant plusieurs semaines va être suffisant? T'as vu ce que Carrie a réussi à faire avec ses précédents partenaires? Lee? Cole Evens? des champs mon gars, alors qu'ils avaient jamais foutu les pieds dans un ring quelques semaines avant!!!

- ah mon avis, ils ont du en faire des heures sup si tu vois ce que je veux dire...

- non, j'vois pas ce que tu veux dire...

- ben, tu sais quoi...

- nan, j'vois pas...

- pff... bon en tout cas, si j'étais toi je l'appellerai et j'accepterai. Après tout, c'est ta carrière qui est en jeu, faut que tu mettes tout de ton côté pour réussir. T'es déjà arrivé plus loin que n'importe lequel d'entre nous, vieux!

- Ouais, mais ça remplit malheureusement pas mes placards.

- Ben, justement c'est bien bizarre ça, parce que j'ai un pote, qui a un pote de la famille du coiffeur d'un lutteur qui bosse ici, et il dit que même les nouveaux ils touchent un salaire, même quand ils ne luttent pas encore.

Tout le monde se regarde en coin d'un air de penser qu'il y a une embrouille quelque part. Pépin reste sur le cul puis finit par dire le plus sérieusement du monde:

- J'irais voir la compta dès lundi!

- Ouais, ça vaut mieux je crois. Bon, c'est pas tout ça, mais vu qu'il n'y a rien à boire chez toi, prend ta veste, on va au pub!

- Y va où picoler l'père ULMANN?

- Je crois que c'est le Médieval.

- Bon, ben on va pas à celui-là! J'ai repéré un pub irlandais pas loin d'ici, ça devrait être pas mal! Allez Pépin, on va s'occuper d'ton cas!

tous ensemble : OUAISSSSSSSSSSSSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 6 Juin - 15:52

- Désolé mon p’tit gars, mais si t’as pas un pass, tu rentres pas.

Le grand gorille qui s’adresse à lui, Pépin le reconnaît. Il s’agit de Spencer, alias Rocky, qui apparaît dans plusieurs promos de l’ex championne, Caroline De Vir-Pace, alias Carrie, mais qui a également lutté dans cette belle et grande fédération qu’il tente d’intégrer. Pépin hésite à insister, mais même si le colosse qui barre la porte a un sourire avenant, son regard noir comme les ténèbres n’augure rien de bon. La tension est palpable, depuis qu’il a franchi les murs de ce complexe ultra hi-tech, il sent qu’il tombe mal, et on dirait bien que c’est la toute dernière vidéo diffusée sur une fed concurrente qui est à l’origine de cette situation. Pépin fait demi-tour. Il se dit qu’il aurait mieux fait d’appeler au lieu de venir directement donner sa réponse. Spencer tourne finalement le dos au jeune homme et entre dans le bureau de Caroline, sans doute pour rendre compte de cette visite. Contre toute attente, alors qu’il appuyait sur le bouton d’ascenseur, la voix du garde du corps le rappelle. Pépin ne se fait pas prier et rejoint Spencer, mais celui-ci le laisse entrer seul dans le bureau et referme derrière lui. Ses yeux ont du mal à s’habituer à la pénombre. Tous les stores ont été tiré, si bien que même s’il parvient à distinguer l’agencement du mobilier et le fauteuil dans lequel se trouve son hôte, il ne peut pas voir son visage. Mais une chose est certaine, la tension est aussi électrique ici qu’ailleurs, peut être plus. La voix de Caroline est un peu moins assurée que d’habitude.

- Alors, tu as fait ton choix Pépin ?

- Oui. Je pense que je vais accepter ton offre, mais... j’aimerais avoir la certitude que tout se passera bien. Je veux dire... entre toi et Monsieur Random. Tu sais, je ne voudrais pas me montrer ingrat envers lui, il a été très généreux...

- Généreux ? Il te laisse crever de faim depuis ton arrivée ici, les gens t’exploitent et se moquent de toi, Random a tenté de t’utiliser pour faire gagner ce match à Bozo! Et tu crois qu’il est « généreux » avec toi ? Allons Pépin, tu es trop naïf ! Tu es une proie facile, un joyau brut, vierge, que l’on peut forger comme on le souhaite. Random ne s'est pas adressé à toi pour rien, il cherche des gamins sans expérience qu'il pourra manipuler comme il veut, simplement pour sa gloire personnelle!

- Tu as un bien piètre opinion de moi...

La tristesse se lit dans les yeux de Pépin. Il sait quel genre de femmes est Carrie. Ou plutôt quelle genre de femmes elle était. Elle peut se montrer très cruelle, ou bien être dévouée et loyale. Celle qu’il a en face de lui ce matin est peut être la plus dangereuse. Même s’il ne voit pas son visage, il sent une profonde souffrance dans sa voix.

- Non, tu te trompes. Je t’envie, Pépin. Tu es jeune, tu es plein de vie et d’espoir, tu crois dur comme fer que l’avenir te réserve des jours meilleurs.

- Tu m’envies ?

Elle garde le silence quelques instants et il finit par deviner qu’elle ne dira rien de plus à ce sujet.

- Pour l’instant, je vais d’abord t’enseigner de bonnes bases et te donner les moyens d’affronter différents types de lutteurs. Pour le reste, je m’efforcerai de respecter ton souhait.

Pépin note que sa voix a pris une intonation un peu cérémonieuse, comme si elle faisait une sorte de promesse. Il se rappelle que chez elle, l’honneur est quelque chose d’important, et que sa parole vaut largement tous les contrats du monde.

- Mais si Random interfère dans mon travail en sabotant ta progression, sois certain que je ne le laisserai pas faire.

- Je n’en doute pas.

La menace était claire, Carrie resterait à sa place de coach si Random se montrait efficace et pédagogue. Dans le cas contraire, Pépin préférait ne pas imaginer comment cela pouvait se terminer.

- On commence quand ?

- Maintenant. Descend au vestiaire et demande à voir Cole. Pour l’instant, c’est lui qui va s’occuper de t’enseigner les bases techniques et les petites astuces à connaître.

- Cole Evens ? C’est ton ancien coéquipier ?

- Cole et moi dirigeons ce centre ensemble. Nous nous partageons la gestion et la promotion du domaine. C’est mon collaborateur si tu préfères.

Pépin entend de la fierté dans sa voix, il comprend qu’elle a une confiance absolue en son ami. C’est d’ailleurs celui-ci qui les interrompt. Pépin le croyait plus grand, mais il s’aperçoit que finalement, il ne doit pas faire plus d’un mètre quatre vingt dix. Ou un tout petit peu plus. Il n’est pas non plus très baraqué, mais il a un regard très perspicace. Il prend la main qu’il lui tend et comprend tout de suite qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Cole n’a pas un gabarit impressionnant, mais il a de la poigne, et comme Carrie, il a une forte personnalité.

- Bienvenue à La Garde, Pépin. Dans le vestiaire, tu trouveras une tenue pour le ring. Un des élèves va te briefer sur le déroulement des entraînements et te faire visiter le centre. Ensuite, nous passerons à la pratique.

Cole l’invitait poliment à sortir du bureau. Son regard franc et direct démontrait une grande autorité. Pépin se souvint d’avoir assisté à ses débuts. Comme lui, autrefois il manquait d’assurance et d’expérience. Mais grâce à une détermination sans faille et le savoir-faire de sa coéquipière, il était devenu quelqu’un de crédible et de respecté, en un temps record. Qui sait ce qu’il serait advenu de lui s’il n’avait pas mis un terme à son contrat par solidarité pour Carrie ? Il les salua et les laissa seuls. Pépin n’était pas sans ignorer la dernière vidéo dans laquelle avait tourné sa nouvelle coach, et la rumeur disait que le tournage, et notamment la fameuse gifle, n’était pas prévue à l’origine. Un silence pesant avait suivi la scène, ainsi que son départ précipité. Howard Murray, son manager, avait fait savoir avec gravité lors d'un communiqué de presse improvisé que la lutteuse refusait de commenter cette vidéo qu’il qualifiait de « dérapage inexcusable ». Pépin, de son côté, avait compris en la voyant aujourd’hui que Caroline De Vir-Pace était une femme forte et fière, en particulier dans des situations d’extrêmes tensions. Il se dit qu’il avait beaucoup à apprendre d’elle et qu’il ferait tout pour ne pas la décevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 7 Juin - 20:29

Tout de suite après le show, notre ami Pépin se retrouve entraîné dans une folle soirée, sous le regard protecteur de Caroline, Cole et Spencer, et en compagnie de plein de nouveaux potes qu'il avait rencontré au centre. Ces 3 anciens amis n'étaient pas en reste et le portèrent bien haut au dessus de leur tête jusqu'à la limousine immense garée devant l'aréna macabra. Sous les flashs des paparazzis, Pépin se sentit un petit peu plus important que d'habitude. Bien sur, il savait que la gloire était fragile, mais il profitait de ce petit bout de bonheur. Plus tard dans la soirée, il rejoint Caroline alors que celle-ci donnait une interview improvisée dans la boite où ils fêtaient son premier contrat. Il admira sa façon de s'exprimer, directe et franche, mais aussi la grâce de ses gestes et son allure très glamour. Sexy, oh ça elle l'était, mais gare à ceux qui tentaient leur chance, car le service d'ordre était conséquent. Spencer et Cole ne la quittait pas d'une semelle, et il comprenait pourquoi. Dans sa robe noire à paillettes, perchée sur des talons aiguilles incroyables, elle ne passait pas inaperçue. Son corps ultra féminin mais néanmoins très athlétique faisait tourner les têtes, et son regard d'un bleu azur achevait de séduire les plus difficiles.

Pépin se dit qu'elle était vraiment jolie, habillée comme une star de cinéma. Mais il ne fallait pas se faire de film, cette femme était totalement inaccessible. Il n'y avait qu'à suivre sa vie amoureuse dans "Voilà" ou "torchon.magazine" pour comprendre qu'elle en faisait voir de toutes les couleurs même aux plus avertis de ses amants. Ce qui était certain, c'est que Pépin allait apprendre beaucoup de choses sur son métier à ses côtés. Contrairement à Random, qu'il avait d'abord pris pour un ami qui lui voulait du bien, les actes étaient plus importants que les mots. Action, réaction. Tu m'touches, j'te bouffe. Pépin aimait cette citation de l'Age de Glace, et il se disait qu'il fallait vraiment qu'il se bouge le cul pour épater son coach. Surtout que pour l'instant, il devait bien reconnaître qu'il s'était un peu laissé porter par les événements. Certes c'était sa philosophie de vie, prendre ce que la vie lui donnait et s'en satisfaire, rester cool. Pépin se dit que ce n'était peut être pas incompatible avec son métier. Après tout, la seule personne qui contrôlait vraiment l'avenir était bien au chaud dans son bureau, et même la jolie Carrie n'avait pas la main sur son destin, même s'il devait bien l'admettre, elle avait prouvé ce soir qu'elle savait s'y prendre pour obtenir ce qu'elle voulait. Oui, finalement, leur collaboration allait être très profitable.


- Pépin? Tu peux dire un mot à la caméra?

A ces mots, Pépin perdit le fil de ses pensées et sortit la première connerie qui lui passa par la tête.

- euh... bonsoir...

En voyant Carrie rouler des yeux il comprit qu'il avait du pain sur la planche. Heureusement, une musique très bruyante vint troubler l'interview et ils durent l'abréger. Sa coach le prit par le bras et hurla dans son oreille.

- VA FALLOIR QU'ON BOSSE AUSSI TON ORAL! TU ME FAIS PENSER A COLE A SES DEBUTS, UNE VRAIE CATASTROPHE!

Pépin jeta un oeil sur l'homme en question, qui semblait désormais très à l'aise devant les caméras. Il ne donnait pas l'impression d'aimer ça plus qu'autre chose, mais il donnait parfaitement le change. Quelques minutes plus tard, il les rejoint sur la piste de danse et ils s'éclatèrent durant des heures. Ils avaient tous l'air d'être très proches, et Pépin les envia. Il fit le voeu d'être bientôt lui aussi un membre de La Garde à part entière. Et dès le lendemain, il se mettrait à bosser comme un malade pour être comme eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 9 Juin - 13:50

LA GARDE, centre d’entraînement.

Pépin est encore un peu essoufflé après son jogging matinal. Il avale quelques petites gorgées d’eau, doucement, et savoure la fraicheur du liquide qui coule dans sa gorge. Il observe Cole s’entraîner sur le deuxième ring avec une jeune femme qu’il n’avait encore jamais vu. Elle est blonde et plutôt athlétique, mais elle n’est pas très grande. Elle a l’air doué pour la boxe. Pépin se dit qu’il ira peut être engager la conversation tout à l’heure, lui souhaiter la bienvenue. Le retour de Caroline après une conversation téléphonique apparemment désagréable (les sourcils froncés et le regard froid sont autant de détails qui ne trompent pas avec elle). Heureusement, cela ne dure pas longtemps. En le voyant, elle sourit, respire un bon coup et fait signe à Spencer, qui sortait du bureau, de s’approcher avec la caméra.


- Une chose importante dans le métier : tu dois être prêt à commenter les faits et gestes de tes adversaires à n’importe quel moment de la journée. Après, c’est toi qui choisis, si tu veux rester dans un cadre professionnel, ici à la Garde, ou bien dans les coulisses de l’Arena, ou encore si tu laisses la caméra te filmer dans une sphère privée, ce que je te déconseille fortement, par expérience je dirais même que c’est à éviter autant que possible. Donc, on va faire quelques petits commentaires au sujet de la déclaration du suppôt de Deffattaque. C’est bon Spenc’ ? Tu filmes ? [/i]

- Je filme, ma belle.

Pépin surprend le petit clin d’œil complice de Spencer envers Caroline, mais il se souvient l’avoir vu faire le même tout à l’heure à Cole, et aussi à l’un des gardes à l’extérieur en arrivant ce matin. Bref, au final, ce clin d’œil est juste une marque de sympathie et de familiarité, pas de quoi fouetter un chat.

- Krane King... voici donc le clone n°1 de Deffattaque, le patient zéro. Et en même temps ce n’est pas trop compliqué à voir, car le brouillon est grossier, voir médiocre. Il me fait penser à ces gros durs qui ont repiqué plusieurs fois de suite à l’école et qui jouent les malins à la rentrée parce qu’ils affirment en savoir plus que tout le monde. Mais Krane King, comme ces abrutis, n’a pas bien étudié en classe, à moins que Deffattaque ait omis quelques détails. Mon ami, si Pépin est bel et bien jeune et sans expérience, pour l'instant, ce n’est pas mon cas, et je compte bien m’occuper du tien en temps et en heure histoire de remettre les choses à leur place. Comme je suis plutôt dans un bon jour, je ne saurais que trop te conseiller d’aller surfer sur internet et de faire quelques recherches. Si tu l’avais fait, tu saurais que j’ai fait mes débuts à la UZW il y a  presque 10 ans, qu’après quelques années d’absence j’ai fait mon retour à la Red Line Federation, que j’ai poursuivi ma carrière à la SOW dans laquelle j'ai obtenu tous les titres à l'exception du titre mondial, pour des raisons sans aucun doute politique, mais bref passons cela. Mais surtout, et c’est là que ton coach t’as fait défaut, tu saurais que j’ai déjà œuvré à la FGB parmi les meilleurs, dans la Horde, où j’ai été l’un des bras droits de mon ami Légion. Ton maître a peut être aussi oublié de te dire que pour l’occasion, le titre Bloody a fait un séjour sur mes hanches... Volontairement ou non, ce n’est pas très fairplay en tout cas, car pour le coup tu prends ta vraie première leçon d’humiliation avec moi : quand tu t’adresses à quelqu’un, et surtout à quelqu’un qui a déjà pas mal roulé sa bosse dans le métier, essaye de te renseigner un peu à son sujet avant de passer pour un crétin. Voilà, ça, c’est fait.

- Dis moi, tu parlais de clones tout à l’heure, j’aimerais bien revenir là-dessus.

- Avec plaisir. Tu vois, la plus grosse différence entre l’école de Deff, la DFA Academya, c’est que lui donne des cours collectifs à des types qui s’imaginent tous devenir LE champion ultime de la FGB. Et il leur fait croire qu’il a le pouvoir de les transformer tous, et que si ce n’est pas le cas à l’issue de leur formation, c’est qu’ils n’en sont pas dignes, qu’ils sont des incapables. Je vais te donner un exemple.

Pépin observe son coach sortir un jouet pour enfant de l’un de ses nombreux placards. Il s’agit d’une boule à formes, dans laquelle les petits doivent insérer des formes géométriques dans les ouvertures correspondantes.

- Pour Deff, toutes ses formes représentent un lutteur, qu’il soit rond, carré, triangulaire, peu importe. La forme doit rentrer dans le trou, et s’il faut pour cela défoncer la boule ou la forme, tant pis, le but doit être atteint. Deff produit des lutteurs en série, c’est de la production de masse, sans aucune créativité, sans personnalité. Ce n’est pas ce que je fais ici, et tu en es la preuve vivante ici et maintenant. Avec moi, il n’y a pas de cours collectifs, il n’y a pas de défouloir non plus sur les élèves. Deff n’a rien révolutionné dans sa méthode, un enfant qui ne sait même pas marcher possède déjà l’instinct de prédateur, de dominant. Il cherche déjà à prendre le pouvoir sur ses parents, en faisant tomber des objets qu’ils ramassent inlassablement, pour le plus grand plaisir de leur petit despote. Plus tard à la crèche ou à l’école il s’amusera à frapper ses petits camarades. C’est dans sa nature, à la portée de tous les imbéciles. Je ne vois aucune pédagogie, aucune technique d’apprentissage. C’est juste un lieu où des gens font de la muscu et se tapent sur la gueule. Ici, ce qui compte c’est l’individu. La première chose que nous développons c’est la confiance. En lui, en nous, la confiance dans son avenir. On établit une relation de confiance et on recherche ses acquis, ses aptitudes qui différent tous d’un élève à l’autre. On travaille aussi bien sur le mental que sur le corps, peut être même plus sur le mental. Parce qu’à la fin d’un combat particulièrement éprouvant, quand le corps ne tient plus qu’à un fil, c’est ce mental, cette confiance qui va faire qu’un individu va se relever, encore et encore. Vous préférez vous entraîner dans la haine et la méfiance les uns des autres ? C’est votre choix. Essayer l’école de Deff, essayez nous. Ici, à La Garde, on ne se contente pas de prendre votre fric et de vous faire répéter des prises à longueur de journée, à grands renforts de super kick dans la gueule. D'ailleurs, aucun de mes élèves ne me verse le moindre salaire. Ils donnent ce qu'ils peuvent, et cet argent sert à aider d'autres personnes. On vous explique comment réaliser les différentes prises en sécurité, pour vous et votre adversaire. Car là aussi nous nous démarquons. Nous savons qu’il n’y a  pas de grand combat sans grand adversaire. Lorsque vous respectez votre adversaire vous vous respectez vous-mêmes. Vous pouvez le détester, vous pouvez le haïr jusqu’à vouloir le blesser. Mais si vous le faites, si vous blessez votre adversaire durant vos combats, vous ne méritez pas le respect. La vie est le bien le plus précieux qui nous soit donné. En une seconde, tout peut déraper et s’arrêter là. Ne prend jamais la vie à la légère, Pépin, même si ton adversaire est le pire des connards. Fais lui payer sa fourberie dans les règles de l’art, mais ne commet pas l’erreur de négliger la faiblesse du corps humain. Un coup mal placé, un tombé hasardeux, et sa carrière, sa vie peut s’en trouver changée à jamais.

- ça fait flipper, dis comme ça.

- c’est fait pour, et c’est vrai. J’ai vu des carrières brisées à jamais à cause de l’insouciance de jeunes lutteurs, et voir un collègue faire la démonstration d’une violence gratuite et totalement dépourvue d’intérêt pédagogique m’exaspère. Je trouve cela dangereux et contre productif.

- peut être que c’est juste l’image qu’il veut renvoyer aussi. Tu sais, les mecs aiment bien avoir l’air viril, mettre des claques dans la tronche, déboiter une épaule ou deux, cracher par terre, transpirer comme des bêtes, ça c’est des trucs qui parlent aux ados en pleine poussée de croissance. Ça fait plus « fun » que de passer du temps à décortiquer les prises, à les restituer en les apprivoisant, en se les appropriant.

- plus fun tu dis ? Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un de mes élèves trouver mes cours « fun » ou « distrayant ». Quand le cours se termine, ils sont fiers d’avoir pu dépasser leurs limites, d’avoir pris le dessus sur certaines peurs. Certains ne deviendront jamais des lutteurs professionnels. Ici, il n’y a pas que des élèves qui veulent intégrer une fédération et vivre de leur passion. Il y a aussi des anonymes qui font ça pour se reconstruire. C’est comme... une thérapie, sauf qu’ils doivent trouver leurs réponses en eux-mêmes. Je ne suis pas psy, je ne guéris pas leurs doutes. Mais je suis là pour les écouter, les soutenir. Je suis l’oreille attentive, l’épaule sur laquelle ils peuvent compter. Je suis le souffle qui les pousse vers leur avenir, la main qui les retient quand ils tombent.

- pourquoi tu fais tout cela ?

Elle ne dit rien pendant un long moment, puis finit par répondre.

- parce qu’on l’a fait pour moi à une époque, et que j’ai envie, non mieux, j’ai découvert que c’était là ce que j’aimais faire, ce que j’arrivais le mieux à faire. C’est une mission que j’ai décidé de mener ad vitam aeternam. D’une part j’en tire une grande satisfaction personnelle, et d’autre part je rends service à mon prochain.

- C’est une mission spirituelle donc ?

- On peut dire ça comme ça. Bon, assez papoté, viens avec moi sur le ring, nous passons aux prises au sol cet après-midi.

Sur ces mots, Pépin suit sa coach à l’intérieur du ring et se place au centre alors qu’elle s’allonge sur le tapis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 10 Juin - 13:23

Pendant qu'il prenait sa douche en fin de soirée dans les vestiaires du Centre d'Entraînement, Pépin repensait à cette vidéo de la DFA Academya Du plus loin qu'il se souvienne, il n'avait jamais entendu de personnage plus grossier et irrespectueux envers une femme, à part peut être l'un de ses ex beaux pères, qui avait engrossé sa mère pour la troisième fois. Heureusement pour eux, il fut jeté en prison pour d'autres crimes et notamment un braquage raté dans une épicerie chinoise. Débarrassés de l'individu, ils avaient repris une vie normale. Seulement voilà, ce drôle de personnage nommé Defattaque, à prononcer avec un seul F, attention c'est important, était bien le même genre de gugus. Mal poli et violent, égoïste et menteur. Quatre caractéristiques qu'on retrouvait à coup sûr chez tous les heels des fédérations de lutte. Immédiatement Pépin repensa à cette gifle de Verdugo envers sa coach, et il ressentit une profonde colère. Les coups et les mots peuvent blesser, se dit-il. Bien plus profondément qu'on ne le laisse voir. Non, il ne laisserait pas Defattaque avec un F faire du mal à Carrie, que ce soit avec des mots ou avec sa violence gratuite. Nu comme un ver dans sa cabine de douche, Pépin se mit à parler tout haut, certain que personne ne pouvait l'entendre.

- Defattaque avec un F, tu serais bien plus crédible sans tes jurons et tes menaces. Ton académie attire les foules grâce à ta campagne publicitaire pharaonique, mais personne n'est dupe! Combien ne reviennent pas après le premier essai gratuit?Combien sont là juste pour passer à la télé, être vu en compagnie de quelqu'un de connu? Se la péter parce qu'ils ont une carte du club DFA Academya, mais chialent toutes les nuits de douleur? Car oui, tu es connu, tu vas même affronter le champion suprême de la FGB, Syd Filmore. Dis moi, Krane King, ton coach t'apprend-il à étudier l'histoire de tes adversaires? Non, j'en doute. C'est une spécialité qui vient d'un autre temps, d'une autre fed, dont ton maître n'a, dit-il, rien à battre. Cependant, il devrait se pencher sur la question, maintenant qu'il a titillé la fierté de Caroline. Ainsi, s'il était instruit, il saurait que Carrie et Syd Filmore étaient de très bons amis il y a quelques années, et qu'il n'y a pas d'ami plus sincère et loyal que ma coach. Et donc, si tu suis mon cheminement, et si tu étais ton coach, n'envisagerais tu pas la possibilité que celle-ci décide d'intervenir, d'une façon ou d'une autre, dans ce match qui te tient tant à cœur? Quelle tristesse, toutes ces heures de travail, de préparation et d'espoir, envolées en fumée juste à cause d'une seule personne, qui n'a rien à gagner ni à perdre dans votre affrontement. Juste pour l'emmerder... AHHHHHHHHHH PUTAIN C'EST BOUILLANT! .... AHHHHHHHHH C'EST FROID LA! QUI C'EST QUI TIRE DE L'EAU!!!!!! merde j'en étais où... ah, oui. Donc je disais, ce serait bête quand même de mettre Caroline en rogne. Pour l'instant, elle est juste amusée, mais je ne serais pas étonnée qu'elle ait prévue un truc. Tiens, ça m'a fait rire mais j'ai pensé à un truc après avoir vu ta vidéo, quand tu dis que tu es prêt à mettre ton meilleur élément contre le sien... et bien tu t'imagines qu'elle va proposer l'un de ses meilleurs éléments, Cole, Spencer ou pourquoi pas Lee, bien qu'il soit à Londres en ce moment je crois, enfin bref on s'en cogne. Et bien Carrie, c'est le genre de femme qui te prendrait au mot, et qui aurait tout de suite pensé un plan super machiavélique pour t'entuber bien profond! Tu vois la scène? Nan, tu vois pas la scène car tu n'es pas capable d'imaginer un plan aussi machiavélique qu'elle, et pourtant, il est vraiment terriiiiiiiiiiiiible.... merde, je vais me prendre un procès par kasimir Ketchup! pardon! Revenons au plan... oui, voilà, donc Carrie, elle, elle se dirait ok, tu veux mon meilleur élément contre le tien. Je suis ok, mais à une condition: on mise un truc sur ce match. On parie un gros paquet, du genre ta place de challenger au titre suprême contre Syd Filmore! Les risques sont limités, puisque tu dis que tu es le meilleur, que ton élève est le meilleur, et que par conséquent tu es assuré de sa victoire!  AHAH, tu ferais moins le malin là hein? Mais pour pas passer pour un dégonflé, tu relèverais le pari, et tu dirais bien évidemment "et moi, qu'est ce que j'y gagne si ton élève perd?" et Carrie, elle, dirait: "j'admettrais que ton école est meilleure que la tienne". Ton égo complétement gonflé à bloc, tu accepterais le défi. Et c'est là que Carrie dévoilerait toute la splendeur de son plan machiavélique, que Kronos lui-même lui envierait! Du fond de la pièce obscure se découperait la silhouette gigantesque du géant El Verdugo, qui agiterait sous tes yeux ébahis un bout de papier à l'entête de La Garde, sur laquelle il aurait préalablement apposé sa signature. El Verdugo, le bourreau, l'homme le plus cruel que la lutte ait jamais connu, serait désormais le meilleur élève de Caroline, et affronterait Krane King, ton nouveau né. Tu sentirais l'air te manquer, tes mains commenceraient à trembler, la sueur à couler sur ton front, car tu saurais à cet instant précis que tout espoir était désormais vain! ANEANTI TES REVES DE DOMINATION!

- Pépin? Tu es là? ça fait des heures que l'eau coule, tu fais chier, on t'a pourtant dit de faire attention à la conso, pense à la planète!

Cette voix, c'est celle de Cole Evens qui fait la chasse au gaspillage, en tant que Co-directeur du centre. Pépin se dit qu'il a de la chance si personne ne l'a entendu s'exercer à l'art du speech contre Defattaque avec un f. Il coupe l'eau et répond.

- Désolé, Cole, j'étais en train de réfléchir à la promo de Krane King et de Defattaque avec un F.

- Ouais, c'est normal, au début on a du mal à passer à autre chose après le boulot, mais tu verras, tu finiras par te fixer des limites.

- J'espère, c'est vrai que ça tourne en boucle dans ma tête, et ça devient agaçant à la longue.

Pépin entend Cole rire gentiment. Il est sympa Cole, c'est un bon prof qui prend vraiment plaisir à enseigner, il donne plein de conseils et d'anecdotes. Carrie, elle, est beaucoup plus technique, sur le ring, rien ne semble lui échapper. Pépin aimerait bien avoir ne serait-ce que 10% de leur talent à tous les deux. Ils devaient vraiment être super efficaces en équipe. Alors qu'il s'apprête à sortir, Cole lui dit:

- ah, au fait Pépin, au sujet du plan machiavélique de Carrie...

Pépin sort de la douche et glisse sur une flaque d'eau avant de s'écraser comme une merde par terre, en se faisant très mal, sinon ce ne serait pas drôle. Dans sa chute, il n'entend pas la réponse de Cole, qui sort en riant du vestiaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 14 Juin - 13:45

Maudit soit ce cameraman qui prend la conversation en retard... bref, sans transition, nous revoici en compagnie de Pépin Leroy et de sa coach, Caroline.

- Mais c'était juste pour boire un verre!

- Crois moi, si Bozo avait envie de boire un verre avec toi, il n'attendrait pas le jour du show pour le faire. CQFD!

- Peut être qu'il n'a pas eu le temps jusque là, qu'il avait des rendez vous et beaucoup d'entraînement...

- Bien sur qu'il a des rendez vous, des entraînements, et surtout un boss qui est prêt à tout pour t'évincer. Pépin, Random a déjà un poulain qui lui sert de larbin. Tu vaux mieux que ça. D'ailleurs, dès aujourd'hui nous allons augmenter l'intensité de ton entraînement, pour que tu sois prêt pour ce match de qualification.

- Tu sais bien que je n'ai aucune chance face à Grandgousier ou Cube! Ils ont tous les deux pas mal d'expérience, et en plus, ils sont d'une humeur massacrante. Grandgousier est affamé à cause de son régime, et Cube est super agacé par le comportement de Kronos.

- Justement, ils ont tous les deux l'esprit ailleurs. Le seul qui sera à fond dans ce match, qui ne pensera à rien d'autre, ce sera toi. Et ce que tu m'as montré jusqu'ici aux entraînements est très prometteur. Ne te laisse pas démonter parce que tu manques d'expérience, Pépin, car elle ne fait pas tout. J'ai vu des hommes très expérimentés commettre des erreurs de débutants, ou se laisser distraire en plein combat d'une importance capitale. Les plus grands champions n'échappent pas à une faute très commune: l'excès de confiance en soi. Tous les deux vont te prouver par A + B que tu n'as aucune chance. Et pourtant, tu es l'inconnu de l'équation, celui qui va changer le cours des événements. Tu es le vent de fraîcheur qu'il manquait à la FGB, un jeune homme sympa auquel beaucoup de gens peuvent s'identifier. Cube et Grandgousier n'ont aucun moyen de savoir comment tu vas être sur le ring, car jusqu'ici tu es un mystère pour eux. Dans une semaine, ils vont découvrir le véritable Pépin Leroy, et ils seront surpris par tout ce que tu as accompli en si peu de temps. Pépin, je te le dis, tu as un grand avenir devant toi, mais il faut que tu me fasses confiance, et surtout il faut que tu évites les mauvaises fréquentations. Random et son sbire sont à proscrire. Quand tu auras un peu plus de plomb dans la tête, tu pourras t'amuser à boire des verres avec tes ennemis.

- ça t'arrive à toi?

- de boire des verres avec mes ennemis? Rarement. Je préfère la compagnie de mes amis. Pourquoi perdre du temps avec des gens qui rêvent de t'enterrer? La vie est trop courte pour se prendre la tête avec de mauvaises personnes. Prend le meilleur, jette le reste.

- Qu'est ce qui va se passer si je perds ce match? Tu seras en colère contre moi?

La belle brune hausse un sourcil de surprise puis sourit.

- Non, Pépin, je ne serai pas en colère. Je serai peut être déçue, ou frustrée, mais pas en colère. La colère n'a rien de constructif, c'est un sentiment éphémère et brutal. ça m'arrive d'être en colère, et je n'ai jamais remarqué de conséquences positives lorsque je me suis défoulée sur quelqu'un. La détermination, la patience, et une certaine forme de haine, sourde et intense, par contre, ont des effets nettement plus pertinents. Commence par la détermination et la patience. La haine, elle, viendra bien assez tôt. Tu devrais retourner t'entraîner maintenant, il est presque 14 heures et Cole doit t'attendre pour la séance de kick-boxing. Puis je viendrai te chercher pour ta séance d'entraînement à la piscine. J'ai réservé le bassin du centre.

- Je ne sais pas trop nager tu sais....

- tiens donc... la survie est une motivation bien plus intéressante que la colère ou la gloire...

A ces mots, Pépin se dit qu'il n'a pas fini de boire la tasse, le regard de son coach est aussi perçant que celui d'un chat qui vient de repérer une musaraigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 17 Juin - 14:16

Pépin est en pleine séance de musculation. Concentré sur l'effort et l'exécution parfaite des mouvements, il ne s'arrête que pour changer d'appareil et s'hydrater. Gagner en puissance, en souplesse et en endurance. C'est l'objectif que lui a donné son coach, et il compte bien faire de son mieux pour qu'elle soit fière de lui. Le problème de Pépin, c'est qu'il a du mal à synchroniser ses mouvements. Du coup, il est un peu maladroit parfois. Mais ça aussi, ça se travaille, lui a dit son coach. C'est ainsi que Pépin enchaîne les prises des heures durant, court et se muscle comme il n'avait jamais pensé pouvoir le faire avant. Il y a encore quelques semaines, Pépin pensait qu'entrer dans l'Aréna macabra en tant que spectateur était l'événement le plus joyeux de sa misérable vie. Aujourd'hui, il s'entraînait avec la meilleure coach, il avait un contrat à la FGB et surtout, un match de qualification pour le Only One Survive. C'est vrai, le nom de ce truc ne fait pas rêver, ça ressemble à une guerre où tous les coups sont permis. Pépin n'est pas très sûr de vouloir y aller, il y a fort à parier que toutes les légendes du coin vont se pointer pour y participer, peut être même que certains vont s'y incruster sans avoir été invités. Mais voilà, il a une chance sur trois d'y être, donc il doit tout donner, histoire de ne pas être un sale petit ingrat. C'est vrai quoi, Carrie l'avait quand même sorti de son trou à rats, lui avait donné à manger et à boire, un toit décent pour dormir. Tout ce qu'il avait à faire de ses journées, c'était s'entraîner, récupérer, s'alimenter etc. Cette routine aurait pu ennuyer certains, mais on n'avait pas le temps de s'ennuyer à la Garde. Le centre était basé sur l'entraide, aussi il y avait toujours quelqu'un à soutenir. Quand il ne s'entraînait pas, Pépin aidait les autres à s'entraîner, à étudier, à bricoler. Pépin ne se souvenait pas depuis quand il séjournait à La Garde. Il savait seulement qu'il ne s'était jamais senti aussi bien dans sa peau, aussi utile qu'ici.

Alors qu'il terminait sa 5ème série de 50 crunchs, il entendit des voix se rapprocher de lui. Pépin ouvrit tout grand les yeux. A côté de Carrie, en tenue sportwear, se trouvait un homme plutôt grand, brun, avec des yeux d'un bleu translucide. Il le reconnut aussitôt, même s'il n'avait jamais eu la chance de le rencontrer. Lee, évidemment. Alors qu'il se levait pour le saluer, celui-ci lui attrapa la main d'une poigne de fer qui surprit Pépin. Lui aussi avait ce même charisme, cette même poigne et ce même regard direct et franc, tout comme Cole et Caroline. Mais après les présentations, ils le convièrent à déjeuner chez elle. Pépin avait hâte de découvrir sa coach d'une manière un peu plus personnelle. Jusque-là, elle était restée très pro et mystérieuse, rien ne filtrait à son sujet. Bien sur les magazines people épiaient ses moindres gestes, et il y avait toujours un ou deux paparazzis postés devant le centre, au cas où quelqu'un de connu se pointerait. Le séjour au centre de Lee ne manquerait pas de faire la une dès le lendemain.

Le déjeuner ne manqua pas de le surprendre. Lee était quelqu'un de très amical, qui s'enquit de ses progrès et de ses impressions concernant ses débuts à la FGB. Il avait l'air vraiment intéressé, et n'hésitait pas à poser des questions techniques et pertinentes. C'était un homme intelligent et altruiste, et à aucun moment durant le repas il ne mit en avant sa personne ou sa carrière. Ce qui émut le plus le jeune Pépin, c'est le regard dont il couvait sa coach. Mais s'il se passait encore quelque chose entre eux, ils ne dévoilèrent absolument rien, ni dans leurs gestes, ni dans leurs paroles, ni dans leurs expressions. Nada. Pépin en était pour ses frais en matière de curiosité mal placée. Et quelque part, Pépin se dit qu'il ne les enviait pas sur ce point. Etre constamment obligés de masquer les émotions, leur relation au monde entier pour protéger leur vie privée, ce n'était pas une vie. Si Pépin tombait amoureux d'une fille, il aurait envie de le crier à la terre entière. Il lui tiendrait la main dans la rue, et n'hésiterait pas à l'embrasser quand il en aurait envie, paparazzi ou pas. Devant tant d'amour, ils baisseraient leurs appareils et changeraient de métier, pensant que leur amour était trop beau et noble pour être sali par des rumeurs de bas étages.

Un peu plus tard dans l'après midi, alors qu'il s'entraînait avec elle, la question qui l'obsédait depuis quelques heures lui échappa. "ça ne la dérangeait pas de toujours devoir cacher ses sentiments?". Pensant qu'il avait été trop loin, Pépin s'excusa, mais Carrie réfléchit et à sa grande surprise, lui répondit.


- est ce que je les cache vraiment dans le fond, Pépin? Les gens voient ce qu'ils veulent voir. J'adopte la plupart du temps une attitude et un visage neutre. Ce n'est pas parce que je ne montre rien que je ne ressens rien. Ces pseudos journalistes et la presse à scandales dans son ensemble m'indifférent. Je n'attends pas de reconnaissance de leur part. Ils ne savent rien, il leur faut juste des images et un bon logiciel de montage. La suite dépend de l'imagination d'un mec dans un studio. Les gens qui achètent ça veulent du scandale, ils ne cherchent pas la vérité. Il y a eu un moment dans ma carrière où cela m'a amusé de jouer avec eux, de les mettre sur de mauvaises pistes. J'ai aimé être au centre de l'attention, être une lutteuse sexy et mystérieuse, désirée. Malheureusement, il y a des personnes dans mon entourage qui s'en sont trouvées blessées. J'ai mis beaucoup de temps à comprendre, mais aujourd'hui, je mets un point d'honneur à distinguer ma vie professionnelle de ma vie privée. C'est la raison pour laquelle personne ne verra plus mes enfants dans mes interventions télévisées, ou certaines personnes comme ma mère et mon frère. C'est leur souhait et je le respecte.

- ça n'a pas l'air de déranger Lee.

- en effet, mais Lee est acteur, son image est publique. Il est adulte, intelligent, et il subit la même pression que moi, peut être un peu plus depuis qu'il me connaît, je l'admets... L'avantage c'est que nous sommes mariés, et qu'il n'y a rien de tapageur, de scandaleux, à déjeuner avec son mari ou sa femme. Nous faisons cela régulièrement et la presse à scandales ne publient même plus nos photos. Pas de violence, pas de sexe, pas de secret, donc rien à vendre. Une apparente banalité est l'arme absolue contre l'intrusion des médias.

- donc, si je te suis, pour avoir la paix il faut être ennuyeux.

- non, j'ai juste dit qu'il fallait faire en sorte qu'on te croit ennuyeux. C'est ... une feinte. Un trompe l'œil. Il en va de même pour beaucoup de choses. Tout est question de bluff dans notre job. Même le plus titré des lutteurs y a encore recours. Regarde les anciens de la FGB sortirent de l'ombre et affirmer qu'ils sont toujours à 200% de leurs capacités! le sont ils réellement? Crois tu vraiment qu'ils sont convaincus de leurs propres paroles?

- tu veux dire qu'ils mentent?

- tout le monde ment. Parfois on se ment même à soi-même. Admettre la vérité, la dire, c'est mettre un pied dans la tombe. Nous aurons tout le temps d'être cynique dans notre tombe.

Et elle te dit cela avec un sourire dévastateur à faire dresser les poils sur tes bras... ou autre chose.

- Je n'aime pas mentir.

- Je n'aime pas ça non plus, mais les personnes à qui nous mentons le plus sont nos proches. Nous sommes tous obligés à un moment ou un autre. Tu dirais à ta mère qu'elle est horrible dans sa dernière robe de chez bonprix? Bien sur que non. Peut être que tu lui expliquerais qu'une autre forme lui irait mieux, mais jamais tu ne lui diras qu'elle est trop grosse pour une robe fourreau, même si elle te demande d'être honnête? N'est ce pas?

- C'est vrai.

- quand ta copine te demande ce que tu regardes en premier chez une fille, tu ne lui réponds pas que ce sont ses seins, ou ses fesses? Tu parles de ses yeux, de ses cheveux?

- C'est vrai. Enfin, je crois, ça fait longtemps que je n'ai pas eu de petite amie.

Pépin a une peu honte de l'avouer, mais en effet, ça fait un moment qu'il n'a pas tiré sa crampe.

- Sérieux? Faut dire que t'es vraiment pas à ton avantage avec cette coupe de cheveux et tes fringues...

Pépin baisse la tête et met les mains dans ses poches. Voilà, c'est dit. Il ne ressemble à rien, même sa coach le trouve nul.

- Tu vois ce que je veux dire? On a pas tout le temps envie d'entendre ou de dire la vérité. Il faut savoir fermer sa gueule, mais c'est un combat de tous les jours, crois moi, je sais de quoi je parle. Et puis des fois, ça sort tout seul, t'as pas le temps de le retenir.

- Oui, mais la vérité c'est toujours mieux que le mensonge. Il n'y a que de vrais amis pour te dire les choses avec sincérité. Je préfère que tu me dises que je suis moche et mal fringué plutôt que de l'entendre murmurer dans mon dos.

- Je suis du même avis que toi. Mais sache que beaucoup de gens n'ont pas ce cran.

Le silence se fait entre les deux individus, avant que Pépin ne lance:

- et si on reprenait les étranglements?

- ça c'est de la transition!

- quand on aura fini, j'irai peut être rendre visite à Laura, la coiffeuse. Et puis j'irai faire un peu de shopping.

- Pas ce soir, Pépin, nous avons rendez vous à l'hôpital, pour rendre visite aux enfants. Tu as promis de nous accompagner.

- Ah oui, c'est vrai, j'ai failli oublier.

Ils reprirent l'entraînement, et Pépin se dit qu'il avait beaucoup de chance aujourd'hui, car il allait pouvoir rendre un peu de cette joie que la vie lui apportait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 23 Juin - 13:00

C'est journée farniente au centre de La Garde aujourd'hui. Il fait un temps magnifique, les gens ont le sourire et se prélassent au bord d'une vaste piscine extérieure. En tenue de bain, Carrie et Pépin ne font pas exception à l'ambiance détente du jour, et profitent du soleil allongés sur des transats. C'est Lee qui vient interrompre ce qui ressemble fort à une sieste matinale.

- hum, je crois que les fans de Pépin attendent ses déclarations suite à son match à Gigablast. Vous pensez vraiment que c'est le moment de lézarder au soleil?

Alors que Pépin tourne la tête dans la direction de Carrie et Lee, qui vient de s'asseoir à côté d'elle et qui étend ses longues jambes devant lui, la coach elle ne bouge même pas d'un centimètre, et répond les yeux fermés.

- On récupère Lee. On récupère. Il faut savoir profiter des petits moments de détente et de bonheur. C'est toi qui m'a appris ça.

- C'est vrai. Ceci dit, si je comprends bien que tout sportif doit s'accorder des périodes de récupération physique, ça n'empêche pas Pépin de bosser sur ses adversaires, se préparer mentalement au combat etc.

- C'est ce qu'il fait en ce moment même. Cette semaine, j'ai décidé d'enseigner à Pépin une des techniques psychologiques les plus prisées par ses futurs adversaires de la FGB.

- C'est à dire?

- On appelle ça la technique du disque rayé. C'est celle qu'utilise par exemple Stanley Rosenbaum depuis la réouverture. Semaine après semaine, il répète les mêmes phrases, les mêmes gestes, ce qui conduit inévitablement les spectateurs à l'écouter et à le croire. Et le plus incroyable, c'est que ça fonctionne aussi sur ses futurs adversaires. Mais il n'est pas le seul à utiliser cette technique, Defattaque est aussi un adepte. La forme est différente, mais au final, le message que retiendront les téléspectateurs, c'est que Stanley est de retour et qu'il va remporter le OOS, et que Defattaque est l'adversaire le plus violent et déterminé du roster. Son école est aussi la plus extrême, car bien sur ici, à côté d'eux, c'est le paradis sur Terre.

- Et le message de Pépin, c'est ?

Lee s'est adressé directement à Pépin, qui lui continuait à rêvasser.

- Oh... mon message... et bien il est assez simple, Carrie m'a dit de le faire le plus court et le plus simple possible. J'ai donc décidé de suivre ses conseils. C'est vrai, j'ai perdu ce match important face à M. Cube et à Grandgousier. Enfin plutôt face à Monsieur Cube. Mais je pense que ce n'est pas grave, parce que de toute manière je n'étais pas prêt à remporter cette grande compétition. Je n'en suis qu'à mes débuts, et même si je m'entraîne fort et que j'y crois plus encore, je ne suis pas à la hauteur, alors que Monsieur Cube méritait bien plus que moi cet honneur. Je respecte son ancienneté et son expérience, lui voler cette victoire cela aurait été très injuste après tout le travail qu'il a fourni chaque semaine depuis des années. Tandis que moi, je viens juste d'arriver, et je n'ai pas encore fait mes preuves, même si j'espère de tout mon coeur pouvoir démontrer de quoi je suis capable. Donc voilà, mon message à moi, c'est que je suis prêt à me battre chaque semaine, pour acquérir encore plus d'expériences et devenir un jour comme Stanley, celui que tout le monde voit comme le prochain champion de la FGB. Mais avant d'en arriver là, je vais devoir bouffer de la merde, voler à la cantine, conduire des engins de construction, fumer des cigares qui puent, briser les os de pauvres petits élèves sadomasochistes, faire partie d'un club de filles survitaminées, et bien d'autres choses encore.

Pépin reprend son souffle après avoir parlé très très vite.

- Mais pour l'instant, je vais continuer à me prélasser sur ce transat, après quoi j'irai faire un saut dans la piscine.

Carrie et Lee affichent au même moment le même petit sourire amusé. Ce dernier s'incruste sur le transat et attire la jeune femme contre lui.

- Voilà un programme qui me convient parfaitement. Du soleil, du repos, tout ça en bonne compagnie. Elle est pas belle la vie?

Tous trois chaussent leurs lunettes de soleil et on n'entend bientôt plus que le bruit de l'eau dans la piscine, et des oiseaux qui chantent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 30 Juin - 12:48

Une fois n'est pas coutume, c'est Jiji qui vient rendre visite à Pépin Leroy, au centre d'entraînement de La Garde. Et il faut dire que ce lieu tient bien son nom, parce que notre pauvre journaliste a du passer trois portails de surveillance, avec contrôle d'identité et fouille au corps. Il finit par tomber sur le ring sur lequel s'entraîne l'élève et le coach, sous l'oeil bienveillant de Cole Evens (pour ceux qui auraient zappé, Cole est co-directeur du centre avec Carrie, c'est son ancien élève et partenaire). Jiji s'attendait à se retrouver avec trois interlocuteurs, mais en fait, à peine après l'avoir salué, les deux coachs s'en vont et le laisse avec Pépin.

Jiji: bonjour Pépin, est ce que je peux te solliciter quelques minutes pour une petite interview?

Pépin: J'avoue que j'ai un peu faim là, tu veux pas me retrouver dans un quart d'heure au self?

Jiji: euh... d'accord...

Pépin s'éloigne et Jiji se met à déambuler dans le centre à la recherche du fameux self. Finalement, il finit par le trouver tout seul comme un grand et ne tarde pas à être rejoint par Pépin, tout beau tout propre, les cheveux encore mouillés de la douche qu'il vient de prendre. Jiji est sur le cul.

Jiji: tu as fait vite!

Pépin: l'habitude, j'prends au moins deux douches voir trois par jour, à force on traîne moins, pis c'est mieux pour la planète.

Jiji: félicitations pour ta victoire contre Mr Jobber, tu commences à prendre tes marques.

Pépin: je suis content d'avoir eu un match contre lui, c'est un adversaire qui est très respectueux, très fair play. Carrie pense que malheureusement ce n'est pas dans ce type de match que j'apprendrais à me trouver, parce que Jobber est trop conventionnel.

Jiji: et toi, tu en penses quoi?

Pépin: je pense que Mr Jobber est quelqu'un de bien, mais que ce genre de personnes est plutôt rare. J'ai appris des choses en me battant contre lui, et j'en apprendrai bien d'autres avec mes futurs adversaires. Carrie pense que c'est dans l'adversité que l'on découvre de quoi on est fait, c'est là qu'on se réalise vraiment. Et je sais qu'elle a raison. Dans ce combat, nous avons agi comme des automates, et même si nous voulions tous les deux la victoire, il y avait quelque chose dans son attitude qui laissait entrevoir une défaite. Un peu moins de combativité, ou d'agressivité... je ne sais pas trop, mais j'ai eu l'impression que c'était... plus facile pour moi.

Jiji: sans doute les fruits de ton entraînement avec ton coach. Tu as du faire beaucoup de progrès depuis ton arrivée.

Pépin: c'est certain, je n'ai pas une minute à moi pendant la journée, mais c'est vrai que ma condition physique est bien meilleure. J'ai accès à tous les équipements haut de gamme, un coach personnel, une alimentation équilibrée... je ne pouvais que progresser. Mais le plus important, c'est le mental, et là aussi j'ai vraiment changé depuis mon arrivée. Avant, j'avais tendance à me lamenter sur mon sort, à croire que mon avenir était joué, que je serai un loser jusqu'à la fin de mes jours. Mais grâce à ce coaching, je reprends goût à la vie. Le sport a tout changé, je sais désormais que je suis capable de repousser mes limites!

Jiji: en tout cas, tu as l'air plus déterminé que jamais!

Pépin: je suis déterminé, je vais poursuivre mes objectifs et tôt ou tard, ce sera payant! Ah, c'est à notre tour, viens, je vais te montrer le buffet des entrées!

Jiji se retrouve un plateau à la main, que Pépin s'empresse de remplir. Y a pas à dire, Pépin, c'est un bon gars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 7 Juil - 13:18

- Bonjour Maman. ça va bien?

Pépin écoute patiemment sa mère se plaindre de ses problèmes de dos, des frasques de ses frères et soeurs, du passage des huissiers, de la prolongation de la suspension de permis de son beau-père, et au bout d'une bonne demi heure, il finit par réussir à caser quelques mots.

- Tu as eu les places que je t'ai envoyé pour le PPV? ... HEIN? MAIS POURQUOI TU LES AS VENDU!!!! .... mais c'était pour les frangins, ils adorent le catch et ils voulaient venir me voir battre Bill Random? Bien sur que j'ai de grandes chances de gagner avec l'entraînement que je suis tous les jours! Bah oui mais c'est pas parce qu'on connait la fin de l'histoire qu'il faut pas regarder le film! T'as bien été voir dix fois Titanic! ... et merde...

Oui, on ne plaisante pas avec Titanic et Céline Dion avec sa mère, le genre de sujets qu'il vaut mieux éviter, et Pépin s'est foutu dedans. Une autre demi heure plus tard, Pépin est avachi sur son lit, dans le dortoir qu'il partage avec quatre autres locataires du Centre. Et finalement, c'est sa mère qui finit par écourter la conversation, annonçant que c'est l'heure de "Plus conne la vie" et qu'elle ne rate jamais un épisode. En vérité, sa mère passe sa vie devant sa télé et son frigo. Mais ce n'est pas de sa faute, se dit Pépin, elle est comme ça, c'est tout. En tout cas ça le fait drôlement chier que ses petits frères ne puissent pas venir le voir, il aurait tellement voulu voir leurs yeux briller de fierté!

Quand Carrie entre dans la chambre après avoir frappé quelques coups discrets sur la porte, elle ne peut qu'éprouver de la compassion devant le visage triste de son protégé.

- Pépin? Quelque chose ne va pas?

- C'est ma mère... Elle a vendu les billets que je lui avais envoyé pour mes frères et soeurs. Ils voulaient tellement venir me voir, ils vont être tellement déçus! En plus, les billets sont introuvables maintenant, il fallait réserver depuis des semaines pour en avoir!

- Ne t'inquiète pas, je vais en parler à Howard, il en prend toujours quelques uns pour ses clients, il en a surement encore un peu.

Pépin retrouve un peu le sourire.

- Merci, ce serait vraiment gentil de sa part. Je ne sais pas ce qui lui passe par la tête... parfois, j'ai l'impression qu'elle s'en fout de nous tous, qu'on est juste bon à lui ramener de l'argent.

- Ne dis pas ça, ta mère t'aime sans aucun doute, mais peut être qu'elle ne sait pas comment te le montrer.

- Nan, je ne crois pas. Tu sais, quand j'étais petit j'aurais tout donné pour passer un peu de temps à jouer avec elle, pour qu'elle vienne me chercher à l'école, qu'elle me lise une histoire le soir, de temps en temps... mais au lieu de cela, elle préférait sa télé et mes beaux pères. Je sais que certaines mères n'ont pas la fibre maternelle, j'ai toujours su que nous cohabitions dans cette maison. Depuis que je suis parti, c'est moi qui appelle pour savoir comment ça va, et à part se plaindre et me demander de l'argent, elle n'a pas pris un instant pour me demander comment moi j'allais, si j'étais en bonne santé...

- Pépin, si tu attends quelque chose des autres tu seras toujours déçu. Même des personnes que tu aimes le plus au monde. Tu dois prendre ce que la vie te donne, aller chercher ce dont tu as besoin, mais ne perds pas ton temps à ruminer ton passé ou tes espoirs déçus. C'est une bataille perdue d'avance.

- Tu as l'air de savoir de quoi tu parles...

- Je viens de régler à l'amiable mon troisième divorce.

Pépin sent qu'il vient d'être indiscret. Il hésite et puis se dit que si elle en a parlé, c'est qu'elle le voulait bien.

- Je suis désolé, je croyais que vous étiez réconciliés.

- Vois-tu Pépin, quand on déçoit quelqu'un, ou quand on a été déçu par quelqu'un, c'est sans doute l'épreuve la plus difficile à surmonter. En amitié comme en amour, le pardon n'est pas aisé. Il faudrait savoir faire preuve d'abnégation... mais au final, il y en a toujours un qui se fait entuber plus souvent que l'autre. Je pense que ni Lee ni moi n'avions envie de savoir qui allait gagner à ce jeu-là. Nous méritons tous les deux mieux que ça. Mais trêve de confidence, nous avons un combat à remporter face à Random. Un combat pour l'honneur, de ceux que j'aime le plus, et c'est toi qui va devoir te montrer digne de l'enjeu. Toi, Pépin, tu vas mettre un terme à des semaines de conflits entre un homme en devenir, et un homme sur le déclin. Un peu comme si l'aurore se battait avec le crépuscule. Tu es la jeunesse, l'avenir, tandis que Random est le passé, et pas le plus glorieux.

- Il est plus expérimenté que moi. Il va se servir de ses connaissances, de son expérience.

- Il va surtout se servir de sa fourberie, gagner du temps, et nous pousser à la faute pour créer une opportunité de te battre. Je sais exactement à quoi m'attendre avec Random. Mais cette fois, nous avons un avantage, son cerbère l'a laissé tomber. Il en a eu assez de faire le sale boulot, et Random va devoir se démerder tout seul. Autant dire qu'il va falloir qu'il se sorte les doigts du cul.

- Tu parles vraiment bizarrement aujourd'hui.

- Excuse moi, la loge de Defattaque est à côté de la mienne en ce moment!

- Donc si je te suis, il faut que je fasses attention à garder mon calme, à ne pas tomber dans les pièges qu'il va me tendre.

- Je pense que tu dois te montrer aussi ingénieux que lui. Contrairement à Cole, je suis une adepte de l'expression oeil pour oeil, dent pour dent. Fais lui subir ce qu'il veut te faire subir. Joue avec ses nerfs, Random n'a aucun self control. Puisqu’il veut te pousser à la faute, c'est donc à toi de le prendre à son propre jeu. Qu'il commette des fautes, qu'il montre l'étendue de son incompétence. Toi, concentre toi sur ton objectif: tu dois gagner ce combat, coûte que coûte. Tu n'as aucun scrupule à avoir avec lui, car s'il peut t'entuber, il sera le premier à le faire. Ce genre de personnage ne mérite aucun égard, aucune pitié.

- Je pense que je vais retourner à l'entraînement.

- Je viens avec toi, ça m'évitera de ruminer mes pensées à moi aussi.

Ils quittent tous les deux le dortoir pour se rendre dans le gymnase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 21 Juil - 13:23

Que c'est dur les lendemains de fête ! La tête dans le derrière, Pépin effectue les mouvements plus par automatisme que par conviction. Cole finit par décréter qu'il valait mieux s'arrêter là pour aujourd'hui, il ne voulait pas risquer la blessure pour au final peu de résultats. Pépin accueillit cette nouvelle avec joie. Pendant qu'ils rangeaient le matériel, ils discutèrent de pas mal de choses qui tracassaient l'esprit de notre petit Pépin.

- Je n'ai pas vu Carrie depuis le PPV, tu sais où elle est ?

- Ouais.

- Et ?

- Elle est absente durant quelques jours. Une affaire importante.

Il mentait, bien sur, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, mais toujours est-il qu'elle avait effectivement disparu de la circulation depuis le PPV, et que Pépin était un peu triste de ne pas débriefer avec elle. Enfin, elle avait bien droit à un peu de sa vie privée, ou presque, puisque les journaux à scandales ne la lâchaient toujours pas, surtout depuis son divorce. On lui prêtait maintes aventures avec des stars du grand écran, des anciens collègues, bref, tous les célibataires potentiellement intéressés étaient passés à la loupe et on traquait le moindre signe révélateur d'une liaison. Pas étonnant que la belle brune se soit éclipsée discrètement.

- On a pas reparlé du PPV, j'aurais voulu savoir ce qu'elle en pensait.

- Elle est très fière de toi, Pépin, n'en doute pas. Et moi aussi d'ailleurs. Bien que j'ai vraiment cru que tous nos espoirs allaient s'envoler à cause de ce gros sac de Bozo. Quel enflure celui-là !

- Tu sais, c'est bizarre, mais moi qui suis crédule d'habitude, je le sentais pas vraiment. Dès le début j'ai senti qu'il y avait anguille sous roche. Ce mec est un peu comme Krane King avec Defattaque : le traitement à la dure lui convient bien, il est conditionné pour obéir à son maître.

- C'est vrai, ça paraissait louche dès le début. Mais après tout ce que Random lui a fait subir, on aurait pu croire à sa mise en scène. C'était finement joué, et ça a failli réussir.

- Heureusement qu'il y a une justice !

- Oui, mais ne t'y fie pas trop tout de même. Il y aura des jours où le mal triomphera quand même, malgré l'intégrité des arbitres et le soutien des fans. Ces jours-là, il faudra prendre sur toi et patienter dans l'attente d'une revanche.

- Tu crois que Random va laisser tomber ?

- J'en doute… Il est jaloux de ta progression, de ton talent. Tu es encore jeune et malgré tes efforts, tu as encore du chemin à parcourir, mais il y a chez toi ce qui lui manque cruellement. Tu es de plus en plus populaire, même si n'est pas l'essentiel, c'est très important. Il y a tellement de collègues qui ne parviennent pas à percer, à convaincre. Nous croyons, Carrie et moi, que tu as ce truc en plus qui va t'emmener très loin dans cette fédération. La FGB est une formidable machine à créer des champions, mais il faut être patient et faire preuve de persévérance.

- Qu'est ce que tu penses de ce qu'a dit Filmore ?

Cole a un petit sourire en coin tandis qu'il défait ses lacets.

- J'en dis que la grande diva fait son show annuel. Et toi ?

- Je ne sais pas, je suis un peu perdu dans son discours. Il dit vouloir partir, mettre fin à sa carrière, et puis finalement change d'avis sous prétexte qu'on le tient avec un contrat et des dates à honorer. Cela dit il avoue en même temps être très grassement payé et ne plus avoir la foi dans ce sport. Alors quoi ? Un contrat ça se rompt, me semble-t-il, on ne retient pas sa famille en otage, on ne le menace pas de mort. Ça lui coûtera peut être un peu d'argent au départ, mais au final, la liberté n'a pas de prix. Je n'ai jamais ressenti la moindre oppression de la part des dirigeants depuis que je suis ici, pas de pression liée à mon entraînement, aux ratings. J'irai même jusqu'à dire que jusque là, c'est plutôt cool, on est même presque livré à nous-mêmes.

- Je ne pense pas que Filmore, Mayhem plutôt, en veut particulièrement à la FGB, mais plutôt au monde de la lutte dans sa généralité.

- Bien sur. Mais je ne comprends pas qu'il n'ait pas réagi avant. Les entreprises de divertissement fonctionnent parce qu'elles font du profit, et c'est écrit noir sur blanc dans notre contrat. On délivre une prestation, on est payé. En contrepartie, la société exploite nos prestations et notre image jusqu'à fin du contrat. Plus on progresse, plus on est payé, et plus on est utilisé. C'est ce modèle qu'il veut casser pour ramener une soit disante justice. Mais je ne vois pas en quoi on est lésé, et ce n'est pas en remuant la merde qu'il obtiendra gain de cause, bien au contraire. Parce qu'on jouant l'effarouché, il donne de quoi exploiter à son employeur. La polémique, ça fait vendre.

Cole le regarde avec effarement.

- Putain… tu passes trop de temps avec Caroline toi !

- Elle a raison, et sans doute Filmore, enfin Mayhem, joue-t-il les provocateurs juste pour s'en foutre encore plus dans les poches.

- Tu ne crois pas à ses envies de changement, de justice ?

- Mais la justice de quoi bordel ?! Si on était manipulé, qu'on ignorait qu'on profite de nous, je comprendrais, mais c'est pas le cas ! On sait tous qu'on est là pour nourrir la fédération. S'il voulait un monde plus juste, il négocierait pour que tous les lutteurs aient le même salaire, peu importe leur niveau dans l'échelle de la FGB, il réclamerait plus de nourriture à la cantine pour les Bicrocks, l'interdiction de traiter ses collègues comme des sous merdes, enfin bref, y aurait des revendications qui tiendraient la route. Là, j'comprends pas le motif de la révolte, si ce n'est que c'est encore une histoire de pognon, et que les fans n'ont rien à voir avec ça. Pourquoi ce serait à eux de se révolter ? Ils sont là pour voir du spectacle, des mecs et des nanas se taper sur la tronche. Au moins, ça a le mérite de faire de l'animation, même si c'est pas constructif dans la durée.

- Ouais, on verra au final ce que ça engendrera, mais j'ai ma petite idée là dessus.

- N'empêche, je suis drôlement content de faire partie de la FGB moi, parce que l'ambiance c'est du tonnerre de Dieu dans cette arène. J'en ai p as dormi de la nuit, je les entendais scander nos noms, c'était fabuleux toute cette population venue pour nous encourager. J'ai le coeur rempli de joie.

- C'est vrai, c'est fantastique. C'était ton premier PPV, mais ce ne sera pas le dernier, crois-moi.

- Bon alors, tu peux me le dire maintenant, elle est où Carrie ?

- Tu ne tarderas pas longtemps à le savoir!

Cole se met à rire et s'éloigne, laissant Pépin terminer de ranger ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 22 Juil - 13:58

Pépin est sur le ring, occupé à s'entraîner avec l'un des autres élèves lorsque la patronne des lieux entre dans le gymnase. A son tailleur impeccable, il devine qu'elle devait assister à diverses réunions d'affaire lorsque Cole l'a prévenu de la visite de cet homme qui se trouve avec lui depuis déjà deux heures. Quand il l'a vu, Pépin s'est tout de suite méfié. Ce mec pue le gouvernement à plein nez, et Pépin n'aime pas trop ça. Carrie ne va pas apprécier non plus. Il y a des rumeurs qui courent sur le Centre, comme quoi elle aurait travaillé pour lui pendant un bon moment, en particuliers pour récolter des renseignements dans les hautes sphères politiques, mais tout le monde s'accorde pour dire que ce ne sont que des rumeurs. Mais Pépin s'est toujours dit qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Des flics, des agents du FBI même, il en a vu défiler ici bien sûr, étant donné que c'est un centre de réinsertion, un asile pour les gens démunis en quête d'une nouvelle vie. Mais celui-ci là, il ne sait pas pourquoi, il ne le sent pas. C'est peut être parce qu'il a l'air trop vieux pour être sur le terrain, doit être pas loin de la cinquantaine. C'est peut être parce qu'il a un costume un peu chicos, pas piqué des vers sans trop se la jouer pour autant. Ou alors c'est son regard dur, vert/gris, qui lui a collé des frissons quand il a croisé le sien. Sans mentir, ce mec ferait un super vilain à nous faire dresser les cheveux sur la tête. Quelqu'un connait Rufus Sewell? Ben le même, avec une mine de "monsieur c'est la fin du monde".

Pépin se demande ce qu'il veut au centre, et à Carrie en particuliers. Et s'il faut donner un coup de main pour le foutre dehors, il se fera une joie de participer. La Garde c'est sa famille maintenant, et la famille c'est sacré. Jamais il ne vendra un des siens, même s'il avait tué la Reine d'Angleterre! Il observe sa coach monter rapidement les marches jusqu'à son bureau qui surplombe la salle d'entraînement et pénétrer dans la pièce. L'homme, qui apparemment s'était installé à sa place, se lève et lui tend la main. Pépin essaye de lire sur les lèvres, mais le type doit avoir un accent parce qu'il ne comprend rien. Cependant, il remarque qu'il est installé à la place de Carrie, et si Cole l'a laissé s'asseoir là, c'est qu'il doit avoir une bonne raison. La jeune femme, elle, n'a pas l'air surprise, mais sans doute cache t-elle ses sentiments, ce qui est souvent le cas. Par contre Cole est visiblement très stressé. Il a les bras croisés, ce qui est une attitude de défense, et son visage est blafard. Pépin se dit que ce suspense va avoir raison de lui s'il ne va pas écouter ce qui se dit plus haut. Il connaît un moyen excellent pour cela.

N'y tenant plus, il arrête l'entraînement prétextant une crampe dans la cuisse droite et quitte le ring. A l'abri des regards, il se glisse dans la buanderie située juste en dessous du bureau. Il n'aura plus l'image, certes, mais il aura le son. Pépin grimpe sur l'une des machines à laver et toute lumière éteinte, colle son oreille contre le conduit d'aération. "PARFAIT!" faillit-il s'écrier. Il doit prendre garde à ne pas faire de bruit, qui pourrait être perçu de l'autre côté également.

En plus de son regard perçant, l'inconnu a une voix bizarre, un peu rocailleuse, un peu cassée. C'est une voix envoutante, mélodieuse presque, qui tranche avec le personnage, elle le rend moins effrayant. Pépin se dit que son instinct le trompe rarement, quand il sent qu'un truc cloche, c'est que ça cloche. Il se concentre sur la conversation et finit par remonter le fil de l'histoire. L'homme fait bien partie du gouvernement, mais il est là pour enquêter sur les comptes du centre. L'Etat veut savoir d'où vient tout cet argent qui finance La Garde, et il s'occupera personnellement d'éplucher toute la comptabilité, tous les dossiers de subvention. Carrie lui répond qu'elle demande à consulter son avocat et que si l'Etat veut avoir accès à ces informations, il faudra qu'il ait un mandat. Un silence. L'homme reprend et semble avoir le fameux sésame en main, affirmant qu'il commence son travail dès maintenant, qu'il en a parfaitement le droit sans même la présence de son avocat. Il y a un bruit un peu bizarre, comme si des meubles étaient bousculés. "Merde, si ça se trouve ils sont en train de se battre et je rate tout!" s'excite Pépin. Carrie lui demande de s'en aller, l'homme refuse à nouveau, et hèle un certain monsieur Morin, ou Morat, on comprend rien avec cette foutue machine à laver qui vient de passer à la vitesse supérieure. Pépin saute de sa cachette et fonce vers l'escalier, montant les marches 4 à 4. Il tombe sur la scène qui confirme ses doutes. Cole a du en avoir assez et a tenté de le mettre dehors, mais l'homme ne s'est pas laissé faire. A moins que le mec ne soit un adepte du bodybuilding, il faut quand même être bien bâti pour repousser un Cole en colère. Encore plus bizarre pour un soit disant contrôleur fiscal.

Pépin se triture l'esprit. A trois, ils pourront surement le faire partir, mais ils reviendront plus nombreux. Carrie l'a vu, mais elle lui fait un signe d'apaisement avec sa main. Elle n'a pas perdu son sang froid, elle, mais son regard est aussi glaçant que celui de l'homme qui lui fait face. Et pourtant, ils sourient tous les deux, comme deux fauves qui n'attendent que le bon moment pour s'affronter. Putain que c'est excitant. Il sent l'adrénaline chauffer ses veines, à moins que ce ne soit un afflux de testostérone.


- Sachez, Mme De Vir, que si vous vous opposez à ma présence je me verrais contraint de fermer le Centre pendant toute la durée de l'enquête, ce qui, j'imagine, pourrait vraiment s'avérer catastrophique pour vos petits protégés. C'est remarquable, ce travail que vous faites ici. Il paraît même que vous allez bientôt être reconnu d'utilité publique. Allons, laissez moi donc faire mon travail, et si tout se passe bien, d'ici une semaine ou deux, tout cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

L'homme va chercher son attaché case qu'il avait posé au pied du bureau, et en sort son ordinateur portable, comme si tout était entendu et l'affaire, ainsi que la conversation, était close.  

Carrie se tourne vers moi et m'ordonne d'aller chercher Spencer, avant de lancer en direction de l'intrus.  


- Vous comprendrez, Monsieur Wiesel, que j'ai des droits et que j'entends les faire respecter. Je ne peux pas vous croire sur paroles et je vous demande de patienter quelques minutes avant de ... faire votre travail, le temps de contacter mon avocat.

En l'occurrence, Pépin était prêt à mettre sa main à couper que ledit avocat serait Howard Murray, et qu'il ne tarderait pas à débouler pour jeter l'individu dehors. Pépin se hâta donc d'aller avertir Spencer, la montagne de muscles, et rappliqua avec lui en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

- Je vous laisse en bonne compagnie, je n'en ai pas pour longtemps. Toutefois si vous deviez manquer de patience, sachez que mon service de sécurité, ces trois hommes donc, se chargeront de vous raccompagner à la porte.

La menace était claire, mais l'homme sourit, une petite lueur d'amusement dans les yeux. Mon Dieu ce qu'il avait l'air inquiétant, et en même temps totalement à l'aise dans cette ambiance tendue. Et tout cela avec pour seul soutien, le fameux Monsieur Morin ou Morat, qui est épais comme un casse dalle SNCF.

Carrie ne s'absenta que cinq minutes. Soudain Pépin la trouva plus fatiguée, comme si un nouveau fardeau s'abattait sur elle. Mais dès que son regard croisa celui de l'intrus, il eut l'impression que le masque se refermait, et qu'elle était de nouveau prête à la bataille.


- Très bien, Monsieur Wiesel, je vous autorise à effectuer vos investigations sans aucune restriction. Mais j'ai une condition: à aucun moment vous n'avez le droit d'être seul dans cette pièce. J'exige que l'un de nous 4 soit toujours dans cette pièce, car il y a ici des documents d'une grande confidentialité, qui n'ont rien à voir avec les affaires qui vous concernent.

- Et bien ne perdons pas de temps alors. Qui me tiendra compagnie en premier?

Oh punaise, Pépin crut que Cole allait lui sauter dessus, à moins que ce ne soit Spencer. Cet homme semblait vraiment se moquer de la tension qui régnait là et du danger qu'il courait. Il était assis sur une poudrière, et il trouvait le moyen de plaisanter. La réponse de Carrie ne surprit pas que lui.

- Je vais rester avec vous. Pépin, sois un ange et apporte nous des boissons. Que désirez vous, Monsieur Wiesel? Thé, café, quelque chose de frais peut être ?

Bordel ce qu'il fut long à répondre, son regard de prédateur posé sur la silhouette ultra féminine de son coach!

- Café, sans sucre. Merci.

- et un thé glacé pour moi. Retournez à vos occupations, messieurs, ne vous inquiétez pas. Je suis certaine que Monsieur Wiesel perd son temps à éplucher cette paperasse. Et comme je me suis occupée de tout jusqu'à très récemment, je suis la mieux placée pour répondre à ses questions. Nous nous relayerons si besoin plus tard. Et apporte moi ma tablette, j'ai du la laisser à Eden, je vais en profiter pour lire un peu.

Pépin n'eut pas d'autre choix que d'obéir, même s'il aurait aimé assister à cet entretien jusqu'au bout. Quand il revint Cole et Spencer avaient regagné leurs activités respectives, mais ils jetaient régulièrement des regards furtifs vers le bureau, dans lequel le silence régnait. Carrie déposait les premiers registres sur son bureau en chêne, ainsi que divers dossiers rangés dans d'épais classeurs. Il en aurait pour des heures, des jours voir des semaines à éplucher tout ça, mais il semblait y trouver un certain plaisir. Pépin eut envie de le plaindre. Ce n'est pas lui qui apprécierait d'être enfermé par ce temps superbe, à lire des séries de nombres et à calculer recettes et dépenses. Quelque part, cet homme avait un point commun avec Carrie et Cole, qui y consacraient beaucoup de temps. Cole par nécessité, mais Carrie, elle, y trouvait aussi un échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 27 Juil - 13:47

Gros plan sur Pépin et Carrie, qui sont pour une fois en mode relax sur un canapé, cornet de popcorn dans une main et télécommande dans l’autre. Ils visionnent ensemble quelques vidéos de leurs collègues et/ou adversaires. C’est Pépin qui commence le premier.

- Tu vois en fait c’est cool la FGB. Tout le monde fait ce qui lui plait. On prévoit des matchs pour les gens mais s’ils s’en foutent ils peuvent aller tailler le bout de gras avec quelqu’un d’autre. C’est la mode des défis, le j’m’en foutisme et de retour, sous couvert d’Overkill chacun fait ce qu’il veut. Tant pis si y a un mec qui s’est cassé le cul à établir des storylines de folie, des trucs qui ont un petit peu de sens.

- ça me rappelle la UZW, quand je faisais partie de l’académie à mes débuts, on se lançait des défis comme ça, et si on bossait pas trop mal, on pouvait éventuellement faire partie du show.

- ça devait être sympa.

- ouais, enfin c’était un peu chiant, parce qu’à l’aca on avait pas mal de losers, des mecs qui tentaient leur chance mais qui savaient pas aligner deux phrases, alors se battre tu penses bien....

- Y a quand même eu quelques exceptions, à commencer par toi et Chad, Darsa aussi.

- Bah tu vois t’as fait le tour, en trois ans d’existence de cette fed, t’as cité les seuls qui ont réussi à faire une carrière plus ou moins longue. Aujourd’hui les choses sont différentes. La lutte a moins la cote auprès du public, faut tout le temps se remettre en question, surprendre, innover. Les écoles de lutte se sont privatisées, les conditions de recrutement se sont assouplies. Maintenant t’es même plus obligé de savoir t’exprimer, développer des arguments pour justifier tes actes ou promouvoir ton travail. Du moment que tu te pointes, tu passes à la télé. Faut du sang neuf tout le temps, peu importe si c’est bon ou pas.

- ça donne une chance à du vivier un peu plus original. Je comprends que tu sois nostalgique, mais c’est vrai que l’élitisme ça rend les shows un peu prévisibles et ennuyeux...

- Tu dis ça parce que t’as pas encore vu la promo de Wilson !

Pépin fait une mine de clébard pris en flagrant délit.

- nan, désolé... enfin, j’ai regardé quelques secondes, et puis Cole est passé dans la loge pour me demander si j’avais besoin de quelque chose, genre une barre glacée ou un chocolat chaud, et du coup j’ai eu envie de manger des M&MS et puis il m’a dit qu’il n’y en avait plus alors j’ai décidé d’aller en chercher au petit marché dans la rue d’à côté, c’est toujours bien de faire marcher les petits commerces. Le vendeur est super sympa et il a des ENORMES paquets de M&MS, je sais pas où il les trouve mais franchement j’en ai jamais vu des aussi gros.

- T’es en train de noyer le poisson là... Allez, on mate la promo des deux crétins.

- On est obligé ?

- Ouais. Et si t’es pas sage ou attentif, j’t’obligerai à regarder celle de Booya.

- Nannnnnnnnnnnnn stp stp stp pas Booya, j’vais être sage. Très sage. Tiens j’dis plus rien j’écoute.

- Putain fais chier. Si tu l’avais regardé, j’serai pas obligée de le faire. J’comptais sur toi pour me raconter le tas d’âneries qu’ils vont débiter.

- Et moi j’comptais sur toi.

- awww... (en chœur)

Pépin écoute attentivement, fronçant les sourcils grossièrement de temps en temps comme s’il était grave concentré, tandis que Carrie parait de plus en plus ennuyée et finit même par bailler.


- C’est encore long ?

- Chuuuuuuuuuut, fais Pépin.

Carrie prend son portable et mate ses messages. Elle se met à sourire et envoie un texto. Son portable vibre, annonçant qu’elle en reçoit un. Ainsi de suite jusqu’à la fin de la promo.

- Ouais... bon bah en gros c’est blablabla, on est meilleurs que vous, on va tout déchirer etc. Tu vois, ça valait même pas la peine d’en parler. Carrie ?

- hum ?

La belle brune ne l’écoutait pas du tout.

- Je dis qu’il n’y avait rien d’intéressant et que ça valait même pas la peine d’en parler.

- Ah ? Fallait pas s’attendre à quelque chose de plus élaboré hein... on parle de Wilson et Brujah. Tu peux zapper la moitié ou l’écouter en version accélérée ou même en verlan tiens, ça dit toujours plus ou moins la même chose, ou alors ça se contredit carrément. Tu t’habitueras tu verras. Et Kring, qu’est ce qu’il raconte ?

- Il dit qu’il veut affronter Cruz.

- Et Defattaque ?

- Il dit rien Defattaque. Bon alors on fait quoi ? J’pensais qu’on en avait pour l’après midi à débriefer, mais là y a carrément rien à commenter.

- C’est vrai, t’as raison. On va rentrer, pis t’ira t’entraîner avec Cole. Un peu de muscu, sauna, jacuzzi, des trucs cool.

Pépin la regarde avec de grands yeux étonnés. Elle ne lâche pas sa conversation sms et ne lève même pas la tête.

- T’es sérieuse ? Pas d’entraînement de combat ni rien ?

- Nan, ça sert à rien, ils sont tous occupés à se taper dessus, c’est pas la peine que tu fatigues tes muscles pour rien. J’préfère que tu gardes ton énergie pour des matchs qui valent vraiment le coup. Quand ils auront trouvé qui pisse le plus loin, t’iras affronter le vainqueur, c’est plus simple en fait.

- Ah ouais... tu parles avec qui là ?

- Hein ?

- Avec qui tu parles depuis tout à l’heure ?

- Ah... avec Wiesel.

- T’échange des sms avec le contrôleur fiscal ?

- C’est pas un contrôleur fiscal, c’est un agent du gouvernement spécialisé dans la finance.

- Et qu’est ce qu’il te dit ? Avez-vous le bilan de l’année 1998 alinéa 7 du paragraphe 1.5 et le dossier de subvention truc machin bidule de l’année 2003 ?

- Nan. Il me dit qu’il connait un resto vachement sympathique pas trop loin d’ici et qu’il mangerait bien un morceau en ma compagnie.

Pépin a l’air encore plus stoîque. Carrie relève la tête et le regarde dans les yeux.

- Quoi, c’est pas toi qui disais qu’il fallait faire tourner les petits commerces du coin ?

- Ouais, mais pas avec le contrôleur fiscal !

- Hannnnnnnnnn rabat joie. J’te laisse ranger et rentrer à pieds. Et pendant que tu y es, passe chez l’épicier vider son stock de M&MS. On pourrait bien avoir besoin de beaucoup, beaucoup de paquets pour supporter les prochaines promos. Bises à tout’.

Sur ces mots, la belle brune l’embrasse sur la joue et s’en va le sourire aux lèvres. Pépin coupe la télé et la vidéo s’arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 3 Aoû - 13:46

Scène de ménage sur le ring de la Garde. Cette fois, Carrie est en pleine discussion "animée" avec Cole, son ex-coéquipier et meilleur ami.

- Mais putain de bordel de merde, t'étais pas obligée de lui bouffer son match! T'avais qu'à régler ça avec l'autre et laisser King et Pépin s'affronter! Ce sont eux les élèves qui doivent faire leurs preuves, pas vous deux!

- Cole, tu me fais chier! C'était mou, mou mais vraiment très mou! Et Defattaque avait prévu son coup, je l'ai lu dans ses yeux! Si j'avais laissé faire, Pépin se serait fait avoir comme un bleu!

- Et il aurait appris son métier, comme King! Si Pépin doit perdre, ne serait-ce par un coup fourré, laisse le perdre! ça lui apprendra à être plus méfiant et à se bouger le cul!

- Et moi j'te dis qu'il faut qu'on accélère le rythme, parce que Def il est déjà passé à la vitesse supérieur avec Krane. Et je ne veux pas que Pépin se ramasse encore une fois.

- Il ne risque pas de se ramasser, ni même de prouver ce qu'il sait faire si t'interviens à chaque fois dans ses matchs! Reste à l'écart!

- MERDE!

Bon, la tension est à son comble entre les deux, c'est le moment que choisit Pépin pour se pointer à l'entraînement, avec une bonne demi heure de retard et son portable à la main. Percevant une ambiance tendue, il lève la tête et voit Carrie et Cole qui se font face, les yeux dans les yeux, et limite prêts à dégainer un flingue.

- Je tombe mal peut être....

Carrie se tourne vers lui et lui répond.

- Déjà, tu te pointes avec une demi heure de retard ce qui est inacceptable. Deuxièmement, les portables sont interdits dans l'enceinte du gymnase, t'es là pour te concentrer et pas pour glander sur les réseaux sociaux. Enfin, tu vas me faire le plaisir d'annuler tous tes rencards pour au moins deux semaines, le temps qu'on te remette à niveau.

- euh... c'est pas ma faute, y avait un bouchon à la cantine ce matin et j'trouvais plus ma tenue de sport. Sans parler de cette méche de cheveux rebelle qui voulait pas se mettre en place...

Cole le coupe:

- PEPIN, TA GUEULE!

- Ok j'ai rien dit...

Pépin se retrouve comme un gland et s'éloigne vers le vestiaire pour se préparer.

- T'es contente? J'ai perdu mon sang froid alors que ce pauvre gamin n'y est pour rien§

- woooooooooo le grand Cole a perdu son sang froid..... tu vois que ça peut arriver à n'importe qui, à n'importe quel moment! Et bien moi ça m'arrive à chaque fois que je monte sur un ring et que je vois mon partenaire qui bouge pas son cul!

Cole se met à la dévisager bizarrement.

- Quoi, qu'est ce qu'il y a?

- Tu serais pas en train de regretter notre équipe quand même? Tu sais bien qu'il n'y a pas deux élèves pareils, et Pépin est beaucoup plus jeune que moi à l'époque.

- Je sais que Pépin n'est pas comme toi, mais ça m'énerve de le voir perdre du temps. Et Def m'énerve aussi. C'est instinctif, dès que je vois sa trogne j'ai envie de lui coller une bègne.

- ça doit être réciproque, à ce que j'ai vu.

- certainement. Def veut prouver qu'il est meilleur enseignant, que sa méthode à vif est plus efficace que la mienne. Je veux qu'on lui prouve le contraire, je veux qu'on lui montre que notre méthode est peut être plus longue, mais qu'elle mène à des résultats plus durables, que nos élèves sortent du ring avec le sentiment justifié d'avoir fait une bonne séance d'entraînement, qu'il soit fier de ce qu'il fait.

- Dis plutôt que TU as besoin de savoir que ta méthode fonctionne.

- J'ai pas besoin qu'on me dise ce que je sais déjà. Je n'ai qu'à te regarder pour savoir que ça marche.

Long silence

- Je veux que tu arrêtes de faire la comparaison. Et arrête de me regarder comme ça.

- Ok j'arrête de vous comparer!

- Et puisque tu veux montrer à Pépin comment on doit se bouger le cul sur un ring avec un partenaire, alors on va lui faire une petite démonstration. Toi et moi, à l'ancienne, contre lui et Rocky.

- T'es sérieux?

- Oh que oui! PEPIN! SPENCER!

Il siffle un grand coup et leur fait signe de se ramener.

- Toi et moi, ma belle, La Garde ...

- ... meurt mais ne se rend pas. Tu sais que je t'adore j'espère?

- Tu me rediras ça dans une heure, quand tu seras morte de fatigue!

- Moi fatiguée? Jamais!

Ils se mettent tous en place sur le ring et Cole lui laisse la place pour commencer, face à Pépin qui ne s'attendait pas à un match de ce niveau en arrivant. Et le pauvre va vraiment manger. Après l'avoir travaillé au corps, elle le refile à Cole qui semble également très en forme. Pépin parvient à faire le changement et Spencer renverse la donne, mais c'est temporaire, car au moment de changer, les deux ex champions par équipe font un travail remarquable et épuise le pauvre Rocky, qui doit s'aider des cordes pour leur échapper. Finalement Pépin retrouve Carrie une nouvelle fois, mais il réussit à placer quelques belles prises aériennes. Le match est de nouveau équilibré jusqu'au prochain changement, où Cole et Carrie ne laisse aucune chance à Spencer, enchaînant un hurricanrana et un gogoplata. Spencer finit par abandonner sous les yeux ébahis de Pépin.

En sueur mais heureux d'avoir effectué un beau combat, tout le monde se félicite et commente le match. Cole et Spencer échangent quelques mots tandis que Caroline donne une accolade à Pépin.


- il faudra qu'on se refasse ça bientôt, dit Spencer.

- Pourquoi pas demain matin? Je pense à un mini tournoi chronométré. Je crois que ça peut aider nos deux bagarreurs à évacuer leur énergie.

- ça peut se faire. Pour l'heure, j'ai besoin d'une bonne douche et d'une bière fraîche.

- chouette programme, j'adhère!

Pépin se dirige vers le vestiaire avec Spencer, suivis de peu par Carrie et Cole.

- Alors, tu as pris ton pied?

La belle brune ne lui répond pas, mais elle le regarde avec un sourire en coin.

- Je suis certain que oui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 9 Aoû - 13:48

La Garde, salle d'entraînement, 14h40.

- Ta garde Pépin! Lève ta garde!

Trop tard, Pépin vient de se manger un coup de pied en pleine face qui l'envoie au tapis! Il faut dire que sa coach est remontée à bloc, qu'elle enchaîne coups de poings, coups de pieds, coups de genoux, le tout à une vitesse affolante qui ne lui laisse même pas le temps de réfléchir. C'est bien simple, elle doit s'imaginer qu'elle est face à Defattaque, attention, avec un f seulement. Pépin se relève. Il a beau la dominer d'une bonne tête et demi, la petite bonne femme est diablement rapide et efficace sur le ring. Des années d'entraînement, d'expérience pour arriver à cette perfection d'exécution des mouvements. Toutefois, maintenant qu'il la connaît, il sait quel est son plus gros défaut: elle est très, ou plutôt trop impulsive. D'ailleurs pas plus tard qu'il y a dix minutes, le responsable de la communication, Ben pour les intimes, s'est pris un direct dans la tronche parce qu'il commence à prendre des libertés dans ses vidéos, pas assez "croustillantes" à son goût. Sanction: une mandale et deux semaines de suspension. On déconne pas avec sa vie privée, ce qui se passe au centre reste au centre. Pourtant, une visite inattendue a créé une ambiance très festive et détendue ce week-end. Il semblerait que Lee soit revenu pour un temps indéfini, et la coach a retrouvé un mental de tueuse. Et ça se voit, les entraînements sont plus courts mais beaucoup plus intenses, il a l'impression d'en apprendre plus depuis quelques jours qu'en un mois. La présence de son ex mari y est sans aucun doute pour quelque chose.

De justesse, Pépin évite un uppercut et reprenant appui, balance un superkick qui touche sa cible. Puis il va prendre de l'élan dans les cordes, évite la manchette qui l'attendait en se rejetant vers l'arrière en souplesse, se redresse, se retourne, et hop "twist of fate". Il grimpe, ou plutôt il saute sur les cordes et jette un 450 splash sur Carrie, qui restait au sol pour reprendre son souffle. Il est fier, le petit, enfin le grand Pépin (1.80 m quand même), d'avoir cloué son coach sur le tapis, et d'avoir réussi son enchaînement. Elle lui tape sur l'épaule pour le féliciter.


- C'est très bien Pépin, continue comme ça.

Ainsi s'achève l'entraînement du jour. Et oui, on préfère travailler à la fraîche, surtout en été. Alors qu'ils s'étirent, ils sont rejoints par Lee, qui attendait à côté du ring discrètement.

- Tu as fait beaucoup de progrès depuis la dernière fois que je t'ai vu Pépin, je suis impressionné.

- Attends de voir ce que je vais mettre à King à sang %!

- On travaille pas mal sur les enchaînements ces derniers temps. Je pense que Pépin sera prêt pour le PPV, il va être génial!

- J'ai observé son adversaire, King a l'air d'être un bon lui aussi.

- C'est vrai, il est élevé à la dure et à mon avis Def' va lui mettre une pression pas possible. Une question d'honneur je pense!

- J'ai l'impression que tu prends ça au sérieux aussi.

- hum ... ouais, ça m'agace qu'on vienne me sortir que j'suis une femme en plein show. Ouais je suis une femme, c'est le cas depuis ma naissance, et ça fait pas mal d'années que ça ne m'empêche plus de grimper les échelles sociales et pro, ça fait même un moment que je suis en haut du podium régulièrement. Fin, j'dis ça, c'est pas pour me vanter, mais y a encore des mecs dans ce business qui viennent se cacher derrière une pseudo éthique, c'est pitoyable. Def n'a tout simplement pas les couilles de m'affronter en un contre un, histoire que je lui mette une belle misère. ça s'serait pas vendeur pour son école de zombies. Moi, j'm'en fous que mes élèves me voient perdre, parce que juste après la défaite, ils me verront me relever, encore plus forte, ils apprendront qu'on peut être fort dans la défaite, on peut renaître et devenir meilleur. Def, j'crois pas qu'il soit capable de se relever s'il perd face à moi, parce que c'est sa virilité qui sera touchée, son amour propre. C'est contre lui qu'il va devoir se battre aussi, peut être qu'il a pas la carrure pour ça. Mais moi je suis prête, je suis archi prête.

- Je vois ça. Et toi Pépin, t'es prêt à affronter Krane King?

- Bien sur, j'ai même hâte d'y être! ça va être un match intéressant, on est arrivé à la FGB en même temps, on a débuté l'entraînement en même temps. A travers nous, ce sont deux méthodes, deux éducations qui se confrontent. Je trouve le défi encore plus attractif. On n'a pas le même rythme, pas le même style, mais on a je pense la même ambition: faire plaisir au public, se faire plaisir, donner un match d'exception. Je pense que le spectacle sera au rendez-vous. Bon bien sur, faudrait juste mettre nos coachs respectifs dans des cages pour qu'ils restent à leur place...

Lee rit de bon coeur avec lui, tandis que Carrie a un petit sourire en coin.

- c'est ça, moquez vous! Si Def accepte mon défi, j'arrêterai d'intervenir...

- J'en crois pas un mot...

- Ben quoi, c'est vrai! Je sais prendre mon mal en patience quand il le faut. C'est pas de ma faute s'il me provoque sans arrêt. Je veux une date, une fois que je l'aurais, je patienterai.

- En attendant, je vais t'occuper, viens!

La belle brune ne se fait pas prier pour rejoindre Lee à l'extérieur du ring et l'embrasser. Pépin se retrouve un peu comme un con, tout seul au milieu du ring. Alors qu'il regarde ailleurs, ses yeux tombent sur une jeune femme blonde qu'il a entrevu de temps en temps au centre. Une certaine Kate, produit made in FGB. La jeune femme lui sourit, un petit peu trop timidement, alors qu'elle est en train de s'entraîner à frapper sur un sac. Alors qu'elle est manifestement trop concentrée sur le jeune homme, le retour du sac est foudroyant. La blonde s'effondre au sol, sous le regard ahuri de Pépin. Se pourrait-il qu'il ait trouvé sa moitié sur cette terre? N'écoutant que son courage, Pépin laisse là les tourtereaux enfin réunis et s'élance au secours de la petite Kate. Dans un cartoon, une auréole d'oiseaux tournerait autour de sa tête alors qu'il la relève lentement.

- ça va, Kate?

- ouilllle, ma tête....

Voilà une rencontre qui démarre fort... la suite au prochain numéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 30 Aoû - 23:41

C'est une scène assez touchante qui attend l'oeil indiscret du téléspectateur que vous êtes. Pépin est assis sur le grand canapé du loft de Carrie, les yeux dans le vague, (un peu rougis?), alors que sa coach tient sa main dans la sienne et tente de le réconforter.

- Tu as fait de ton mieux, Pépin. Tu n'as pas à t'en vouloir.

- Mais j'y étais presque! J'ai gagné la plupart de mes matchs depuis mon arrivée, et je sais que je suis au moins aussi bon que King! Et pourtant... j'ai échoué... si près du but... je suis un minable.. un minable!

- Je ne doute pas un instant que tu sois meilleur que lui, mais pour cette fois ça n'a pas suffit. Et j'avoue que j'ai ma part de responsabilité dans cet échec. J'en prends même l'entière responsabilité. J'aurais du me taire et ignorer Defattaque. Ainsi, tu aurais eu un peu plus de sérénité pour combattre. D'ailleurs, si dès le début, je n'avais pas pris son égo pour un défi personnel, nous n'en serions pas là. Tu aurais eu un combat avec un concurrent, un défi à toi, dans lequel seules tes aptitudes personnelles, tes compétences, auraient été mises en jeu. Au lieu de cela, tu as perdu ce match qui comptait tant pour toi.

Le silence est lourd, lourd de ces regrets qui pèsent sur les épaules de Carrie et Pépin.

- Je suis vraiment désolée, Pépin. Si j'avais su que cela te toucherait autant, je ... je suis navrée. Je te promets qu'à l'avenir je n'interviendrai plus. Je resterai en retrait, je resterai impassible, je serai simplement là pour t'épauler, pour t'aider. Je ne veux pas te rendre malheureux, je ne veux pas être un fardeau pour toi. Rien ne vaut ton bonheur à mes yeux. J'ai laissé mon égo, mon honneur, prendre trop de place dans cette compétition, mais je réalise que ce n'est pas mon honneur qui est en jeu. C'est le tien. C'est ta vie, ta carrière. La mienne est derrière moi désormais. Je ne peux pas refaire ce qui a été fait. Je ne peux pas changer ce qui a été raté. Mais toi, tu peux encore tout changer. Tu peux prendre ton destin entre tes mains, et décider de ton avenir. Ne crains pas l"'avenir, Pépîn Leroy, car ton nom sera un jour scandé par tout un peuple. Ne crains pas ton ennemi, car celui-ci un jour se battra à tes côtés. Il n'y a pas de grand combat sans grand adversaire. Aujourd'hui, tu as perdu. Mais demain, peut être que King se battra à tes côtés contre une plus grande menace. Rien n'est jamais gravé dans la pierre, tout peut changer du jour au lendemain. N'oublie jamais tes blessures, car un jour, elles te permettront de te relever, et elles seront tes soeurs lors d'une plus grande bataille. Pépin, écoute moi. Ton destin est grand. Mais sans une volonté de fer, même un géant ne pourrait faire face à ses propres peurs.

- Qu'est ce que tu veux dire?

- Les barrières qui te séparent de la victoire sont celles que tu t'imposes. Tu dois faire face à tes démons, et les terrasser. Sans cela... tu es perdu.

Un long silence suivit ses paroles. Puis elle reprit:

- Dans deux heures, je vais t'attendre dans l'hélico. Je vais t'emmener dans un lieu où personne ne ressort tel qu'il est venu. Tu y resteras le temps qu'il sera nécessaire. Une heure, un jour, une semaine, et bien plus s'il le faut. Tu dois apprendre à te connaître véritablement. Mais pour cela, tu dois faire tomber toutes tes défenses. Tu dois t'abandonner complètement. De là, rien ne sera su, ton passé disparaîtra. Tel un phoenix tu renaîtras. Et tu seras enfin l'homme que tu as toujours souhaité devenir.

- Mais... et la FGB? Je vais être absent et on va me virer!

- Pépin! Il y a des choses bien plus importantes. Tu es en détresse et il est en mon devoir de te porter secours. J'ai vécu ce qui t'arrive. Certes c'était à un stade bien plus avancé de ma carrière, mais une rencontre a changé toute ma vie. J'ai compris le vrai sens de mon existence, j'ai appris à trouver ma place dans ce monde grâce à lui.

- A Lui? Tu parles de Lee?

- Bien sûr! Mais ce n'est pas son enseignement qui m'a aidé à stabiliser mon énergie. Lee m'a permis d'accepter mon destin. La sagesse, même s'il en a bien plus que tout ceux que j'ai pu fréquenter dans ma vie, je la dois à un stage que j'ai passé dans une île perdue. Et c'est là que je t'emmène. Pour que toi aussi tu trouves ta voie.

- Et si j'étais juste le crétin que tout le monde voit?

- Pépin , tu as une image de toi même qui ne correspond pas avec ce que tu as réalisé depuis ton arrivée à la FGB. N'as tu pas entendu les cris des fans qui scandaient ton nom et huaient Krane King? Ce n'est pas parce qu'ils détestaient cet abruti! Mais tout simplement parce qu'ils croyaient en toi! Ils y croyaient autant que toi, autant que moi! Tu es l'espoir! L'espoir d'une génération qui pense que l'honneur, la générosité, la bienveillance ont encore une place dans ce monde! Regarde Krane et ose me dire que tu n'as pas vu de la crainte dans ses yeux! Il a douté à de nombreuses reprises! Defattaque a douté de son poulain, tant et si bien qu'il a du ruser tout le long du match pour masquer les faiblesses de son poulain! Sans ses pitoyables tentatives de diversion, c'est toi et toi seul qui serait victorieux! Alors oui j'ai failli dans ma tâche et je t'ai conduit à la défaite, mais sans Defattaque, Krane King aurait perdu ce match, parce qu'il n'est rien sans son mentor alors que toi... toi tu te suffis à toi-même. Sans moi, tu aurais gagné ce combat.

- Pépin se rend compte de l'énorme aveu de défaite de son coach et tourne enfin la tête vers elle. Affrontant son regard, il déclare:

- Non, Caroline, tu n'es pas responsable de cet échec. Je vais l'assumer seul, parce que tu m'as enseigné l'honneur, et le goût du dur labeur. J'ai perdu ce combat mais il y en aura d'autres. Et je l'espère, de plus durs, de plus victorieux. Je prends acte de mes erreurs et je m'engage à les corriger. J'accepte le stage que tu me proposes et je vais y mettre toutes mes tripes, parce que je comprends les sacrifices nécessaires à ma transformation. Jusqu'à cette défaite, j'espérais que mes simples connaissances suffiraient à me faire gagner du temps, j'ai tellement été habitué à survivre plutôt qu'à vivre. Aujourd'hui je comprends. Il me faut évoluer, progresser d'une façon telle que plus rien ne m'atteindra jamais.

- Non! Il ne faut pas que tu te transformes en un monstre de pierre. Tu dois trouver le juste milieu. Un sentiment situé entre la haine pure et la sérénité profonde. Mais ce sentiment ne peut t'étreindre que si tu es capable de le recevoir. Et si tu te barricades de peurs, d'incertitudes, de doutes, tu ne l'atteindras jamais. Il te faut trouver en toi la force de te pardonner tes erreurs, regarde moi...

Elle pose la main sur sa joue.

- Pépin, tu dois te faire confiance et aller au bout de rêves. Personne ne pourra endurer tes propres peurs à ta place. Mais, quoiqu'il arrive, tu sais que tu trouveras une place dans notre famille. C'est parce que je t'aime que je fais tout cela pour toi. N'oublie jamais cela.

- Je n'apprécie pas énormément d'entendre ma femme déclarer sa flamme à quelqu'un d'autre que moi..

Elle se retourne en souriant et affronte le visage bienveillant de son ... euh.. ex-mari, mari, amant, on ne sait plus mais bref passons.

- Tu sais bien de quoi je parle.

Toujours ce même ton détaché, presque indifférent face aux caméras, mais son regard doux trahit l'attachement qu'elle lui porte. Il sourit.

- Bien sur. Nous conduirons Pépin sur l'île cette nuit même. Les bagages sont prêtes. Et je crois que quelqu'un a hâte de nous revoir, à peine autant que nous avons hâte de la revoir.

Carrie comprend immédiatement de qui il est question. Ses yeux brillent d'une émotion intense alors qu'elle se lève et se jette dans ses bras. Pépin comprend à cet instant que ses regrets concernant ce match perdu ne sont rien comparés à d'autres regrets. Il y a toujours douleur plus grande, mais surtout, il y a l'espoir. Il faut toujours se battre pour ceux qu'on aime, même lorsque tout semble perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 7 Sep - 14:05

Pépin était furax. Du plus loin qu'il s'en souvienne, il n'avait jamais été aussi furax.

- T'as fait quoi?!!!

- Mais j'te jure que j'l'ai pas fait exprès, c'est arrivé comme ça! On avait bu un peu trop, on a dansé, discuté, pis de fil en aiguilles...

- Vous vous êtes fait surprendre et Lee s'est taillé avec tous nos papiers d'identité et les billets d'avion! Mais comment on va faire pour rentrer!!! Putain mais j'te jure, t'as le diable dans la peau c'est pas possible!

- T'énerve pas, je suis sure que Tim va nous trouver une solution pour rentrer chez nous après ta formation.

- Mais en attendant on est bloqué ici à cause de vos conneries! Et pourquoi faut précisément que tu couches avec le maître d'armes! Me dis pas que... c'était pas la première fois c'est ça?

- Euh non.

Pépin se passa les deux mains sur son visage. Il avait vraiment la poisse, quoiqu'il fasse, même si les conneries étaient faites par les autres, ça lui retombait toujours dessus. Mais pourquoi lui, qu'est ce qu'il avait fait au Bon Dieu pour s'attirer ses foudres???

- Il a des relations au moins?

- J'en sais rien... on a pas parlé de ça. Tu veux pas arrêter de crier, j'ai mal au crâne!

- J'espère bien que t'as mal au crâne! T'es même pas désolée pour Lee! Quand je pense que tu me fais la morale sur l'honneur, la droiture depuis des mois!

- Y a toujours des exceptions à la règle... de temps en temps...

- Ouais, j'crois surtout que t'occupes pas beaucoup des sentiments des autres. Dans l'avion j'ai lu un papier dans lequel on dit que t'es mariée avec Rafael et que vous filez le parfait amour, alors que t'es partie faire une virée en Thaïlande avec ton ex, et pour ce que j'en ai vu, c'était pas un voyage d'affaires. Et voilà que tu te fais prendre dans le lit de mon sensei. T'es sure que tu t'es pas mariée en douce, parce que je crois que c'est la peine de mort ici pour les polygames!

Carrie plisse les yeux un instant, cherchant visiblement des passages qu'elle aurait pu oublier durant son ivresse.

- je... je ne crois pas... (elle manque d'assurance)

- Putain heureusement qu'on est pas à Vegas!

Prise d'une frayeur, elle se lève et se jette sur son sac à main, qu'elle vide sous les yeux inquiets de Pépin. Elle sort une petite pochette et vérifie son contenu en soupirant bruyamment.

- Ouf, au moins il n'est pas parti avec mes cartes bancaires et mon téléphone.

- Manquerait plus que ça!

- Je vais appeler Cole, voir s'il ne peut pas convaincre Lee de lui rendre nos passeports, pour les billets je m'en fous. Mais ça va prendre quelques temps avant de pouvoir rentrer. Tu devrais prendre une douche et aller t'entraîner.

- J'espère que le sensei est plus en état que toi!

Pépin sortit de la pièce en claquant la porte. Carrie prit son téléphone et contacta l'accueil de l'hôtel.

- Bonjour, est ce que vous avez de l'aspirine ? Vous pouvez m'en monter une boite chambre 17 s'il vous plait? Merci beaucoup.

Une douche et deux aspirines plus tard, Carrie descendit à l'accueil et croisa Pépin qui revenait encore plus énervé.

- Ton sensei veut pas bouger de son lit, il dit qu'il est indisposé et qu'il n'a aucune idée de l'heure, voir du jour où il pourra faire mon cours. D'ailleurs il a laissé entendre qu'il allait peut être partir en expédition avec des touristes qui l'ont contacté pour être guide. Il est franchement louche ton gaillard!

- Oui ben faut bien survivre dans ce bled aussi, c'est normal qu'il fasse autre chose de ses journées.

- J'te préviens Carrie, soit tu règles le problème soit j'me fais rapatrier par Europassistance et je mets fin à notre contrat! C'est franchement pas pro c'que t'as fait!

- Oui bon je sais! J'suis désolée, en quelle langue faut que je te le dise? J'vais aller voir Tim.

- Fais ce que tu veux, mais fais ça proprement, j'ai pas envie de finir en taule!

Carrie le regarda partir vers sa chambre d'hôtel.

- Putain qu'est ce que j'ai fait encore...

Elle respira un bon coup puis décrocha son téléphone pour appeler Cole. Une demi heure et un sermon plus tard, Carrie raccrocha. Bon, c'était vraiment la merde, Lee ne voulait pas répondre et Howard était injoignable pour l'instant. Elle inspira profondément et prit la direction de l'espère de hutte dans laquelle vivait le sensei. Quand elle était arrivée ici la première fois, ce n'est pas lui qui lui avait appris tout ce qu'elle savait. C'était son maître, et il était en formation pour prendre sa succession. Depuis, le Maître était décédé et Tim avait repris le flambeau. Dans sa catégorie, il était le meilleur, mais pour la sagesse, visiblement il avait encore des efforts à faire, tout comme elle. Pourtant il devait bien avoir quinze ans de plus qu'elle, la cinquantaine à peine passée. Elle frappa à la porte. Un grognement parvint à ses oreilles.

- Foutez le camp! On est fermé jusqu'à 17 heures!

- C'est pour une mission spéciale. J'ai apporté de l'aspirine.

Elle entendit le bruissement des draps et des pas lourds derrière la porte, puis celle-ci s'ouvrit sur un homme de corpulence et de taille moyenne, les cheveux grisonnants en pétard et le regard vitreux.

- T'as une sale gueule ce matin sensei...

- Tu t'es pas regardée! Entre, et fais pas gaffe au désordre, je me suis battu avec une diablesse toute la nuit. Elle m'a retourné la piaule.

Elle le suivit en tentant de se faire un passage. S'approchant de la fenêtre elle voulut tirer les rideaux, mais il leva les mains vers elle et cria:

- surtout pas!

- okay... dis voir, Pépin m'a dit que tu ne voulais pas l'entraîner aujourd'hui, et que tu avais prévu de partir en excursion avec des touristes. Cependant, j'ai un petit contretemps et il va falloir qu'on profite de ce moment pour accélérer la formation...

- ouais. J'ai un contrat qui part de demain jusqu'à la semaine prochaine. Donc toi et ton petit gars, soit vous m'attendez, soit vous venez avec moi.

- Tu te fous de ma gueule Tim? Je t'ai payé d'avance et plutôt grassement, pour une deux semaines intensives de formation. Et toi tu te barres au milieu et tu nous laisses en plan?

- ça, c'est le dernier de mes soucis ma belle. T'aurais peut être du y penser avant de m'engager, ou bien pas venir avec ton p'tit copain. Tu sais ce que le maître disait toujours: tout finit par se savoir un jour. Y a plein d'expression d'ailleurs qui me viennent en tête pour nous, comme jamais deux sans trois, ou encore ..

- Arrête ça tu veux! Tu m'as eu par la ruse, parce que je ne tiens pas l'alcool, mais j'suis bien réveillée maintenant, et je réalise que j'ai fait une belle connerie. Maintenant je veux au moins faire en sorte que Pépin n'en subisse pas les conséquences. Termine ta formation le plus vite et le plus efficacement possible. Ton prix sera le mien.

Furieux, l'homme la saisit par le bras brutalement et l'attira contre lui.

- Je ne suis pas quelqu'un qu'on achète!

- Bien sur que si! Tout le monde a un prix, tu dois bien faire le guide et troquer pour survivre ici!

- Et bien troquons. Je terminerais mon enseignement à Pépin pendant le circuit de visites, et tu me suivras dans tous nos déplacements. Et quand j'en aurais envie, tu seras assez aimable pour satisfaire mes désirs.

- Va te faire foutre espèce de cinglé!

Il partit d'un grand éclat de rire.

- T'as pas vraiment le choix, si tu veux que ton petit Pépin remonte sur les planches un jour. Il est jeune, sans papier dans une jungle hostile, et je ne sais pas ce qui pourrait se passer si on trouvait chez lui quelques substances interdites ... Ce serait con de gâcher un si bel avenir.

- T'es en train de me faire du chantage? C'est toi qui est fini espèce de loser! Reste crever ici dans ta piaule si tu veux, je trouverais quelqu'un d'autre pour enseigner à Pépin!

- Bonne chance! C'est fou ce qu'il y a comme charlatans et comme escrocs de nos jours!

Elle sortit de la chambre et commença à repartir vers l'hôtel, avant de s'arrêter. Ce salopard avait raison. Elle ne trouverait personne en ce moment, et Pépin avait besoin de cette formation. Sans compter que sans papier et avec le peu de liquide qu'il lui restait sur elle, il ne tiendrait pas longtemps sans se faire arrêter par les autorités. Elle fit demi tour et se cala dans la porte. Tim était en train d'enfiler un t-shirt propre.

- D'accord, on te suit. J'te servira comme un disciple, mais pas de sexe.

ça ne lui prit que quelques secondes pour la coincer contre un mur en rendant toute attaque pernicieuse impossible. Elle avait beau se débattre, impossible de s'en défaire.

- J'en ai rien à faire d'avoir une assistante. Et j'ai tout mon temps. Soit tu me donnes ce que je veux, soit tu restes coincée là avec ton gamin jusqu'à ce que ton ex te renvoie tes papiers. Et vu sa tête quand il nous a trouvé ici ce matin, j'imagine que ça va être long.

- T'es un vrai connard.

- Sans doute, mais ça tu le savais avant de remettre les pieds ici. Alors? Qu'est ce que tu décides?

Elle pinça les lèvres et ferma les yeux.

- D'accord, je ferai ce que tu voudras.

Il eut un petit rire sadique.

- Bonne fille... on va voir ça tout de suite, curieusement ma migraine est passée...

à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 8 Sep - 12:53

Chère maman,

Comme tu le sais peut être, je suis à l'autre bout du monde pour un stage avec un grand maître des arts martiaux. Normalement ça devait être un séjour vraiment super, avec un paysage à couper le souffle, comme sur une carte postale, avec des plages immenses, un ciel sans nuage, et l'océan à perte de vue. Mais je crois que le mauvais sort qu'on a jeté sur notre famille il y a longtemps m'a rattrapé. Je me retrouve là sur une île paradisiaque, sans papier et avec à peine assez d'argent pour tenir quelques jours. ça me rappelle quand j'ai débuté à la FGB. Ah, sacrée FGB, même les conneries de Defattaque  finissent par me manquer. J'aurais du aller dans son école au lieu de choisir celle de Carrie, au moins, Krane ne risque pas de se retrouver dans une situation pareille, vu qu'il passe sa vie dans la même pièce! Si tu savais comme je suis en colère contre elle! Je lui ai dit tout ce que j'avais sur le cœur hier soir, et depuis elle n'a pas dit un mot. Mon sensei ne se mêle pas de nos histoires, mais ça a l'air de beaucoup l'amuser. Il est plutôt cool finalement, même s'il me traite comme son larbin et me donne toutes les tâches les plus ingrates à faire, lorsqu'il m'enseigne une prise ou une technique, il sait se faire comprendre. Bon par contre, je repasserai pour tout ce qui est encouragements, c'est visiblement pas son truc. Il se contente de hocher vaguement la tête, et quand on arrête, j'imagine que c'est parce que j'ai fini par réussir, non?

J'espère que tout va bien à la maison. Ici la bouffe est dégueulasse, et mon ventre ne fait que de gargouiller. Je crève de faim! Le sensei dit que je suis trop difficile, et trop capricieux, et que c'est de la faute de Carrie parce qu'elle m'a trop materné. Il a surement raison. Si elle m'avait entraîné à coups de claques dans le pif je ne serai pas là à me plaindre de la bouffe et du temps qu'il fait. Mais je ne vois pas pourquoi je serai reconnaissant envers elle, vu qu'elle m'a trainé au bout du monde et que ses conneries commencent à peser sur ma carrière. Qui sait si j'aurais encore ma place en revenant? On m'aura surement remplacé par un autre trou du cul prétentieux et égoïste, et moi qu'est ce que j'aurais tiré de cette expérience? Est ce que ça va me rendre plus fort ou plus intelligent? Est ce que je serai capable de surmonter toutes les étapes de ma carrière grâce à ça? Aucune idée, puisque je ne sais même pas si je vais revenir un jour...

Ah ma bonne maman, je repense à ces crêpes que tu nous faisais après l'école, avec ce petit gout d'eau de javel si particulier! Et ces roustes qu'on se prenait quand papa sortait de prison! Oh bien sur, je ne regrette pas cette période difficile et les trois côtes cassées qui m'ont valu deux mois d'hôpital et le redoublement de mon CM2, mais au moins je savais de quoi était fait mon avenir. Je savais que je resterais un loser toute ma vie, grandissant dans un foyer minable avec une famille recomposée minable, à piquer quelques billets par ci par là ou à mendier. Quand je pense à l'avenir maintenant... je réalise que je suis un petit connard ingrat. C'est vrai, la bouffe est dégueu par rapport à celle du centre, mais au moins j'en ai, pas comme à mon arrivée à la FGB. Le temps est pourri, mais je suis sur une île où tu ne foutras jamais les pieds, même si tu gagnais au loto. Quant à Carrie... je la blâme parce qu'elle est à blâmer, mais y a pas beaucoup de coach qui s'occupent de leurs élèves comme elle le fait, qui leur sacrifie tout, jusqu'à leur vie de famille. Comme le gros égoiste que je suis, j'ai même pas pensé à ses gosses qui sont restés au centre, et telle que je la connais, elle doit être vraiment mal d'être séparée d'eux. Je lui jette la pierre, mais tout le monde peut commettre des erreurs. J'essaye de me mettre à sa place, et c'est vrai que sa vie n'a pas été toujours rose. Rafael a toujours dit qu'il l'aimait, mais dès qu'il en a l'occasion, il se tape la première rouquine qui passe. Et Lee... Lee est super, mais j'le trouve vraiment ennuyeux, il est trop gentil, trop attentionné, trop... trop tout! J'finissais par ne plus pouvoir le sacquer à force! J'peux la comprendre finalement. Une belle soirée étoilée, au bord d'une plage magnifique, pendant que Lee est plongé dans ses répétitions pour un rôle chiant à mourir, elle s'est retrouvée en tête à tête avec le sensei et deux ou trois verres plus tard, est arrivé ce qui devait arriver. C'est le destin ... Pourtant c'est pas vraiment un tombeur le sensei, c'est même plutôt le style baroudeur, seul au monde dans un univers hostile, jamais rasé, des fringues usées jusqu'à la corde, et il a l'air d'avoir bien roulé sa bosse. Y parle pas beaucoup, à part de la région qu'il connait comme sa poche, c'est pour ça qu'il est guide. Il vit ici depuis une dizaine d'années, qu'il dit. Il dit aussi qu'enseigner les arts martiaux ici quand t'es pas du pays, c'est pas tous les jours faciles, et peu importe que le grand Maître l'ait désigné pour être son successeur, y a moins de clients depuis qu'il est mort.

Il dit que parfois un avenir qui a l'air brillant peut changer et devenir vraiment sombre. Je ne sais pas s'il parlait de moi ou de lui en disant ça, mais je trouve que ça nous va bien à tous les trois, finalement...

PS: dans ta réponse, donne moi des nouvelles de la FGB, on va plus avoir de réseau pendant un bon moment, alors pour la télé étrangère et internet, je crois que ça va pas être possible. Merci d'avance.

Bisous,

Pépin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 13 Sep - 13:22

Gros plan sur le bureau de Carrie. Celle-ci est debout devant la fenêtre, son téléphone portable serré contre son oreille droite.

- Pépin, j't'entends mal! Tu as reçu ton passeport? Okay super, j'vais te réserver un vol dans le premier avion.... JE DIS : JE VAIS RESERVER UN VOL POUR TOI DANS LE PROCHAIN AVION! ... C'est déjà fait? Tim s'en est occupé????

Elle fronce les sourcils et commence à faire les cents pas, visiblement mécontente de ce qu'il est en train de lui raconter.

- Mais attends, il pourrait au moins me demander mon avis! Mais si, j'suis contente que tu reviennes bien sur! C'est juste que j'ai pas trop envie de le revoir... ouais je sais, c'est ton pote maintenant, tu m'étonnes... je sens qu'on a ouvert la boite de Pendore, en allant le trouver... Des nouvelles d'ici? Oh rien de très exceptionnel, une attaque de zombies en plein show, tout le monde pète un câble en ce moment! ça devient n'importe quoi! Oh, Defattaque en a profité pour nous faire son traditionnel sermon, mais ça commence à devenir plutôt lassant. J'attends qu'on me donne enfin mon match en un contre un. J'pense qu'il fera beaucoup moins le malin. Et puis j'en ai assez d'être de l'autre côté de la corde, j'ai envie de lui montrer que j'suis pas devenue coach parce que je n'étais plus capable de me battre, mais surtout parce que j'en avais envie. Maintenant, va falloir qu'il assume ses provocations et ... Tim? Repasse moi Pépin, j'veux pas te parler!

- Bonjour Carrie. Moi aussi j'suis content de t'entendre. Dis moi, Pépin m'a invité à passer quelques temps au centre, j'espère que ça te dérange pas? Parait que c'est l'endroit idéal pour se remettre sur les rails, apprendre à s'insérer dans la société. J'me suis dit que c'est vraiment ce qu'il me fallait, et Pépin a insisté. Il dit qu'il a appris vachement plus en formation avec moi que durant des mois avec toi et ton pote. J'me dis que si ça peut profiter à d'autres...

La belle brune serre les mâchoires.

- ça m'étonnerait beaucoup que Pépin dise des choses pareilles.

L'homme se met à rire.

- Bon j'te l'accorde, le pauvre jeune tient pas bien l'alcool, ni sa langue d'ailleurs. Du coup, j'ai appris des tas de choses très intéressantes. Sur lui, sur toi, sur ce mec qui lui cherche la merde depuis un moment mais que t'as toujours pas remis à sa place. C'est curieux, comme la vie change les gens parfois... J'me souviens il y a encore quelques années, avant que tu tombes sur ce loser d'américain, t'aurais pas hésité une seconde à lui faire fermer sa grande gueule à coups de saton à c'Defattaque! Maintenant, tu t'contentes d'un coup de chaise par ci par là, histoire de boucher les trous en attendant le retour de ton poulain. Tu penses peut être que tu risques de lui faire de l'ombre? J'vais te donner mon avis sur le sujet, ma belle.

- Ton avis j'en ai rien à battre, Tim.

- Et bien j'vais te le donner quand même, histoire que tu réfléchisses avant qu'on arrive. Parce que j'vais pas te laisser saboter la carrière de ce gamin sans rien dire ou faire, alors écoute moi bien: avant, t'avais du tempérament, de la fougue. Quand t'es arrivée dans le métier, les journalistes osaient à peine t'approcher, tellement sûrs de se faire démonter avant d'avoir fini l'interview. Maintenant, tu t'es laissée pervertir par le système. T'es commerciale, y a plus rien de naturel dans ton attitude. Jusqu'à ta présence sur le bord du ring, tout est faux. Toutes ces conneries d'honneur, de valeurs à transmettre, c'est du vent!

- Tim, tu...

- Ta gueule bordel! Tu sais qu'j'ai raison! J'vais rev'nir avec le gamin et j'vais vous coller au train, à tous les deux. Avant de donner des leçons tu devrais d'abord te concentrer sur tes propres choix, tes ambitions. Tu veux r'monter sur le ring? T'en es capable, ça c'est certain, mais dans ton état d'esprit tu vas bousiller ton image et celle de Pépin parce que personne n'a les couilles de t'dire que tu fais de la merde! Moi j'te l'dis, et j'te l'dirais chaque fois que ce s'ra nécessaire! T'as fait d'la merde depuis des mois, voir des années, et il faut que tu r'viennes à l'essentiel! La baston, la lutte, la colère, la soif de pouvoir... tout ce qui fait que la FGB est ce qu'elle est. Tu l'aimes cette fed, plus qu'aucune autre, et tu veux revenir à 200% et montrer que t'en as encore dans les tripes.

- Tu m'dis pas de la fermer! T'es rien pour moi et j'en ai rien à foutre de tes idées à la con!

- Oh, on m'appelle! C'est Pépin, il me dit de te dire qu'il t'a rapporté un souvenir, tu vas adorer! Le pauvre gamin, il sait pas trop c'que j'ai foutu dans sa valise, mais si la douane tombe dessus, vaut mieux que ça tombe sur lui qu'sur moi! Bon j'te laisse chérie, on s'voit la semaine prochaine d'accord? Oh bien sur, j'm'attends aux grandes retrouvailles, champagne, dîner dans un grand restaurant... j'te laisse gérer tous les détails! Ciao!

Il raccroche avant qu'elle ait pu lui répondre d'autres insultes, d'ailleurs elle est tellement énervée que plus rien d'autre ne lui vient à l'esprit. De rage, elle balance le téléphone contre le mur, celui-ci se désintègre sous le choc.

- Espèce de connard!







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 19 Sep - 14:08

Pépin est tranquillement assis sur un banc, à côté du ring où il vient de s'entraîner avec Carrie et ce nouveau personnage surnommé Tim. C'est alors que Jiji déboule et vient saluer le jeune apprenti lutteur.

Jiji: salut Pépin, comment vas-tu?

Pépin: ça va bien et toi?

Jiji: ça va super. ça te dirait de m'accorder une petite interview? C'est assez calme en ce moment, tout le monde semble avoir disparu, même le Père ULMANN est super discret... restent les deux qui nous viennent de la Sow, mais ils préfèrent faire leurs promos sans nous demander... j'vais finir par me retrouver au chômage avec ces conneries...

Pépin, ému par sa situation, range son sandwich et l'invite à s'installer à ses côtés.

Pépin: j'suis vraiment navré de ce que t'arrive. C'est vrai que c'est calme, mais ça va surement reprendre, t'inquiéte pas.

Sans crier gare, le pauvre Jiji se met à chialer. Les nerfs, sans doute. Pépin compatit et lui tapote le dos gentiment, avant de lui tendre un mouchoir.

Jiji: merci... c'est dur, tu sais, toute cette pression, la peur de se retrouver sans rien...

Pépin: ouais, je sais ce que c'est. Tu sais, il ne faut jamais désespérer. Aujourd'hui c'est un peu le creux de la vague, dis toi que demain est un autre jour, tu verras, tout se passera bien.

Jiji: merci Pépin. T'es un mec cool.

Il se mouche à nouveau et se reprend un peu.

Jiji: excuse moi, je ne sais pas ce qui m'a pris, c'est pourtant pas mon genre. Je dois être à cran.

Pépin: tu devrais faire un petit break, sortir un peu, profiter de la vie. ça fait du bien de temps en temps.

Jiji: c'est ce que tu as fait ces derniers jours avec ce ... Tim, c'est comme ça qu'il s'appelle?

Pépin: ouais. S'appelle Tim Smith. C'est un maître des arts martiaux, il est vachement calé, très technique, surtout sur les prises au sol. Il m'a appris beaucoup de choses.

Jiji: et... Carrie? Elle est pas trop ... jalouse de le voir s'occuper de toi alors qu'à la base, c'est elle ton coach?

Pépin fait une grimace qui trahit une situation compliquée.

Pépin: ben... en fait j'crois pas que ce soit de la jalousie... enfin ça doit être un mélange de plein de sentiments qui fait que..

Il hésite avant de finalement faire un signe de la main, signifiant qu'il préfère changer de sujet. Jiji se dit que ça doit valoir le coup d'insister un peu. Il saute sur l'occasion.

Jiji: t'en as dit trop ou pas assez Pépin, les gens risquent de se faire de fausses idées, surtout quand il s'agit de Carrie.

Pépin, qui vraiment ne voit pas du tout de quelles idées il pourrait s'agir, le regarde bizarrement. Jiji doit se montrer plus explicite.

Jiji: ben... tu sais... Carrie c'est comme qui dirait... enfin c'est une femme très... enfin c'est pas une sainte quoi!

Pépin a un visage encore plus sombre. Ce qui commence à intriguer encore plus Jiji. Mais qu'est ce qu'il sait qui le met dans cet état là, bordel de chiotte à culs!

Jiji: écoute Pépin, j'vois bien qu'il y a un truc qui te chiffonne, tu devrais me le dire, ça soulage tu sais d'en parler. Regarde, tout à l'heure ça m'a fait du bien que quelqu'un comprenne ce que je ressentais. Si tu veux, je fais arrêter la caméra et...

Pépin crache le morceau, avant d'afficher une mine totalement déconfite, comme s'il avait annoncé la fin du monde.

Pépin: elle a perdu la foi.

Jiji est scotché par la fausse grosse annonce.

Jiji: qu'est ce que tu entends par là?

Pépin : elle n'y croit plus. Elle ne croit plus au centre, à la réinsertion... Je crois qu'elle ne croit même plus en moi. Elle me regarde comme si je l'avais trahi, et en un sens, c'est un peu ce que j'ai fait. Pas parce que je m'entraîne avec Tim, c'est elle qui m'a envoyé là-bas. Mais parce que je lui dis des tas d'horreurs quand j'ai su ce qu'elle avait fait à Lee. Je crois que j'ai trahi son amitié, et que sans savoir pourquoi, elle s'est mise dans la tête que plus rien ne valait la peine. Je me demande même si elle ne déteste pas!

Jiji: ça peut pas être aussi grave que ça...

Pépin: elle ne me parle plus, sauf sur le ring! Et elle a un regard... tu vois ce regard quand elle fixe un adversaire genre Defattaque?

Jiji: euh ... ouais...

Pépin: ben elle me regarde comme ça.

Jiji: ah ouais, quand même. Et ton nouveau coach, Tim, il en dit quoi?

Pépin: ils passent leur temps à s'engueuler quand je suis là. Tim pense qu'il faut complètement repenser mon entraînement, que je dois être secoué, malmené. Il dit que je dois être préparé aux pires vacheries. Mais franchement, je crois que je traverse déjà quelque chose de pas cool. J'voudrais tellement qu'on redevienne amis comme avant!

Jiji: ton pote Tim là, il a pas l'air très sympa...

Pépin: oh si, il est vraiment cool avec moi. Mais avec elle, il arrête pas de la contredire, de la pousser à s'énerver. On dirait qu'il le fait exprès. Mais le pire, c'est qu'elle ne dit pas un mot. Même quand je vois qu'elle est prête à foncer dans le tas, elle le fusille du regard et elle s'en va en claquant la porte.

Jiji est pris de pitié. Lui qui croyait avoir une existence de merde en ce moment se dit que finalement, il s'en sort bien à côté du p'tit Pépin Leroy.

Pépin: ça me rappelle quand j'étais gosse et qu'mes parents arrêtaient pas de s'taper sur la gueule. Mais au moins, c'était équitable, et je pouvais réconforter celui des deux qui pleuraient. Là, j'peux même pas approcher Caroline. Je suis certain qu'elle doit être triste. Elle doit s'en vouloir d'avoir tout foutu en l'air avec Lee, elle était tellement amoureuse de lui! Et puis moi, je n'ai pas arrêté de la décevoir avec mes résultats de merde, j'suis même pas foutu de battre Krane King!

Jiji essaye de rebondir sur un autre sujet.

Jiji: tiens justement, ça en est où votre compétition à tous les deux?

Pépin: fais pas semblant de pas savoir Jiji, t'étais là. J'ai perdu, je me suis ramassé comme une merde. Pourtant j'ai tout donné! Tout ce que j'avais dans les tripes! j'suis qu'une grosse larve!

Soudain, sans crier gare, Carrie fonce sur eux. Elle pousse brutalement Jiji de son chemin et balance une claque monumentale à Pépin, qui en reste sonné!

Un silence de plomb s'abat sur eux. Carrie a les mâchoires crispées tellement elle est en colère.

Pépin: mais... mais... pourquoi?

Carrie: t'en as pas marre de t'plaindre? Tu ne te rends pas compte de la chance que tu as d'être encore là? Oui, tu m'as déçu, et pas que personnellement, tu m'as déçu sur le ring! J'croyais que t'en avais un peu plus dans le pantalon, que t'avais quelque part au fond de toi l'étoffe d'un champion mais non! RIEN, RIEN, RIEN! Tu n'as rien dans l'sac! Au moins, j'me consolais en me disant que pendant que t'étais sur le ring, tu croyais un peu en toi et que ça t'évitait d'être dans les rues à piquer des sacs ou à te laisser embarquer dans un sale coup! Mais t'es même pas foutu de faire une interview sans passer pour une loque bordel de merde!

La scène a attiré quelques lutteurs qui se tiennent éloignés. Sans doute la première fois qu'ils voient leur coach s'énerver à ce point là, surtout sur son protégé.

Carrie: t'as raison sur un point : j't'en veux d'avoir foutu mes espoirs en l'air. Sans toi, j'aurais jamais remis les pieds sur cette île maudite, et rien de tout ça ne se serait produit! T'es comme une malédiction dont on ne peut plus se défaire!

Jiji commence à se demander s'il ne devrait pas s'en aller, après tout, ça devenait vraiment blessant. Mais comme tout journaliste, il ne pouvait pas ignorer le scoop que cette dispute représentait.

Carrie: mais dis au moins quelque chose pour te défendre!

Pépin restait silencieux, partagé entre la tristesse et l'incompréhension. C'est l'instant que choisit le fameux Tim pour se pointer. Il marcha tranquillement vers eux, puis arrivé à hauteur de Carrie, il lui balança une gifle! Celle-ci serra les dents et voulut lui rendre la politesse, mais il bloqua sa main à quelques centimètres de son visage.

Tim: tsss... t'avise même pas d'y penser ma belle!

Il lui retourna le poignet dans le dos et lui tordit le bras tant et si bien qu'elle se retrouva à genoux, le poing remonté jusqu'au milieu du dos, à serrer les dents sous la douleur.

Tim: c'est bien tout ça! Toute cette colère! Exactement ce dont on a besoin!

Tim attend encore quelques longues secondes, durant lesquelles le silence continue de peser sur tous les spectateurs de la scène, puis il la relâche aussi brusquement. Elle le fusille du regard puis quitte la salle sans un mot.

Tim: ça va gamin?

Pépin: oui Sensei.... mais qu'est ce qu'il lui arrive? Je ne la reconnais pas!

Tim: moi si... tu devrais aller regarder quelques archives. Tu comprendras mieux.

Pépin: mais on était amis!

Tim: ça n'a rien à voir avec l'amitié. D'ailleurs, il y a quelques années, jamais elle n'aurait posé les yeux sur toi. Ses "amis" étaient Légion, Darkside, Rafael, Edward, etc. Des personnages que tu éviterais volontiers. Elle-même était crainte ou du moins respectée. Ce qu'elle est devenue n'a rien à voir. Peut être qu'elle a eu envie d'une existence normale pendant un moment. Qu'elle a eu envie d'être gentille avec son prochain, mais je peux te garantir qu'au fond d'elle, il existe une grande frustration. ça n'est jamais bon d'être trop gentil Pépin. Tu dois toi aussi en être conscient.

Pépin: mais ce n'est pas ce que la sagesse nous enseigne?

Tim: te laisser marcher dessus n'enseignera pas à tes adversaires à te respecter et à respecter les autres. Si par contre tu montres à ton ennemi que ta riposte sera grande, quitte à en faire l'exemple, alors il te respectera et il respectera le suivant.

Pépin: donc tu penses que j'aurais du lui rendre la gifle?

Tim: ça fait longtemps que tu aurais du lui en mettre une, oui. Ainsi qu'à tous ceux qui te manquent de respect. Action, réaction. ça marche aussi avec le côté préventif de la lutte.

Pépin : le quoi?

Tim enlève le micro des mains de Jiji et lui colle une grande gifle en pleine tronche.

Jiji: mais... mais...

Pépin: mais c'est juste un journaliste!

Tim : et que vont se dire les gens suite à cette action?

Jiji: que vous êtes un enfoiré?!

Tim: effectivement. CQFD. Mais c'est juste une petite gifle de rien au premier con qui passe tu vois, alors imagine si j'tombe par hasard sur quelqu'un que je déteste?

Jiji fait signe au cadreur qu'il s'en va.

Jiji: bon, j'crois que j'en ai assez vu pour aujourd'hui!

Puis ils quittent le bâtiment.

Pépin: c'est pas très sympa pour Jiji.

Tim: c'est sympa pour personne d'être une victime. Crois moi, vaut mieux être dans l'autre camp!

Puis avec un sourire carnassier aux lèvres, Tim s'éloigne tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pépin Leroy, dit Pépin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Domaine Leroy - Clip YouTube -
» V. Raphael Leroy Pris
» Domaine Leroy
» Lalou Bize-Leroy
» [MULTI] Create

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'élite :: En coulisse-
Répondre au sujetSauter vers: