L'élite

L'élite

au firmament
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pépin Leroy, dit Pépin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 20 Sep - 14:03

Jiji est de retour à la Garde. Un peu à contrecoeur, mais Pépin tenait vraiment à lui montrer quelque chose. Il parait que ça vaut le coup d'oeil. Curieux comme pas deux, Jiji s'est dit que ça méritait un petit détour, et qu'il éviterait de croiser le chemin de l'autre connard. Bref, le voici qui entre dans le batiment, et comme d'habitude il passe déjà dix minutes à se faire fouiller au portique d'entrée. De loin, il peut voir un attroupement autour d'un ring, alors qu'hier tout était désert. Il s'avance tranquillement et finit par voir ce qui attire autant de monde. Carrie est sur le ring en tenue de combat, et en face d'elle, Tim. Et à première vue, personne ne retient ses coups. C'est un vrai combat, tous les coups sont permis. Jiji ne se souvient pas l'avoir déjà vu aussi déterminée et concentrée. Elle s'acharne sur sa cible, mais Tim ne se laisse pas faire et lui rend la plupart des coups.

Jiji: salut Pépin, j'ai raté quelque chose?

Pépin: salut Jiji. Non, ça a commencé il y a quoi? cinq minutes. Mais ça promet d'être long.

Jiji: c'est une idée de qui?

Pépin hausse les épaules: Tim, bien sûr. Il a dit qu'il voulait "percer l’abcès".

Jiji: ah? ça a un rapport avec leur relation conflictuelle, ou bien c'est un peu le même truc qu'hier avec toi sur le ring?

Pépin : j'en sais rien. J'aime bien Tim, je crois qu'il veut faire de nous des machines de guerre. T'sais, c'était bizarre, hier. Mon adversaire, c'était pas vraiment quelqu'un de bien, et quand Tim a voulu que je le tabasse, j'étais pas très à l'aise, mais au fur et à mesure, j'ai trouvé ça... libérateur. Comme si ça me permettait d'évacuer mes angoisses. En y réfléchissant, j'me suis dit que peu importe qui c'était en face de moi, fallait pas que je lui fasse de cadeau, parce que lui ne m'en fera pas. Si la situation avait été inversée, il m'aurait démonté la face. Sans Tim, j'aurais perdu ce combat parce que je n'étais pas armé pour le battre.

Jiji: et qu'est ce que tu comptes faire alors? Tu vas suivre son exemple?

Pépin: pas que le sien. Regarde, Jiji. La transformation ne vient pas que de moi.

Jiji suit le regard de Pépin qui observe le match sur le ring. Carrie a repoussé Tim jusque dans le coin et enchaîne les coups de genoux dans ses côtes, tout en maintenant sa garde pour éviter les uppercuts. Tim n'a pas d'autre choix que de subir.

Jiji: ouais, mais en même temps, à sa place, je le ménagerai pas non plus.

Pépin: mais là c'est pas son premier match en fait. Elle a mis au tapis trois autres élèves, et Cole est parti avec le dernier aux urgences. Elle lui a pété le nez.

Jiji: elle l'a peut être pas fait exprès?

Pépin: dans la première minute de match.

Jiji: bon ok, elle l'a peut être un peu fait exprès là. C'était des nouveaux?

Pépin: celui qui a tenu le plus longtemps, il doit être là depuis l'ouverture du centre, et avant elle l'entraînait deux fois par semaine. Il a abandonné le match à la vingtième minute, en disant qu'il voulait pas mettre sa santé en jeu pour des conneries.

Jiji: et du coup personne d'autre que lui ne s'est proposé ?

Pépin: nan. Même pas Cole ou Spencer. Elle a trop de colère en elle en ce moment, c'est dangereux de l'affronter.

Inversion de la situation sur le ring, cette fois c'est Tim qui a le dessus après l'avoir balancé violemment au sol, il la tient dans une prise d'étranglement très serrée. On voit parfaitement le sang quitter le bras de Caroline et pâlir de façon alarmante. Elle se contorsionne pour parvenir à s'échapper, puis frappe dans le vide avant de heurter la tête de son adversaire. Elle renouvelle plusieurs fois et finit par obliger Tim à casser sa prise. Son arcade sourcilière s'est ouverte et il saigne. Carrie secoue son bras pour faire circuler le sang à nouveau. Elle a un méchant petit rictus en voyant la plaie ouverte. Elle lui dit quelque chose que ni Jiji ni Pépin ne peut entendre. Tim bouge la tête pour signifier un refus. On suppose qu'elle lui a demandé s'il voulait arrêter le combat. Carrie fonce à nouveau sur lui pour lui décocher des coups de pieds dans les cuisses. ça fritte si fort qu'il grimace sous la douleur, avant de parvenir à attraper son pied et de tirer brutalement pour la faire tomber au sol. Le bruit de ses dents qui s'entrechoquent est saisissant. Il s'allonge sur elle et commence à enchaîner les droites, puis termine avec un wrenching chinlock. Malgré toute sa volonté, elle ne parvient pas à se défaire ni à poser son pied sur la corde. Pas sur d'ailleurs que cela l'aurait arrêté, n'ayant pas d'arbitre pour les séparer. Tout le monde s'interroge sur ce qu'il doit faire... intervenir ou pas? Tim ne va quand même pas l'étrangler pour de vrai? Si? En tout cas, cela dure suffisamment longtemps pour que Carrie commence à montrer des signes de faiblesse. Ses coups sont de moins en moins précis, elle devient plus faible. Tim la relâche et s'asseoit par terre, à côté d'elle. Il la regarde longuement, prenant soin de dégager ses cheveux de son visage. Elle reste allongée par terre, récupérant des forces. Le moment est presque... bizarre. Elle lève une main vers le visage de Tim et touche son arcade, du bout des doigts. C'est presque un geste d'intimité.

Jiji se demande si elle va se remettre à le frapper, ou bien si lui va remettre ça, mais en fait le combat semble s'arrêter là. Tim saisit sa main et l'aide à se redresser, avant de s'éloigner pour se faire soigner. Laissant un Pépin et un Jiji pour le moins perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 29 Sep - 13:18

Pépin est occupé à s'entraîner avec Tim lorsque Carrie débarque dans la salle de gym du centre. Visiblement, elle est en colère. Elle fonce sur eux, ou plus précisément sur Tim, qu'elle repousse avec deux mains.

Carrie: je crois qu'il est temps qu'on ait une petite conversation tous les deux.

Tim: on est en plein entraînement là, tu vois pas que tu déranges?

Carrie: justement, c'est bien de ça que je veux parler! De quel droit tu décides de t'occuper de Pépin sans mon accord? On devait se retrouver à 10 heures au parc pour faire un run et j'ai attendu pas loin de 10 minutes sur place avant d'apprendre par Cole que t'avais modifié le planning! Je te rappelle que je suis la seule coach officielle de Pépin, et que si t'es encore là, c'est uniquement parce que je l'autorise!

Tim: pas tout à fait. Figure toi que Pépin a aussi signé un contrat avec moi. Et moi j'ai décidé que le footing, c'est pour l'échauffement, et l'échauffement ça se fait pas à 10 heures du mat'! Alors tu t'organises comme tu veux, mais tu fais ça en dehors de mes horaires de travail!

Carrie: tes horaires de travail? Parce que t'appelles ça des horaires? Tu lui colles au train matin et soir, c'est tout juste s'il peut aller pisser tranquille!

Tim: au moins il a des résultats!

Carrie: lesquels? Il n'a même pas de combat! Tout ce que tu as réussi à faire, c'est me faire passer pour une conne en plein show! Si ça continue on va m'envoyer faire la vaisselle avec MacKenzie!

Tim: alors c'est ça le fond du problème en fait? Madame n'a pas le premier rôle? C'est pour ça que tu nous fais une scène?

Carrie: j'en ai rien à foutre de ton premier rôle! C'est toi qui voulais que je remonte sur le ring, que je reprenne ma place de lutteuse. Mais je crois surtout que t'as un plan perso dans la tête qui n'a rien à voir ni avec moi ni avec Pépin! T'es en train de nous la faire à l'envers et j'compte pas te laisser faire, encore moins dans MON centre! C'est toi qui va te plier à MES règles, parce qu'ici TU ES CHEZ MOI! Alors à partir de demain, les entraînements de Pépin commencent avec MOI, dès 5 heures du mat, et ça se terminera quand JE l'aurais décidé!

Un petit sourire narquois s'étire sur les lèvres de Tim.

Tim: comment? Pas de négociation? Pépin n'a pas son mot à dire dans l'histoire?

Carrie: fallait y réfléchir avant de t'engager comme coach et de t'imposer au Centre !

Puis elle se tourne vers Pépin, qui parait franchement très gêné par la dispute, et fait quelques pas vers lui.

Carrie: tu as d'autres choses à m'apprendre Pépin? Si c'est le cas dis-le maintenant, j'préfère que ça vienne de toi plutôt que de cet espèce d'escroc!

Pépin : euh... non... mais euh... Tim n'est pas un escroc...il est très sympa avec moi, il m'apprend des tas de choses...

Carrie: ne perds pas ton temps à le défendre devant moi, c'est peine perdue. Demain j't'attends devant le stade à 5 heures précises. Si t'es pas là à l'heure, je casse notre contrat et je vous jette dehors tous les deux. C'est assez clair?! Vous avez suffisamment abusé de ma patience, maintenant c'est purement professionnel. J'ai pas trimé pendant toutes ces années pour me faire humilier par deux jobbers!

Sur ces mots, Carrie s'éloigne vers son bureau.

Pépin: j'croyais que tout était arrangé pour l'entraînement, tu m'avais dit que vous aviez un accord...

Tim: ah mais j'avais un accord ... avec son répondeur. Le problème, c'est qu'elle répond pas au téléphone quand c'est moi qui appelle, et j'aime pas parler avec une machine. Quoique parler avec elle c'est un peu comme parler à une machine...

Pépin: écoute, Tim... j'apprécie tout ce que tu fais pour moi et j'suis loin d'être ingrat mais tu vois, je trouve que tu vas vraiment trop loin avec elle. Sans elle, je serais toujours livré à moi-même dans la rue, avec à peine de quoi subsister. Carrie m'a offert une chance de m'en sortir, et elle est devenue mon amie. Mais depuis que tu es là, nos relations sont vraiment très tendues. J'ai pas envie de me retrouver à la porte, et de reprendre tout à la case départ.

Tim: ah mais j'vais pas lui prendre la tête, elle a fait exactement ce que j'attendais d'elle.

Pépin: comment ça?

Tim: t'as l'intention de rater l'entraînement ou d'être en retard demain matin?

Pépin: bah non alors! Je serai même là avant, j'ai pas envie de me faire virer!

Tim: et t'es prêt à en baver? Parce qu'elle va te faire payer cette petite cachotterie, crois moi!

Pépin: go hard or go home!

Tim: oh, t'inquiète, je lui fais confiance là-dessus, quand elle a ce regard là, ça va être hard.

Sur ces mots, Tim mit fin à l'entraînement et s'éloigna vers le vestiaire. Pépin sentit soudain que pour lui, c'était la fin du paisible train-train quotidien...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 10 Oct - 15:48

Pépin marche dans une rue piétonne et marchande, accompagné par son petit frère. Ce dernier est occupé à manger une glace à l’italienne, tout en posant des questions à son grand frère.

- Mais tu ne sais pas grand-chose de lui... Il a l’air très dangereux, surtout quand on sait que c’est un protégé de Kronos.

- Et bien tu sais, il ne faut pas se fier aux apparences. Ces derniers temps, j’ai beaucoup appris à ce sujet. D’une part, Nathaniel Hurt est un personnage un peu énigmatique, c’est vrai. Mais pourquoi ? Parce que je n’ai jamais entendu parler de lui depuis que je suis ici, et pourtant cela fait quelques mois. Alors sans doute qu’il y a une paire d’années il a probablement été quelqu’un d’important, peut être même qu’il a affronté des adversaires tout aussi valeureux et qu’il a obtenu quelques distinctions, mais aujourd’hui, il ne figure pas parmi les têtes à abattre.

- Pourquoi est ce qu’il veut te casser alors ?

- Mais j’en sais rien ! Peut être qu’il s’imagine que c’est la chose à faire pour se faire une place dans la course ! J’regarde autour de moi et j’me dis que j’aurais sans doute du faire pareil en arrivant... quand je vois Yesco, King, ULMANN, tous ces mecs ont démarré à la FGB à peu près au même moment que moi, et pourtant, j’ai un peu l’impression que je suis resté en bas de l’échelle, que malgré mes performances, on peine à me donner ma chance. Est-ce que j’ai déçu les dirigeants ? Est-ce que j’ai fait ou dit quelque chose qui m’a pénalisé ? Je ne crois pas. Je crois juste que je n’ai pas été assez offensif à mon arrivée. J’aurais du casser des gueules à l’aveugle, faire couler le sang et briser des rêves. Au lieu de cela, je me suis trouvé chanceux d’être parmi l’élite de la lutte. Et pourtant, je ne veux pas me contenter d’être dans un roster de stars. Moi aussi, je veux briller, je veux qu’on cite mon nom en référence, je veux qu’on se dise un jour « ah oui ! Pépin Leroy, ah c’était quelqu’un celui-là, il nous en a fait de beaux combats, et pas avec n’importe qui ! ». ça va te paraître peut être un peu prétentieux, mais je sais que je le mérite. Je sais qu’un jour mon nom brillera à côté de celui des plus grands de cette fédérations.

- Mais avant ça, va falloir te battre contre ce Hurt.

- Oui, c’est vrai, et contre tous ceux qui se mettront sur mon chemin. Je n’ai pas peur de ce type. C’est vrai qu’il a un physique impressionnant, mais je m’entraîne dur depuis des mois, je n’ai pas peur d’affronter des types plus forts que moi. Et puis, avec son gabarit, j’ai l’avantage. Je suis plus rapide et plus agile, et je sais frapper là où il faut. Je ne suis plus un petit débutant. Hurt est puissant, mais moi je suis résistant et plus souple. Si je ne gagne pas, au moins je lui donnerai du fil à retordre, et notre combat sera l’un des meilleurs du show.

- Tu ne devrais pas dire que tu vas gagner ?

- Je ne suis pas voyant, un match peut changer d’orientation d’une minute à l’autre, cela dépend de beaucoup de paramètres. Je ne parierai pas ma main droite sur une victoire incertaine. Mais je sais que ce sera une vraie bataille, parce que je mettrai tout en œuvre pour la remporter. Que ce soit le poulain de Kronos ou le petit fils de la Reine d’Angleterre, c’est du pareil au même. Je ne fais pas de différence entre mes adversaires. Qu’ils soient des anonymes ou des champions, je me donne à 200%. Le public le mérite, et moi aussi je mérite de grands combats.

- Tu sais que tu parles un peu comme Stanley ?

-Ah ouais ? C’est un compliment, Stanley est un homme important et une valeur sure de la FGB. Si je fais une carrière comme la sienne, je serais fier. Mais, dis moi, t’avais pas un cour d’espagnol cet aprem ?

- Mon prof est absent. Et toi ? T’avais pas entraînement avec Tim ou Carrie ?

- Ils m’ont dit qu’ils avaient une réunion tous les deux.

- ah... et ils s’engueulent toujours autant ?

- non, beaucoup moins qu’au début. Faut dire que Carrie a déménagé avec ses deux enfants, elle passe moins de temps ici et c’est Cole qui gère en grande partie le centre maintenant. Du coup, elle n’est là que pour m’entraîner et elle a beaucoup moins de responsabilités. Elle commence à être moins... enfin plus...

- détendue ?

- mouais... c’est pas encore ça mais ça va mieux. En tout cas, son entraînement est vachement efficace, mon corps a beaucoup changé en quelques semaines, et tout ça sans prendre de protéines en poudre ou d’autres saloperies !

- tant mieux, j’ai lu des trucs super mega effrayants sur ces trucs là, c’est pas cool...

- ouais. Faut pas y toucher. Y a d’autres méthodes plus saines pour être plus forts, et il faut surtout utiliser son intelligence et sa vivacité. T’en fais pas, mes coachs sont très stricts sur ce point là.

Le petit Bryan s’arrête deux minutes devant la boutique de bonbons pour admirer une énorme fontaine de chocolat. Pendant ce temps, Pépin regarde aux alentours. C’est à ce moment qu’il distingue sur le trottoir d’en face quatre personnes qui sortent d’un restaurant. Il croit reconnaître Caroline et Tim, ainsi que Cole et un autre homme qu’il ne connait pas, mais vu son allure il s’agit sans doute de quelqu’un d’important, peut être un investisseur. Pépin ne prête pas vraiment attention à lui, car il en voit régulièrement visiter le centre. Par contre, voir Tim tenir la porte à Carrie, l’aider à remettre correctement le col de son manteau alors qu’une bourrasque ébouriffe leurs cheveux, et puis l’embrasser comme s’ils étaient un couple, ça, ça lui troue le cul. D’ailleurs, il en reste bouche bée, debout comme un con au milieu du trottoir. C’est son petit frère qui le tire de ses pensées.

- ça va pas ? T’es tout blanc !

- euh si ça va... juste que j’ai cru voir quelque chose d’impossible. J’ai du rêver.

Il se tourne à nouveau vers eux, mais ils ont disparu. En fait il a sans doute rêvé cette scène, il aimerait tellement que Tim et Carrie finissent par s’entendre... de là où il se trouve, il n’aurait pas pu distinguer précisément leurs visages... enfin peut être que si... Son petit frère l’entraîne ensuite dans la boutique de déguisements juste à côté, car c’est bientôt halloween, et que c’est leur fête préférée. Il ne sait pas pourquoi, mais ce qu'il a vu, ou imaginé, lui glace le sang...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 11 Oct - 14:32

Retour au centre. Briefing d'après show dans le bureau de Caroline, qui est impeccablement rangé. L'écran géant repasse la performance de Pépin, alors que celui-ci se tient debout à côté de son coach technique, Tim. Carrie entre dans la pièce, deux grands cappucinos en main et un bouteille d'eau sous le bras. Elle tend un café à Tim et donne la bouteille à son protégé. Son regard se pose sur l'écran au moment où Pépin porte son finish et gagne le combat. Elle sourit. Puis apparaît Nathaniel Hurt et tous les visages de la pièce se crispent.

- Ce type ne m'inspire pas confiance.

Pépin sent venir la dispute...

- On en a déjà parlé Carrie, c'est pour son bien. Il ne pourra pas se battre toute sa carrière contre des jobbers, il faudra bien qu'il passe à l'étape suivante. Et l'étape suivante c'est Hurt.

- On ne sait rien de lui! Ce mec veut se servir de Pépin pour remettre le pied à l'étrier. Je connais ce genre de mecs, prêts à tout pour renouer avec la gloire. Ils sont pires encore que des débutants, ils ne respectent rien ni personne. Ils veulent juste marquer les esprits, faire le buzz.

- C'est l'occasion ou jamais justement! Il va faire la pub du match tout seul!C'est pas toi qui disait qu'il n'y a pas de grands matchs sans grand adversaire? Si ce Hurt est au moins moitié aussi bon que ce qu'il annonce, Pépin va avoir la chance de sa vie en l'affrontant.

- Mais c'est un taré! Il l'a assommé d'un seul coup de poing sur la tête! Une chance que Pépin s'en soit sorti indemne.

- Rhhhhhhhhha Caroline arrête, Pépin est un homme, plus un gamin!

- ça c'est vrai, j'suis plus un gamin. Et puis il m'a eu par surprise, j'pensais qu'il voulait juste me saluer. J'suis surement pas le premier à qui il fait ce coup de putes. Mais je me ferai plus avoir.

Tim penche la tête et laisse tomber son bras droit le long de son corps.

- Tu vois? Tu te fais trop de films. Pépin est capable de s'en sortir tout seul. Faut lui faire confiance. Et puis je vais lui montrer encore quelques petits trucs qui pourraient bien l'aider dans ce combat.

- Quels trucs?

- Des trucs.

- Des trucs dangereux?

- Des trucs, j'te dis. C'est pas tes affaires. Viens Pépin, j'vais te montrer.

Ils sortent tous les deux du bureau tandis que Carrie vient s'installer derrière son bureau. Elle se met au travail aussitôt, et n'est interrompu qu'une bonne heure après, par un énorme bruit provenant du ring. Elle contourne vivement le bureau et vient regarder par la vitre qui surplombe la salle d'entraînement. Elle ne voit personne sur le ring ni sur les tapis qui l'entourent. Elle se précipite dans l'escalier et dévale les marches jusqu'au ring. Elle entend des gémissements derrière et trouvent Pépin affalé sur Tim de l'autre côté. Visiblement, ils ont tenté un suicide. Ils se redressent lentement en reprenant leurs souffles. Carrie aide Pépin à se relever. Puis elle s'agenouille à côté de Tim.

- Merde mais tu saignes?

- C'est rien, la plaie a du se rouvrir.

- Mais qu'est ce qui vous a pris tous les deux?

- Faut bien qu'il s'entraîne!

- Cole est formé aux techniques aériennes, pas toi. Tu pourrais y rester, vous pourriez y rester tous les deux. T'es complètement malade?!

- Pépin doit compléter son moveset s'il veut gagner contre un gros balaise. Courir partout pour le fatiguer ça suffira pas, et il suffit que l'autre le coince dans un coin pour que ce soit fini. Pépin doit maitriser deux ou trois trucs en plus.

- J'y vois pas d'inconvénient, mais avec des gens compétents, pas avec toi!

- Qui t'as dit que j'étais pas formé pour? Je faisais déjà des moonsault que t'étais pas sortie des bijoux de famille de ton père, ma grande.

Il se relève et se rapproche d'elle d'une manière menaçante.

- D'ici la fin de la semaine, Pépin saura tout ce qu'il y a à savoir sur les prises aériennes que tu sois d'accord ou pas. Alors soit on le fait ici, sous ton oeil de matrone, soit on le fait au siège de la fgb!

Duels de regards entre les deux coachs... Carrie semble hésiter. D'un côté elle ne veut pas voir Pépin se rompre le cou, pas plus que Tim mais ça elle préférerait crever que de l'avouer, et d'un autre côté ne pas pouvoir les surveiller la rendrait folle.

- Bon.. d'accord, mais on ajoute une rangée et une épaisseur de tapis autour du ring, c'est non négociable! Et Cole reste dans le coin au cas où!

Un vilain sourire s'étire sur les lèvres de Tim. Il tapote l'épaule de Pépin amicalement.

- Enlève moi ce sourire de tes lèvres, j'ai pas dit mon dernier mot. Je vais chercher ma trousse à pharmacie.

Alors que Pépin et Tim commente la prise qu'ils viennent d'effectuer, assis au sol, Carrie revient et s'agenouille à côté de Tim. Elle sort le matériel et nettoie la plaie.

- Tu devrais aller voir un médecin pour ça. ça devrait déjà être cicatrisé.

- J'ai déjà un médecin.

Son regard ne quitte pas le sien.

- Je ne suis pas médecin, Tim. Il y a peut être un autre problème.

- Le problème c'est que tu t'inquiétes trop pour les autres. Tout va bien. Regarde moi.

Il lui prend les deux mains et les pose sur son coeur.

- Tu entends? Tout va bien.

Ils restent un moment comme ça à se regarder, sous les yeux perplexes de Pépin qui se demande ce qui se trame, puis Carrie retire ses mains et finit ses soins avant de s'éloigner un peu trop rapidement.

- Qu'est ce qui se passe avec elle Tim?

- Rien. Rien qui te concerne en tout cas. Allez, on s'y remet! Montre moi comment tu fais un splash!

Alors que Pépin grimpe sur le tapis, enthousiaste, Tim suit la coach des yeux jusqu'à ce que la porte de son bureau se referme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 18 Oct - 14:12

Le show vient de se terminer. Debout dans son salon en tenue décontractée, Caroline regarde la review du spectacle en fronçant les sourcils lorsque le téléphone se met à sonner. Elle s'avance jusqu'à la table basse avant de ramasser l'appareil et décroche.

- Allo Carrie, c'est Pépin. J'ai un petit service à te demander…

- Ou est Tim, j'ai deux mots à lui dire et ça urge.

- T'inquiète, tout est ok j'ai vu son intervention, c'est pas grave en plus Nathaniel avait l'air furax !

- Pour l'heure c'est moi qui suis furax ! C'est pas à lui d'aller chauffer les étiquettes de Hurt mais à toi. C'est lui qu'il met en scène, au lieu de faire ta promo il fait la sienne, là !

- Tu trouves ? Moi j'ai trouvé ça vachement cool, il a vraiment un sacré charisme le coach.

Elle fronce à nouveau les sourcils en entendant le bruit derrière lui.

-  Mais t'es où là ?

- Je suis dans un bar, avec un pote. C'est justement de ça que j'aimerais te parler. C'est un copain du lycée, il ne sait pas où crécher vu qu'il a eu quelques petits ennuis avec la justice dernièrement… on lui a filé l'adresse d'un centre mais y a que des camés et niveau hygiène ça craint… alors j'me disais que si on avait une place au centre pour lui ce serait cool. C'est un mec bien.

- Pas si bien que tu le dis, s'il sort de prison c'est pas simplement parce que son accent a déplu au juge, je suppose. Et si on ne m'a pas envoyé son dossier c'est qu'il est pas du coin. J'ai besoin d'en savoir un peu plus, histoire que je me retrouve pas avec une guerre de gang dans mon centre.

- Ecoute, on est au Caracas, au Nord de la ville. Si tu veux on t'attend et on en discute ?

- Il est 23 heures Pépin, et j'ai deux gosses. J'en fais quoi pendant ce temps là ?

- S'il te plait, c'est comme qui dirait une urgence, c'est un super copain, on était comme des frères !

Elle réfléchit quelques instants et finit par se décider.

- Je vais voir si Spencer ou Cole sont dans le coin, mais s'il n'y a personne pour garder Eden et Andréas, tu devras trouver une autre solution jusqu'à demain. Hey ! Pendant que j'y pense, ton coach super cool n'était pas dispo pour accueillir ton pote ?

- Bah j'l'ai perdu de vue en sortant du bâtiment, et depuis j'arrive pas à le joindre…

- Toujours fidèle à lui-même, putain j'te jure… Bon je te laisse, je vais essayer de trouver quelqu'un.

Après plusieurs coups de fils sans succès, elle finit par joindre une de ses recrues, Anna, qui accepte de la remplacer et de dormir sur place au cas où elle rentre tard. Après lui avoir rappelé cinq fois les consignes de sécurité et les habitudes des jumeaux, Carrie finit par sortir du centre et monta dans sa camaro avant de se rendre au Nord de la Ville. Le secteur n'était pas particulièrement calme, mais au moins ce n'était pas non plus un coupe gorge. Ainsi elle abandonna sa caisse avant d'entrer dans le pub. En pleine semaine, l'endroit était quasi désert. Elle trouva facilement Pépin et son ami, assis au bar. Le jukebox diffusait un air de country un peu démodé. Elle s'avança vers eux, sous les coups d'oeil approbateurs des ivrognes attablés un peu plus loin devant une partie de poker. Pépin tourna sa bouille joyeuse vers elle, ce qui la fit sourire comme à chaque fois. Malgré sa récente fermeté à son égard, Pépin continuait à croire qu'elle déplacerait des montagnes pour lui, et il avait raison. Elle n'y pouvait rien, elle l'aimait comme un fils, ou comme un frère. L'homme qui se trouvait à ses côtés était de profil, elle nota immédiatement qu'il portait des vêtements usagers mais qu'il avait l'air d'être propre. Ses cheveux mi longs lui arrivaient aux épaules, châtain avec des reflets dorés, sans doute dûs à l'éclairage. Il avait un joli profil, un nez droit et des lèvres très bien dessinées. Quand il tourna son visage vers elle, il la regarda de bas en haut avant de vider sa bouteille de bière d'une traite. Pépin la salua le premier et lui présenta son ami.

- T'as réussi à trouver quelqu'un alors ?

- Ouais. Aussi étonnant que ça paraisse Tim et toi n'avez pas réussi à pervertir l'ensemble du personnel du centre. J'ai encore des gens qui me considèrent comme la patronne, et je compte bien tout faire pour que ça continue. Tu nous présentes ?

- Je te présente Taylor. Taylor, voici Caroline. C'est ma coach et la directrice du centre dont je t'ai parlé.

- Bonsoir.

Ce mec devait bien avoir trente ans, mais les apparences étaient sans doute trompeuses, les gars qui sortaient de taule avaient presque toujours l'air plus âgé, usé. Mais il était plus vieux que Pépin, de plusieurs années. Et il avait une voix très grave et envoûtante. Carrie prit une grande inspiration. Bordel de merde, c'était carrément une gravure de mode, un mec sexy et bad guy comme il en existait peu.

- Bonsoir. Tu es sorti quand ?

- Ce matin. On m'a donné une adresse, mais quand j'y suis allé c'était déjà presque complet, et franchement je préfère encore dormir dans le parc sur un banc plutôt que de sentir la puanteur qui règne là bas. Au moins la prison c'était propre.

- Legacy ?

- Ouais.

Carrie commençait à connaître les petits noms que les détenus donnaient aux centres de détention. Legacy, c'était à environ une heure d'ici.

- Pourquoi tu restes dans le coin ? Tu as de la famille ici ? Une petite amie ? Un boulot ?

- Nan, j'ai rien de tout ça. Le peu de famille qu'il me reste se trouve à l'autre bout du pays, et c'est un vieil oncle qui perd un peu la boule, j'sais même pas s'il se souvient de moi. J'devais avoir 5 ans quand je l'ai vu la dernière fois.

- Effectivement, ça doit faire au moins quinze ans.

- Vingt cinq.

Et toutes ses dents, blanches et parfaitement alignées. Et des yeux bleus qui accrochaient les siens et ne les lâchaient plus.

- Avant de te ramener avec nous, j'ai besoin de savoir dans quelles affaires tu trempais. Ça restera confidentiel, au centre seuls Cole et moi connaissons les casiers des pensionnaires. Mais je dois savoir, pour éviter les troubles liés aux trafics. Au centre on a pas que des anges, y a des mecs qu'on arrivera jamais à remettre complètement sur le droit chemin, mais ils savent qu'ils n'ont pas le droit à l'erreur. Si je choppe qui que ce soit à faire sa loi chez moi, il dégage, et ça vaut pour tous.

- J'ai bien compris le message. Mais ça risque d'être un peu long à raconter, j'ai jamais été un gamin très sage.

- Tiens donc, c'est surprenant ça ! J'ai tout mon temps, la tournée est pour moi.

Tandis que Pépin commande une bière pour chacun d'entre eux, Taylor raconte son enfance difficile, la mort de ses parents, avec qui il avait des rapports conflictuels, sa vie dans la rue, et les mauvaises fréquentations, la drogue, les filles, bref, une vie de merde sans attache et sans loi. Mais il s'en tirait plutôt bien, son dernier coup aurait pu l'envoyer à l'ombre pendant une dizaine d'années, si le témoin n'était pas revenu sur ses aveux. Pourtant Taylor admettait ses fautes et ne niait pas ses méfaits, il avait juste eu une bonne étoile, et un bon avocat. Carrie nota ses coordonnées, avec la ferme intention de l'appeler dès le lendemain matin. Durant l'heure qui suivie, elle lui expliqua les règles du centre, son rôle d'insertion par le travail. Il écoutait, posait des questions, il avait l'air intéressé. Instinctivement, elle fut persuadée qu'il lui manquait des éléments, qu'il ne disait pas tout. Mais elle ne voulait pas l'assaillir de questions personnelles, d'autant plus que celles qui trottaient dans sa tête n'avaient rien à voir avec son passé judiciaire.

- Ok, je suis ok pour que Taylor rentre avec nous. Mais je ne sais pas quelles sont les chambres de libres actuellement, et je n'ai pas envie de réveiller Cole à cette heure. Donc vous allez squatter dans mon ancien loft jusqu'à ce qu'on vous trouve une chambre.

- Comment ça vous ? J'ai déjà une chambre…

- Je ne peux pas me permettre de laisser Taylor seul dans le centre, tu seras responsable de lui jusqu'à demain. Si vous êtes aussi potes que tu le dis, il n'y aura pas de souci.

Et BIM ! A nouveau Caroline plaçait Pépin devant ses responsabilités d'adultes, et le mettait à sa place également. Accueillir un pensionnaire sans savoir de quoi il était capable pouvait avoir de lourdes conséquences, et elle ne prenait jamais rien à la légère. En donnant la responsabilité de son ami à Pépin, elle l'obligeait à assumer ses actes et à mûrir. Bien sur le centre était doté d'un système de surveillance et de plusieurs employés de sécurité, dont Spencer était le chef, mais la prévention était la base. Ils terminèrent leurs bières puis quittèrent le pub un peu plus tard.

Le lendemain, lorsque Carrie rejoignit Pépin au parc pour effectuer leur run habituel, elle fut surprise de le voir arriver avec Taylor. Celui-ci déclara qu'il avait besoin de s'occuper et qu'il ne voulait plus être enfermé. C'était compréhensible, après plusieurs années coincé derrière les barreaux d'une prison. A son physique, elle pouvait facilement deviner à quoi il occupait ses journées : probablement à faire de la musculation. Ce n'est que l'après midi, lorsqu'elle se rendit chez l'avocate de Taylor, qu'elle comprit à quel point on le sous estimait. Il était loin d'être un simple exécutant dans les braquages pour lesquels il avait été condamnés. C'était lui qui montait les coups. Intelligent, méticuleux, la police avait mis des années avant de le coincer. Et vu les yeux brillants de son avocate, elle se doutait bien que celle-ci n'avait pas fait ça que pour la cause de son client, mais aussi parce qu'elle était tombée sous le charme. Et ça, elle pouvait le comprendre. Elle allait devoir redoubler de vigilance. Il ne manquait plus que ça, comme si elle n'avait pas assez à faire avec Tim et ses frasques, maintenant il fallait qu'elle surveille un ex taulard… Ce Pépin était décidément un aimant à emmerdes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 21 Oct - 14:26

Et c'est notre Jiji local qui entre dans la salle d'entraînement, dans laquelle Pépin et son pote Taylor sont en train de soulever de la fonte. Big zoom sur les muscles des deux jeunes hommes, mesdames, dommage qu'on ait pas l'image ! Pas des montagnes de muscles mais tout ce qu'il faut où il faut. Messieurs, vous êtes jaloux? Tant pis pour vous. Bref, notre Pépin repose la barre sur son socle avant d'attraper une serviette et de s'essuyer le visage et le torse... grr.

- Salut les gars! Vous êtes tous seuls aujourd'hui?

- Seulement ce matin, Carrie a une réunion importante et Tim... j'sais pas trop où il est, il revient que l'aprem en général.

- C'est bien, un peu d'autonomie! ça doit te faire du bien d'être tranquille de temps en temps!

- Ouais. Mais en même temps j'aime pas trop être seul. Je suis issu d'une famille nombreuse, le silence ça me plombe le moral. J'suis content que mon meilleur pote m'ait rejoint, ça me change un peu du duel Carrie-Tim...

- J'te comprends, ça doit pas être marrant tous les jours.

- ça allait mieux y a quelques jours, mais depuis que Tim est venu titiller Nathaniel à ma place, elle est remontée à bloc.

- Ils ont deux conceptions différentes du coaching... Mais toi, qu'est ce que tu penses de Hurt en fait?

- Pas grand chose. C'est un adversaire comme un autre pour moi. Je continue à m'entraîner comme tous les jours, mes deux coachs ont adapté mon planning pour que je sois au top pour le jour J. Mais pour eux, le plus important, c'est le mental. Je dois prendre exemple sur Niko le dino, il a raison dans le fond. L'important, c'est de se montrer plus malin. Peu importe que l'adversaire soit plus fort ou plus technique, il faut le surprendre et profiter de ce moment pour marquer le coup. C'est ce que nous travaillons avec Tim. Il est très intuitif, et sur ce point là, j'apprends énormément. Il a vraiment des idées tordues, je ne sais pas d'où il sort ça mais c'est toujours payant.

- Et Carrie, elle t'a appris quoi sur Hurt?

- c'est Tim qui s'occupe de la tactique. Carrie s'occupe du corps et de l'esprit. Etre en accord avec soi, détermination, concentration. C'est simple, quand je sors de l'entraînement je pourrais grimper l'Everest, tout parait possible et facile.

- Taylor va s'entraîner avec toi?

L'intéressé tourne la tête vers Jiji, un peu surpris par la question, puis regarde Pépin, ne sachant pas trop s'il doit intervenir.

- J'en sais rien, je ne crois pas qu'on ait évoqué ça avec Carrie.

Taylor intervient.

- On en a parlé. Mais je ne lui ai encore pas donné de réponse. Si je le fais, c'est juste pour donner un coup de pouce à Pépin, je n'ai pas l'intention d'en faire mon job. C'est pas vraiment mon truc.

- Bien sur, ça se comprend. Tout le monde n'est pas fait pour ce métier.

- Mais pour revenir à l'adversaire de Pep', pour l'instant c'est juste un mec qui se la pète, et des comme ça on en croise à tous les coins de rue. Il a beau avoir été entrainé par Kronos, ça reste un ringard qui s'est fait éjecter de la course et qui doit redémarrer à zéro.

- Ouais, mais il est super fort, c'est impressionnant.

- Sans doute, mais c'est sa seule qualité. Un physique de molosse, mais du vent à la place de la cervelle. Pép a plus de ressources qu'on ne le croit. Il va le faire courir le gros, il va l'essouffler, le fatiguer, le frapper encore et encore. Tu sais même les armoires à glace ont leurs points faibles, il suffit de les trouver. Et j'suis certain que Pép va les trouver très vite. Quand je regarde Hurt, je vois juste une machine, un presse bouton. Et toutes les machines ont un bouton off.

- C'est sympa vieux frère, merci.

- J'le pense. Te laisse pas impressionner par cette montagne de muscle, prend ça comme un défi à relever, il y a toujours une faille. Et évite de laisser ta tête à portée de sa main.

Les trois se mettent à rire.

- Contrairement à Niko, moi j'compte bien offrir du spectacle aux gens. J'aimerais qu'ils prennent vraiment plaisir à nous regarder lutter. Malheureusement, Hurt va avoir le même état d'esprit que le Dino. Ils espèrent un match où ils dominent du début à la fin, un match durant lequel ils imposent leurs lois. Mais je ne compte pas faire de la figuration. Je n'en suis plus à mon coup d'essai maintenant, je sais parfaitement quoi faire. Hurt me fait pas peur, et il peut se mettre le Möllnir qui lui sert de poing bien profond, je me laisserai pas piétiner!

Jiji hoche la tête, gagné par la détermination du jeune Pépin.

- Et sinon, elle est où Carrie? Je lui ai écrit un poème...

Taylor s'approche de lui, et lui arrache presque la feuille des mains.

- Fais voir?!

Il lit quelques lignes puis glisse le message dans sa poche de jogging.

- Tu sais quoi? J'vais lui donner en main propre. Hey mais tu devrais pas retourner à la FGB? On doit attendre ton interview avec impatience, il est déjà presque midi.

Jiji se retrouve un peu tout con (comme d'hab') et doit se résoudre à laisser le fameux Taylor délivrer son message d'admiration à la belle lutteuse-coach et business women. Triste et frustré, il quitte les lieux sans demander son reste.

- T'es vache avec lui. Tu vas lui donner quand même à Carrie?

- Bien sur.

- Mais tu vas pas lui dire que ça vient de Jiji...

- Non. Il est vachement doué pour les poèmes, devrait changer de métier. Au fait, c'est ce soir la p'tite fête que vous organisez au centre, non?

- ouaip, pourquoi?

- Comme ça.

- Tu vas venir?

- P't'être bien.

- Allez t'fais pas prier! Y a de la bonne bouffe, des filles et de la bonne musique. On va bien s'amuser!

- On verra.

C'est le moment que Caroline choisit pour entrer dans la salle en tenue de sport. Elle dépose son sac à côté du banc et les rejoint.

- Alors vous en étiez où?

- J'essaye de convaincre Taylor de venir ce soir.

- Tu ne veux pas venir?

- ça fait longtemps que je ne suis pas allé à une fête. Je ne suis pas sur d'être suffisamment... sociable.

- Tu n'es pas obligé de venir si tu n'as pas envie. Mais ce serait dommage.

- Tu y vas avec quelqu'un?

Un peu surprise par l'aplomb de Taylor, Carrie répond rapidement.

- non, personne en particulier.

- Tu irai avec moi?

- T'es en train de me fixer un rencard là?

- Ouais.

- Et bien, c'est assez direct.

- Je ne suis pas quelqu'un qui tourne autour du pot.

- Je vois ça.

- Alors tu es d'accord?

- oui. Pourquoi pas. Ce sera amusant. Bon, on s'y met?

Pressée d'éviter le regard ahuri de Pépin et celui, envoûtant, de Taylor, elle se dirige vers un banc de musculation quelques mètres plus loin. Pépin se tourne vers lui en écartant les bras.

- Sans déc tu fais quoi là? Tu vas quand même pas draguer ma coach?

- J'ai envie d'apprendre à la connaître! Pourquoi tu fais cette tête là? Elle est mariée?

- Non. Elle est divorcée. Plusieurs fois même, elle élève seule ses jumeaux. Ecoute j'veux pas d'histoire, c'est déjà pas évident de supporter ces disputes entre elle et Tim, si en plus tu foires ton coup ça va devenir ingérable.

- T'enflamme pas Pépin, c'est juste un rencard. On va boire un verre, danser... y a pas de mal à ça. ça fait 5 ans que je vis dans une cellule, j'ai envie de me détendre et de m'amuser un peu. Carrie est majeure, et j'ai pas l'intention de la faire souffrir, si c'est ce que tu crains.

- T'as pas intérêt! Elle a déjà assez morflé, j'voudrais vraiment qu'elle trouve quelqu'un qui la rende heureuse, elle et ses petits.

- J'te promets que je ne ferai rien qui puisse lui faire du tort. ça te va?

- ouais. Allez, allons nous entraîner, sinon on va se faire engueuler.

Les deux hommes se remettent en place sur leur matériel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 25 Oct - 13:57

Carrie tombe à point nommé pour casser l'atmosphère pesante qui régnait soudain dans la salle d'entraînement du centre. Face à face, Tim et Taylor se défiaient du regard.

- Qu'est ce qu'il se passe ici?

Tim se tourne vers elle, visiblement agacé par le nouveau.

- Il se passe que ton nouveau protégé accapare le temps du mien. Tu serais gentille de lui signifier qu'il est l'heure de dégager.

- Et si je décide de ne rien faire?

- Alors c'est moi qui le dégage.

Taylor fait mine de s'avancer pour lui coller une droite mais Carrie pose sa main sur son torse dans un geste d'apaisement.

- Je ne crois pas non. Taylor est un résident, il a le droit d'utiliser la salle d'entraînement aux heures d'ouverture, si tu veux la salle juste pour vous deux tu dois attendre 17 heures. C'est dans le règlement. C'est assez grand ici, je ne vois pas où est le problème.

- Il distrait Pépin.

- Pépin n'a besoin de personne pour être distrait, et en ce moment c'est plutôt la blonde qui lui fait signe qui le distrait.

Surpris, Pépin se redresse et se concentre enfin sur la discussion. Taylor a l'air prêt à bondir, ses muscles sont contractés, ce qui oblige Carrie à rester entre eux.

- Je crois qu'il lui met de mauvaises idées dans la tête.

Elle se met à rire.

- De mauvaises idées? Tu veux dire qu'il t'empêche de prendre l'ascendant? De le manipuler? Je dois avouer que je me sens moins seule du coup. Ecoute, on va trouver un compromis. Taylor va venir avec moi s'entraîner à l'autre bout de la salle, et toi tu t'entraînes ici avec Pépin.

- Interdiction de communiquer.

- Sauf cas d'urgence.

Ils se défient du regard tous les deux, mais cette fois Tim cède, ne trouvant pas d'arguments percutants. Carrie prend le bras de Taylor et l'entraîne avec elle. Au bout d'un moment, Taylor se décide à parler.

- Ce type est vraiment un sale con, comment tu fais pour le supporter?

- Je ne le supporte pas. La seule raison de sa présence ici c'est le contrat qui le lie à Pépin. Pour des raisons qui m'échappent, ils s'apprécient tous les deux, et sa technique de coaching est très efficace. Pépin a fait de très gros progrès en s'entraînant avec lui. Alors je le laisse faire, mais je reste vigilante sur l'influence qu'il a sur lui.

- Pépin m'a dit que tu t'occupais de lui mieux que sa propre mère.

- C'est pas un gros challenge si tu veux mon avis. Sa mère est totalement démissionnaire depuis des années. Le problème, c'est qu'elle reste sa mère et peu importe ce qu'elle est, elle l'aime, lui et ses frères et sœurs. J'ai bien tenté de rendre leur vie meilleure, en leur donnant un meilleur logement, des cours particuliers, tout le confort dont beaucoup rêve... mais ils ne veulent pas déménager. Ils sont attachés à leurs racines, je ne peux pas leur en vouloir, même si j'ai du mal à me mettre à leur place.

- Y a rien à faire pour eux. J'ai vu des tas d'assistantes sociales défiler chez eux, comme chez moi d'ailleurs. Quand on a pas envie de s'en sortir, rien ni personne ne vous fera changer d'avis.

- Le problème c'est que j'ai l'impression que ça tire Pépin vers le bas. D'habitude quand on a des origines modestes, on a envie de gloire, de richesse, on saisit les opportunités. Mais parfois... j'ai l'impression que cela lui est égal, qu'il gagne ou qu'il perde, il est content d'avoir participé. Il n'a pas vraiment l'esprit de compétition.

- Tu te trompes. Mais il n'est pas en rivalité avec les autres, juste avec lui même. C'est contre lui qu'il se bat. Je connais Pépin depuis qu'il est tout petit, il a toujours rêvé d'être quelqu'un, de passer à la télé. La vie ne lui a pas fait de cadeaux, alors il s'est résolu à faire avec ce qu'il avait. ça l'a aidé à tenir le coup. Il y a plus puissant que l'esprit de compétition tu sais. La détermination, la volonté, l'amour de ses proches, ce sont autant de choses que Pépin possède et qui l'obligent à se dépasser jour après jour.

- C'est quand même rageant parfois... j'aimerais qu'il ait un peu plus de réparti, qu'il tape du poing sur la table, j'en sais rien, quelque chose qui signifierait qu'il prend les choses au sérieux, qu'il est prêt à se battre comme un lion, pour un titre, pour l'honneur, pour une fille, peu importe l'objet de sa révolte, je voudrais le voir un peu plus...passionné!

- Et toi? Tu es plutôt du genre introvertie ou passionnée?

Elle ne peut s'empêcher de rougir légèrement sous son regard insistant, mais garde son sang froid.

- Je crois que la presse à scandales a largement répondu à ta question. Tu ne lisais pas à la presse?

- Je ne lis pas n'importe quelle presse, et j'aime bien me faire une idée par moi-même. Je me fie à mon instinct.

- Et qu'est ce qu'il te souffle ton instinct?

Il approche son visage du sien, tellement près qu'elle peut sentir son souffle sur son visage.

- Il me dit que j'ai très envie de t'embrasser, là, tout de suite.

Pendant un instant, Carrie crut vraiment qu'il allait passer à l'action, mais finalement il rit et s'éloigna vers une machine. Elle resta là pendant un moment, avant de s'installer sur un tapis de course.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 31 Oct - 14:15

Jiji croise Pépin qui sort du gymnase et semble attendre quelqu'un. Il en profite pour prendre un peu ses impressions à l'aube du PPV.

Jiji: salut Pépin, comment tu vas ?

Pépin: salut Jiji! ça va et toi?

Jiji: oh, la routine, je passe mes journées à chercher des lutteurs pour leur extorquer des informations, rien de bien nouveau!

Pépin accepte de répondre à quelques questions, en vitesse.

Jiji: comment tu te sens?

Pépin: super bien. Je suis en super forme, j'ai un moral d'acier. Je suis prêt à en découdre avec Nath, il faut que je marque le coup.

Jiji: On a vu à quel point une bonne préparation physique était essentielle, mais également psychologique. Comment ça se passe pour toi? Tes coachs ont-ils mis de côté leurs griefs pour se concentrer sur ton entraînement?

Pépin: et bien écoute, on a fait un planning, le matin je suis avec Carrie et l'aprem avec Tim.

Jiji: et le soir?

Pépin: le soir, j'en profite pour visionner des vidéos de combats, des fois je suis seul, des fois je suis avec Taylor ou d'autres lutteurs qui s'entraînent ici. ça se passe bien. J'ai pas à me plaindre, j'ai eu vraiment tout ce qu'il faut pour me préparer ces dernières semaines.

Jiji: donc tu es prêt pour WRESTLE FEST?

Pépin: et comment! Le moment est venu de montrer tout mon potentiel, sans intervention, sans diversion, juste Hurt et moi dans un ring!

Jiji: et bien voilà qui est dit! C'est vrai que tu as l'air beaucoup plus confiant qu'à tes débuts.

Pépin: je sais désormais de quoi je suis capable. Je sais que Hurt est plus fort physiquement, mais mentalement, j'en doute. J'ai tiré profit de mes erreurs passées et tout ce que j'ai vécu jusqu'ici m'a préparé à cette rencontre. J'ai passé énormément de temps à travailler mon corps, mon endurance, mon karma aussi. Je suis plus fort que jamais. Hurt est un défi important pour moi, mais il n'est qu'un obstacle parmi tant d'autres dans ma vie. Je dois l'affronter et le vaincre. Et ainsi de suite.

Derrière eux, ce sont Caroline et Taylor qui sortent du gymnase, tout sourire, qui ont l'air de particulièrement bien s'entendre, mais à la vue des caméras, elle s'écarte de lui et fait un petit signe de salut à Jiji avant de partir vers sa voiture.

Jiji: qu'est ce qu'elle a?

Taylor: rien. Elle est folle de moi mais elle refuse de l'admettre.

Jiji: c'est pas la modestie qui vous étouffe, vous.

Taylor: non. C'est pas une question de modestie, y a des signes qui ne trompent pas.

Jiji: peut être qu'elle veut juste préserver sa vie privée.

Taylor: y a pas de mal à sortir avec quelqu'un, c'est pas secret défense.

Pépin: euh Taylor... si on y allait maintenant? Je crois qu'on en a assez dit.

Jiji: pas secret défense sauf si t'as un ex psychopathe qui menace tout le monde...

Taylor: y'm'fait pas peur et je suis patient. J'suis prêt à faire ce qu'il faut pour la conquérir, parce que je pense qu'elle en vaut la peine.

Jiji et Pépin ont l'air un peu gênés.

Jiji: c'est à elle qu'il faut le dire, pas aux téléspectateurs.

Taylor: pourquoi? T'aurais honte de dire devant le monde entier qu'une fille te plait? Les filles aiment qu'on assume nos sentiments. Et les téléspectateurs aiment les histoires. Séduction, trahison, sexe, haine, parfois tout dans la même soirée. C'est bon pour l'audimat! J'en veux plus et je ne suis pas du genre à baisser les bras au premier refus.

Jiji : ah... T'as déjà pris un rateau alors...

Taylor: pas vraiment... elle se contente de repousser mes invitations. Mais je suis confiant! Elle a juste besoin d'un peu de temps.  

Pépin: bon, on y va ?

Taylor: ouais. Allez, salut Jiji, on se revoit au PPV!

Jiji: euh oui d'accord... salut!

Les deux jeunes hommes s'éloignent tandis que Jiji range son matériel. Il aperçoit au loin la voiture de la lutteuse, la luxueuse jaguar F-TYPE SVR, qu'il suit du regard.

Jiji: putain de merde, ça c'est de la bagnole! Pour sur, draguer une fille comme elle, ça doit être un sacré défi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 9 Nov - 14:53

De l'importance d'un instant


Voix off: De l'avis de Tim, c'était une putain de bonne soirée. Le genre de soirée qui compte dans la vie d'un joueur, le jour où, grâce à lui, Pépin a mis un pied dans la cour des grands. Le jour où ce petit gringalet qui sait à peine écrire son prénom a terrassé un colosse du nom de … comment s'appelait-il déjà ? Tout le monde s'en fout de toute manière. L'important, c'est que ce mec a servi de marche pied à son élève, que ça lui a permis de briller devant une foule déchaînée. Et quand Pépin brille, Tim brille. CQFD. Les filles se bousculent pour lui offrir des verres et leurs charmes, pendant que ce petit con préfère boire des bières au bar avec son pote. En même temps, Tim s'est débrouillé pour que les gonzesses du pub pensent qu'il est gay, ce qui forcément lui donne l'avantage. Les pépés se rabattent sur lui en masse, et elles ne sont pas bien farouches. Pas comme Carrie. Ah… Carrie, Caroline, c'est pas le même genre de nana. C'est une vraie tigresse, le genre de filles qui fait bander rien qu'en y pensant. Mais cette vipère a vite fait de calmer les ardeurs de ses admirateurs, à grands coups de satons dans la tronche si nécessaire. Tim adore ce type de challenges. Mais pour l'instant il préfère se concentrer sur une proie plus facile. Son petit stratagème lui a permis de rentrer aux frais de la princesse, et maintenant il est nourri logé et blanchi, sans compter le salaire mirobolant qu'il a négocié au nom de Pépin. Tellement facile que c'en est presque ennuyeux. Récapitulons les faits : dès l'instant où il a vu se pointer ces abrutis, il s'est dit qu'il avait trouvé la poule aux œufs d'or, sans trop savoir qui jouerait le rôle de la poule. Il avait d'abord misé sur Carrie, mais la brunette s'était montrée plus fermée qu'une huitre à ses avances. La faute à cet acteur un peu connu qui a passé son séjour dans sa loge à relire son script au lieu de profiter de son avantage. Celui-là, d'entrée de jeu Tim a su qu'il fallait l'évincer. Et quoi de mieux qu'un adultère pour faire fuir l'empêcheur de tourner en rond ? Un petit flacon de GHB dans le verre de la belle brune, un petit billet à un employé peu scrupuleux pour faire circuler l'info jusqu'à la star, et son plan s'était déroulé dans un parfait timing. Tim ne doutait pas que s'il n'avait pas tenu Carrie dans ses bras à ce moment là, il aurait pris une droite magistrale. Mais que vaut la colère d'un mari trompé quand on pense à la grosse somme qui se trouve actuellement sur son compte bancaire ? Nada ! Bref, habilement, Tim a su gagner la confiance et l'amitié de Pépin, faut dire que le pauvre gamin a grandi dans la misère et qu'il serait prêt à donner ses organes au premier qui passe. Pépin est vite devenu le pigeon parfait, allant jusqu'à prendre sa défense quand Carrie souhaite l'évincer. C'est ainsi que Tim est devenu son manager préféré, et qu'il se retrouve ce soir en charmante compagnie à fêter cette victoire, bien mal acquise, mais néanmoins glorieuse quand même. Ce soir-là, Tim passait une soirée parfaite, en parfaite compagnie.

De l'avis de Pépin, cette soirée était sûrement la plus extraordinaire de sa jeune carrière. Toutes ses lumières, tous ces cris d'encouragement, résonnaient encore dans sa tête. Il a terrassé Nathaniel Hurt!Hourra ! La joie et la fierté gonflaient sa poitrine au moment où il lèva sa chope de bière et trinqua avec Taylor, son meilleur pote. Quelle joie d'être entouré par des gens de confiance et qu'il adore ! Son bonheur comportait néanmoins une ombre au tableau : Caroline, celle qu'il se plaisait à appeler sa deuxième maman, n'avait pas l'air d'apprécier cette petite soirée. A moins que ce soit juste la présence de Tim qui l'agaçait. Mais en même temps, il ne gênait personne, tellement occupé à faire la conversation à toutes ces jolies femmes. Curieusement, les filles les regardaient, lui et Taylor, avec une pointe de déception avant d'aller trouver refuge sur la banquette aux côtés de son mentor. Carrie, elle se tenait sur le tabouret de bar à droite de Taylor, contre le mur. Elle avait l'air pensive et Pépin n'aimait pas la voir triste. Il aimait son sourire et ses bons conseils, sa façon de le rassurer quand il avait peur de l'avenir. De temps en temps, elle penchait la tête et souriait quand on lui parlait, mais elle n'était pas vraiment là, pas dans le même délire que Pépin et Taylor. Pourtant ils s'efforçaient tous les deux à la distraire, sans trop de succès. Il savait qu'il était responsable de cette ambiance tendue entre les deux coachs. Il n'aurait jamais du les forcer à cohabiter, ils étaient tellement différents ! C'est vrai que Tim y allait fort par moment, il prenait un malin plaisir à la pousser à bout de patience, et bien des fois c'est son intervention et celle de Cole, le plus pragmatique des deux dirigeants du centre, qui avaient permis de les empêcher d'en venir aux mains. Cole, le mec qui ne s'écartait jamais de sa ligne de conduite. Pas une seule fois de sa courte carrière, il n'avait dérogé à ses principes de loyauté, d'honnêteté. Et c'est ainsi qu'il s'était retrouvé à la tête du Centre, partageant avec Caroline le même projet et la même implication dans leur mission. Resté soi-même, ne changer que pour devenir meilleur, tels étaient les préceptes de Cole et aujourd'hui de Caroline. Et par conséquent pas du tout en accord avec les méthodes de Tim, même si Carrie faisait quelques petits accrocs dans le contrat de temps à autre. C'est ce qu'il préférait au Centre : tous différents, mais ensemble pour obtenir le meilleur.

De l'avis de Taylor, sisi ça a sa petite importance, c'était une petite soirée sympathique. Pas aussi spectaculaire que si Pépin avait gagné un match contre un mec connu, mais au moins le public se souviendrait de la pugnacité de son ami, et de l’opiniâtreté de ses mentors. Il y avait sans doute bien des manières de gagner ce combat, mais même s'il pensait beaucoup de bien de son meilleur ami, et de ses capacités sur le ring, il doutait que celui-ci aurait pu remporter ce combat sans leur aide. Eux aussi le savaient. C'est pour cela qu'ils avaient insisté pour qu'il reste en coulisse, craignant son intervention et du coup la perte du match. Mais Taylor s'était rapidement fait son opinion sur ces deux coachs. De Tim, il savait clairement qu'il s'agissait d'un sale type. Un profiteur, un parasite qui vit sur le dos des stars qu'il dépouille de leur argent, et qu'il délaissera dès lors que la carrière de Pépin commencera à décliner, ou bien si une autre opportunité plus lucrative se présente. Oh bien sur, il est fort possible qu'il développe une certaine forme d'affection pour ce grand gamin. Pépin est un mec attachant, sincère et généreux. Mais il n'y a rien à attendre de lui. Qui sait peut être qu'il se trompe sur lui, mais Taylor a rencontré beaucoup de mecs comme Tim en prison, et sa première impression a toujours été la bonne. Il fallait qu'il protège Pépin de ce gars, et il entendait bien rester jusqu'à ce que Pépin soit capable de se débrouiller tout seul, s'il y arrive un jour. Il devait faire ça pour son demi frère, bien que celui-ci ne soit pas au courant de leur lien de parenté. Il partageait hélas le même paternel. Taylor attendait le bon moment pour le lui dire, du style un soir comme celui-ci, un moment sympa propice à la confidence. Mais il ne savait pas trop pourquoi, la présence à ses côtés de Caroline l'empêchait de passer aux aveux. Pourtant elle semblait l'apprécier, même si elle restait distante et peu en retrait quand il était là. Elle n'avait pas l'air non plus indifférente à son charme, mais elle repoussait toutes ses tentatives. Pépin lui avait confié qu'elle était toujours amoureuse de son ex, un certain Lee. Et cet homme avait été l'objet d'un amour immodéré et profond que rien ne semblait pouvoir effacer. Pas même le temps, pas même la distance. Taylor termina sa bière d'une traite en l'observant à la dérobée. Oui, Carrie était belle, mais inaccessible.

De l'avis de Caroline, ce n'était pas encore la pire soirée de sa vie, mais c'était loin d'être la meilleure. Pour elle, ce n'était pas une victoire mais une défaite. Sa défaite. La défaite du bien contre le mal, tout simplement. Sa défaite face à Tim. Sa méthode payait, tandis qu'elle ne faisait que ralentir la carrière de Pépin. Il ne manquait pas de le lui rappeler dès que son regard croisait involontairement le sien. Vautré dans les bras de ces bécasses, il était le roi de la soirée. Au moins, Pépin avait l'air de s'amuser, heureusement que Taylor était là. Elle aurait aimé se réjouir, faire la fête comme une furie, mettre le feu à la scène, mais dans son coeur la morosité avait pris le dessus. Caroline repensait à cette conversation qu'elle avait eu avec Cole, lorsque celui-ci, à vouloir se montrer trop honnête, leur avait fait perdre une opportunité aux titres par équipe. Malgré tout, il avait refusé de céder à la facilité. Cela leur avait pris plus de temps, mais Cole n'avait jamais changé. Pépin pouvait lui aussi trouver une voie, peut être plus longue et plus fastidieuse, et conserver son innocence. Elle en était convaincue, et elle comptait bien trouver un moyen pour déjouer les plans de Tim.


Pépin : tu vas où ?

Carrie : je rentre. Reste, amuse toi, c'est ta soirée.

Pépin : pas question, je te raccompagne.

Carrie : je n'ai pas envie de te gâcher ta soirée, Pépin. Profite. Je dois passer voir Cole de toute manière, il devait nous rejoindre mais je ne l'ai pas vu au PPV.

Pépin : je ne m'amuserai pas si je sais que tu ne t'amuses pas.

Taylor : on ne peut pas forcer Carrie à s'amuser, Pépin. Par contre on pourrait faire une partie de billard ?

Pépin : T'es sure que tu veux pas qu'on rentre avec toi ? Tu sais j'm'en fous, j'ai pas besoin de fêter tous les ppv !

Carrie : c'est une tradition, tu ne veux quand même pas manquer à tes devoirs ? De toute manière, c'est pas une question, c'est un ordre. Tu restes ici, avec Taylor, et vous profitez de la soirée. C'est moi qui offre.

Pépin : bon … d'accord.

Carrie avait pris son ton le plus sévère, ce qui lui coûtait toujours lorsqu'elle s'adressait à Pépin. Elle avait toujours eu du mal à sévir avec lui. Mais elle essayait de se convaincre que c'était pour son bien. Elle récupéra sa veste et sortit pour rejoindre sa voiture, tout en regardant les appels manqués sur son portable. Aussitôt, le numéro du centre s'afficha. Au moins dix appels, ça devait vraiment être important. Elle contacta aussitôt Cole, mais elle tomba sur le répondeur. Puis Spencer, qui décrocha à la première sonnerie.

Carrie : Spencer, c'est Carrie, qu'est ce qui se passe, on a essayé de me joindre ..

Spencer : c'était moi. Cole a eu un accident de voiture tout à l'heure, en allant au PPV. Je n'ai pas réussi à te joindre là-bas, c'est toujours la misère avec la FGB, le standard était bondé et tout le monde est occupé…

Carrie : il est où ? C'est grave ?

L'angoisse commença à monter violemment en elle. Putain, non, pas Cole.

Spencer : j'en sais rien, je sais qu'on l'a emmené aux urgences, à l'hôpital le plus proche. Heureusement Maya et tes gosses étaient restés avec ma femme.

Carrie avait bien du mal à se concentrer sur la conversation.

Carrie : oui… c'est ce qu'on avait prévu. Écoute, je vais y aller, je te tiens au courant. Prends soin des petits.

Spencer : attends, je vais passer te prendre, t'as pas l'air en état de conduire…

Sa phrase se perdit dans le vide. Carrie avait raccroché et se mettait au volant de sa jaguar. Le véhicule démarra en trombe en direction de l’hôpital.

Voix off:Parfois, on pense qu'on a touché le fond. Et inévitablement, quelque chose se produit pour nous dire que non, ça peut être pire.

Les pensées confuses et la tête bourdonnante, Carrie se gara sur le parking des urgences et chercha quelqu'un pour la renseigner. Un accident de voiture. Un camion qui n'a pas respecté un feu de signalisation. La voiture coincée. Le bloc opératoire, plusieurs fractures et une commotion cérébrale. Pronostic vital non engagé. La suite se fondit dans un brouillard de larmes. Soulagée, elle inspira profondément et essuya ses yeux.


L'infirmière : on va vous conduire dans la salle d'attente.

Carrie : quand est-ce que je pourrais le voir ?

L'infirmière : je ne sais pas. On viendra vous chercher. Désolé, je dois y retourner. Il a eu beaucoup de chance vous savez, il paraît que la voiture est complètement broyée.

Carrie envoya un message à Spencer pour le rassurer, puis elle se rendit devant le distributeur de café. Elle commanda un grand crème et posa son front pendant que la machine faisait son travail.

Voix off:Toute la pression semblait se concentrer sur ses épaules. A cette instant, elle sut que cette soirée était vraiment la deuxième pire de toute sa vie. Juste après ce soir de décembre, où on l'avait informé de la mort imminente d'Hadès. Sauf qu'Hadès était mort dans les minutes qui avaient suivi son arrivée, dans ses bras. Cole n'était pas mourant. Il était gravement blessé, mais ses jours n'étaient pas en danger. Elle devait faire attention de ne pas laisser ses souvenirs l'envahir. Elle attendit plus d'une heure dans la salle d'attente quasi déserte qu'on vienne lui donner des nouvelles. Elle eut le temps de se faire une bonne douzaine de scénarios différents sur ce que serait sa vie sans la présence de Cole. Et une chose devint évidente au fil des minutes, c'est qu'elle ne sentait pas capable d'affronter les obstacles de la vie sans lui à ses côtés. Il était son pilier, la seule personne sur laquelle elle puisse compter, enfin pas tout à fait le seul mais le plus important en tout cas. Il était le seul à qui elle confiait ses silences, ses angoisses. Pour être sincère, imaginez la personne essentielle à votre vie, sans qui tout s'effondre, sans qui plus rien n'a de sens. C'est tout à fait cela. Si vous n'avez pas encore la chance de connaître cette personne, je vous le souhaite du fond du coeur, car sans elle, la vie ne vaut pas d'être vécue. Nous avons tous besoin d'une âme sœur sur qui s'appuyer dans les heures sombres de notre existence, et plus encore, dans les meilleurs moments. Car le bonheur et le malheur ont cela de commun qu'ils se partagent. Ne perdez pas un instant pour aimer vraiment, pour trouver votre âme sœur. Il se peut que vous vous trompiez de personne parfois, mais quand vous tomberez sur elle, et peut être la connaissez vous déjà sans avoir découvert véritablement vos sentiments à son égard, ne perdez pas de temps. Aimez-la. La vie se chargera de vous montrer à quel point vous avez besoin d'elle. C'est à vous qu'il appartient de faire en sorte qu'il ne soit pas trop tard.

Alors qu'on ramenait Cole Evens dans sa chambre, un chirurgien expliqua dans un lexique médical tout à fait incompréhensible ce qui s'était passé, et le temps que Cole aurait besoin pour se remettre d'un tel accident. La nécessité de l'accompagner, de faire en sorte qu'il se repose et plus tard, les séances de kinésithérapie nécessaires à son rétablissement. Elle acquiesça machinalement et attendit avec angoisse qu'on lui dise d'entrer. Mais c'est bien la peur qui avait envahi tout son être. Elle chassa l'image de son ex mari, allongé sur son lit d'hôpital, à peine conscient. Non, elle devait se reprendre. Elle murmura pour elle-même « Cole n'est pas Hadès, il ne va pas mourir. Il ne va pas nous laisser. » Elle inspira à nouveau profondément et entra dans la chambre. Elle dut se retenir de ne pas craquer en voyant Cole allongé sur ce lit, la jambe plâtrée jusqu'à mi cuisse, le bras immobilisé dans une écharpe, plâtré également presque entièrement. Son visage était marqué par de nombreuses coupures et des bleus. Mais il ouvrit les yeux dès qu'il sentit sa présence. Elle s'approcha en silence, tétanisée par sa souffrance. D'instinct, elle savait qu'il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Cole avait toujours su la comprendre mieux que personne. Lui aussi était bouleversé. Sans doute prenait-il conscience de la gravité de l'accident, de la chance qu'il avait d'être encore ici. Tout cela se voyait aussi dans ses yeux troublés. Caroline prit sa main libre dans la sienne et la porta à ses lèvres pour l'embrasser. Quand elle sentit sa chaleur entre ses doigts, elle éclata en sanglots. Il était vivant ! Elle l'embrassa ensuite sur le front avec précaution, pour ne pas lui faire mal, puis alors qu'il la dévisageait et partageait l'intensité de ses émotions, elle posa ses lèvres sur les siennes. Elle sentit sa main quitter la sienne et se poser derrière sa nuque, pour appuyer ce baiser, lui donner plus de force et de conviction. Et puis, lentement, elle s'écarta et posa son front sur le sien.

De l'avis de Cole Evens, cette soirée aurait du être une soirée ordinaire. Il exerçait un métier passionnant, avec une femme qu'il considérait comme son alter égo, et qu'il aimait plus que tout, sans avoir jamais pu le lui avouer. Il avait une petite fille de 18 mois adorable qui se prénommait Maya Hope. Ce soir-là, il devait retrouver Carrie, Pépin, Taylor et Tim au PPV de la FGB. Normalement, il aurait du les rejoindre un peu avant le début du show, mais tout ne s'était pas passé comme il le souhaitait. Pour être honnête, dans la vie de Cole, peu de choses se passaient comme il le souhaitait, mais il avait la faculté de trouver en chaque chose un élément positif, et quand il ne trouvait pas, Carrie s'en chargeait pour lui. C'était son pilier, elle avait été là quand tout s'était effondré dans sa vie et elle l'avait réparé, comme on répare une vieille voiture ou un meuble cassés. Et quand Carrie avait vu sa vie s'effondrer à son tour, il avait été là pour elle. Il était particulièrement étonné de trouver en elle une si grande contradiction entre sa force spirituelle et l'immensité de sa souffrance, qu'elle gardait pour elle la plupart du temps. Elle ne se confiait qu'à lui, et encore, elle ne voulait pas l'entraîner avec elle dans sa peine. Cela la rendait forte et fragile à la fois, mais la majorité des gens qui lui parlait ignorait qui elle était vraiment. C'était sans doute ce qui avait causé la perte de son précédent mariage. Mais lui savait, acceptait la complexité, l'opacité de sa personne. Et voilà qu'un accident d'une violence inouïe avait changé les cartes du destin. L'étonnante redistribution les poussait l'un vers l'autre comme une évidence, comme si quelqu'un les mettait face à face en disant « voilà celui et celle qui est fait pour vous ».

J'aurais pu aussi voir le point de vue d'autres personnages, riches de leurs expériences et de leurs espérances. D'autres lutteurs qui ont assisté au spectacle, le patron du pub qui a fait le plein grâce à la présence de stars dans son établissement, des passants qui ont assisté à l'accident, le conducteur du camion qui ne fut pas blessé mais qui passa plusieurs heures à être interrogé au poste de police, les enfants de Cole et Carrie, inquiets de l'absence de leurs parents, les infirmières qui assistèrent sans le savoir à la naissance d'une longue histoire d'amour. Mais tout ceci n'est que le point de vue de quelques personnes, et vous avez vous aussi, chers lecteurs, je n'en doute pas, votre avis sur la question. Aussi je me contenterai simplement de vous remercier pour l'attention que vous avez porté à mon histoire, en espérant qu'elle vous a plu.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 15 Nov - 14:18

Pépin est assis sur un tabouret de bar, face à la caméra. Il est habillé de façon décontractée, et il a l'air plutôt de bonne humeur, et s'apprête à donner la réplique à Jiji. Oui, Pépin aime faire travailler les journalistes de la FGB.

J: Salut Peps! ça va bien?

P: salut Jiji, bonjour à tous et à toutes.

J: Félicitations pour cette opportunité! Comment tu te sens après l'annonce de Mordred? On peut dire que tu dois aussi cette chance à Tim, et à moindre mesure à Carrie et Taylor. D'ailleurs, ils ne sont pas là?

P: oulala, t'emballes pas Jiji, une chose après l'autre! Bon, tout d'abord en effet, c'est une sacrée chance et cela à plusieurs titres. La première chose à retenir, c'est que j'ai une nouvelle opportunité de prouver que je suis meilleur que Krane King. J'ai perdu notre dernier combat, et je tiens à prendre ma revanche la semaine prochaine. Double K va prendre sa raclée, et cette fois j'ai bien appris la leçon. Plus de cadeau, plus de demi mesure. Je suis prêt à tout pour remporter ce combat, et cette opportunité d'affronter le champion Bloody. C'était quoi la suite?

J: hum attends... oui, c'est ça, ta victoire face à Hurt, et cette chance de devenir challenger, tu la dois en grande partie à Tim. ça ne te gêne pas qu'il ait magouillé pour toi? Tu ne penses pas que c'est une victoire mal acquise?

Pépin a l'air un peu embêté, il ne sait pas trop quoi répondre.

P: bah écoute, c'est un peu le débat intérieur que je dois avoir en ce moment. Est ce que je dois profiter des avantages qu'on m'offre ou est ce que je dois rester derrière la porte sous prétexte qu'elle ne s'est pas ouverte pour moi? J'ai bien réfléchi à cette question. J'en ai parlé à Tim, j'en ai parlé à Carrie, et aussi à Cole qui est un modèle pour moi. Et tous tiennent un discours contradictoire. Mais moi dans tout ça, tout ce que je vois, c'est que cette porte est ouverte. Soit je passe, soit je reste derrière à attendre une autre opportunité qui ne se présentera peut être pas avant un bon bout de temps. J'suis un gars de la rue, je vis au jour le jour avec ce que la vie me donne. Alors c'est vrai, depuis que Carrie m'a recueilli dans son centre, j'ai un toit pour dormir, en sécurité, et j'ai à manger dans mon assiette tous les jours. Mais je n'ai pas changé au fond de moi. Je crois toujours que tout peut s'arrêter du jour au lendemain, d'ailleurs l'accident de Cole nous en a fait prendre tous conscience au centre. C'est comme si la vie nous disait "profite de ce jour comme si c'était le dernier". Je ne vais pas attendre derrière cette porte Jiji. Même si le cadeau était destiné à quelqu'un d'autre je vais le prendre. Parce que c'est une chance, et peut être un signe du destin. Peut être aussi qu'on cherche trop à se prendre la tête sur la signification des choses. Oui, Tim et Carrie ont fait des choses pas très très réglos durant ce match, mais en même temps Hurt aurait fait pareil à leurs places. Et tel que je le connais, Defattaque fera bien pire encore.

J: donc en fait, pour toi, ça ne te pose pas de problème de conscience, la triche, les magouilles tout ça, du moment que ça peut faire avancer ta carrière? Tu ne crains pas de glisser sur une pente dangereuse, comme le sous entend Carrie?

Pépin sourit malicieusement.

P: nan. De moins en moins d'ailleurs. Et je vais t'expliquer pourquoi: ma coach, Carrie, tout comme bien d'autres lutteurs, dont notre champion suprême Mister Mayhem, ont commencé leur carrière avec une toute autre philosophie qu'aujourd'hui. Pour l'un, l'intégrité, la justice primaient. On peut nettement voir qu'aujourd'hui, c'est sa personne, sa carrière qu'il met en avant, peu importe la raison qu'il évoque pour se justifier, il s'est radicalement égocentré. En revanche, Carrie, qui était sombre et indigne de confiance fait désormais le bien autour d'elle, elle est devenue meilleure. Quelqu'un comme Cole par contre, qui a toujours été quelqu'un de profondément intègre, y voit une leçon de vie. Tout le monde peut trébucher, ou se fourvoyer, sans pour autant être perdu à jamais. Ce n'est pas parce que ce combat n'a pas été remporté d'une manière clean que je suis condamné à tricher toute ma vie, ou à avoir besoin d'aide pour gagner. Il y aura d'autres occasions de prouver que je mérite ma place dans la lumière, tout seul comme un grand. Mes proches seront alors fiers de moi, et c'est ce qui compte le plus.

J: donc tu te sens prêt pour le match contre Krane King?

P: ah ouais, j'ai même hâte. Je sais que King attend ça aussi. Je sais que Tim et Carrie feront le nécessaire pour tenir Defattaque à distance, et moi je n'aurais qu'à me concentrer sur mon match.

J: tu penses que Wes se sent menacé par vous deux?

P: menacé peut être pas, mais je pense qu'il n'est pas contre un peu de "viande fraîche". Et nous, avec Double K on est remonté à bloc, nos dents de louveteaux rayent le parquet!

J: et bien, t'as sacrément pris confiance en toi, c'est impressionnant! C'est Tim qui t'a remonté comme ça?

P: Tim? Euh pas trop en fait, Tim il m'entraîne pour la technique et tout ça mais le mental, c'est plutôt Carrie et Cole.

J: impressionnant. Au fait, comment va t-il? Il se remet de l'accident?

P: ouais ça va mieux, tu sais il n'est pas du genre à se laisser abattre, il n'est pas resté longtemps à l'hôpital, et dès son retour il s'est remis au travail, malgré son bras et sa jambe dans le plâtre. C'est un dur, il a un mental d'acier. Et puis Carrie veille sur lui. D'ailleurs c'est fou comment l'ambiance a changé d'un coup.

J: ah bon comment ça?

P: bah écoute, avant Tim et Carrie passaient le plus clair de leur temps à se chamailler autour de moi, mais maintenant que l'attention de Carrie est monopolisée sur Cole, et que celui-ci a mis les points sur les "i" avec Tim, c'est devenu vachement plus simple et fluide au centre. Je ne sais pas ce qu'ils se sont dit, mais tout le monde semble respecter un espèce de pacte ici.

J: tu crois que ça va durer?

P: j'en sais rien, mais pour l'instant je profite! Merde, c'est l'heure je dois y aller. Une chose à laquelle il ne faut pas déroger au centre, c'est d'arriver à l'heure aux entraînements: que ce soit Carrie ou Tim, ils détestent qu'on arrive en retard.

J: okay. Bon et bien bon courage et à la prochaine.

P: salut Jiji!

Pépin s'en va après avoir serré quelques paluches. Il règne une bonne énergie dans la salle après son départ, pour sûr le petit gars est bel et bien en forme et déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 9 Déc - 16:30

Pépin Leroy n'est pas très rassuré en franchissant la porte du bureau de Caroline et Cole. Il faut dire que depuis le sermon post show de mardi, celle-ci ne lui a pas décroché un mot. D'ailleurs, elle n'est pas venue à ses entraînements comme elle le fait d'habitude. C'est Cole qui lui a transmis son planning pour la semaine, sans rien dire des intentions de sa compagne.

Dans ce contexte un peu tendu, il ne sait pas à quoi s'attendre. Est ce que la hache de guerre est enterrée ou bien doit-il subir une énième dispute au sujet de son comportement et de l'influence de Tim? Rien de tout cela semble-t-il. Cole lui sourit lorsqu'il passe la porte du bureau, puis lui fait signe de s'asseoir, s'il le souhaite. Un gentleman, ce Cole. Respectable, profondément honnête. Un modèle. Bref. Carrie est installée sur un canapé en cuir qui a l'air d'avoir bien vécu, pourtant c'est la première fois que Pépin le voit, alors qu'il vient dans ce bureau une fois par semaine depuis plusieurs mois maintenant. Il règne une atmosphère douce, agréable dans la pièce, une bougie parfumée est allumée, diffusant une odeur de cannelle et d'écorce d'orange. La lumière est tamisée, apaisante. Pépin se demande si cette ambiance est propice à la réconciliation... Il observe cette femme qui ne prend pas la peine de lever les yeux de son livre pour lui. Elle a l'air absorbée par sa lecture.


Cole: qu'est ce que je peux faire pour toi, Pépin? Il y a un problème?

Pépin ne sait pas comment aborder le sujet. Il voudrait parler à Carrie, et pas à Cole. Mais visiblement, elle n'a pas l'air de vouloir s'occuper de lui.

Pépin: non, pas de problème. Tout ... va bien. J'aurais... voulu parler à Caroline.

Même pas un tressaillement du visage, un mouvement du corps. Nada, soit elle est complétement dans son livre, soit elle est très forte pour ignorer les gens.

Cole: oh... je crains fort que tu doives renoncer à ton projet. Caroline ne veut pas de parler. J'ai bien tenté d'intervenir en ta faveur, mais là, on est arrivé à un point où tu as dépassé les bornes. Enfin les siennes. Tu dois assumer les choix que tu fais Pépin. Tu as choisi de suivre la voie que t'as proposé Tim, contre son avis. Moi-même je trouve qu'il a une mauvaise influence sur les gens.

Pépin: mais je n'ai rien fait! C'est Tim qui a frappé Wes. Moi je n'ai rien fait!

Cole: tu ne t'es pas opposé à son initiative. Tu n'as pas pris la défense de Wes, et tu l'as suivi après son geste anti jeu. Attention, je ne critique pas la méthode, simplement je te fais remarquer que d'une manière passive tu as participé aux événements. Que tu l'aies frappé ou non au final ça ne change rien à l'affaire, Tim a fait le sale boulot pour toi et tu n'as rien fait pour t'y opposer. Tu n'as pas protesté, tu t'es même réjouis.

Pépin: C'est vrai, et j'assume ce qui s'est passé. Mais je voulais en parler avec elle. J'arrive pas à comprendre pourquoi elle me reproche de faire ce qu'elle a fait elle pendant des années. Elle a fait même bien pire....

Cole: ne compte pas sur moi pour approuver. Je me suis fixé un code de conduite depuis toujours, et je m'y suis tenu jusqu'à la fin de ma carrière. Chacun doit apprendre à vivre avec sa conscience Pépin, c'est peut être ça qu'elle essaye de t'enseigner? Tu sais, quand j'ai commencé j'étais comme toi, un peu perdu entre toutes les possibilités qui s'offraient à moi. Techniquement, j'avais un niveau tout à fait honorable, grâce à elle et à notre travail. Et bien des fois, elle m'a suggéré de suivre la voie que Tim te propose.

Pépin: alors pourquoi est ce qu'elle me reproche ça? Pourquoi est ce qu'elle est en désaccord avec Tim?

Soudain, contre toute attente, Carrie pose son livre sur le canapé, se lève et vient s'appuyer sur le bord du bureau, à côté de Pépin. Elle n'a pas l'air en colère, non en fait elle a même l'air parfaitement détendue et esquisse même un sourire aux deux hommes. Le jeune homme remarque tout de suite qu'elle a troqué son habituel jogging pour un vieux jeans et un pull écru en cachemire. ça a l'air doux et confortable.

Carrie: à l'époque où j'ai choisi cette voie, j'étais dans cet état d'esprit. Mes gestes, mes actes étaient en accord avec ma philosophie de vie. Durant toute ma carrière, mis à part vers la fin, je n'ai pas eu un seul ami, une seule personne sur qui j'ai pu compter. J'ai travaillé pour plusieurs fédérations, j'ai gagné des titres et beaucoup d'argent. J'ai gagné un nom dans cet industrie et je ne le dois qu'à moi-même. Je savais où je voulais aller, et je crois pouvoir dire que je ne regrette quasiment rien, professionnellement parlant. Sur l'aspect humain de ma carrière en revanche, je peux te dire que ça a été très difficile. Malgré ce que les gens peuvent dire pendant leurs petits speechs, ce métier n'apporte pas que du bonheur. C'est dur, très dur. C'est dangereux, fatiguant, douloureux, on s'use comme des malades pour séduire le public, pour qu'il soit satisfait. Et il n'en a jamais assez. Dans les moments de doute, car il y en a crois moi, on doit pouvoir compter sur quelqu'un. On a besoin des autres pour survivre. Tu crois que Tim sera là pour toi dans ces moments là? Tu crois que quelqu'un d'autre sera là?

Pépin: toi, tu seras là, non?

Carrie: je serai là, en effet. Mais je ne serais pas toujours avec toi. Je ne vais pas continuer à me disputer avec Tim éternellement, Pépin. Je suis fatiguée de devoir répéter les mêmes choses dans le vide. Si mon avis compte si peu pour vous deux, si je dois passer les shows dans les coulisses avec Taylor chaque semaine, j'aime mieux encore rester chez moi, avec Cole, Maya et les jumeaux. Pourquoi je perdrais mon temps? Tu as choisi de suivre ses conseils, et je reconnais que cela a porté ses fruits. Tu vas affronter Wes, peut être même que tu auras la chance de porter le titre Bloody quelque temps, et je suis très heureuse pour toi. Mais de quelle manière tu vas l'obtenir? Est ce que tu vas en être fier? Est ce que tu vas assumer ton choix? Si tu rentres dans ce jeu, je peux te promettre que les prochaines semaines, tu as intérêt à être prêt pour une vraie guerre entre Wes, toi et tous les autres qui vont se presser au portillon pour profiter du champ libre. Pour eux, tu es encore le petit nouveau, le petit gars qui a tout à prouver. Et pour l'instant, ce que tu fais avec Tim, ça ne mérite pas le respect des autres. ça ne mérite pas un titre et ça ne mérite pas que j'assiste à ton massacre. Je suis désolée si je te parais dure, mais c'est la vérité. C'est vrai que Wes n'est pas imbattable, mais il y a bien d'autres façons de remporter ce titre que de tricher.

C'est le moment que choisit Tim pour faire son entrée dans le bureau, et comme la porte était restée ouverte il n'a pas eu besoin de s'annoncer, d'ailleurs il a même écouté la conversation.

Tim: n'écoute pas son discours de bonne femme, gamin. C'est rien que des boniments tout ça.

Cole: Tim...

Le fiancé de Carrie le fixe d'un air menaçant.

Tim: je sais ce qu'elle essaye de faire et je ne la laisserai pas saboter mon travail.

Carrie: et qu'est ce que tu essayes de faire? Le propulser le plus vite possible au sommet pour empocher un maximum de gains?

Tim: précisément! Pépin va s'en mettre plein les poches, et je ne nie pas que j'en ferais autant. Mon but à moi est clair, limpide même. Tandis que toi, tu veux juste en faire un clone de celui-là!

Il montre Cole avec son index, ce qui n'est pas du gout de celui-ci, même s'il reste totalement calme, son regard est nettement plus dur.

Cole: je te conseille de changer de ton, vieux.

Tim continue à fixer Caroline dans les yeux sans lui prêter attention.

Tim: tu oserais le nier?

Carrie: Oui. C’est complétement faux. J’essaye simplement d’amener Pépin à réfléchir par lui-même.

Elle passe une main sur son visage, qui n’exprime plus qu’une grande lassitude.

Carrie : tu sais tout ça, on en  a déjà parlé. Ce que vous faites aura des conséquences plus tard. Quand on parlera de lui, si on en parle, est ce que ce sera vraiment de lui ou de son manager, le super connard ? Tu trouves normal d’avoir plus de notoriété que Pépin ? Tu ne te rends pas compte que Pépin est dans ton ombre, que tant que tu seras là, il ne pourra pas évoluer, et qu’après, il sera obligé de prouver encore et encore qu’il peut exister sans toi ?

Pépin : c’est sympa...

Cole : elle n’a pas tort. Pour l’instant, le spectacle est à l’extérieur du ring. D’ailleurs, vos engueulades à tous les deux font partie du spectacle. Si on enlève les managers, est ce que tu crois que Pépin va réussir à captiver les foules ? Est-ce que tu l’as préparé à la suite ?

Tim : on n’en est pas encore là.

Carrie : dis plutôt que tu ne t’es pas préparé à lâcher la poule aux œufs d’or, et que tu aimes être la star! Tu vois la différence entre ton coaching et le mien, Tim, c’est que moi je prépare les athlètes à ce qu’il se passe après. Après la victoire ou la défaite, ce qui se passe toi tu n’en sais rien. Tu n’as jamais été à leur place, tu n’as jamais ressenti ce qu’on ressent quand on gagne ou qu’on perd un grand match ou un titre. Moi je sais ce qu’on ressent. Je sais ce que Pépin va devoir traverser. Cole le sait aussi. Quand Cole a traversé ses épreuves avec moi, je l’ai aidé, je l’ai préparé à l’après. C’est grâce à cela que notre équipe a perduré, et qu’elle perdure encore aujourd’hui en dehors du ring.

Tim : tu ne peux pas le préparer à tout, et ton expérience ne remplacera pas la sienne. Il y a des événements qu’on doit vivre pour apprendre et tirer des leçons par soi-même.

Carrie : quand elles sont le produit de nos propres choix ! Pas celles des autres ! Tu entraînes Pépin sur un chemin qu’il n’a pas choisi, il ne fait que te suivre aveuglément sans prendre la moindre décision !

Pépin : hey ! J’ai quand même le droit de choisir mon menu au mac do et ce que je vais mettre comme fringues !

Carrie poursuit comme si elle n’avait rien entendu.

Carrie : il n’a pas choisi ce qu’il est en train de devenir, c’est toi qui lui trace sa voie et il devra faire avec toute sa vie, toute sa carrière ! Tu veux que j’arrête de le materner, mais c’est toi qui le guide comme un gourou sans lui laisser de libre arbitre !

Tim : ça suffit, j’en ai assez entendu. Pépin, on a du boulot.

Puis, sans dire un mot de plus, il les gratifie d’un regard méprisant et quitte le bureau. Pépin baisse les épaules, dépité, partagé entre l’envie de rester avec Carrie et Cole, et celle de suivre son nouveau mentor.

Il hésite quelques instants, puis s’approche d’elle et la serre dans ses bras pour lui faire un calin. Elle passe ses bras autour de sa taille et lui tapote affectueusement le dos.


Pépin : je voudrais tant que tu sois fière de moi !

Carrie : je le serais toujours, même si tu te fourvoies, je serais toujours là. Allez, va, entraîne toi, tu vas avoir besoin d’élever ton jeu et d’une grosse prépa physique. Crois en toi, tu vas y arriver !

Cole se lève et lui donne une tape sur l’épaule.

Cole : allez champion, te décourage pas. Tu as déjà parcouru beaucoup de chemin depuis ton arrivée ici, n’oublie pas d’où tu viens, et réfléchis à ce que tu souhaites devenir. Ne fais jamais quelque chose qui te dégoute pour satisfaire les désirs, les ambitions de quelqu’un d’autre. Mais si c’est ton choix, si de toi-même tu décides d’aller dans une direction, ce sera peut être plus long, mais tu n’auras jamais à regretter tes actes.

Pépin délaisse les bras de Caroline pour faire une brève accolade à Cole en les remerciant pour leurs conseils, puis quitte le bureau en enfonçant les mains dans ses poches.

Carrie se retourne alors vers son petit ami et l’enlace par la taille avant de poser sa bouche contre la sienne.

Carrie : en parlant d’actes, ça fait très longtemps que tu ne m’as pas montré à quel point tu tenais à moi...

Cole prend une expression très sérieuse.

Cole : hum... j’en sais rien, tu n’as rien fait pour mériter une pareille récompense...

Elle se met alors à lui chuchoter quelque chose à l’oreille tout en glissant ses mains sur son corps musclé. Un petit sourire se dessine sur les lèvres du jeune directeur.

Cole : dans ses conditions, on va peut être pouvoir s’entendre...

Il pose ses mains de chaque côté du visage de la jeune femme et l’embrasse. Oh pas un baiser chaste comme on pourrait s’y attendre venant d’un gentleman comme Cole, non. Ce mec est loin d’être aussi réservé qu’il en a l’air.

Mais derrière la baie vitrée à demi obstruée par un store, on peut voir la silhouette de Tim qui observe les deux amoureux d’un œil mauvais. Quel sale type ce Tim, quel mauvais coup prépare t-il encore ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Dim 25 Déc - 11:21

C'est dans l'effervescence de la préparation du repas de Noel que Jiji arrive au Centre que dirige Carrie et Cole. Pépin est déguisé en lutin, comme plusieurs autres jeunes de son âge, tandis que Carrie porte un costume de Mère Noel. Tous ensemble décorent les tables au théme blanc et or. Cole n'est pas costumé, et s'occupe à vérifier que tout est en ordre.

Jiji se rapproche de Pépin. Aucune trace de Tim dans les parages.. ce qui ne l'étonne qu'à moitié. Ce ne doit pas être un homme qui aime les fêtes de Noel.

Jiji: bonjour Pépin! Tu aurais deux minutes à me consacrer?

Pépin: deux minutes ça peut se faire, mais pas plus, car j'ai encore du travail.

Jiji: je vois que tu n'as pas pris la grosse tête depuis que tu es devenu le nouveau champion. Au fait, toutes mes félicitations! ça fait quel effet d'avoir son premier titre?

Pépin a les yeux qui brillent en répondant.

Pépin: ça procure une grande joie. Suivie de sueurs froides... ça fait flipper! Mais je suis très fier, mais je n'oublie pas que tout peut changer d'un jour à l'autre. D'ailleurs ta présence ici en est la preuve. Si la place était plus sure, tu aurais attendu que les fêtes soient terminées pour venir me voir.

Jiji: oh, ça n'a rien à voir. Je n'avais rien d'autre à faire... j'adore les fêtes de Noel, et je sais qu'ici c'est toujours très animé durant les fêtes.

Pépin: tu veux rester avec nous pour le repas? Il y a encore de la place tu sais, quand il y en a pour un....

Jiji: c'est gentil, j'accepte avec plaisir. Mais revenons à nos moutons. Tu sais que tu vas maintenant défendre ton titre contre une armée de mecs en rogne et déterminés à te faire tomber. Votre manière d'agir à particulièrement déplu à Wes, alors la vengeance s'annonce terrible.

Pépin: je sais. Mais Wes devrait être satisfait. Au moins je lui épargne les scrupules et les politesses. D'ailleurs, j'appelle mes adversaires à en faire autant. Pas de manière entre nous! Faisons comme le coucou, allons y à la bonne franquette! Ne tournons pas autour du pot et disons nous franchement les choses. Je suis d'humeur gaillarde! J'ai envie de prolonger les festivités et de profiter de ce moment exceptionnel. Après tout, personne ne sait de quoi demain sera fait. Pour l'instant je connais mes adversaires. Je les ai étudié, pour certains je les ai affronté. Prenons tout d'abord le coucou. C'est un adversaire étonnant: pas une parole plus futée que l'autre, mais je dois lui reconnaître une aisance et un culot que beaucoup trouvent irritants. Il m'amuse beaucoup, on a pas tous les jours quelqu'un qui vous parle avec autant de .... familiarité à la télévision. Mais ça ne me dérange pas. Tu sais, ici il y a des gens qui viennent de tous les milieux sociaux, alors les trous de balle dans son genre qui amusent la galerie, c'est pas exceptionnel mais c'est populaire. Cependant qu'on ne se laisse pas abuser, ce n'est qu'un rôle, une attitude, du bluff. Le coucou n'est pas le con qu'il veut nous faire croire, et je prédis qu'il sera démasqué très prochainement.

Jiji: cela dit il n'est pas le seul à vouloir la place. Que dis tu de Wilson et de Booya?

Pépin: ils sont bien trop occupés par leur rivalité personnelle. Mais je dois avouer qu'ils nous saoulent un peu avec leur référence sowienne. On est pas à la sow ici, et bien heureusement d'ailleurs. Il va falloir qu'ils élèvent un peu le niveau, parce que sinon, ils pourraient bien se retrouver au chomage tous les deux. Les temps sont durs. Il n'y a pas beaucoup de fédérations de la qualité de la FGB. Et aujourd'hui, ils n'ont plus qu'elle. Avant, ils ne faisaient que des allers retours entre les deux, au gré de leurs occupations personnelles et des cartes de la sow, maintenant il n'y a plus qu'un seul donneur d'ordre, et Gaillard promet de l'action et surtout demande de l'investissement. Il veut des lutteurs qui se donnent à fond, qui se sacrifient pour son show. Ils sont sans doute capables de plus. Mais pour l'instant, c'est le minimum syndical, la goutte d'eau dans l'océan. Cependant je suis conscient qu'ils ont plus d'expérience que moi, mais ce n'est pas parce que je n'ai pas encore de passé que je ne suis pas capable de relever des défis. Et je vais le faire. Je vais relever le défi de conserver ce titre envers et contre tous!

Carrie fait signe à Pépin qu'il est temps de mettre fin à la conversation.

Pépin: je dois y aller. Si tu veux, tu peux aller au buffet te chercher une petite coupe de champagne en attendant. Je poursuivrai l'interview un peu plus tard.

Jiji: quelle bonne idée! Avec joie!

fin de la première partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 29 Déc - 13:50

Si vous attendiez la deuxième partie, ben c'est raté. Jiji, Pépin et une partie des gars s'entraînant au centre se sont enivrés comme pas possible, et le caméraman, qui pensait filmer la soirée, avait oublié d'enlever le cache. Résultat, la bande est inutilisable. Mais apparemment tout s'est très bien passé, et Jiji est de nouveau d'attaque pour interviewer son pote.

Jiji: bon alors, qu'est ce que tu vas nous raconter aujourd'hui?

Pépin : pas grand chose mon ami. Figure toi que je pars ce soir en vacances d'hivers avec Carrie, Cole et leurs enfants. Ils avaient besoin d'une babysitter pour passer un peu de temps ensemble, et puis j'aime bien m'occuper d'eux. Surtout la petite de Cole d'ailleurs, elle n'a que deux ans et demi mais elle est trop chou! Sans compter que j'ai toujours rêvé d'aller skier.

Jiji: j'imagine que tu n'es jamais allé à la montagne?

Pépin: nan. Les seules montagnes que j'ai vu dans ma vie sont dans les livres de géographies, ou à la télé. Mais il parait que c'est vraiment très beau.

Jiji: ça l'est. Et vous vous absentez longtemps?

Pépin: on devrait rentrer le 8 janvier.

Jiji: Juste avant Omega 10 alors.

Pépin: ouais. Il y a tout ce qu'il faut là-bas pour me maintenir en forme, et quand je rentrerais, on reverra quelques points précis avec Tim.

Jiji: il ne vient pas avec vous?

Pépin se met à rire.

Pépin: ahah non certainement pas. Et il ne s'est pas fait prier pour prendre des congés. Il avait quelques affaires urgentes à régler de son côté, donc je pense qu'on ne le reverra pas d'ici là. Je pense que le fait que Carrie reconnaisse les bienfaits de son entraînement a permis d'apaiser un peu la tension qui règne entre eux.

Jiji: mouais... enfin ils continuent à se regarder en chiens de faïence quand même.

Pépin: l'opposition est un art de vivre pour eux. Mais dis moi, toujours pas de nouvelles de Wes?

Jiji: ben non. Je suis le premier étonné d'ailleurs, en dehors des shows c'est silence radio.

Pépin: il doit être vraiment vert après ce qu'on lui a fait. Mais bon, c'est le jeu, faut encaisser les défaites. En plus, je lui rend service d'une certaine manière. Au moins je lui fais l'économie de me prendre en pitié. Je sais maintenant qu'il va vouloir une revanche digne d'un titre bloody, et ça ne me fait pas peur. Je commence à avoir du plomb dans la cervelle. J'ai confiance en moi et je sais que même sans mes coachs, je suis capable d'assurer.

Jiji: à la régulière?

Pépin: à la régulière? On est plus au XIX ème siècle Jiji. Moi j'saisis toutes les opportunités qui s'offrent à moi. J'ai rien contre personne, mais à choisir, la meilleure défense c'est l'attaque. Alors j'attaquerai le premier, et on verra bien si ceux qui se foutent de ma gueule riront encore après ma confirmation. Car j'en suis sur Jiji, à Omega X, le titre restera entre mes mains, et je compte bien le garder un bon moment. Wes a fait son temps, et il a fait quoi d'ailleurs avec ce titre? Est ce qu'il lui a donné des lettres de noblesse? Est ce qu'il a rendu vert de jalousie tout ceux qui le voulaient? Non. J'suis pas un spécialiste du hardcore, mais ça s'apprend, et sur le tas c'est encore mieux. J'suis prêt à tout pour grimper les échelons de la FGB, et ma première marche c'est le titre bloody. Mais il ne s'agit pas de fanfaronner avec un titre et de passer tout de suite au suivant. Non, je veux qu'on se souvienne pendant longtemps que j'ai porté cette ceinture avec fierté, mais surtout avec courage, et qu'aucun défi ne m'a fait flipper.

Son portable se met à sonner.

Pépin: allo? Oui, je suis presque prêt, je suis avec Jiji... (puis à Jiji: c'est Carrie, elle te donne le bonjour) On a presque fini, je te rejoins dans dix minutes en bas.

Il raccroche.

Pépin: Va falloir que je parte bientôt. Tu vois autre chose à dire?

Jiji: qui tu donnes gagnant du rumble?

Pépin: hum bonne question... je pense que le gagnant, ou la gagnante d'ailleurs, sera la personne qui a causé des ennuis à Kronos et à Mark Gaillard. Parce que ce serait bien vicieux, après toutes ces péripéties, que le nouveau challenger au titre supreme soit un vieil ennemi du GM et de Kronos.

Jiji: ce serait pas impossible.

Pépin: ouais. On est à la FGB ici, tout est possible, même qu'un trou du cul comme moi devienne champion bloody. Et on est pas à l'abri d'avoir un coucou actionnaire majoritaire de la fed, attention! ahah

Jiji: déconne pas! Il est vraiment casse burnes celui-là!

Pépin: il joue bien son rôle. Cependant je suis perplexe sur l'avenir d'un tel personnage. Au début c'est divertissant, mais au bout de quelques temps, ça va vraiment devenir lassant. Le genre de personne qui inspire les soupirs blasés et qui poussent les fans à changer de chaîne ...

Jiji: pas bon pour nous tout ça. Bon allez, je te laisse finir ton sac. Bonnes vacances et bon réveillon!

Pépin: merci! Toi aussi!

Jiji s'en va laissant Pépin rassembler ses affaires et fermer son sac de voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 9 Jan - 13:35

'Tention les gens, on est sous surveillance de la très prestigieuse Coucou Agency. Pas plus de 3% de mise en scène et de commentaires du narrateur ne seront tolérés. Fichtre! Et pas plus de 1% de langage soutenu dans la promo, parait que faut se mettre à son niveau intellectuel. - BIP -  intellectuel est considéré comme un mot trop savant pour ce pauvre gars... passons.

Bon après tout est ce qu'on en a quelque chose à foutre que Pépin soit assis sur une chaise haute, qu'il porte un tee shirt gris perle qui lui va très bien, un jeans et une paire de baskets? Bien sur que non. C'est juste un truc pour donner un coup de pouce au lecteur, pour qu'il visualise la scène. Si cette mise en scène est trop longue pour le Coucou, qu'est ce qu'il doit penser de Balzac? 12 putains de pages pour décrire une cuisine pourrie, t'imagine? Bref, passons, laissons la parole à Pépin Leroy.

Enfin, s'il parle un jour, parce qu'il a l'air de se retenir de rire. Enfin il se décide.


Ah, putain Coucou, tu m'as percé à jour! ça va vraiment pas être facile d'enchaîner derrière toi, et de tenter de discréditer - BIP - tes conneries. En même temps comment veux-tu qu'on rivalise? La plupart des lutteurs nous prendraient de haut, mais toi ton but, c'est de nous tirer vers le bas! C'est un défi à relever. Te donner la réplique - BIP - sans sombrer dans le vulgaire, sans tomber dans la facilité de ton discours sorti tout droit d'un album de Reiser. Hum... non, je n'ai pas envie de m'exprimer comme toi. Pas envie d'enchaîner les grossièretés et les insultes faciles. Ce n'est pas ma nature, et quand tu dis que derrière mes propos se cachent une certaine philosophie, tu as parfaitement raison. Je ne céderais pas à la tentation de m'abaisser à ton niveau pour te faire taire. Et tu vois, malgré tes multiples récidives, Lug non plus n'a pas cédé. Bizarre tu ne trouves pas? Tu n'as pas trouvé écho à tes provocations. Est ce que c'est par manque de temps? Ou tout simplement parce que tes vannes n'amusent déjà plus personnes? Quand j'ai vu à quel point tu t'ennuyais, j'ai eu pitié de ta solitude. Les sans pote, ça me rend toujours mélancolique. Tu sais, quand j'étais un pauvre gamin, un petit cas soc' de banlieues, la seule chose dont je n'ai jamais manqué, c'est l'amitié. Ma famille, mes amis, ils ont toujours été là pour moi. Et puis maintenant, grâce à la Garde et à mes fans, j'ai une famille encore plus grande. Cette famille, je ne l'ai pas kidnappé, je n'ai pas squatté son canapé pendant des lustres pour être accepté. C'est elle qui m'a choisi. Elle qui m'a adopté. Tu peux en dire autant, mec?

T'es tout seul, là, dans ton slip crasseux, à débiter conneries sur conneries, et tu me fais penser à ces guignols d'hommes politiques en pleine propagande électorale, qui jouent avec les peurs et les espoirs de leur public pour gagner quelques voix. Mec, on est entre nous là, reste tranquille! Garde ton énergie pour Omega X! Tu veux épater la galerie? Prouver que tu es le meilleur, et pas qu'en tant que grande gueule? Ben ferme là et prépare toi à la vraie baston! Tu crois qu'on fait quoi là pendant que tu jacasses comme une vieille mégère? On s'entraîne gros, on bosse comme des malades pour être au top, pour que le public en ait pour son argent, pour marquer l'histoire de la FGB! On bosse pour mériter ce que tout le monde convoite!

Pépin pose la main sur l'objet qui est posé sur ses genoux: la ceinture bloody. Il la lève, la regarde avec fierté et la pose sur son épaule droite.

On trime pour que ce titre, et les autres titres de la FGB, soient les plus prestigieux de l'industrie de la lutte. Pour que la FGB soit toujours citée comme une référence à travers le monde. On est fier de bosser ici, on est fier de représenter ce qui se fait de mieux dans ce business. On est l'élite, on est la FGB!

Quel discours de leader! Je kiffe!

Mais heureusement, la FGB est un univers cosmopolite - BIP - ... merde je crois que j'ai dépassé le quota! Tans pis! Tout le monde peut y faire sa place au soleil, il ne tient qu'à toi de gravir les échelons, de devenir quelqu'un de respectable, quelqu'un qui compte pour les fans et pour ses collègues, plutôt qu'un raté qu'on évite et qu'on hue! Regarde Wes, ULLMANN, les Bi-Croquants! Regarde MacKenzie, regarde Mark Gaillard notre nouveau GM! Qui aurait pu dire qu'il serait tout en haut aujourd'hui? Personne! Ici, tout est possible, si tu y crois vraiment, si tu travailles vraiment dur, alors tu seras récompensé de tes efforts. Par contre, si tu chies dans la colle, vieux, tu trouveras sur ton chemin tout un panel d'ennemis qui vont te pourrir l'existence, ça, c'est garanti! Et il se pourrait bien que tu me trouves parmi eux, ça ne dépend que de toi.

Un ange passe... la caméra s'éteint.

End.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Coucou
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 17
Localisation : Chez toi
Date d'inscription : 22/11/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Lun 9 Jan - 14:32

Mouaaaaaah je ne trouve aucun échos à mes provocations? De qui tu parles là ? De Wes? Mouaaaaaah ! J'aime bien les mecs dans ton genre qui pètes plus haut que leur culture. Balzac ? Oui j'ai eu un avion en Balzac quand j'étais bambin. Toi t'as pas du ouvrir beaucoup de dérivé de bois. Balsa ou papier. Oui ma couille, entraîne toi, t'en as besoin. Y a les laborieux comme toi et les doués. Ouais ouais comme moi. Ta nouvelle famille t'a choisi, moi je choisi les miennes. Où est la liberté toi qui philosophe comme Carrie sucette des queues? Tu confonds grossièreté et vulgarité. Le vulgaire, c'est le commun et toi ma chouchoute, t'as rien d'extraordinaire. Tu tiens le discours de l'enculé jusqu'à la Garde(elle était tentante celle là) qui se prend pour la référence idéologique. Tu ne veux pas te rabaisser à mon niveau que tu penses inférieur au tien. Mon faible pourcentage de langage soutenu, je te le taraude dans le fion pauvre con. Regarde à nouveau le flot contradictoire de ton discours moralisateur de mes couilles. Tu ne parles que de moi père Goriot du pauvre. Tu t'y complais dans mon niveau, tu  t'y roule dans la fange du coucou. T'es conseils, tu te les tailles en pointe, comme un feuillet du gros porc que tu n'as toujours pas lu et tu te les inséres délicatement dans le fondement. Ta culture phénoménale en sera honoré. ( celle là aussi est fastoche). Pas d'écho !!! Muahahaha! C'est toi qu'à un titre et pourtant c'est moi la star. Je suis partout même dans la bouche de mère et les discours pompeux de l'intelligentsia bastonniene. Tu casa es mi casa pauv'nave!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 10 Jan - 14:06

Sorry Coucou, tu vas devoir attendre pour ma réponse, c'est pas pour cette fois-ci. Pour l'heure, une bagarre éclate au sous sol. A peine sortie de l'ascenseur, Carrie se jette sur Tim et le projette au sol, avant de commencer à le rouer de coups. Tim, surpris, n'a d'autre choix que de tenter de se protéger le visage. L'ex championne est enragée et frappe, encore et encore. Pépin et Taylor, qui avait choisi de passer par l'escalier, les rejoignent quelques secondes plus tard et tentent de les séparer. Taylor ceinture la belle brune et la soulève. Il a beaucoup de mal à la retenir, car elle fait preuve d'une force exceptionnelle. Tim se redresse lentement, à demi sonné, en marmonnant des propos incompréhensibles.

Pépin: mais qu'est ce qui s'est passé? Vous pouvez pas vous tenir cinq minutes ensemble sans vous taper dessus?

Carrie hurle que non, elle n'en peut plus, c'est fini, elle en a sa claque, elle ne veut plus voir sa sale gueule de connard, et que la prochaine fois qu'il lui adresse la parole, elle le massacre. Avant de céder à la pression de Taylor qui la force à venir avec lui, elle ajoute que si cet espèce d'enfoiré se pointe à nouveau au centre, elle le fait coffrer par les flics, et qu'il sait très bien de quoi elle parle.

Un ange passe comme on dit, apparemment Tim voit très bien de quoi elle parle, ce qui signifie qu'il a des choses illégales à cacher. Alors que Pépin l'aide à se relever, son manager ramasse son portable et ses clefs de voiture, puis redonne un peu de tenue à ses cheveux. Son élève continue à l'observer, attendant visiblement une explication.

Pépin: dis moi ce qui s'est passé. Je connais bien Carrie, jamais je ne l'ai vu dans un état pareil.

Tim: on a eu un différend, et elle s'est emportée comme une furie. Cette fille est folle, je te l'ai déjà dit, elle a des problèmes de comportement avec les autres, en particulier les hommes.

Pépin le regarde avec incrédulité. Il ne gobe pas un mot de ce que Tim lui raconte.

Pépin: Carrie s'entend avec énormément de gens, en particulier avec ceux que personne ne peut blairer. Si elle te déteste, il y a certainement une raison, et je veux la connaître.

Tim semble réfléchir, mal à l'aise. Ou alors il fait semblant d'être mal à l'aise. D'une manière ou d'une autre, ce qui sort de sa bouche est toujours à prendre avec prudence.

Tim: j'aurais voulu te dire ça à un autre moment, dans un autre lieu... mais puisque tu m'y forces... voilà, j'ai de fortes raisons de croire que je suis le père de Taylor. Et le tien également...

Pépin: hein? Mais ce n'est pas possible! Mon père est en prison depuis longtemps, et Taylor n'est pas ... putain non, me fais pas ça Tim, me dis pas ça si t'es pas sur! Tu te rends pas compte...

Tim: je me rends compte que c'est pas facile pour toi. J'ai fait de la taule il y a une vingtaine d'années. J'ai plongé pour trafic de drogues, et si Carrie me menaçait tout à l'heure, c'est parce qu'elle a encore des contacts dans le milieu via une certaine personne que je ne nommerai pas, et qui l'a renseigné à mon sujet. Mais je suis clean depuis longtemps. J'ai quitté ma vie de l'époque et les relations que j'avais. Je suis parti à l'autre bout du monde et j'ai fait tout mon possible pour changer. Je suis devenu un homme meilleur, et même si ça ne se voit pas, je peux te dire que je suis fier d'avoir un fils tel que toi. Tu es ma plus grande réussite.

Pépin tique un peu malgré ces paroles émouvantes.

Pépin: euh... et Taylor?

Tim a soudain l'air un peu embarrassé. Quel con, il a oublié l'autre.

Tim: oui bien sur, je suis fier de lui aussi, mais il se fait trop monter la tête par Carrie, elle le tient par les couilles c'est clair. Il perd son temps avec elle, c'est un bon coup, mais des comme elle il y en a des dizaines.

Pépin: Tim, je crois que tu te méprends vraiment sur Carrie, et j'aimerais bien que tu ne parles pas d'elle ainsi. C'est mon amie, elle mérite le respect.

Tim: elle mérite de rester au centre s'occuper de ses gosses et de tenir son auberge! Sa carrière de lutteuse est finie, qu'elle tourne la page une bonne fois pour toute et qu'elle me laisse gérer ta carrière! J'ai des plans pour toi, et si tu fais exactement ce que je te dis, sans discuter, tu seras une superstar avant même la fin de cette année. Mais pour ça, tu dois me faire confiance et casser ton contrat avec elle. A toi de choisir maintenant.

Il lui tape sur l'épaule d'une manière amicale et s'éloigne, laissant Pépin dans l'incertitude.

Pépin: putain, mais c'est vraiment une journée de merde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Coucou
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 17
Localisation : Chez toi
Date d'inscription : 22/11/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 13 Jan - 12:03


Le coucou est à l'accueil du centre d'entraînement de la garde. L'hôtesse est particulièrement charmante. Trevor se lisse les sourcils et frise sa moustache.

Salut ma beauté, je viens m'inscrire ! Je souhaite parfaire ma culture qui je dois l'admettre est passablement indigente. Je me languis de découvrir votre bibliothèque. J'ai soif de littérature. Je ne feuillette que quelques BD et encore, que les images.

Je pense que vous faites erreur monsieur, ici c'est un centre d'entraînement de lutte.

Appelle moi Philippe ma belle! Je suis confus,mais n'est ce point ici que s'instruit Pépin? Pépin l'érudit, Pépin le fantastique champion Bloody?

Effectivement. Voulez vous que je le fasse appeler ?

Naan, ma chérie, pas la peine ! Je suis conquis par cet endroit. Allez, c'est décidé, je m'inscrit. Je veux recevoir l'enseignement dispensé ici. Une école de champion ! Mon rêve est de ressembler à Pépin. Avoir son éloquence, pouvoir citer des auteurs autres que ceux de comics tout en étant un maître shaoling du ring. Droit et intègre !

Bien monsieur. Nous allons remplir une fiche. Puis-je avoir votre nom et votre adresse s'il vous plaît ?

Mais avec plaisir mon ange! Trevor, Philippe Trevor. Et je compte m'installer ici...ou chez toi. Le courant passe bien entre nous j'ai l'impression. Hein?

Heu, Philippe Trevor le coucou de la FGB?

Ah, tu me connais ! T'es une fan toi aussi. J'ai pas d'photo sur moi à te dédicacer. Je te filerai mon slip demain matin après notre folle nuit d'amour.

Écoutez, il faut que j'appelle la direction. Comprenez que vous êtes le rival de Pépin. Il me faut l'accord de Carrie.

Elle gère ta vie sexuelle? Non je déconne, la dérange pas, elle doit reviser le kamasutra avec Cole. Je repasserai plus tard. On se fera un steak maousse avant la bête à deux dos. A bientôt future madame Coucou.

Le coucou se barre en roulant des mécaniques et en se marrant comme une baleine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mar 17 Jan - 14:26

Pépin est comme un fou dans sa loge. Il tourne en rond, les poings enfoncés dans les poches. Tout devenait de plus en plus confus dans sa tête. Déjà à cause de Trevor qui commençait à se montrer de plus envahissant. Mais qu'est ce qu'il lui prend à ce type? Peux pas s'trouver un hobby ailleurs plutôt que d'vouloir lui piquer sa ceinture? Bah nan bien sur, la où y a de la gêne, y a pas d'plaisir... mais une question bien plus importante revenait sans cesse dans sa tête. Il avait beau la chasser et essayer de se concentrer sur le Coucou et à la manière de s'en débarrasser, ses pensées le ramenaient à Caroline. Qui avait osé lever la main sur elle? Et en lui un affreux doute s'insinuait et grandissait. Il fallait qu'il en ait le cœur net.

Pépin quitta les bâtiments de la FGB et se rendit chez Tim. Située à quelques centaines de mètres de La Garde, la petite maison ne payait pas de mine, mais à défaut d'être jolie elle était confortable et bien équipée. Heureusement, son manager était chez lui et ne tarda pas à lui ouvrir. Il faisait un froid glacial dehors, et Pépin ne se fit pas prier pour entrer. Sans transition, il posa directement la question qui lui brulait les lèvres.

Pépin : est ce que tu as quelque chose à voir avec les blessures de Carrie?

Il eut beau dévisager Roth avec attention, pas une trace de surprise ou de remords ne lui fit défaut. A peine esquissa t-il une petite moue dubitative.

Tim: non, je n'ai rien à voir de près ou de loin avec son nouveau fard à paupières. Mais je ne crois pas t'avoir vu aussi bouleversé lorsqu'elle s'est jetée sur moi l'autre jour comme une furie...

Pépin: ce n'est pas pareil, c'est une ..

Tim: une femme, c'est ça que tu veux dire? Tu la prends pour une femme faible, sans défense?

Tim étouffe un faux rire.

Tim: tu te méprends complétement sur elle, gamin, et tu devrais écouter attentivement, et surtout croire ce que je vais te dire. Caroline est loin d'être la femme tendre et attentionnée que tu imagines. La violence fait partie intégrante de sa vie, et c'est pour conjurer ce qu'elle appelle sa malédiction qu'elle a ouvert ce centre.

Pépin semble plongé dans une grande confusion.

Pépin: de quoi tu me parles?

Tim: ce que j'essaie de te faire comprendre depuis quelques temps mais tu refuses de croire. Je te dis que cette femme a toujours eu des problèmes dans ses relations avec les hommes. T'as jamais entendu dire qu'elle s'est toujours mis sur la tronche avec ses ex? Y a même eu une vidéo qui a fait scandale sur le net avec le colombien... Y a pas de fumée sans feu tu sais. Y a quelques employés des enseignes dans lesquelles elle a bossé qui ne se sont pas fait prier pour balancer quelques infos croustillantes, et crois moi si j'te dis que des coups, il en pleuvait des deux côtés, pour un oui ou pour un non.

Pépin: je suis certain qu'elle a changé, Carrie est quelqu'un de bien.

Tim: elle a l'air d'être quelqu'un de bien, nuance. J'connais pas beaucoup de femmes de son tempérament qui prétendraient s'être prises une porte au lieu de balancer leur agresseur. Elle a surement quelque chose à se reprocher, à moins que ce ne soit elle qui ait déclenché la bagarre. Peut être que c'est son mec qui lui a fait ça...

Pépin: Cole? N'importe quoi, Cole est un mec en or!

Tim: ce sont ceux-là les pires! A tous les coups il lui tape sur la gueule.. peut être qu'il l'a surpris en compagnie d'un autre homme et qu'il lui a mis une correction...

Pépin: nan, je refuse de te croire!

Tim: alors peut être que c'est Trevor qui l'a attaqué et qu'elle ne veut pas passer pour une victime?

Pépin: peut être... ou peut être qu'elle s'est fait agresser dans la rue...

Tim: mouais... tu te poses trop de questions Pépin, tu devrais rester concentré sur le championnat Bloody. C'est une grande fille et si elle avait besoin qu'on s'inquiète pour elle, elle aurait dit qui lui a fait ça. Pour l'heure, seule la porte est en cause, et on ne va pas se prendre la tête pour une porte non?

Pépin: non, évidemment. Je suppose que tu as raison, si elle a besoin de moi elle sait où me trouver...

Tim: voilà voilà. Tiens, tant que tu es là, va nous chercher deux bières, on va se mater un bon vieux western. Ensuite tu rentreras chez toi faire une bonne nuit de sommeil. Demain on s'entraîne à l'aube, un bon footing à la fraîche, y a que ça de vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 25 Jan - 13:20

Nous sommes dans une salle de soins du centre dans laquelle se trouvent Pépin Carrie et Cole. Ce dernier est en train d'ausculter l'oeil de Caroline. Le bleu est viré au vert/jaune ce qui n'est pas très joli. La jeune femme grimace un peu puis remet ses lunettes de soleil dès qu'il a fini.

- Bon, ça a l'air de s'estomper un peu. D'ici une bonne semaine on y verra plus rien.

- Sincèrement, tu vas pas me dire que tu ne sais pas qui t'a fait ça! C'est pas possible!

- Je te l'ai dit: il faisait noir, je n'ai pas voulu allumer la lumière pour ne pas réveiller Cole. Je marchais avec les bras tendus parce que je n'y voyais rien. Je n'ai pas vu cette porte s'ouvrir en grand et je l'ai pris en pleine gueule. Je suis tombée, KO. C'est pas assez humiliant qu'on soit obligé d'en parler devant tout le monde, encore plus durant les shows?

- Mais il n'y a pas 36 personnes qui ont les clefs, et le centre est mieux gardé que le pentagone!

- C'était pas au centre, mais chez moi. Et ça pourrait être n'importe qui. Qu'est ce que ça peut faire Pépin, j'en fais pas un drame, c'est vous qui vous faites des scénarios pas possibles toi et Taylor...

- Taylor est persuadé que c'est Tim qui t'a fait ça, et je veux savoir la vérité. Et pis c'est pas comme si Tim avait formellement nié, il s'est contenté d'éluder la question et de faire diversion...

- Comme à son habitude... De toute façon qu'est ce que ça changerait, que ce soit lui? Tu l'enverrais balader? T'es devenu tellement dépendant que malgré tout ce que j'ai pu dire contre lui tu crois toujours ce qu'il te dit. Qui sait, tu finiras peut être par tenir les mêmes propos misogynes que l'autre parasite?

- Certainement pas! D'ailleurs il va voir si je suis un gringalet qui ne sait pas se battre! Je vais lui filer une bonne correction et lui faire ravaler ses sales paroles sexistes et condescendantes! Merde, tu crois qu'il comprendra ce mot? ça veut dire méprisantes! Ce n'est pas parce que tu es une femme que tu es porteuse de maladie vénérienne! Oh merde, peut être trop compliqué aussi... bref, c'est pas parce que t'es une nana que t'as forcément la chtouille!

Carrie soupire et passe la main dans les cheveux.

- Putain, avoir bossé autant d'années au top niveau et être réduite à ce genre d'insultes, c'est pathétique. Même à mes débuts, seuls les boulets employaient ce genre de bassesses...

- Ouais, il a même dit que ton oeil abîmé était une tentative de diversion parce que j'étais nul! Tu te rends compte! Comme si on était capable d'inventer toute cette histoire! Comme si c'était une mascarade! N'importe quoi!

Carrie jette un regard complice à Cole puis prend Pépin par le bras pour l'inviter à quitter la pièce.

- Tu as raison, c'est complètement stupide. Tim ne serait pas capable de faire une chose pareille de toute façon, n'est ce pas? Toi qui le connais mieux que quiconque, tu sais au fond de toi la vérité. Maintenant assez parlé de cette histoire, va t'entraîner, il est l'heure. La ceinture Bloody a besoin d'un porteur en pleine forme!

Elle le sourit et le pousse gentiment dehors avant de refermer la porte et d'échanger un étrange sourire avec son fiancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 8 Fév - 13:14

Nous retrouvons notre Pépin champion Bloody debout, appuyé contre un mur dans une petite pièce dédiée aux interviews, qui semble en pleine réflexion interne. Toutefois, il n'y aurait pas d'intérêt à faire une promo qui se passe uniquement dans sa tête, donc Pépin va réfléchir tout haut, même si en faisant cela il a l'air d'un con.

Que faire, que faire? Malgré que Tim soit mon géniteur, et qu'il soit pour moi un excellent ami et surtout mon coach, je commence sérieusement à douter de son innocence. Mais je suis troublé: pourquoi Carrie me cacherait la vérité si elle sait que c'est lui qui est à l'origine de son agression? Elle le déteste, ça n'a aucun sens! Si elle voulait vraiment me protéger d'un manipulateur dangereux, elle saisirait toutes les occasions, celle-ci étant la plus convaincante, pour l'éloigner de moi, quitte à saisir la justice! Mais là, c'est tout l'inverse. Certes elle n'adresse plus la parole à Tim et l'a banni du Centre, mais elle ne m'empêche pas de le fréquenter, n'a même pas porté plainte contre lui ni même averti la police. Comme s'il ne s'était rien passé. Je suis circonspect. Une telle abnégation est tout à son honneur, mais pourquoi? Pourquoi "défendre" un mec qu'on déteste en se taisant? J'aime beaucoup Tim, mais Carrie est celle qui m'a le plus apporté son soutien, et elle l'a payé très cher. D'une part, elle a financé ma formation et mon hébergement en me recrutant. Ensuite, elle m'a emmené avec elle sur cette île maudite où nous avons rencontré Tim, causant la ruine de ses tentatives de réconciliation avec son ex mari. Mais ce n'est pas tout. Ma famille vit à mes crochets depuis le début de cette aventure, et malgré toutes mes mises en garde, ils dépensent sans compter, croyant que je suis désormais riche parce que je suis champion. C'est vrai, j'ai tellement souffert de notre pauvreté que j'ai du mal à leur dire non... malgré tout, je vois bien les dettes s'accumuler, et quand la paye arrive, elle disparait presque aussitôt. Pour autant, je ne manque de rien et cela je le dois à Caroline. Je suis nourri, logé, blanchi, chéri même. Je n'ai même pas l'utilité d'acheter une voiture ou une moto, car elle met à ma disposition les siennes... C'est une vraie mère pour moi.

Mais ce n'est pas tout. Je sais que je peux compter sur elle. Elle est toujours prête à m'apporter son soutien, ses conseils, dès lors qu'il n'est pas question de Tim.

Mais Tim, lui, est un mec comme on en voit peu. Lui fait preuve d'une ambition, d'une détermination sans limite. Il n'éprouve aucun remord ou regret. Il assume tout ce qu'il dit ou fait, que ça plaise ou non. Que ce soit juste ou non. Il dit que tout est affaire de point de vue, que tout ce qu'il fait c'est pour mon bien, pour ma carrière. Que je n'ai pas encore la maturité de m'en rendre compte mais qu'un jour je le remercierais pour ce qu'il a fait. Et il a raison. C'est le seul point qui n'est pas discutable: grâce à lui, je suis champion Bloody.

Quel bordel!

Parfois j'essaie d'imaginer ce que serait ma vie sans l'un ou l'autre. Mais que ce soit pour Carrie ou Tim, je ne peux pas choisir. Ils sont tellement importants pour moi! Comme un père et une mère, comme le jour et la nuit... ils sont essentiels. Je ne me souviens plus ce qu'était ma solitude avant de les rencontrer, et à aucun prix je ne voudrais les perdre. Et je crois qu'ils en sont conscients.... c'est pour ça qu'ils ont longtemps tenté de cohabiter pour me faire plaisir, mais leurs caractères si intenses n'ont pas pu s'accorder.

Aujourd'hui je suis face à ce dilemme et il m'est impossible de choisir. Je ne suis pas certain de vouloir connaître la vérité sur cette histoire, car je suis sur que je vais en souffrir. A côté de cela, supporter les moqueries puériles de Trévor est assez banal je dois bien l'avouer. Au fur et à mesure, ses vulgarités ont fini par m'endormir un peu et c'est sans doute là que je dois me montrer vigilant. Con ne veut pas dire dangereux, et je dois me ressaisir! Je vais d'ailleurs redoubler d'effort et augmenter mon temps d'entrainement. J'ai pris conscience que je comptais trop sur les autres, que j'étais trop dépendant de l'aide qu'on m'a apporté jusque là. Je dois être plus autonome, et construire mon avenir moi-même. Et quand cela sera possible, mes liens avec Tim ou Carrie seront complètement délivrés de la notion coach/élève, et nous aurons une amitié saine et durable.

La dernière réflexion de Pépin semble l'avoir mis en accord avec lui-même, il quitte la pièce en souriant et en sifflotant. Alors qu'il s'est éloigné de quelques pas, on peut apercevoir la silhouette de Tim surgir de l'ombre. Visiblement, le cheminement du gamin ne semble pas plaire à tout le monde car il fait une sale tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 17 Fév - 13:36

Une fois n'est pas coutume, Jiji est aux côtés de Tim. Celui-ci arbore une mine des mauvais jours, encore qu'on l'ait rarement vu avec une autre mine que ça.

Jiji: les récentes accusations de Pépin ont du être rudes pour vous. Ce manque de confiance après tout ce que vous avez fait pour lui... qu'en pensez-vous?

Tim: ça lui passera, tôt ou tard la vérité va tomber et il s'apercevra que le pire des deux, c'est pas moi. Cette femme est un vrai poison, et dans l'intérêt de tous il faut qu'on s'en débarrasse. Quand j'aurais prouvé qu'elle a elle-même monté tout ce scénario contre moi, je m'occuperai de son cas.

Jiji, indigné: vous allez la frapper? Mais alors vous lui donnerez raison, on ne tape pas sur une femme, même avec une rose!

Tim: je n'ai jamais frappé une femme, du moins pas contre sa volonté. Certaines femmes aiment ça, on dirait bien que Carrie en fait partie, mais je ne lui donnerais pas ce plaisir. Non, j'ai ma manière à moi de la punir..

Jiji: toujours est-il que votre image en prend un coup, les sondages disent que vous êtes l'homme le plus abjecte de la fed en ce moment, même le Coucou fait votre apologie, il pense que vous pourriez collaborer...

Tim: c'est une idée. Disons qu'il se couche au sol et qu'il se laisse compter à chaque fois qu'il affrontera Pépin, c'est le seul accord qu'on pourrait bien trouver. Des titres il y en a plein, pourquoi s'obstiner à vouloir celui de mon gamin? Trevor aime peut être la défaite... c'est un peu suicidaire de se jeter dans une bataille qu'on sait perdue. Parce que soyons clairs, que Carrie et moi-même soyons en mauvais termes c'est une chose, mais il y a un truc pour lequel on est d'accord: peu importe la manière, Pépin doit conserver son titre et prouver qu'il est un bon lutteur.

Jiji: Trevor n'est pas mauvais non plus....

Tim: certes, mais il est sur mon chemin, ou plus exactement sur celui de Pépin, donc un mec à abattre. Ni plus ni moins. Je pense qu'on commence à me connaître maintenant, je ne reculerai devant rien pour obtenir ce que je veux, et actuellement je veux que Pépin conserve sa ceinture.

Jiji: alors tous les coups sont permis?

Tim: hey! C'est la FGB ici mon gars! Tous les coups sont toujours permis, même les trucs les plus crades! Cramer des baraques, enlever des mecs... les buter aussi d'ailleurs! Combien de lutteurs ont disparu ici? Des dizaines! Tiens, ça me fait penser qu'il y a quelques années, y a eu pas mal de disparitions aussi dans la fed où Carrie bossait. En particulier des journalistes un peu trop curieux...

Jiji: je suis déjà allé la voir, elle est très sympa avec moi.

Tim: bah oui, tant que tu poses des questions sympas et que tu t'interroges pas sur la vraie vocation du centre ou les pièces qui se trouvent au sous sol...

Jiji: quel sous sol? Y a qu'un rez de chaussée et un étage au centre, j'y suis allé plein de fois.

Tim: oh moi j'dis ça j'dis rien hein. Après c'qu'ils font là-bas j'en sais rien. Ce dont je suis sur en tout cas, c'est que les mecs comme Pépin ou Taylor qui sont recrutés, ils sont ... comment on dit avec vos ordinateurs là... recalibrés? Non c'est pas ça... reconfigurés! Voilà, reconfigurés, pour répondre à un besoin du centre.

Jiji: c'est un peu tiré par les cheveux ce que vous dites là. Vous avez des preuves de ce que vous avancez? Et qui nous dit qu'on va pas être en danger après avoir balancé tout ça? Vous avez vu le gros balaise qui bosse pour elle, le Spencer? J'veux pas d'ennui avec ce genre de mecs moi.

Tim: hey, relax Jiji! J'invente rien, je constate. Je sais comment était Pépin avant d'être reconditionné par le centre, et je peux te dire que c'était un gamin un peu paumé, qui vivait avec trois sous dans un appart miteux. Maintenant, on dirait juste... une machine. Je lui ai déjà dit que c'était dangereux et qu'il devait prendre du recul. Mais la pieuvre est tenace, elle ne laisse pas partir ses proies facilement.

Jiji: la pieuvre, c'est Carrie?

Tim: ouais mon gars. Carrie, et son bras droit Cole Evens, qui est sa première recrue. Le patient 0 comme on dit dans le jargon. L'élève qui a dépassé le mettre jusqu'à prendre sa place pour la laisser libre de faire de nouveaux soldats. Putain je ne sais pas exactement pourquoi elle les recrute mais c'est flippant ce qu'elle arrive à en faire!

Jiji: pourtant vous avez eu ... des rapports tous les deux, elle n'a pas essayé de vous recruter?

Tim a un petit sourire en coin.

Tim: ouais ... faut reconnaître qu'elle a des arguments très convaincants, le genre beauté fatale, elle a l'air presque humaine parfois... mais faut pas tomber dans la combine. Heureusement pour moi j'ai assez d'expérience pour savoir que quand ça parait trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est. Sur le papier, Carrie c'est une femme merveilleuse, adorable, belle, intelligente... en vérité c'est comme la blonde dans terminator génesis, t'as beau lui en foutre plein la gueule elle ne crève jamais!

Jiji: euh, c'est votre avis bien sur. Toujours est-il que Pépin va devoir affronter Trevor pour le titre au prochain PPV, et qu'il ne part pas favori malheureusement. Le public aime de plus en plus Philippe, parce qu'il est drôle et un peu vulgaire, ou grossier je sais plus.

Tim: le public change d'avis sans arrêt. Un jour il t'adule, un jour il t'encule. Tiens, c'est cadeau Trevor! On ne devient pas quelqu'un en se préoccupant des statistiques ni de l'avis du peuple mon gars. Pépin deviendra un grand champion parce que peu importe qui il aura en face de lui, il sera capable d'improviser et de ruser. Quand on est bâti comme un manche à balai, il faut savoir utiliser sa meilleure arme: l'intelligence. Pépin est intelligent, bien plus qu'on ne le dit. Si ce n'était pas le cas, je ne serai pas là.

Jiji: dernière question Tim, si Trevor gagne tout de même le titre, vous poserez votre démission? Il paraît que Carrie a mis sa démission en jeu, elle?

Tim: je ne crois pas qu'elle ait fait une chose pareille, ce n'est pas son genre. D'autre part, il n'y a aucune chance que Pépin perde le titre. AU-CUNE! Bonne soirée Jiji!

Sur ces mots, il quitte Jiji qui est assez content d'avoir obtenu une interview du fameux Tim Roth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 2 Mar - 14:20

Fin d'une conférence de presse de Pépin Leroy qui s'est déroulée le lendemain du PPV, entouré par ses deux managers. L'atmosphère était vraiment très tendue durant toute la séance, Tim et Carrie, installés de chaque côté de Pépin, sont restés silencieux. Pépin n'a pas mâché ses mots face à celui qui lui a ravi le titre. Mais s'il a concédé que son adversaire s'était montré robuste et malin, et qu'il le félicite pour sa victoire fortuite, il le met en garde pour la suite. En effet, Pépin promet qu'il n'a pas dit son dernier mot, qu'il n'abandonnera pas le titre Bloody, qu'il compte bien reconquérir la semaine prochaine. Selon lui, il y a actuellement des problèmes à résoudre dans sa team, et ils vont travailler là-dessus dès maintenant. Pour lui, toujours pas question de choisir entre l'un ou l'autre, car tout le monde peut commettre des erreurs, il faut se montrer fort, admettre ses fautes et savoir pardonner. Les journalistes semblent déçus qu'aucune annonce de séparation ne soit donnée. Mais tout le monde s'accorde pour dire que le petit commence à savoir ce qu'il veut, qu'il devient autonome. On se demande même pourquoi les coachs étaient là, si ce n'est pour montrer qu'ils font encore partie de l'équipe. Carrie, qui s'est également retrouvée au centre des questions durant un moment, concernant sa chute lors du match, a refusé d'y répondre, affirmant qu'il s'agissait de l'interview de Pépin et non le sien.

Dès la conférence terminée, chacun est parti de son côté, laissant Pépin signer quelques autographes.

Quelques heures plus tard, ils se sont donnés rendez vous dans un lieu neutre, un café bistrot un peu chic à quelques centaines de mètres des bâtiments de la FGB. Assis l'un en face de l'autre, Carrie et Tim s'affrontait dans un duel mental tandis que Pépin tentait d'enterrer la hache de guerre. Il les questionna sur l'accident qui avait blessé Carrie il y a deux mois de cela, et chacun est resté sur ses positions. Tim dit qu'il n'avait rien à voir là dedans, et Carrie jura qu'elle ne se souvenait d'aucun détail, car elle n'avait pas vu son agresseur. Quant à sa chute de la veille, même déclaration. Carrie affirme qu'elle a "glissé" alors que Tim dit qu'elle a fait exprès de tomber devant lui pour qu'il croit qu'il avait quelque chose à voir là dedans. Un beau merdier. Alors que Pépin tente de les convaincre qu'il faut arrêter ça tout de suite, qu'il a quand même perdu son titre à cause de leur querelle, Carrie se lève brusquement et déclare qu'elle a besoin d'aller aux toilettes.

Au bout de deux minutes, alors qu'il poursuit son monologue, Tim l'interrompt et déclare la même chose. Pépin se retrouve tout seul et sort son portable, pour raconter leur discussion à Taylor.

Alors qu'elle sort des toilettes, elle tombe nez-à-nez avec Tim qui l'entraîne dans un coin sombre, à l'abri des regards, et probablement des caméras. L'endroit est particulièrement exiguë et la maintient assez près de lui.


Tim: bien joué, tu as réussi à semer le doute dans sa tête, maintenant il croit vraiment que je t'ai frappé. Je ne sais pas comment tu t'es débrouillée pour faire ça, mais c'était une idée de génie. Sauf que voilà, je suis son père et il en faut un peu plus pour anéantir les liens du sang. Pépin ne me virera jamais, parce que je suis le seul membre de sa famille qui ne l'a pas abandonné. Le seul qui se démène pour lui. Et quand il verra les images de ta soi disant chute, je suis certains qu'il comprendra à quel point tu es tordue.

Loin de se démonter, la jeune femme lui sourit avec aplomb.

Carrie: c'est ce que tu crois. Moi au moins je n'ai jamais menti. Tu es un salaud et je veux que tu payes pour ce que tu as fait.

Tim comprend que ça n'a rien à voir avec Pépin mais tout à voir avec ce qui s'est passé entre eux dans les îles.

Tim: de quoi tu parles?

Carrie: tu as profité que j'étais ivre pour me séduire et m'entraîner dans ta loge, et ensuite tu as profité de moi! A cause de toi j'ai perdu l'affection de Lee et on s'est retrouvé perdu au milieu de nulle part, sans argent ni toit pour dormir!

Tim n'en revient pas.

Tim: putain mais t'as la rancune tenace ma parole, c'était il y a des mois! Faut tourner la page! Et je te signale au passage que moi je ne vous ai pas abandonné, je vous ai nourri et logé, avec les moyens du bord! Et pour la petite info, je ne t'ai pas mis un couteau sous la gorge pour t’entraîner dans ma loge, t'étais consentante et même plus que ça! Et je parie que si je te tournais encore autour, tu ne mettrais pas longtemps à céder, même avec ton Cole dans les parages...

Devant son regard de prédateur la jeune femme tente de mettre un peu de distance entre eux, mais elle est coincée dans l'angle du mur.

Carrie: n'y pense même pas. Je suis rancunière en effet, et je ne peux pas t'encadrer, rien que ta vue m'est insupportable. Sur la liste des trois personnes que j'ai le moins envie de voir, tu arrives juste derrière mon ex, et devant Trevor.

Tim: quel ex? Faut être précise, parce que la liste est longue.

Et bim, Tim mange une bonne droite. Enervé, il lui attrape les deux poignets et l'écrase de tout son poids dans l'angle, lui tirant une grimace de douleur.

Tim: toi ma grande, tu commences à me courir sur les nerfs.

Et il l'embrassa violemment à pleine bouche, l'empêchant en même temps de se débattre. De rage elle lui mordit la lèvre inférieure mais cela ne suffit pas à le décourager, bien au contraire. Bloquée, elle se retrouva obligée de subir son baiser. Si la colère dominait, elle commença à reconnaître les premiers signes du désir et tenta à nouveau de s'échapper. Quand il estima que la punition avait assez duré, il la laissa le repousser avec force en souriant.

Tim : on dirait que tu n'as pas tant détesté que ça ...

Alors qu'elle s'apprêtait à le frapper de nouveau, Pépin arriva à l'improviste derrière Tim. Il ne put qu'observer les joues un peu rosies et les yeux brillants de Carrie, et la joue un peu rouge par le feu de la gifle et la lèvre coupée de Tim.

Pépin: 'tain mais on peut pas vous laisser deux minutes sans surveillance tous les deux! Qu'est ce qui s'est passé encore?

D'une même voix cette fois, surpris par son intervention, ils s'exclamèrent qu'il ne s'était rien passé.

Il s'éloigna d'un air pas convaincu, et les deux autres en profitèrent pour retourner à leur place, un petit sourire sur les lèvres de Tim, le regard fuyant de Carrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Ven 3 Mar - 16:44

Tim: ah putain...  j'arrive...

Mais l'individu continua à frapper sur sa porte, l'obligeant à accélérer le pas. A peine eut-il le temps d'ouvrir la porte qu'un poing masculin s'abattit sur son visage, le propulsant au sol sous l'impact. Levant les yeux vers l'intrus, il reconnut Cole Evens, le petit ami de Caroline. Celui-ci avait l'air particulièrement énervé, ce qui était rarement le cas.

Cole: je te conseille de garder tes distances avec Carrie. Je ne rigole pas. Tiens toi à l'écart!

Tim: tu me conseilles? Et qu'est ce que tu vas faire si je n'obéis pas ? Tu vas me tabasser? Me tuer peut être?

Cole: pourquoi pas? Tu es très loin de savoir ce dont je suis capable, vieux. Carrie te hait à un point que tu n'imagines même pas, et Pépin commence à se rendre compte à quel point tu es néfaste pour sa carrière.

Tim: vous vous faites tous enfler par cette femme mon pauvre gars. T'as pas percuté qu'elle a manigancé tout ça.

Cole: je sais exactement ce qui s'est passé. En revanche, toi et Pépin n'avez pas à le savoir. ça ne vous regarde pas. Carrie a suffisamment souffert dans sa vie à cause de salopards comme toi, je ne laisserai plus personne essayer de la détruire.

Tim: c'est une menace?

Cole eut un sourire mauvais.

Cole: Oh que oui! Tu aurais vraiment tort de prendre ça comme un jeu, Roth...

Tim allait rajouter quelque chose mais il s'abstint finalement. Cole aurait sans aucun doute le dessus sur lui physiquement, c'était un lutteur aguerri et il se doutait bien qu'avec un corps pareil il était un peu plus qu'un gratte papier dans un bureau. Sans compter qu'il était vraiment en colère, il faut toujours se méfier des faux calmes comme Evens. Celui-ci lui lança un dernier regard et s'éloigna tranquillement.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Jeu 16 Mar - 13:34

Pépin est en train de faire des pompes tandis que Cole s'occupe du chronomètre. Apparemment l'objectif est d'en faire le plus possible pendant un temps donné. Lorsque Cole annonce la fin, Pépin se lève et enchaîne sur un autre exercice, cette fois sur une machine de musculation.

Les deux athlètes sont concentrés sur l'exercice et sur la respiration de Pépin. Dès le signal, à nouveau il enchaine avec une autre machine, etc pendant une dizaine de minutes. Puis Cole annonce une petite pause, et lui tend une bouteille d'eau.

Pépin s'attend bien entendu à ce qu'il engage la conversation sur son attitude lors du show.


Cole: alors Pépin, qu'est ce qui t'as pris d'aller saluer Tigerclaw après son match? Tu aurais pu te douter qu'en plus avec Trevor dans le coin c'était pas le meilleur moment pour l'aborder?

Pépin tire une grimace.

Pépin: ouais... je sais bien. Je m'en rends compte à présent, mais je pensais que ce serait une bonne façon de lui montrer du respect, les anciens aiment bien qu'on les respecte non?

Cole: y a vieux et ancien, Pépin. Tigerclaw, c'est pas le genre à qui on fait des ronds de jambe. Faut que tu gardes en tête qu'à la FGB, y a pas beaucoup de gens qui ont envie de fraterniser, tu vois? C'est la jungle là dedans, civil war tu vois?

Pépin : ouais... c'est dommage, ça partait d'un bon sentiment.

Cole: un bon conseil, les bons sentiments, garde les pour ta vie privée. Quand t'es là-bas, tout ce qui compte c'est marquer les esprits. Et pour ça, la meilleure solution c'est de frapper fort. C'est Tigerclaw qui a remporté cette manche sur Trevor et toi, vous êtes passés tous les deux pour des cons, des petits trous du cul qui ne sont pas dignes de la chance qui leur est donnée.

Pépin le regarde, surpris.

Pépin: t'y vas un peu fort non...

Cole: fort?

Cole se met à rire.

Cole: fort? Non, je suis juste réaliste. Tu passes ton temps à suivre Tim dans tous ces stratagèmes, et quand ça ne va pas comme tu veux tu viens chialer dans les jupes de Caroline. ça fait des mois que t'as pas pris une décision par toi-même, et quand t'en prends une, c'est une idée à la con. Qu'est ce que tu veux que je te dise? Que c'est bien? Je vais te dire ce qui serait bien, Pépin! C'est que tu prennes ton destin en main et que tu arrêtes de compter sur les autres pour faire le sale boulot à ta place. Que tu joues réglo ou pas, fais le tout seul et assume.

Pépin: mais j'peux pas! J'ai déjà demandé à Carrie et à Tim de ne pas intervenir, mais ils ne peuvent pas s'en empêcher!

Cole: parce que tu ne t'es pas montré assez convaincant! Je vais te dire ce que j'ai dit à Caroline la dernière fois qu'on a parlé de toi: laisse le faire son expérience, comme tu m'as laissé faire la mienne. Et tu sais ce qu'elle m'a dit? Si je le laisse entre les mains de Tim, je ne pourrais plus me regarder en face. Elle est en train de se bousiller la santé à cause de vous deux. Ne le prends pas mal, mais parfois j'aurais préféré que tu choisisses Tim une bonne fois pour toute, qu'on entende plus jamais parler de vous. La vie serait tellement plus facile...

Pépin ne s'attendait pas à ça. En gros, Cole préférerait qu'il sorte de leur vie pour toujours... Il ne sait plus quoi dire et baisse la tête.

Cole se rend compte qu'il s'est un peu trop lâché.


Cole: c'est pas contre toi Pépin... mais tu vois, c'est pas la vie que je rêvais, mon job c'est d'entraîner, et j'adore ça. Mais manager, c'est différent. Il faut ruser, négocier, tricher. C'est usant, et je sais que Carrie s'épuise à tenir la cadence. Elle aussi aurait aimé faire autre chose, peut être même qu'elle aurait aimé remonter un peu sur le ring de temps en temps, au lieu de se contenter d'intervenir en ta faveur. ça doit être frustrant pour elle, de te voir faire des conneries sur le ring ou bien tout simplement de voir que tu ne l'écoutes pas malgré tout ce qu'elle a mis dans ton coaching! C'est comme si elle pissait dans un violon! En plus de ça t'as cette espèce de fumier qui passe son temps à parler d'elle comme d'une pute et ça, ça me fout en rogne, et puis Tim qui a toujours un coup tordu d'avance... comment tu veux qu'on trouve le temps de fonder une famille?

Pépin: tu voudrais que je fasse quoi? Que je laisse tomber?

Cole: j'espère bien que non, putain! ça voudrait dire que tout ce qu'elle a, ce qu'ils ont tenté de t'apprendre n'aurait servi à rien! Tu as deux putains de coach Pépin! Deux coachs très différents, mais très efficaces. Ils ont passé des semaines à t'apprendre des trucs, et malgré ça, tu te contentes du minimum! Sors toi un peu les doigts du cul sur le ring bon dieu! On dirait que tu attends qu'on fasse le job à ta place! T'es adulte, t'as un cerveau, t'as acquis de la technique et de l'endurance, tu devrais être capable d'aller sur le ring tout seul maintenant. Mais tant que tu ne montreras pas grand chose, Tim et Caroline vont continuer à t'accompagner, parce qu'ils pensent que t'es pas capable d'y arriver tout seul. Prouve leur qu'ils ont tort. Prouve le au monde entier. Prouve le à Trevor et à Tigerclaw, et à tous ceux qui viennent vous voir dans l'arène.

Pépin se sent tout à coup remonté à bloc.

Pépin: ouais! j'vais leur prouver que je suis capable de prendre de bonnes décisions!

Cole: la bonne décision c'est d'appliquer tout ce qu'on t'a appris pendant tes combats. Que tu gagnes ou que tu perdes, tu dois le faire seul, et en tirer des leçons. Tout seul.

Pépin sent son enthousiasme retomber un peu.

Pépin : ... ouais!

Cole: allez, on reprend, tes muscles vont refroidir.

Sur ces mots, ils reprennent l'entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pépin Leroy
Mid carter
avatar

Nombre de messages : 338
Age : 38
Date d'inscription : 11/05/2016

MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   Mer 12 Avr - 13:04

Alors là, vraiment, chapeau bas Trevor, franchement je n'aurais jamais cru ça de ta part. On peut dire que t'es vraiment un mec tordu. N'importe qui pourrait prendre ton geste pour de la gentillesse, mais pas moi. Quand quelque chose à l'air trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est. Tu ne m'as pas aidé gratuitement. Tu l'as fait avec l'idée que je te rendrai ce geste, ou du moins que ça allait me turlupiner dans la tête pendant un moment, pour me déstabiliser. Et je ne te ferai pas le plaisir d'y réfléchir, parce que c'est peine perdu. Personne ne peut réfléchir comme Philippe Trevor, car tu es unique. Imprévisible, pas franchement méchant mais le genre de mec en qui on ne peut pas avoir confiance.

J'vais pas te mentir, ça me fout les boules que mon paternel ait retourné sa veste pour venir assurer tes arrières. Mais finalement, je me dis qu'il faut voir le côté positif à toute chose. Maintenant je vois d'où vient l'ennemi, il n'est plus dans mon angle mort. Il est face à moi, et je peux le combattre. Je peux VOUS combattre. J'en ai la force et le courage, j'en ai l'obligation morale. Franchir cette étape pour tirer un trait sur ce début de carrière chaotique. Devenir enfin l'homme que je veux être, réaliser mon rêve. Ce n'est pas tant le titre qui est en jeu. Non, à vrai dire, ce titre je crois bien ne pas l'avoir encore mérité. J'ai essayé de lui faire honneur, mais la vérité c'est que je n'en suis encore pas digne. J'espère l'être un jour, mais pour l'instant, je crois que c'est trop tôt pour moi. Mais il n'empêche que je n'abandonne pas. Je n'abdique pas. Je suis toujours là à faire face, et bien que ce soit difficile, je résiste à l'ivresse. Je dépasse mes limites et je vais de l'avant.

T'auras beau dire que je suis nul et incompétent, je persévèrerai jusqu'à te prouver le contraire. C'est vrai, je ne suis pas un lutteur exceptionnel, il me faut plus de temps que les autres pour apprendre les bases, je prends souvent de mauvaises décisions, et j'ai fait confiance aveuglément à un inconnu qui s'avère être mon père mais qui m'a trahi, en dépit des avertissements de mes proches. Je leur demande pardon pour ce manque de confiance de ma part. Ce sont eux que j'ai trahi. Mais dans ce monde de pourris, c'est pas facile de savoir en qui placer sa confiance. Mais je sais aussi en qui je ne peux pas en avoir: en toi, et en ton nouveau manager. Je sais que tu es prêt à tout, sache que moi aussi. Je n'ai rien à perdre. Ce titre n'est pas le mien, c'est celui de la FGB, celui du public. Un jour très prochain il changera de main, et peut être qu'il sera mieux sur les épaules de quelqu'un d'autre, mais j'aurais été fier de l'avoir porté. Comme il n'est pas à moi, tu ne peux rien m'enlever. Même pas ma fierté, même pas mon honneur, tout a été bafoué ces derniers temps. J'ai bien du mal à savoir qui je suis réellement parfois, je n'ai jamais pris de décision importante dans ma vie si ce n'est signer ce contrat. Alors je fais tout mon possible pour en être digne. C'est la seule chose qui a de l'importance dans ma vie, avec ma famille. Ma vraie famille, celle qui me soutient et m'aime tel que je suis.

Mais je ferai le job jusqu'au bout, oh oui je ne baisserai pas les bras mon coco. T'as pas encore tout vu!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pépin Leroy, dit Pépin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pépin Leroy, dit Pépin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Domaine Leroy - Clip YouTube -
» V. Raphael Leroy Pris
» Domaine Leroy
» Lalou Bize-Leroy
» [MULTI] Create

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'élite :: En coulisse-
Répondre au sujetSauter vers: